UN Chronicle Online
Éducation sur le sida
L'Amérique latine et les Caraïbes font face à des défis
Par Annabel Boissonnade-Fotheringham, pour la Chronique

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

L'épidémie silencieuse du VIH/sida atteint des proportions alarmantes, affectant près de 2 millions de personnes en Amérique latine et dans les Caraïbes. Pendant la réunion de suivi de la Session spéciale de l'Assemblée générale sur le VIH/sida, qui a eu lieu en juin 20023, l'ONU a exhorté les pays de la région à entreprendre une action immédiate et la communauté internationale à faire reculer la crise.

Bien que le taux le plus élevé des personnes affectées par le VIH se situe en Afrique subsaharienne, l'Amérique latine et la région des Caraïbes sont devenues une source de préoccupations en raison du nombre non recensé et croissant de personnes infectées par le virus. Les responsables de l'ONU en matière de santé et de développement ont exprimé leurs vives préoccupations devant l'«augmentation implacable» du VIH/sida dans la région. L'attention portée par les médias à la situation catastrophique en Afrique a éclipsé la crise à laquelle font face les autres continents.

En 2000, le Directeur exécutif du programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Peter Piot, avait mis en garde que «l'amplification de la crise du sida à laquelle est confrontée l'Amérique latine n'est pas encore reconnue, sauf dans le cas du Brésil». Mais sa déclaration n'a pas tiré la sonnette d'alarme pour mettre en place d'importants programmes de prévention. Si, selon M, Piot, «la riposte (était) très insuffisante» il y a trois ans, les chiffres en juillet 2003 montrent que la situation en Amérique latine ne s'est pas améliorée et a, en fait, empiré.

Selon un rapport annexe d'ONUSIDA, environ 1,5 million de personnes sont atteintes du VIH/sida en Amérique latine, et 420 000 dans les Caraïbes où le VIH se propage quatre fois plus rapidement. Haïti est le pays le plus touché avec un taux de prévalence de plus de 6 % parmi la population adulte. Les pays andins, y compris l'Argentine, la Bolivie, la Colombie, l'Équateur et le Pérou ayant le taux d'infection le plus bas. Malgré sa situation critique au début des années 1990, le Brésil a fait des progrès considérables en matière de traitement et de soins, mais cette lueur d'espoir ne peut cependant être généralisée à l'ensemble de la région.

Le Centre anonyme de dépistage du sida à Rio de Janeiro, au Brésil, fournit des informations et des conseils sur le sida, ainsi qu'un dépistage confidentiel à ses clients.
WHO photo/Waak

La pauvreté, l'analphabétisme et le manque d'éducation sexuelle et d'informations sont des facteurs qui aggravent la propagation de l'épidémie et empêchent l'application des programmes de prévention. La détérioration de l'infrastructure de la santé causée par des investissements insuffisants de la part des États et par les pressions néo-libérales ne fait qu'aggraver le problème. Moins explicite, l'attitude machiste des hommes est un facteur qui favorise la contamination, limitant la capacité des femmes à négocier des relations sexuelles sans risque et encourageant les hommes à avoir des partenaires multiples. Les programmes d'éducation sont donc souvent inefficaces pour toucher les personnes à haut risque, telles que les homosexuels et les prostituées qui cachent leur orientation sexuelle ou leur profession.

Le manque d'accès à l'éducation est depuis longtemps un problème qui entrave les progrès et restreint la capacité des gens à se protéger contre le VIH. En Amérique latine et dans les Caraïbes, les personnes infectées font face à plus de difficultés que celles qui vivent dans les pays occidentaux. Au total, 55 % des Latino-américains vivent au-dessous du seuil de pauvreté et la plupart n'ont pas les moyens d'acheter des médicaments antirétroviraux. En juin 2003, l'Argentine, la Bolivie, le Chili, la Colombie, l'Équateur, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, l'Uruguay et le Venezuela ont signé une déclaration d'intention avec un nombre d'entreprises pharmaceutiques afin d'avoir accès aux médicaments antirétroviraux, aux diagnostics du VIH et aux tests de surveillance à des prix réduits. Ces dix pays ont l'intention de réduire les prix de ces médicaments, certains jusqu'à 92 %, ce qui permettra à 150 000 personnes supplémentaires d'avoir accès à un traitement. Le Brésil a également accordé des réductions importantes sur les prix des antirétroviraux et est maintenant considéré comme un modèle pour les autres pays. Cette nation à dominance catholique a riposté à l'épidémie du sida en diffusant des campagnes nationales de choc et en distribuant des préservatifs gratuits. En 1996, le gouvernement a voté une loi fédérale qui autorisait le système de santé publique à fournir gratuitement les traitements antirétroviraux, ce qui a permis de réduire de moitié le taux de décès dû au sida à la fin des années 1990. Ces traitements ont également eu un effet positif sur la prévention du VIH.

Le Brésil est le seul pays en développement dans le monde à fournir un traitement antisida gratuit à tous ses citoyens. En juin 2003, il a reçu, pour la troisième fois, un prêt de 100 millions de dollars de la Banque mondiale pour financer la mise en ouvre du projet Sida III et contre les maladies sexuellement transmissibles. La réticence des autres pays latino-américains à suivre cet exemple dans la lutte contre le sida vient de divers facteurs culturels et économiques; en effet, ce pays est moins conservateur que certains de ses voisins et son économie est l'une des plus avancées de la région.

Dans un monde où il n'existe toujours pas de traitement contre le sida, les programmes de prévention sont la seule arme pour combattre l'épidémie. L'éducation sur le sida comme la plus haute priorité. Dans la plupart des communautés infectées, l'incidence du VIH est élevée et les efforts de prévention très insuffisants.

