UN Chronicle Online
Les femmes dans la sociéte de l'information
Prendre en compte les inégalités entre les sexes
Par Malgorzata Tarasiewicz

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

Historiquement, les femmes n'ont pas eu les moyens d'accéder aux opportunités et ont été reléguées au second rang dans le processus d'autonomie qu'offre l'ère numérique. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC), qui pourraient offrir des chances égales à leurs utilisateurs, reflètent la même inégalité qui existe depuis des décennies entre les hommes et les femmes.

Le fossé numérique se creuse de plus en plus entre les riches et les pauvres, les pays développés et les pays en développement, les pays aux économies saines et ceux aux économies en transition. Alors que les femmes constituent la majorité des pauvres dans le monde, ce fossé est devenu une question séxospécifique. En plus de la difficulté d'avoir accès au matériel et aux logiciels, les femmes occupent rarement des postes de décision dans le domaine de la technologie et, à cause des stéréotypes fondés sur le sexe, la participation des hommes est largement dominante aux postes de direction.

La reconnaissance des inégalités qui existent entre les hommes et les femmes en matière d'accès à la société d'information ne bénéficie pas uniquement aux femmes. Pendant des décennies, des politiques ont été conçues pour renforcer l'économie et la démocratie dans les pays pauvres. Il a été prouvé que les perspectives sexospécifiques doivent être intégrées à la fois aux politiques et aux actions afin d'en faire des outils fiables et efficaces du changement social; mais cet aspect est souvent négligé dans le développement des TIC. Ces technologies sont devenues des outils importants du changement social. «Une société de l'information équitable doit être fondée sur le développement économique et social et l'égalité entre les sexes, et non pas seulement régie par les forces du marché1». Le processus du Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) permet d'intégrer les perspectives sexospécifiques dans les politiques des TIC.

Des recommandations sur l'accès des femmes aux TIC ont été maintes fois faites aux conférences de l'ONU, dont beaucoup concernaient l'autonomie économique et sociale des femmes. Les femmes devraient décider elles-mêmes comment utiliser la technologie pour atteindre leur autonomie, elles devraient avoir un accès égal aux nouvelles opportunités d'emploi et être davantage représentées aux postes de décision. Il serait nécessaire d'encourager l'utilisation des TIC en tant qu'outil efficace à transmettre l'information et à promouvoir l'égalité entre les sexes. Des recommandations similaires ont été formulées dans le Plan d'action 2005 de l'Union européenne dont l'objectif est, entre autres, d'offrir à tout le monde la possibilité de participer à la société mondiale de l'information.

Que pourraient faire les politiques pour inciter les femmes à utiliser Internet, augmenter le nombre de points d'accès à Internet dans le but de les attirer (en Pologne, par exemple, il n'existe que trois télécentres2) et fournir l'accès à Internet à des tarifs intéressants pour les groupes à revenus bas ?

Où trouver des fonds pour améliorer l'usage d'Internet par les personnes âgées de sexe féminin, aider les handicapés à se servir des technologies numériques, effectuer des sondages afin de recueillir des informations sur l'utilisation des TIC par les femmes, créer des portails d'information sur la santé des femmes, sur les possibilités de formation et les emplois et leur offrir une formation sur l'utilisation des TIC dans leur vie quotidienne ainsi que dans les activités sociales et politiques et au travail ?

Plusieurs exemples positifs ont été rapportés dans le Groupe d'experts de la Division de la promotion de la femme à Séoul, en novembre 2002. Cependant, selon le rapport du groupe, «même si des gouvernements nationaux, des ONG de femmes, des entreprises du secteur privé et la communauté internationale ont mis en ouvre des programmes et des projets qui visent à donner aux femmes les moyens d'accéder à ces opportunités, il reste encore beaucoup à faire».

Les ONG ont clairement souligné le besoin urgent d'assurer aux femmes la possibilité d'utiliser les TIC pour atteindre leur autonomie sociale et économique en adoptant les politiques adéquates et en fournissant les ressources financières pour les mettre en ouvre. Les institutions et les gouvernements nationaux devraient allouer des budgets pour créer des projets de TIC destinés aux femmes.

Le SMSI offre une occasion unique d'attirer l'attention des gouvernements, des institutions et de la communauté internationale sur ces questions. «Toutes les parties concernées doivent prendre des mesures urgentes pour veiller à ce que les questions concernant l'égalité entre les sexes et les droits des femmes soient intégrées au Sommet et dans ses programmes de suivi. Tant que ces actions ne seront pas entreprises, le Sommet risque de ne pas atteindre son objectif, qui est de créer une vision de la société de l'information qui contribue au développement humain», a déclaré le Groupe d'experts.

Notes
1 Groupe de travail d'ONG en matière de stratégies sexospécifiques, Commission sur le statut des femmes, actions pour l'égalité entre les sexes dans la société de l'information.
2 Network of East-West Women Polska (www.neww.org.pl)

Malgorzata Tarasiewicz est fondatrice de Network of East-West Woment et directrice exécutive de Network of East-West Women Polska (www.neww.org.pl). Elle a également été présidente d'Amesty International Pologne.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut