[an error occurred while processing this directive]

Informations générales

La soixante-troisième session de l’Assemblée générale des Nations Unies s’est ouverte le 16 septembre au Siège de l’ONU à New York.

Le débat général annuel, à l’occasion duquel des dizaines de chefs d’État et de gouvernement et des ministres font habituellement des déclarations, a débuté le mardi 23 septembre et pris fin le 1er octobre 2008.

Le débat général annuel s’est articulé autour d’un thème principal intitulé « Les incidences de la crise alimentaire mondiale sur la pauvreté et la faim dans le monde ainsi que le besoin de démocratiser les Nations Unies », qui a été proposé par le Président de la 63e session.

Plusieurs manifestations importantes marqueront la soixante-troisième session, qui durera jusqu’à la mi-septembre 2009.

Parmi les principales questions qu’examinera l’Assemblée, on peut citer :

  • La démocratisation de l’ONU, notamment lesévaluations des travaux du Conseil de sécurité et des institutions de Bretton Woods, ainsi que la revitalisation de l’Assemblée générale;
  • Le financement du développement pour venir à bout de la faim et de la pauvreté et ouvrir l’accèsà l’eau potable et aux services de santé de base;
  • Les changements climatiques dans un monde divisé mais écologiquement interdépendant;
  • La réalisation des objectifs de la Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau, source de vie » (2005-2015);
  • L’application de la Stratégie antiterroriste, dans le strict respect des droits de l’homme;
  • La sécurité humaine dans le cadre de la paix et de la sécurité internationales, y compris le désarmement et le contrôle nucléaire.

L’Assemblée examinera ces questions prioritaires en tenant compte des différences entre les sexes et continuera d’examiner les questions relatives à la cohérence de l’action du système des Nations Unies, au développement durable et au sida.

Suite donnée au Sommet mondial de 2005

Comme suite à la Déclaration du Millénaire et au texte novateur que représente le Document final du Sommet mondial de 2005, l’Assemblée a créé jusqu’à présent deux nouveaux organes subsidiaires : la Commission de consolidation de la paix et le Conseil des droits de l’homme. Elle a aussi adopté une Stratégie antiterroriste, ainsi que plusieurs mesures visant à renforcer le Conseil économique et social et à réformer le Secrétariat. À sa soixantetroisième session, elle devrait continuer d’examiner certaines tâches inachevées, telles que la mise enœuvre de la Stratégie antiterroriste, la poursuite des efforts de cohérence de l’action du système des Nations Unies, la mise en place d’un cadre institutionnel pour les activités environnementales et la réforme de la gestion et du Secrétariat.

Revitalisation des travaux de l’Assemblée générale

L’Assemblée s’est efforcée ces dernières années de recentrer ses travaux et d’améliorer leur pertinence. Elle a fait de cet objectif une de ses grandes prioritésà sa cinquante-huitième session et a poursuivi ses efforts à ses sessions ultérieures en vue de simplifier l’ordre du jour, d’améliorer les pratiques et les méthodes de travail des grandes commissions, de renforcer le rôle du Bureau, de consolider le rôle et l’autorité du Président et d’examiner le rôle que joue l’Assemblée dans le choix du Secrétaire général.

À sa soixantième session, l’Assemblée a adopté un texte joint en annexe à la résolution 60/286 du 8 septembre 2006, où il est notamment préconisé de tenir des débats interactifs informels sur les questions d’actualité présentant une grande importance pour la communauté internationale. Ce texte, recommandé par le Groupe de travail spécial sur la revitalisation de l’Assemblée générale, invite en outre le Président de l’Assemblée générale à proposer des thèmes pour les débats interactifs.

Durant la soixante-deuxième session, cinq débats interactifs informels ont été tenus sur les thèmes suivants :

Élections du Président et des vice-présidents de l’Assemblée générale et des présidents des grandes commissions

Par suite de la revitalisation de ses travaux, et selon l’article 30 de son Règlement intérieur, l’Assemblée générale élit à présent son président, ses vice-présidents et les présidents des six grandes commissions au moins trois mois avant le début de la nouvelle session afin d’améliorer encore la coordination et la préparation des travaux entre les grandes commissions et entre celles-ci et la séance plénière.

Bureau

Le Bureau — composé du Président et des 21 viceprésidents de l’Assemblée et des présidents des six grandes commissions — fait des recommandationsà l’Assemblée concernant l’adoption de l’ordre du jour, la répartition des questions inscrites à l’ordre du jour et l’organisation des travaux.

Le rôle du Bureau a été encore renforcé lors des dernières sessions grâce à l’organisation de réunions offi cieuses et de séances d’information, ouvertes à tous les États Membres, sur des questions précises examinées par l’Assemblée ou ayant trait à ses travaux.

Commission de vérification des pouvoirs

La Commission de vérification des pouvoirs, dont les membres sont nommés par l’Assemblée généraleà chaque session, fait rapport à l’Assemblée sur les pouvoirs des représentants.

Débat général

La pratique consistant à choisir une question d’intérêt mondial pour la session remonte à 2003, lorsque l’Assemblée générale a décidé de renforcer son autorité et son rôle (résolution 58/126 de décembre 2003).

Le débat général a duré, non pas neuf jours ouvrables, comme c’est le cas habituellement (conformément à la résolution 57/301 de mars 2003), mais six, afin que les débats pléniers de haut niveau d’examen à mi-parcours du Programme d’action d’Almaty puissent se tenir les 2 et 3 octobre 2008.

Le Secrétaire général a présenté son rapport sur l’activité de l’Organisation (A/63/1) juste avant le débat général, ainsi que le veut la pratique instaurée à la cinquante-deuxième session.

Les six grandes commissions

Après la clôture du débat général, l’Assemblée entame l’examen des questions de fond inscrites à son ordre du jour. Comme elle doit étudier un grand nombre de questions (plus de 160 points étaient ainsi inscrits à l’ordre du jour de sa soixante-deuxième session), elle renvoie certaines questions à ses six grandes commissions, selon les domaines de compétence de chacune.

Toutefois, pour un certain nombre de points, par exemple la question de Palestine et la situation au Moyen-Orient, l’Assemblée prend des décisions directement en séance plénière.

Les groupes de travail de l’Assemblée générale

Par le passé, l’Assemblée a autorisé la création de groupes de travail chargés d’examiner de façon plus détaillée certaines questions importantes et de lui faire des recommandations concrètes.

Le Groupe de travail chargé d’examiner la question de la répartition équitable au Conseil de sécurité et de l’augmentation du nombre de ses membres, créé par la résolution 48/26 de l’Assemblée en date du 3 décembre 1993, s’est réuni pendant la soixante-deuxième session. Il devrait poursuivre ses travaux pendant la soixante-troisième session.

Les groupes régionaux

Plusieurs groupes régionaux offi cieux se sont formés au fil des années au sein de l’Assemblée générale pour faciliter les consultations et accélérer les décisions sur les questions de procédure. Ces groupes sont les suivants :

  • États d’Afrique;
  • États d’Asie;
  • États d’Europe orientale;
  • États d’Amérique latine et des Caraïbes; et
  • États d’Europe occidentale et autres États.

La présidence de l’Assemblée générale revient à tour de rôle à chacun des groupes régionaux. Le Président élu de la soixante-troisième session de l’Assemblée générale appartient au Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes.

Sessions extraordinaires et sessions extraordinaires d’urgence

En dehors de ses sessions ordinaires, l’Assemblée peut se réunir en sessions extraordinaires ou en sessions extraordinaires d’urgence.

Réalisation des tâches confiées par l’Assemblée générale

Les travaux de l’Organisation découlent en grande partie des décisions de l’Assemblée générale et sont exécutés :

  • Par les comités et autres organes établis par l’Assemblée, qui étudient certaines questions, telles que le désarmement, l’espace, le maintien de la paix, le développement économique, l’environnement et les droits de l’homme, et font rapport à leur sujet;
  • Par le Secrétariat de l’ONU — le Secrétaire général et les fonctionnaires internationaux de l’Organisation.

Publié par le Département de l’information des Nations Unies - DPI/2516A

Haut de page