Des études réalisées par les organisations non gouvernementales (ONG), dont Christian Aid, AIDS Alliance et ONUSIDA, ont révélé que la religion avait parfois des effets négatifs sur les programmes éducatifs de prévention. Et pas seulement les grandes religions. Dans de nombreuses cultures indigènes isolées du Brésil, d'Amérique centrale et des pays anglophones des Caraïbes, les mythes sexuels constituent un obstacle à l'éducation et à la prévention.

Plusieurs organisations internationales, dont l'Organisation mondiale de la santé, ONUSIDA, l'Organisation panaméricaine de la santé et des ONG locales sont prises dans un cycle vicieux. Ne disposant pas de suffisamment de fonds ni de ressources humaines pour mettre en ouvre des programmes d'information et d'éducation sur le VIH/sida qui sont essentiels pour optimiser l'efficacité de leurs rapports, elles ont des difficultés à attirer des donateurs importants.

Malgré l'impact profond de la religion sur l'éducation en matière de sida dans la région, l'élan imprimé à la lutte contre le sida s'est accéléré au cours des deux dernières années. Les dirigeants des Caraïbes ont mis en ouvre une collaboration transfrontalière commune pour traiter les questions concernant le VIH/sida, et plusieurs pays, dont le Brésil, ont joué un rôle de leader en matière d'accès aux soins de santé des patients atteints de la maladie. En juin 2003, les institutions de l'ONU ont appelé «les pays de la région à renforcer de manière significative leurs ripostes nationales au VIH/sida par une approche complète et multisectorielle, de façon à réduire la vulnérabilité des jeunes à risque et de leur donner les moyens de devenir des partenaires actifs dans la lutte contre l'épidémie».

L'épidémie a atteint de telles proportions que les institutions de l'ONU y accordent désormais la plus haute priorité à tous les niveaux de leurs organisations. En juin 2003, l'Assemblée générale de l'ON a débattu de ce problème fondamental qui touche l'Amérique latine et les Caraïbes dans l'espoir que les États membres, la société civile et le secteur privé prendront des mesures urgentes et efficaces pour empêcher l'escalade de la crise.

Combattre le sida par les stratégies de communication
Malgré la mise en ouvre de nombreux programmes de prévention, l'éducation sur le sida continue d'être un défi majeur. Combatting AIDS: Communication Strategies in Action, par Arvind Singhal et Everett M. Rogers, fait la synthèse des leçons tirées des programmes de prévention efficaces, en se concentrant sur les stratégies de communication. Les auteurs analysent l'histoire de la pandémie et soulignent les détails de son origine urbaine au début des années 1980. Le contexte dans lequel le virus s'est propagé permet aux lecteurs de bien comprendre les causes de son extension alarmante. Les auteurs notent l'évolution des politiques et des programmes de lutte contre le sida, montrant comment les gouvernements, les organisations internationales, les ONG et les groupes militants ont riposté face à la maladie. Ils appliquent le concept de l'ordre du jour comme cadre d'examen des politiques de lutte contre le sida, et illustrent son efficacité, utilisant la Thaïlande comme étude de cas. L'ouvrage traite également des questions concernant les médicaments antirétroviraux et leurs prix inabordables. Il fait également état des effets des interventions ciblées par le biais des programmes de prévention faisant appel à des éducateurs homologues dans les lieux sociaux à haut risque, tels que le quartier de la prostitution de Chennai, en Inde.

Deux chapitres essentiels sont consacrés aux stratégies culturelles et d'éducation par le biais du théâtre et offrent une approche éclairante pour combattre l'épidémie. Les auteurs présentent la culture comme étant un facteur à la fois positif et négatif dans la prévention. Les stratégies individuelles des programmes de prévention ont encouragé les changements de comportement mais ont ignoré l'influence du contexte culturel dans lequel ces changements ont eu lieu. Les auteurs soulignent donc le rôle important que le contexte culturel et religieux joue dans les programmes de prévention. Se référant en grande partie à l'Afrique du Sud, Combatting Aids illustre comment une stratégie d'éducation par le biais du théâtre peut être efficace à promouvoir le débat public sur le VIH.

Un point fort du livre est le recours à un vaste éventail d'études de cas pour illustrer et «humaniser» les informations; les exemples ne sont pas seulement tirés de l'Afrique mais aussi des autres pays du monde. Les auteurs présentent une analyse détaillée des facteurs impliqués pour freiner la propagation rapide du VIH/sida. Ils examinent les échecs des programmes et suggèrent les domaines qui sont insuffisamment développés. Le livre souligne le rôle important que les stratégies de communication, telles que les programmes de prévention, jouent dans l'éducation des gens vivant dans les pays développés et les pays en développement. Les auteurs estiment que la sous-estimation du rôle de la communication dans la lutte contre le sida a eu des effets négatifs sur les programmes de prévention et les campagnes de sensibilisation.

Combatting Aids présente les stratégies de communications prenant en compte la culture comme étant la solution principale au problème et souligne l'utilisation insuffisante de ces stratégies malgré la crise croissante. Les auteurs estiment que sous-estimer le rôle de la communication est une grave erreur lorsqu'il y a chaque jour 14 000 séropositifs, un taux alarmant qui met en évidence l'échec des programmes de prévention actuels et le fardeau que représente les prix très élevés des médicaments anti-sida. Les auteurs identifient trois domaines majeurs dans lesquels ces stratégies pourraient contribuer à la réduction de l'épidémie du sida : la mobilisation de l'action politique; le ciblage des groupes à haut risque et la lutte contre les stigmates de la maladie.

Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut