ONUBienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde!

Note: les liens suivis de l'icône Lien extérieur ou Lien extérieur en anglais mènent vers des sites extérieurs aux Nations Unies. L'ONU n'est pas responsable de leurs contenus ou des liens qui y figurent. Ces liens vous sont proposés à des fins pratiques et n'impliquent aucune caution de la part de l'ONU.

recherche et développement

Les programmes de déminage ont toujours utilisé des moyens, des procédures et des exercices d’entraînement manuels, qui sont lents et requièrent une main-d’œuvre importante. Dans beaucoup de situations, les méthodes manuelles peuvent constituer le moyen le plus adéquat et le plus efficace pour détecter et détruire les mines terrestres. On admet toutefois de plus en plus qu’une technique d’application plus universelle peut permettre d’effectuer à moindre coût, plus rapidement et avec moins de risques la détection des mines, la préparation du sol et le déminage ainsi que d’autres composantes de l’action antimines.

Bien que certains progrès aient été enregistrés ces dernières années, la communauté de l’action antimines s’accorde généralement pour dire que les nouveautés technologiques, en particulier celles qui sont le résultat de la recherche et des techniques de pointe, n’ont pas répondu aux besoins de l’action antimines sur le terrain à ce jour.

Dans son rapport de 1997 à l’Assemblée générale, le Secrétaire général a souligné le potentiel offert par une application ciblée de la technologie à l’action antimines et a encouragé les États membres, les organisations régionales, les sociétés privées et les universitaires « à redoubler d’efforts, pour atteindre les objectifs nécessaires, de préférence de façon coordonnée et transparente ».

Le progrès technologique sans doute le plus impressionnant à ce jour est le caractère novateur des interventions menées sur le terrain par des ONG, des programmes d’action antimines et des sociétés commerciales faisant preuve d’ingéniosité en adaptant aux opérations de déminage le matériel utilisé dans d’autres domaines, notamment la construction et l'industrie forestière. Ces méthodes pratiques sont largement documentées dans des publications comme le rapport d’Handicap International intitulé Use of Mechanical Means for Humanitarian Demining Operations, le Catalogue du matériel pour l’action antimines humanitaire (juin 2000), du Gouvernement allemand, et la publication  Humanitarian Demining Developmental Technologies 2000-2001, du Gouvernement des États-Unis.

Centraliser l'information

Lors d’un forum d’information sur les techniques de déminage organisé les 4 et 5 juin 2001 à Vancouver, les participants – utilisateurs, scientifiques, développeurs et bailleurs de fonds – ont recommandé la création d’un point central pour l’échange d’informations sur les techniques d’action antimines. Ils songeaient à un système de portail unique qui leur donnerait accès, sous un format convivial, à toutes les informations pertinentes.

Afin de centraliser l'information, le SLAM a réuni un groupe de travail qui a donné naissance au Réseau électronique d’information sur les mines EN, donnant ainsi accès à un large éventail d’informations relatifs aux mines terrestres.