ONUBienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde!

Note: les liens suivis de l'icône Lien extérieur ou Lien extérieur en anglais mènent vers des sites extérieurs aux Nations Unies. L'ONU n'est pas responsable de leurs contenus ou des liens qui y figurent. Ces liens vous sont proposés à des fins pratiques et n'impliquent aucune caution de la part de l'ONU.

système des Nations Unies et la lutte antimines

Quatorze départements, organismes, programmes et fonds des Nations Unies jouent un rôle dans les programmes d’action antimines dans 30 pays et trois territoires. Ils ont en commun une vision d’un monde libéré de la menace des mines terrestres et des restes explosifs de guerre, dans lequel les personnes et les communautés vivent dans un environnement sans risque propice au développement et où les besoins des victimes sont satisfaits.

Une politique définie conjointement par ces institutions (« Action antimines et coordination efficace : la politique interinstitution des Nations Unies PDF») détermine la répartition du travail au sein des Nations Unies.

Une grande partie du travail effectif, comme le déminage et l’éducation aux risques liés aux mines, est effectuée par des organisations non gouvernementales. Toutefois, des sous-traitants commerciaux et, dans certaines situations, des militaires fournissent également des services d’action humanitaire antimines en finançant des opérations ou en offrant des services aux personnes et aux communautés affectées par les mines terrestres et les restes explosifs de guerre.

Département des opérations de maintien de la paix des Nations Unies (DOMP)
Nations Unies, 37e étage, New York, NY 10017, États-Unis
Tél. (+1 212) 963-1875

Le DOMP est le département dont relève le Service de la lutte antimines des Nations Unies. Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix préside le Groupe de coordination interinstitutions de la lutte antimines, qui réunit des représentants de l’ensemble des 14 entités des Nations Unies concernées par l’action antimines. Le DOMP intègre l’action antimines dans les opérations de maintien de la paix, conformément à une déclaration de novembre 2003 du président du Conseil de sécurité PDF.

Service de la lutte antimines de l’ONU (SLAM)  EN
1, United Nations Plaza, 6e étage, New York, NY 10017, États-Unis
Tél. : (+ 1 212) 963-1875
Télécopieur : (+ 1 212) 963-2498
Contact EN

Le SLAM est une division du Département des opérations de maintien de la paix. C'est le centre de coordination de la lutte antimines au sein du système des Nations Unies. Il s’efforce, en collaborant avec les départements, institutions, fonds et programmes des Nations Unies, de faire en sorte que la réponse des Nations Unies au problème des mines terrestres soit efficace, prospective et coordonnée. Dans les contextes du maintien de la paix et des opérations d’urgence, le SLAM met en place et gère des centres de coordination de la lutte antimines, planifie et gère les opérations, mobilise les ressources et fixe les priorités de la lutte antimines dans les pays et territoires qu’il dessert.

Département des affaires de désarmement de l’ONU
United Nations, Room S-3170, New York, NY 10017, États-Unis
Tél. : (+ 1 212) 963-7000
Télécopieur : (+1 212) 963-1121

Le Département conseille et assiste le Secrétaire général des Nations Unies dans son travail relatif à la Convention sur l’interdiction des mines antipersonnel et à la Convention sur l’interdiction de certaines armes classiques. Il encourage la participation universelle aux cadres juridiques internationaux relatifs aux mines terrestres et aux restes explosifs de guerre et aide les pays à respecter leurs obligations au titre des conventions. Le Département considère la lutte antimines comme une activité essentielle du désarmement.

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) EN
Équipe chargée de la lutte antimines
1, United Nations Plaza, 20e étage, New York, NY 10017, États-Unis
Tél. : (+1 212) 906-6974
Télécopieur : (+1 212) 906-5123
Courriel : mineaction@undp.org

Avec ses bureaux de pays et son Équipe chargée de la lutte antimines du Bureau pour la prévention des crises et du relèvement, à New York, le PNUD aide les pays affectés par les mines à créer ou à renforcer des programmes nationaux et locaux de lutte antimines. Dans certaines circonstances, le PNUD, à la demande des autorités des pays affectés par les mines, gère une partie ou la totalité des éléments des programmes de lutte antimines et peut exécuter des projets spécifiques de lutte antimines. Les mines terrestres et les restes explosifs de guerre étant un obstacle au développement durable, le PNUD intègre l’action antimines dans ses programmes généraux de développement.

Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)
Équipe mines et armes légères
UNICEF House, New York, NY 10017, États-Unis
Tél. : (+1 212) 326-7498
Télécopieur : (+1 212) 326-7037
Courriel : landmines@unicef.org

L’UNICEF est convaincu que l’éducation et les soins prodigués aux enfants constituent la pierre angulaire du progrès humain. L’UNICEF a été créé pour coopérer avec d’autres afin de surmonter les obstacles que la pauvreté, la violence, la maladie et la discrimination placent sur le chemin de l’enfant. Cela comprend les enfants dans les pays affectés par les mines partout dans le monde. En collaboration avec les gouvernements, d’autres organismes des Nations Unies et des organisations internationales, régionales et non gouvernementales, l’UNICEF appuie l’élaboration et la mise en œuvre de projets d’éducation aux risques liés aux mines et d’aide aux survivants, et prône la fin de l’utilisation des mines terrestres, des munitions à dispersion et des autres armes d’emploi aveugle.

Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS)
The Chrysler Building, 405 Lexington Avenue, New York, NY 10174, États-Unis
Tel: (+1 212) 457-1251
Fax: (+ 1 212) 457-4049

L’UNOPS, qui coopère avec le SLAM, le PNUD, l’UNICEF et d’autres organismes, est un des principaux fournisseurs de services pour les projets et les programmes gérés ou financés par les Nations Unies, les institutions financières internationales, les banques de développement régionales et sous-régionales et les gouvernements hôtes.

L’action antimines des Nations Unies reçoit aussi le soutien des organismes suivants 

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture

La FAO a pour mandat d’assurer le secours humanitaire, ce qui implique parfois que l’Organisation participe à l’action antimines dans des situations d’urgence complexes, en particulier dans des zones rurales.

Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH)

Le BCAH échange des informations avec toutes les autres organisations au sujet de l’incidence humanitaire des mines terrestres et coopère avec le SLAM pour la mobilisation des ressources. Le BCAH est l’organe de gestion du Fonds central autorenouvelable d’urgence des Nations Unies et le coordonnateur de la « Procédure d’appel global », qui fournissent ou mobilisent tous deux des ressources financières pour l’action antimines.

Bureau de la Conseillère spéciale du Secrétaire général pour la parité des sexes et la promotion de la femme (OSAGI) EN

L'OSAGI met au point de nouvelles stratégies et de nouveaux programmes pour promouvoir la parité des sexes et l’autonomisation des femmes dans tous les secteurs, y compris la lutte antimines. Le rôle de l’OSAGI se situe principalement dans les domaines de la promotion et du soutien aux politiques d’intégration de la dimension de genre dans l’ensemble du travail des Nations Unies.

Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDC) 

Le HCDC n’a pas de mandat particulier dans le domaine de la lutte antimines, mais il exécute plusieurs projets qui touchent à ce domaine. Par exemple le HCDC s’efforce de protéger les personnes handicapées, y compris les survivants de mines terrestres ou de munitions non explosées.

Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)

La participation du HCR à l’action antimines comprend la sous-traitance et les services de déminage, la formation, la promotion de l’interdiction de l’utilisation de mines antipersonnel et l’aide aux victimes.

Programme alimentaire mondial

Le PAM participe à l’élimination des mines terrestres et des munitions non explosées en vue de faciliter l’exécution de l’aide alimentaire dans les situations d’urgence.

Organisation mondiale de la Santé (OMS)

(Départements de la prévention des traumatismes et de la violence) : l’OMS est principalement responsable pour la définition de normes, la fourniture de l’assistance technique et la promotion du développement des capacités institutionnelles en matière d’aide aux victimes. L’OMS œuvre avec les ministères de la Santé des pays affectés et coopère étroitement avec l’UNICEF et le Comité international de la Croix-Rouge.

Banque mondiale

La Banque mondiale contribue à atténuer les répercussions à long terme des mines terrestres et des munitions non explosées sur le développement économique et social. Elle joue également un rôle important dans la mobilisation des ressources.