UN Chronicle Online

1988 Les forces de maintien de la paix
" Des soldats impartiaux "
By Nuchhi R. Currier for the Chronicle

Imprimer
Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
L'article

Le fait que le prix Nobel de la paix ait été attribué à des soldats au service des les Nations Unies dont la mission est d'assurer la paix pourrait sembler une contradiction. Dans son testament, Alfred Nobel avait précisé que le prix sera décerné à la personnalité qui aura le mieux contribué à " la suppression ou à la réduction des armées permanentes ". Mais il faut le replacer dans le contexte de cette époque. Il renforce l'idée universellement reconnue que les forces de maintien de la paix de l'ONU sont dans l'esprit du prix Nobel de la paix, qu'elles ont pour tâche de prévenir les hostilités et de trouver des solutions aux situations de conflit en ayant recours à la " négociation et à la persuasion " au lieu de la violence.

La guerre froide entre l'Union soviétique et les États-Unis, et la course à l'arme nucléaire qui en a résulté, étaient des réalités auxquelles a été confronté le monde après la Deuxième guerre mondiale, causant une insécurité mondiale et la peur d'une catastrophe irréversible. Dans ce climat d'insécurité, la nouvelle technique de mise en ouvre du maintien de la paix est apparue comme une alternative à la guerrre et au conflit. Une " réévaluation pratique des concepts de paix et de sécurité internationales a [...] émergé. Seize opérations de maintien de la paix et un nombre considérable de missions de bons offices mises sur pied par les Secrétaires généraux successifs ont soutenu cet effort ", a dit le Secrétaire général de l'ONU, Javier Pérez de Cuéllar, dans son discours du prix Nobel, considérant les opérations de maintien de la paix comme " le renouvellement [de missions] le plus réussi ".

Depuis, le rôle des soldats de la paix de l'ONU a évolué pour devenir beaucoup plus " interventionniste "; les soldats sont généralement envoyés dans des régions de conflit, sur une base volontaire et sur approbation du Conseil de sécurité. Ils peuvent être en poste dans des régions où un cessez-le-feu a été établi mais où un traité de paix n'a pas été encore signé. Comprenant à la fois des armées dotées d'armes légères et des observateurs non armés, ils représentent l'autorité et permettent, par leur simple présence, de désarmorcer des situations volatiles.

Pour le Secrétaire général, qui préconisait la voie du " consensus, de la conciliation, des bons offices, de la pression diplomatique et du maintien de la paix non coercitif et coopératif ", l'évolution des opérations de maintien de la paix était importante, montrant comment construire et soutenir l'autorité internationale. Considérant les soldats comme des " catalyseurs de la paix plutôt que comme des instruments de guerre ", le maintien de la paix était, pour lui, exactement l'opposé de l'action militaire face à une agression, et les soldats de la paix, qui font rarement usage de leurs armes, un symbole de l'autorité internationale fournissant " une alternative honorable à la guerre et un prétexte à la paix. "

La première intervention d'un groupe d'observateurs de l'ONU remonte à 1948, lors de l'armistice entre Israël et les États arabes. Première force de maintien de la paix à part entière, la Force d'urgence des Nations Unies (FUNU), a été créée en 1956 avec les contributions de dix nations pour superviser le retrait des troupes étrangères de la région du canal de Suez. En 1967 et en 1974, les forces de maintien de la paix ont surveillé et désarmorcé la situation au Moyen-Orient. La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), la plus vaste opération menée dans la région, a été créée pour surveiller les événements sur le terrain après l'invasion israélienne du Liban en 1978, afin d'assurer le maintien de la paix pendant le retrait des troupes israéliennes et d'aider le gouvernement libanais à rétablir son autorité. La réduction des tensions dans cette région ne s'est pas faite sans pertes humaines : 250 personnels de l'ONU ont payé de leur vie leur soutien à la paix.

Au Congo, les missions de maintien de la paix de l'ONU ont joué un rôle important en endiguant une guerre civile qui a éclaté après l'indépendance en 1960. Ici aussi, l'ONU a payé un lourd tribut, avec la perte d'un des Secrétaires généraux les plus dynamiques, Dag Hammarskjöld dans un acccident d'avion. Les opérations de maintien de la paix ont été également déployées dans d'autres régions où les causes fondamentales du conflit demeurent, telles que dans le sous-continent indien et à Chypre, mais où la violence est contenue par une intervention internationale.

" Dans les situations de conflit, il est [...] crucial de créer des espaces de dialogue pour mener des négociations. De l'avis du Comité du prix Nobel, les opérations de maintien de la paix de l'ONU contribuent précisément à le faire ", a commenté Egil Aarvik, président du Comité norvégien du prix Nobel, dans son discours de présentation en janvier 1989, citant ensuite la " mobilisation de soldats venant du monde entier comme une expression tangible de la volonté de la communauté internationale à résoudre les conflits par des moyens pacifiques. "

" Le Comité estime également que les opérations de maintien de la paix et la manière dont elles sont menées contribuent à définir de nouvelles idées, ce qui avait été la raison même de la fondation des Nations Unies. Le prix de la paix de cette année sera donc considéré comme une reconnaissance de l'organisation tout entière - les Nations Unies. Il exprime l'espoir que nous plaçons tous dans les Nations Unies. " Dans son discours de clôture, il a loué le rôle des jeunes dans les forces de maintien de la paix de l'ONU, dont la contribution " facilite la réalisation des objectifs de l'ONU ".

Page d'accueil | Dans ce numéro | Archives | Anglais | Contactez-nous | Abonnez-vous | Liens
Copyright © Nations Unies
Retour  Haut