UN Chronicle Online
Universaliser l'accès à la technologie de l'information
Les aveugles se penchent sur la technologie de l'information
Par Tamru E. Belay

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

Un groupe de volontaires aveugles en Éthiopie travaillent avec acharnement pour transférer la technologie adaptative à leur nation en développement. L'idée a été initialement proposée par Tamru E. Belay, un Éthiopien aveugle vivant au Canada, spécialiste de la technologie adaptative, qui est récemment retourné dans son pays natal pour promouvoir et coordonner la mise en ouvre de la technologie adaptative pour ses compatriotes aveugles et malvoyants.

Pour réaliser mon rêve, et en collaboration avec d'autres collègues aveugles motivés, j'ai créé une organisation non gouvernementale (ONG), le Centre de technologie adaptative des aveugles (ATCB), qui est devenu opérationnel le 26 juin 2000 après près de deux ans de processus bureaucratiques interminables et autres tracasseries administratives. Les projets prioritaires de l'ATCB comprennent l'utilisation de l'ordinateur et la formation en matière de technologie adaptative, l'embossage du braille, la diffusion des informations spécifiques comme sur la prévention et le contrôle du VIH/sida, ainsi que des études sur les logiciels de synthèse vocale et sur le braille ordinateur dans les principales langues nationales d'Éthiopie.

Dans une ère où la technologie évolue rapidement, les ordinateurs pourraient augmenter considérablement la capacité des aveugles à stocker et à extraire les informations. L'accès aux lecteurs d'écran et aux systèmes d'exploitation Windows, la manipulation des multimédias, le scannage des documents, la communication par Internet et la transcription informatisée en braille sont quelques-unes des solutions offertes par la section de formation informatique de l'ATCB. Cette nouvelle approche permettra d'offrir aux aveugles les mêmes chances de réussite et augmentera de manière significative leur habileté à trouver et à garder un emploi, leur permettant ainsi de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. De plus, elle renforcera leur relation aux autres et leur permettra d'être des membres de la société productifs et autonomes.

Parmi la communauté des aveugles, les ONG et les institutions concernées, personne n'ignore que les matériels de lecture en braille sont en nombre insuffisant en Éthiopie.


 
Le braille présente également des contraintes majeures, dont l'une tient aux vieux équipements et à la simplicité du matériel de production du braille. Les élèves, les étudiants et les professionnels aveugles sont ainsi désavantagés car ils ne peuvent pas appliquer la technologie braille moderne à l'école ou au travail. Pis encore, les utilisateurs du braille continuent de travailler et d'étudier sans avoir un accès direct à une source importante d'informations.

Le nombre limité et le manque de diversité des manuels et de matériels de référence en braille amènent les aveugles à dépendre de l'aide visuelle pour accéder à ces sources.

La situation est identique pour les professionnels aveugles qui ont fait des études supérieures et travaillent dans le gouvernement ou dans d'autres organisations. Le manque de centres de production et de matériel en braille est un obstacle à la réalisation de leurs tâches. Pour lire le matériel de référence important, ils font généralement appel à un volontaire ou engagent un assistant. De même, en Éthiopie, les aveugles n'ont jamais eu la possibilité de lire des publications en Braille produites au niveau local. Il est indéniable que ces contraintes ont un effet négatif sur la qualité de leurs études et de leur travail, et limitent leurs connaissances générales et les développements actuels.

L'embossage moderne permet d'imprimer et de produire des livres et des documents en braille avec rapidité et efficacité. En plus du gain de temps, les dispositifs d'embossage sont équipés de programmes graphiques qui permettent d'embosser des images tactiles à partir de l'original et fonctionnent efficacement avec le logiciel adéquat pour reproduire les formats braille du matériel imprimé à l'encre. Jusqu'ici, la reproduction graphique n'existait pas, ce qui privait les personnes aveugles d'une lecture complète. D'un autre côté, les graphiques tactiles permettent aux lecteurs de visualiser les objets, les aident à se faire une image mentale du monde réel, ce qui revêt une importance éducative spéciale pour les enfants malvoyants qui suivent des études dans des écoles normales ou intégrées.

ATCB considère qu'il est vital de satisfaire aux besoins de la communauté des aveugles éthiopiens en matière de livres en braille de qualité. Le Centre a lancé la publication d'un quotidien en braille, intitulé Pioneer, afin de diffuser les informations concernant le VIH/sida et toucher les lecteurs qui participent aux clubs d'ATCB. Pour améliorer sa présentation, le Centre a l'intention d'adopter une formule attrayante tout en étant éducative.

