UN Chronicle Online

Enseigner des cours sur les Nations Unies
S'appuyer sur l'expertise du Secrétariat de l'ONU
Par Lawrence LeBlanc

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

De nombreuses universités et de nombreux collèges offrent des cours sur les Nations Unies - certains étant exclusivement consacrés à l'Organisation, d'autres abordant le domaine plus vaste des organisations internationales. Conscients de l'importance de faire connaître l'ONU aux étudiants, les enseignants visent à couvrir une vaste variété de sujets, y compris la nature de l'Organisation et les fonctions de ses organes et organismes principaux, son rôle dans les relations internationales, ses succès et ses échecs. Pour ces cours, les enseignants et les étudiants ont à leur disposition une mine d'informations et de documentation à des fins pédagogiques et de recherche. Or, dans le cadre de ces cours, il est moins courant de faire appel au personnel directement lié aux travaux de l'ONU. C'est pourtant un domaine qui a beaucoup à offrir.

Depuis presque trente ans, le séminaire de Marquette University aux Nations Unies fait appel au personnel du Secrétariat de l'ONU, ainsi qu'aux diplomates pour enseigner aux étudiants la manière dont fonctionne l'Organisation mondiale. Considéré comme un succès par les étudiants et les hauts fonctionnaires, il offre au siège de l'ONU, à New York, un programme d'études intensives de deux semaines. Pendant la première semaine, les membres de l'ONU présentent au groupe leurs travaux dans les divers domaines importants traités par l'ONU, tels que le maintien de la paix (et les efforts plus récents dans le domaine de l'établissement et de la consolidation de la paix), le désarmement et le contrôle des armements, le développement, la santé mondiale, les problèmes alimentaires et démographiques, les droits de l'homme, les réfugiés, le droit international et l'environnement ainsi que la situation financière et la réforme du système de l'ONU, spécialement du Conseil de sécurité. Les présentations donnent toujours lieu à des discussions entre les étudiants et les membres du personnel du Secrétariat. Riches en informations, elles donnent vie à la documentation que les étudiants ont lue et dont ils ont discuté en groupe.

Pendant la première semaine du programme, les présentations, les lectures et les discussions fournissent une base de préparation nécessaire aux discussions avec les diplomates, qui sont le point central de la deuxième semaine. L'objectif du programme est de proposer des présentations d'un groupe varié d'États Membres afin que les étudiants aient des points de vue différents sur les nombreuses questions politiques, économiques et sociales dont se préoccupe l'ONU.

Les présentations ont parfois lieu dans les grandes missions de l'ONU. Nombreuses sont d'ailleurs celles qui sont heureuses d'offrir leurs locaux, spécialement lorsque les groupes sont composés d'étudiants motivés et sérieux qui ont fait un travail de préparation important. Lorsque des questions politiques spécifiques importantes ou des désaccords internationaux surviennent, par exemple l'apartheid avant les années 1990, l'Iran et l'Irak dans les années 1980 et 1990, le conflit israélo-palestinien au Moyen-Orient, les représentants des États concernés ont été invités à s'exprimer. Pour les étudiants américains, une présentation faite par la Mission des États-Unis conclut magistralement la fin du programme.

Au fil des ans, l'expérience a conduit à l'introduction d'innovations importantes, la plus importante étant probablement l'ajout de participants institutionnels au début des années 1990. Le début de l'association avec les universités hollandaises a eu lieu en 1992, d'abord avec un groupe réduit d'étudiants et un programme leader de l'université d'Utrecht, puis de l'université de Groningen et actuellement de la Vrije University (université libre) d'Amsterdam. En 1996, St. Norbert College s'est ajouté à la liste. Ceci a non seulement rendu le séminaire plus intéressant pour les étudiants mais en a aussi facilité l'administration et l'organisation, chaque groupe leader pouvant participer à sa conception et à sa mise en ouvre.

Le séminaire de Marquette University a été conçu de manière à répondre aux besoins spécifiques et aux attentes des étudiants inscrits dans les programmes de sciences politiques et de relations internationales, bien que les étudiants d'autres disciplines aient été admis à condition que leur programme d'études corresponde aux objectifs du séminaire. Alors que le séminaire de Marquette peut servir de modèle à d'autres, il faut garder à l'esprit que les besoins des institutions et leurs attentes varient. Les collèges et les universités de moindre importance, ainsi que certaines institutions étrangères, qui peuvent avoir des difficultés à organiser des programmes, devraient travailler en association, comme l'a fait initialement Marquette University, ce qui bénéficierait tant aux étudiants qu'aux enseignants. Que ce soit par nécessité ou par choix, les organisateurs trouveront les Nations Unies, en tant qu'institution, et leur personnel, en tant qu'individus, ainsi que les diplomates, prêts à offrir leur assistance et désireux de le faire.

BIO
Lawrence J. LeBlanc (à droite, avec Gratzia Villaroel et Frits-Joost Beekhoven van den Boezen) est professeur de Sciences politiques à Marquette University, aux États-Unis. Il est actuellement titulaire d'une bourse d'études Fulbright invité à Universiti Kebangsaan Malaysia à Bangi, en Malaisie. Il a écrit des articles sur la Convention relative aux droits de l'enfant et sur la Convention relative au crime de génocide.
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut