< < Page précédente

Logo des Nations Unies

C'est ça l'ONU!

Nous, peuples des Nations Unies, résolus à ...

Monolithe, œuvre abstraite de style libre en bronze, créé par Barbara Hepworth

Monolithe, œuvre abstraite de style libre en bronze, a été créé par Barbara Hepworth (Royaume-Uni) à la demande de Dag Hammarskjöld. M. Hammarskjöld, deuxième Secrétaire général de l’ONU (1953-1961), avait exprimé le souhait que le bassin situé en face du bâtiment du Secrétariat soit orné d’une sculpture qui rehausse l’ensemble. La sculpture a été inaugurée en juin 1964, trois ans après que M. Hammarskjöld eut trouvé la mort dans un accident d’avion en Rhodésie du Nord (aujourd’hui la Zambie), alors qu’il tentait de négocier la paix au Congo.

… et à ces fins

… avons décidé d’associer nos efforts pour réaliser ces desseins.

En conséquence, nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations Unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations Unies.

Préambule de la Charte des Nations Unies - (signée le 26 juin 1945 par 51 pays)

La Colombe de la paix, offerte à l’ONU en 1979 par le pape Jean-Paul II, est la reproduction d’une mosaïque réalisée dans la basilique constantinienne de Saint-Pierre sous le pontificat d’Innocent III

La Colombe de la paix, offerte à l’ONU en 1979 par le pape Jean-Paul II, est la reproduction d’une mosaïque réalisée dans la basilique constantinienne de Saint-Pierre sous le pontificat d’Innocent III (1198-1216). Les émaux utilisés ont été fabriqués en 1727; le cadre, fait en 1796, est en bronze doré. L’œuvre se trouve dans le Hall de l’Assemblée générale.

Une organisation internationale,
non un gouvernement mondial

La cloche de la paix, pour laquelle on a fondu des pièces de monnaie de plus de 60 pays, est un don de l’Association japonaise pour les Nations Unies.

Cette Cloche de la paix, pour laquelle on a fondu des pièces de monnaie de plus de 60 pays, est un don de l’Association japonaise pour les Nations Unies. Une inscription en japonais figure sur l’un des côtés : « Qu’une paix parfaite règne pour toujours dans le monde ». La structure qui abrite la cloche a été offerte par le Gouvernement israélien. La cloche se trouve à présent dans le jardin situé à l’ouest du bâtiment du Secrétariat.

L’ONU est une organisation d’États souverains. Ces États sont entrés librement à l’Organisation en vue d’œuvrer pour la paix dans le monde, d’encourager l’amitié entre toutes les nations et de favoriser le progrès économique et social. L’ONU a été créée officiellement le 24 octobre 1945. Elle comptait alors 51 États Membres; aujourd'hui, elle en compte 193.

L’ONU est une tribune, un lieu de rencontre pour presque toutes les nations. Elle peut les aider à régler les différends et résoudre les problèmes, et à agir dans pratiquement tous les domaines qui intéressent l’humanité.

Bien qu’elle soit parfois décrite comme un « parlement des nations », l’ONU n’est ni un organe supranational ni un gouvernement mondial. Elle ne délivre pas de passeport, elle n’a pas d’armée et ne perçoit pas d’impôt. Ses décisions ne peuvent être appliquées que si les États Membres en ont la volonté politique et ses activités sont financées au moyen des contributions versées par les États Membres.

L’ONU joue un rôle central dans l’apaisement des tensions internationales, la prévention des conflits et le rétablissement de la paix. Elle s’intéresse à l’environnement, à l’espace extra-atmosphérique et aux fonds marins. Elle a aidé à éradiquer de nombreuses maladies et à accroître la production alimentaire.

Elle aide et protège les réfugiés, lutte contre l’analphabétisme et intervient rapidement en cas de catastrophe naturelle. Elle s’emploie également à protéger et promouvoir les droits individuels en établissant des normes internationales relatives aux droits de l’homme.

Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.

statue, créée par Evgeniy Vuchetich

De l’épée au socle de charrue. Cette statue, créée par Evgeniy Vuchetich et offerte à l’ONU par l’URSS, est située dans la partie nord des jardins du Siège.

Gigantesque réplique en bronze d’un revolver de calibre 45

Non-violence, gigantesque réplique en bronze d’un revolver de calibre 45 dont le canon se termine par un nœud, a été créée par l’artiste suédois Karl Fredrik Reutersward. Ce don du Luxembourg se trouve devant le bâtiment de l’Assemblée générale, face à la Première Avenue, à la hauteur de la 45e Rue.

Les six principaux organes de l’ONU

L’ONU a six organes principaux : l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle, la Cour internationale de Justice et le Secrétariat. La Cour a son siège à La Haye (Pays-Bas). Tous les autres organes se trouvent au Siège de l’Organisation, à New York.

Le Siège à New York est le principal centre névralgique de l’Organisation, mais plusieurs activités importantes sont dirigées à partir de bureaux situés un peu partout dans le monde. Plusieurs organes de l’ONU se réunissent souvent ailleurs qu’au Siège. Le Conseil économique et social, par exemple, tient l’une de ses deux sessions ordinaires à Genève, et les commissions spéciales de l’Assemblée générale se sont souvent réunies dans d’autres pays. Des conférences sur des sujets tels que la population, l’alimentation, l’environnement et les droits de l’homme ont été organisées dans diverses régions du monde.

Trygve Lie (Norvège), Premier Secrétaire général

« L’ONU ne peut qu’exprimer la volonté collective de ses membres. Seule, elle ne peut rien. On peut l’utiliser ou la renforcer en s’appuyant sur l’expérience qu’elle a acquise ou on peut la détruire. », Trygve Lie (Norvège), Premier Secrétaire général, 1946-1952

L’Assemblée générale

L’Assemblée générale est le principal organe délibérant de l’ONU et se compose de tous les représentants des États Membres. Elle peut examiner toutes les questions qui relèvent de la Charte des Nations Unies et faire des recommandations aux États Membres (sauf pour ce qui a trait aux différends ou aux situations portés à l’attention du Conseil de sécurité). À l’Assemblée, chaque nation, petite ou grande, dispose d’une voix et les décisions importantes sont prises à la majorité des deux tiers.

L’Assemblée se réunit chaque année de septembre à décembre. Elle peut convoquer des sessions extraordinaires, à la demande du Conseil de sécurité ou d’une majorité d’États Membres.

L’Assemblée générale exerce aussi son action par le biais de ses grandes commissions, du Conseil des droits de l’homme et d’autres organes subsidiaires, ainsi que du Secrétariat.

Le tableau d’affichage des votes de la salle de l’Assemblée générale

Le tableau d’affichage des votes de la salle de l’Assemblée générale est situé au-dessus et à l’arrière de la tribune. Les votes des délégués sont enregistrés par un système électronique. Les délégués appuient sur un bouton qui se trouve sur leur table – vert pour « oui », rouge pour « non » et jaune pour « abstention ».

salle de l’Assemblée générale, décorée en bleu, vert et doré

La salle de l’Assemblée générale, décorée en bleu, vert et doré, peut accueillir 185 délégations. Chaque délégation dispose de six sièges – trois sièges situés derrière la table où siège le délégué principal et trois sièges à l’arrière pour les suppléants. Les 1 898 sièges de la salle sont munis d’écouteurs qui permettent d’entendre soit la personne qui prend la parole soit l’interprétation de l’intervention dans les six langues officielles de l’ONU –anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe.

Vitrail de Marc Chagall

Vitrail. Cette œuvre de Marc Chagall (France), qui a pour thème la paix et le bonheur, est située dans la partie ouest du Hall de l’Assemblée générale.

Le Conseil de sécurité

En vertu de la Charte, le Conseil de sécurité est responsable au premier chef du maintien de la paix et de la sécurité. Il peut se réunir à tout moment, lorsque la paix est menacée. Les États Membres sont tenus d’appliquer ses décisions. Lorsqu’une situation qui représente une menace pour la paix est portée à l’attention du Conseil, celui-ci commence généralement par recommander aux parties de trouver une solution pacifique. Si des hostilités éclatent, il essaie d’instaurer un cessez-le-feu. Il peut ensuite envoyer des missions de maintien de la paix dans les zones troublées par le conflit ou bien imposer des sanctions économiques ou un embargo en vue de rétablir la paix.

Le Conseil se compose de 15 membres, dont cinq membres permanents : la Chine, la France, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique. Les 10 autres membres sont élus par l’Assemblée générale pour deux ans et selon le principe de la représentation géographique. Les décisions sont prises par un vote affirmatif de neuf membres; sauf pour les questions de procédure, une décision ne peut être prise si un membre permanent s’y oppose (règle du « veto »). Le Conseil fait également des recommandations à l’Assemblée générale sur la nomination du Secrétaire général et l’admission de nouveaux membres à l’Organisation. De nombreux pays souhaitent que l’on élargisse la composition du Conseil et que l’on désigne de nouveaux membres permanents.

salle du Conseil de sécurité

La salle du Conseil de sécurité a été meublée par la Norvège et dessinée par le Norvégien Arnstein Arneberg. Le mur est presque entièrement recouvert par une fresque de Per Krohg (Norvège) qui symbolise la promesse de la paix et de la liberté. Il y a 164 places pour le public et 118 pour la presse.

Le Conseil économique et social

Le Conseil économique et social est l’organe principal de l’ONU chargé de coordonner les activités économiques et sociales de l’ONU et des autres organisations du système des Nations Unies. Il compte 54 membres élus qui représentent toutes les régions du monde. Jusqu’à 70 % des activités du système des Nations Unies sont consacrées à promouvoir la hausse du niveau de vie, le plein-emploi et de meilleures conditions pour le progrès et le développement économique et social. Le Conseil recommande et dirige l’exécution d’activités visant à promouvoir la croissance économique des pays en développement, à défendre les droits de l’homme et à favoriser la coopération internationale pour lutter contre la pauvreté et le sous-développement.

Pour répondre à des besoins spécifiques, l’Assemblée générale a créé un certain nombre d’institutions spécialisées telles que:

ainsi que des programmes tels que :

Les activités de ces institutions et programmes sont coordonnées par le Conseil économique et social.

Deux peintures murales, intitulées « Guerre » et « Paix »

Paix. Deux peintures murales, intitulées « Guerre » et « Paix » ont été offertes à l’ONU par le Brésil en 1957. Mesurant chacune 10 x 13 m, elles sont l’œuvre du regretté artiste brésilien Candido Portinari et se trouvent sur les murs est et ouest du hall des délégués, au rez-de-chaussée du bâtiment de l’Assemblée générale.

salle du Conseil économique et social

La salle du Conseil économique et social a été dessinée par le Suédois Sven Markelius et meublée par la Suède.

Le Conseil de tutelle

En vertu de la Charte des Nations Unies, le Conseil de tutelle est chargé de superviser l’administration des territoires – anciennes colonies ou territoires non autonomes – placés sous le régime international de tutelle. Ce régime a été créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour améliorer la condition des habitants des territoires non autonomes et favoriser leur évolution progressive à l’autonomie ou l’indépendance.

Depuis la création du Conseil de tutelle, plus de 70 territoires coloniaux, y compris les 11 territoires qui étaient originellement sous tutelle, ont accédé à l’indépendance avec l’aide de l’ONU. En 1994, le Conseil a donc officiellement décidé d’interrompre ses activités et il ne se réunit plus qu’en fonction des besoins.

statue en teck, qui représente une femme aux bras levés

Cette statue en teck, qui représente une femme aux bras levés, est l’œuvre du Suédois Henrik Starcke. Elle est placée contre l’un des murs de la salle du Conseil.

mosaïque de Norman Rockwell

« Faites pour autrui ce que vous voudriez que l’on fasse pour vous. » Cette inscription figure sur une mosaïque de Norman Rockwell (États-Unis d’Amérique), qui représente des personnes de différentes nationalités. Elle est située au troisième étage, près de la salle du Conseil économique et social.

salle du Conseil de tutelle

La salle du Conseil de tutelle. Elle a été meublée par le Danemark et dessinée par le Danois Finn Juhl.

La Cour internationale de Justice

La Cour internationale de Justice est l’organe judiciaire principal des Nations Unies. Elle se compose de 15 magistrats venant de pays différents, élus par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité. Elle règle seulement les différends entre États – et non les différends entre particuliers – conformément au droit international. Les États ne sont pas obligés de participer aux procédures, à moins d’y être tenus par les dispositions particulières d’un traité. Lorsqu’un État accepte la juridiction de la Cour, il doit respecter ses décisions.

Le siège de la Cour internationale de Justice se trouve à La Haye, aux Pays-Bas. La Cour est installée dans le « Palais de la paix », qui avait été construit à l’origine par la Fondation Carnegie, association privée à but non lucratif, pour accueillir la Cour permanente de justice internationale, la devancière de la Cour actuelle. L’ONU verse une contribution annuelle à la Fondation pour l’usage des locaux.

Cour internationale de Justice

À l’issue d’un concours international qui a suscité bien des débats et grâce au soutien financier de la Fondation Carnegie, c’est le projet de l’architecte français Louis Cordonnier qui est aujourd’hui le Palais de la Paix à La Haye (Pays-Bas). Cet édifice abrite la Cour internationale de Justice comme il avait abrité ses devancières depuis 1913.

Cour internationale de Justice

La Cour internationale de Justice est composée de 15 juges élus pour des mandats de neuf ans par l’Assemblée générale et le Conseil de sécurité des Nations Unies siégeant séparément. Elle ne peut comprendre plus d’un juge de la même nationalité. Les élections ont lieu tous les trois ans pour renouveler un tiers des sièges. Les juges dont le mandat arrive à expiration sont rééligibles. Les membres de la Cour sont des magistrats indépendants qui ne représentent pas leur gouvernement.

Le Secrétariat

Le Secrétariat est composé de fonctionnaires internationaux en poste au Siège de l’ONU, à New York, ainsi que dans les offices des Nations Unies à Genève, Vienne et Nairobi et en d’autres lieux. Il est divisé en départements et bureaux regroupant au total près de 16 000 agents venant de 175 pays. Les fonctionnaires exécutent les tâches fonctionnelles et administratives de l’Organisation conformément aux directives de l’Assemblée générale, du Conseil de sécurité et des autres organes.

Le Secrétariat a à sa tête le Secrétaire général, qui est nommé par l’Assemblée générale pour cinq ans, sur recommandation du Conseil de sécurité. En tant que plus haut fonctionnaire de l’Organisation, il dirige les travaux que le Secrétariat accomplit à la demande des organes délibérants. Il est également chargé d’appliquer les décisions prises par les divers organes des Nations Unies.

Le Secrétaire général peut appeler l’attention du Conseil de sécurité sur toute affaire qui, à son avis, pourrait mettre en danger la paix et la sécurité internationales. Il peut user de ses « bons offices » pour prévenir les conflits ou favoriser le règlement pacifique des différends entre États. Il peut également agir de sa propre initiative pour régler une question d’ordre humanitaire ou tout autre problème qui revêt une importance particulière.

Siège de l’ONU, New York

Siège de l’ONU, New York. Plus de 4 700 personnes
venant de toutes les régions du monde y travaillent.

Huit Secrétaires généraux seulement se sont succédé depuis la création de l’ONU :

« L’Organisation des Nations Unies est plus nécessaire que jamais. Elle ne sera pas pleinement au service des peuples du monde tant que la paix, le développement et les droits de l’homme, les trois piliers de son action, ne progresseront pas simultanément avec une égale vigueur. »
Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations-Unies Ban Ki-moon

Le Secrétaire général, est M. Ban Ki-moon

Diplomate et défenseur des grandes causes autant que fonctionnaire international et chef d’administration, le Secrétaire général représente les idéaux de l’Organisation des Nations Unies et est le porte-parole des peuples du monde entier, en particulier de ceux qui sont pauvres et vulnérables. Le Secrétaire général en exercice, qui est le huitième à occuper le poste de Secrétaire général, est M. Ban Ki-moon (République de Corée), qui a pris ses fonctions le 1er janvier 2007.

L’endroit où le monde entier se donne rendez-vous

Le site actuel du Siège de l’ONU était autrefois un quartier occupé par des abattoirs, des installations industrielles et des docks pour barges ferroviaires. À l’ouest, les camions circulaient bruyamment sur la 1re Avenue, qui était à double sens, et, à l’est, les voitures roulaient sur l’East River Drive à vive allure. Aujourd’hui, avec les 39 étages du bâtiment du Secrétariat qui s’élancent vers le ciel, le site a changé complètement d’aspect.

À l’origine, il n’avait même pas été envisagé que le Siège de l’ONU soit installé à New York. Plusieurs villes d’Europe et d’Amérique du Nord avaient offert de l’accueillir. Il avait même été proposé que l’Organisation soit installée sur un navire qui se déplacerait constamment sur les mers et ferait ainsi une sorte de croisière permanente autour du monde.

Bâtiment du Secrétariat de l’ONU

Bâtiment du Secrétariat de l’ONU

Avant de s’installer de façon permanente, l’Organisation a mené une existence errante qui a commencé en janvier 1946, lorsque la première session de l’Assemblée générale s’est ouverte à Londres. De là, elle a déménagé en mars 1946 à Hunter College, dans le Bronx, à New York, puis s’est installée en août 1946 à l’usine Sperry Gyroscope de Lake Success, dans l’État de New York. Quelques-unes des séances du Conseil de sécurité se sont tenues à l’hôtel Henry Hudson, sur la 5e Avenue de Manhattan, avant que l’Organisation ne s’installe à Lake Success.

Le 10 décembre 1945, le Congrès des États-Unis a invité l’ONU à s’installer de façon permanente aux États-Unis. La décision d’accepter cette invitation a été prise à Londres le 14 février 1946 par l’Assemblée générale, à sa première session. L’Assemblée a également accepté les 8,5 millions de dollars qu’offrait John D. Rockefeller Jr. à l’Organisation pour qu’elle puisse acheter le terrain où elle se trouve actuellement. La ville de New York offrait en outre à l’Organisation des terrains qui se trouvaient sur son site actuel ou lui étaient adjacents.

Propriété de l’ONU, ce site, qui couvre une superficie de sept hectares est un territoire international. L’Organisation y dispose de ses propres services de lutte contre l’incendie et de sécurité et d’un bureau de poste habilité à vendre des timbres émis par elle.

Le bâtiment du Secrétariat a été conçu par une équipe de 11 architectes de renommée mondiale, dirigée par Wallace K. Harrison (États-Unis d’Amérique). À l’origine, les architectes voulaient construire un bâtiment de 45 étages d’un coût de 85 millions de dollars mais celui-ci a été ensuite réduit de 20 millions de dollars et le nombre d’étages ramené de 45 à 39. La première pierre du bâtiment a été posée le 24 octobre 1949. Le personnel du Secrétariat a commencé à emménager dans ses bureaux 19 mois plus tard, le 21 août 1951.

Le Siège de l’ONU se compose d’un certain nombre de bâtiments et installations communiquant entre eux, à savoir : le bâtiment du Secrétariat, le bâtiment des conférences (qui se compose de la salle du Conseil de sécurité, de la salle du Conseil économique et social, de la salle du Conseil de tutelle, des salles de conférence et de restaurants), le bâtiment de l’Assemblée générale, le bâtiment de la bibliothèque, une imprimerie souterraine de trois étages et une cafétéria. Il comprend également un garage souterrain s’étageant sur trois niveaux, pouvant accueillir plus de 1 000 voitures.

Vue du site choisi pour accueillir le Siège de l’ONU

Vue du site choisi pour accueillir le Siège de l’ONU, de la 41e Rue,
à Tudor City, jusqu’à la 48e Rue, au nord, octobre 1949.

La paix n’est pas seulement un rêve

Kofi Annan, et le Président de la cinquante-sixième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, Han Seung-soo

Le septième Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Kofi Annan, et le Président de la cinquante-sixième session de l’Assemblée générale des Nations Unies, Han Seung-soo, reçoivent le prix Nobel de la paix à Oslo, le 10 décembre 2001.

Les membres du personnel de maintien de la paix des Nations Unies, avec leurs casques bleus, sont les symboles les plus visibles de l’action de l’ONU en faveur de la paix. Soldats acceptant librement d’être détachés de l’armée de leur pays, ils remplissent le rôle d’une tierce partie impartiale. Ils aident à créer et à maintenir un cessez-le-feu et à créer une zone tampon entre les parties belligérantes. Leur présence contribue à rendre possible la recherche d’un règlement pacifique du conflit par la voie diplomatique. Pendant qu’ils maintiennent la paix sur le terrain, les médiateurs de l’Organisation s’entretiennent avec les dirigeants des parties ou des pays qui s’affrontent et tentent de trouver une solution pacifique.

De nos jours, le maintien de la paix ne consiste pas seulement à maintenir la paix et la sécurité. Le personnel des forces de paix des Nations Unies apporte de plus en plus souvent son concours au déroulement des processus politiques, à la réforme des systèmes judiciaires, à la formation des forces de police et autres entités chargées de l’application des lois, au désarmement des anciens combattants et au déminage.

Photo de Ralph BUnche

En 2005, le prix Nobel de la paix a été décerné à l’Agence internationale de l’énergie atomique et à son Directeur général, Mohamed ElBaradei. C’était la neuvième fois que le Comité Nobel mettait les Nations Unies à l’honneur : il avait déjà décerné le prix de la paix à l’ONU et à Kofi Annan (2001), aux Forces de maintien de la paix des Nations Unies (1988), au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (1954 et 1981), à l’Organisation internationale du Travail (1969), à l’UNICEF (1965), à Dag Hammarskjöld (1961) et à Ralph Bunche (1950).

« Je crois que la vie est précieuse et doit être protégée et respectée et que tous les êtres humains ont le droit de vivre dans la dignité. »
Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, Ban Ki-moon.

Des armes sont brûlées lors du lancement officiel du processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion à Muramvya (Burundi)

Des armes sont brûlées lors du lancement officiel du processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion à Muramvya (Burundi). Les membres de l’armée burundaise ont accepté librement d’être désarmés sous les auspices d’une mission de paix et d’observateurs de l’ONU.

Entre 1945 et 2006, les forces de maintien de la paix des Nations Unies se sont acquittées de 61 missions sur le terrain et ont participé à la mise en œuvre de 172 règlements pacifiques de conflits régionaux. Elles ont également permis l’organisation d’élections libres et honnêtes dans plus de 145 pays. Au total, 108 pays ont fourni du personnel militaire et du personnel de police aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

Réfugiés afghans du camp de Chaman

Réfugiés afghans du camp de Chaman, ville pakistanaise située à la frontière avec l’Afghanistan. Les enfants constituent une forte proportion de la population des camps de réfugiés afghans installés au Pakistan.

Le maintien de la paix dans le monde

Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies sont moins coûteuses que d’autres formes d’intervention internationales. Au début de 2007, près de 92 200 personnes servaient dans les rangs des 18 forces de maintien de la paix des Nations Unies, réparties dans quatre continents et 10 fuseaux horaires, et leur action avait une incidence directe sur la vie de centaines de millions de personnes. Le budget du maintien de la paix pour l’exercice clos en juin 2007 était d’environ 4,75 milliards de dollars, soit moins de 0,5 % des dépenses militaires mondiales.

De jeunes enfants soudanais du camp Hey Al Baraka

De jeunes enfants soudanais du camp Hey Al Baraka pour les personnes déplacées de Khartoum (Soudan) attendent le feu vert pour prendre des brochures d’information imprimées à la fois en anglais et en arabe, lors du lancement de la campagne soudanaise d’information à l’intention des rapatriés, qui a été organisée avec l’aide des organismes des Nations Unies et d’organisations non gouvernementales.

Une femme de la province de Macamba (Burundi)

Une femme de la province de Macamba (Burundi) dépose son bulletin de vote lors du référendum national sur le projet de constitution pour la période postérieure à la transition, première étape du processus électoral préalable à la constitution d’un nouveau gouvernement.

Des véhicules de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL)

Des véhicules de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) effectuant une patrouille près de As Siddiqin sont accueillis avec le sourire par de jeunes Libanais.

Un soldat de l’opération de maintien de la paix des Nations Unies au Timor oriental est accompagné par un groupe d’enfants

Un soldat de l’opération de maintien de la paix des Nations Unies au Timor oriental est accompagné par un groupe d’enfants pendant qu’il effectue une patrouille de sécurité.

Des droits de l’homme pour tous

En adoptant la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 1948, l’ONU a fixé des règles communes à tous les pays en ce qui concerne ces droits. Conformément à la Déclaration, les gouvernements sont tenus de faire en sorte que tous les êtres humains des deux sexes, riches ou pauvres, forts ou faibles, quelles que soient leur race et leur religion, soient traités sur un pied d’égalité.

Depuis lors, l’ONU a adopté de nombreux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme, traitant de questions telles que les droits des femmes, la discrimination raciale et les droits des enfants. Lorsque les gouvernements deviennent parties à ces instruments, ils souscrivent à l’obligation de les honorer. Lorsque des violations se produisent, les organes spécialement créés en vertu de ces instruments les examinent et formulent des recommandations pour rectifier la situation. L’ONU peut aussi prendre des mesures à l’encontre d’un pays qui n’honore pas les obligations qui lui incombent en vertu d’un instrument international relatif aux droits de l’homme auquel il est partie.

La Convention des Nations Unies de 1989 relative aux droits de l’enfant est ratifiée à ce jour par 191 pays, plus largement que tout autre instrument international. Cet instrument historique relatif aux droits de l’homme dispose que tous les enfants ont un droit inhérent à la vie. Il exige des pays qu’ils en appliquent les dispositions à chaque enfant, sans discrimination d’aucune sorte.

Trois jeunes filles

Une personne sur six dans le monde est analphabète. Les femmes constituent près des deux tiers de ce groupe de population et plus de 70 % des pauvres du monde. En outre, elles reçoivent des salaires inférieurs à ceux des hommes, n’en représentant parfois que le quart. En 1979, l’ONU a adopté la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Plus de 150 pays sont parties à cette convention et plus d’une centaine rendent compte des progrès qu’ils accomplissent pour assurer l’égalité des sexes.

Le Conseil des droits de l’homme, créé en juin 2006, est la principale instance mondiale de dialogue et de coopération concernant les droits de l’homme. Organe subsidiaire de l’Assemblée générale, il rend directement compte de son action à tous les États Membres de l’ONU et est administré par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. La promotion du respect des droits de l’homme prend une place de plus en plus centrale dans l’aide au développement fournie par l’Organisation. Le droit au développement, en particulier, est considéré comme faisant partie intégrante du dispositif dynamique, à la fois civique, économique, politique et social, devant permettre d’accroître la protection et le bien-être de chacun. L’exercice de ce droit nécessite d’éliminer la pauvreté, objectif majeur de l’ONU.

Développement et paix : deux mots indissolublement liés

Environ 1,3 milliard de personnes dans le monde vivent dans la pauvreté absolue et gagnent moins de 1 dollar par jour. Ces personnes ne disposent souvent pas de ce qui est nécessaire pour mener une vie décente : une alimentation suffisante, de l’eau potable, des soins de santé efficaces, un logement convenable et la possibilité de recevoir une éducation et une formation de base pour s’assurer une subsistance. La paix ne pourra s’instaurer durablement dans le monde tant que le développement économique et social pour tous ne deviendra pas une réalité. L’ONU consacre plus de 80 % de ses ressources à la réalisation de cet objectif.

Au Sommet du Millénaire, tenu en septembre 2000, le plus grand nombre de dirigeants mondiaux jamais réuni ont adopté la Déclaration du Millénaire, dans laquelle ils se sont engagés, au nom de leur pays, à mettre en place un nouveau partenariat mondial pour faire reculer l’extrême pauvreté et atteindre une série d’objectifs assortis de délais connus sous le nom d’objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Les OMD sont des objectifs dont la réalisation doit permettre de faire reculer l’extrême pauvreté sous ses nombreux aspects – insuffisance des revenus, faim, maladie, manque de logement convenable et exclusion – et de promouvoir l’égalité des sexes, l’éducation et la protection de l’environnement. Ils visent aussi à garantir à tous les droits de l’homme les plus fondamentaux – le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit à un logement et le droit à la sécurité.

La dégradation de l’environnement ne connaît pas de frontières. Les émissions de souffre produites dans un pays rendent la pluie acide dans les pays où le vent les transporte. L’appauvrissement de la couche d’ozone due aux chlorofluorocarbones (CFC) utilisés dans un pays peut causer des cancers de la peau à l’autre bout du monde. En amenant les gouvernements à prévenir les changements climatiques, la pollution de l’air et de l’eau, l’extinction d’espèces vivantes et de nombreux autres problèmes, l’ONU aide à protéger l’environnement. Au Sommet de la terre, nom donné à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement tenue à Rio de Janeiro en 1992, les dirigeants mondiaux ont adopté Action 21, plan mondial de développement durable.