En quelques années, l'ATCB a établi une base solide d'activités productives dans de nombreux domaines liés à la vie de la communauté locale des aveugles. Son premier objectif est de faciliter l'accès des aveugles à la technologie informatique dans toute l'Éthiopie, lesquels ont à faire face à un grand nombre de problèmes socio-économiques. Ceux-ci comprennent des opportunités limitées dans les domaines de l'éducation et de l'emploi, le manque de formation professionnelle, l'absence de services, tels que les fonds d'invalidité et de sécurité sociale, le manque d'accès aux technologies de l'information et de la communication. Les multiples problèmes que rencontrent les aveugles et les malvoyants sont en grande partie dus aux idées préconçues que les institutions et l'ensemble du public ont à leur sujet.

ATCB cible non seulement les enfants, les étudiants et les professionnels, mais aussi les chômeurs et les élèves aveugles ou malvoyants qui ont abandonné leurs études. Il a pour objectif de les aider à réussir dans leur champ d'activités, universitaire ou autre, par l'acquisition de compétences en technologie de l'information et de la communication (TIC) au moyen de la technologie adaptative. Ceux qui bénéficient des services du Centre sont censés promouvoir sa vision et ses objectifs en aidant à sensibiliser les employés, les autorités, les décideurs politiques, les financiers et le public.

 

Le Centre est doté d'une division appelée Autonomisation des femmes aveugles d'ATCB (EBWA). Les femmes représentent une proportion importante des aveugles et des malvoyants en Éthiopie et sont victimes de la marginalisation en raison de leur handicap et des disparités entre les sexes. Il est donc clair que tout projet destiné aux aveugles qui ne cible pas et n'intègre pas les femmes ne répondra pas aux besoins de tous les malvoyants. C'est pourquoi, dès le départ, ATCB a sollicité la participation des femmes dans les phases importantes de la mise en ouvre du projet. Les femmes malvoyantes et aveugles ont considérablement contribué à l'établissement et au bon fonctionnement du Centre - à titre de fondatrices, de décideurs politiques, de fournisseurs de services, de volontaires, d'employées et de promoteurs de la technologie dans diverses activités.

Dans les écoles pour aveugles en Éthiopie les transcripteurs de manuels en braille sont en nombre insuffisant. 

Il va sans dire que les femmes constituent la plus grande partie des groupes qui bénéficient des services offerts. Une dizaine d'entre elles ont ainsi fait partie du nombre limité de personnes qui ont reçu une formation en informatique et un diplôme du Centre. En fonction des ressources, il est prévu de doubler le nombre de femmes qui participent à la mise en ouvre du projet et de leur donner l'accès aux TIC ainsi qu'à l'utilisation d'autres formes de technologie adaptative.

La situation actuelle a non seulement eu un effet négatif sur leur performance mais aussi sur les droits des aveugles à l'éducation et à l'emploi. En effet, ceux-ci ont de plus en plus de difficultés à trouver des emplois lucratifs ou à bénéficier des mêmes opportunités de promotion après leur embauche. Pis encore, dans l'enseignement supérieur, on leur refuse l'accès aux domaines de leur choix parce qu'ils n'ont pas les moyens d'accéder à l'information. Les employés et les établissements d'éducation tentent de justifier leurs actions en arguant du fait que les aveugles ont besoin de l'aide d'assistants, ce qui entraîne des dépenses supplémentaires.

Et cela n'est pas propre à l'Éthiopie, la situation étant identique dans la plupart des régions d'Afrique. D'après des informations, des enquêtes sur Internet et diverses tables rondes organisées en Afrique, ce problème se rencontre dans la plupart pays du monde. Il est donc nécessaire d'adopter d'autres approches qui soient orientées vers la technologie de l'information adaptative au profit des aveugles.

En conclusion, la vision de l'ATCB contribuera à créer des opportunités d'emploi pour les aveugles qui ont acquis l'expertise et les compétences en technologie adaptative. L'acquisition des compétences informatiques en braille renforcera leur sentiment de sécurité et facilitera leur accès aux informations ayant trait aux grandes questions actuelles, à la santé et aux maladies telles que le VIH/sida. Ils ne dépendront plus d'autres pour réaliser leurs tâches quotidiennes, telles que la lecture, la rédaction et le traitement de l'information, ce qui augmentera leur confiance en eux et leur compétitivité. Le plus vif désir d'ATCB est donc de collaborer avec les institutions de l'ONU et d'autres organisations internationales afin d'améliorer la coopération proposée par le Centre.

Nous espérons également que ces initiatives communes contribueront à renforcer l'image et les valeurs des Nations Unies en Afrique. ATCB sollicite donc le soutien des ses amis internationaux pour assurer la réussite à long terme de ces initiatives.

Pour plus d'informations sur la technologie adaptative, veuillez visiter http://www3.sympatico.ca/tamru

Tamru E. Belay travaille pour le Centre de technologie adaptative des aveugles (ATCB) et est responsable de la formation des élèves et des professionnels éthiopiens dans l'utilisation des ordinateurs avec le braille.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies

Retour  Haut