Femmes africaines

Plus de 1,1 milliard de personnes vivant dans les pays en développement ne disposent pas d’eau potable, pourtant absolument indispensable à la santé. En décembre 2003, l’Assemblée générale a proclamé les années 2005 à 2015 Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau, source de vie ». L’objectif premier de la Décennie est de promouvoir concrètement le respect d’engagements internationaux énoncés dans les OMD, à savoir réduire de moitié le pourcentage de personnes qui ne disposent pas d’eau potable et mettre un terme à l’exploitation non viable des ressources en eau.

Objectifs du Millénaire pour le développement

Objectif 1 : Réduire l’extrême pauvreté et la faim
       * D’ici à 2015, réduire de moitié la proportion de la population mondiale dont le revenu est inférieur à 1 dollar par jour.
       * D’ici à 2015, réduire de moitié la proportion des personnes qui souffrent de la faim.

Objectif 2 : Assurer l’éducation primaire pour tous
       * D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires.

Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes
       * Éliminer les disparités entre les sexes dans les enseignements primaire et secondaire d’ici à 2005 si possible et à tous les niveaux de l’enseignement en 2015 au plus tard.

Objectif 4 : Réduire la mortalité infantile
       * D’ici à 2015, réduire de deux tiers le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans.

Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle
       * D’ici à 2015, réduire de trois quarts le nombre de femmes qui meurent à cause de complications de la grossesse ou de l’accouchement.

Objectif 6 : Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies
       * D’ici à 2015, enrayer et commencer à faire reculer la pandémie de sida.
       * D’ici à 2015, stabiliser et commencer à réduire l’incidence du paludisme et d’autres grandes maladies.

Objectif 7 : Assurer un environnement durable
       * Inverser la tendance actuelle à la déperdition des ressources environnementales.
       * D’ici à 2015, réduire de moitié la proportion des personnes n’ayant pas d’accès durable à de l’eau potable.
       * D’ici à 2020, améliorer sensiblement les conditions de vie d’au moins 100 millions d’habitants de taudis.

Objectif 8 : Mettre en place un partenariat mondial pour le développement
       * Répondre aux besoins particuliers des pays les moins avancés, des pays sans littoral et des petits États insulaires en développement.
       * Traiter globalement le problème de la dette des pays en développement, par des mesures d’ordre national et international propres à rendre leur niveau d’endettement viable à long terme.
       * En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les bénéfices des nouvelles technologies, en particulier des technologies de l’information et des communications, soient accordés à tous.

Venez à l’ONU, c’est votre monde

Le Siège de l’Organisation est l’un des endroits de New York qui attirent le plus de touristes. Plus d’un million de personnes s’y rendent tous les ans et la moitié environ saisissent l’occasion qui leur est offerte d’en faire une visite guidée.

Les visites guidées du Siège sont proposées dans pas moins de 20 langues. Sous la direction de guides de nombreuses nationalités, vous pourrez découvrir les grandes salles de conférence où les représentants des pays membres de l’Organisation se réunissent et examinent les questions d’intérêt mondial. Au cours de la plupart des visites, vous pourrez voir la salle de l’Assemblée générale et, s’il ne siège pas à ce moment-là, celle du Conseil de sécurité. Vous verrez également des objets et des œuvres d’art dont des États Membres ont fait don à l’Organisation.

Informations générales

Boutique cadeaux : La boutique cadeaux située dans la salle des pas perdus du premier sous-sol du bâtiment de l’Assemblée générale est ouverte sept jours sur sept. On y trouve de nombreux articles, dont des souvenirs de l’ONU et des cadeaux provenant du monde entier. Pour tout renseignement, veuillez appeler le (212) 963-7700.
Personnes handicapées : Le Siège de l’Organisation des Nations Unies est accessible aux personnes handicapées. Des fauteuils roulants sont mis à la disposition des personnes qui en font la demande pour la durée de la visite.

07-26301 – DPI/1938.Rev.4
Préparé par le Département de l’information de l’Organisation des Nations Unies

Haut de page