ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Assemblée générale des Nations Unies

Logo ONU

Réunions

Examen quinquennal de la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement - Examen Maurice +5 (24-25 septembre 2010)

Le Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement, adopté à la Barbade en 1994, mettait en lumière les difficultés particulières qui ont gravement entravé le développement socioéconomique de ces pays. Le Programme d’action de la Barbade a traduit Action 21 en mesures concrètes visant à permettre aux petits États insulaires en développement de parvenir à un développement durable.

En 2005, la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement a été adoptée. La Stratégie énonce des mesures dans 19 domaines prioritaires, y compris les thèmes initialement proposés dans le Programme d’action de la Barbade.

En 2008, l’Assemblée générale a décidé, par sa résolution 62/191, d’examiner, à sa 65e session, les progrès de l’action menée pendant cinq ans pour réduire la vulnérabilité des petits États insulaires en développement dans le cadre de l’application de la Stratégie de mise en œuvre de Maurice. Dans ses résolutions 63/213 et 64/199, l’Assemblée générale a précisé encore les attentes des États Membres et les modalités de l’examen.

Cet examen devrait offrir à la communauté internationale l’occasion de procéder à une évaluation approfondie des progrès réalisés, des enseignements tirés de l’expérience et des obstacles rencontrés dans l’application de la Stratégie de mise en œuvre de Maurice et de convenir de ce qu’il faut faire pour réduire encore la vulnérabilité des petits États insulaires en développement.

Sources :

Qu'est-ce qu'un petit État insulaire en développement?

Si les petits États insulaires en développement ont de nombreuses caractéristiques en commun avec les autres pays en développement, il est généralement admis qu’ils font néanmoins face à des difficultés qui leur sont propres. Par ailleurs, le Comité des politiques de développement a fait observer qu’il n’existe aucune définition convenue du groupe des petits États insulaires en développement et que, dans la pratique, ce sont les pays eux-mêmes qui décident d’en devenir membres aux fins présent rapport, l’expression « petits États insulaires en développement » désigne les 38 États Membres de l’ONU qui figurent sur le site Internet du Bureau du Haut-Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement.

  1. Antigua-et-Barbuda *
  2. Bahamas *
  3. Bahreïn
  4. Barbade *
  5. Belize
  6. Cap-Vert *
  7. Comores *
  8. Cuba
  9. Dominique *
  10. Fidji *
  11. Grenade *
  12. Guinée-Bissau
  13. Guyana
  14. Haïti
  15. Îles Marshall *
  16. Îles Salomon *
  17. Jamaïque *
  18. Kiribati *
  19. Maldives *
  1. Maurice *
  2. Micronésie (États fédérés de) *
  3. Nauru *
  4. Palaos *
  5. Papouasie-Nouvelle-Guinée *
  6. République dominicaine
  7. Sainte-Lucie *
  8. Saint-Kitts-et-Nevis *
  9. Saint-Vincent-et-les Grenadines *
  10. Samoa *
  11. Sao Tomé-et-Principe *
  12. Seychelles *
  13. Singapour
  14. Suriname
  15. Timor-Leste *
  16. Tonga *
  17. Trinité-et-Tobago *
  18. Tuvalu *
  19. Vanuatu *

Compte tenu des données disponibles, des questions de qualité et d’agrégation, on peut également obtenir des résultats agrégés pour un sous-groupe de 29 petits États insulaires en développement (marqués dans la liste ci-dessus par une astérisque) que la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) utilise à des fins d’analyse.

Source : Rapport du Secrétaire général [A/65/115]

Quelles sont les caractéristiques des petits États insulaires en développement?

Les petits États insulaires en développement souffrent tous d’une très grande vulnérabilité, en particulier aux chocs extérieurs. La grande vulnérabilité des systèmes naturels, économiques et sociaux des petits États insulaires en développement tient aux caractéristiques suivantes, qui leur sont propres :

  • Petite taille
  • Éloignement
  • Vulnérabilité aux chocs extérieurs (offre et demande)
  • Insuffisance des ressources
  • Exposition aux crises écologiques mondiales

Les petits États insulaires en développement ont, en général, des revenus plus élevés que ceux des pays les moins avancés et des pays en développement sans littoral.

Quels que soient les paramètres utilisés pour mesurer le développement durable, les petits États insulaires en développement font partie des zones en difficulté dans le monde.

D’aucuns s’inquiètent que les progrès en matière de développement récemment réalisés par les petits États insulaires en développement ne soient compromis par les grandes crises actuelles. La vulnérabilité de ces pays a été aggravée en raison du changement climatique, et elle est clairement apparue tout récemment lors de la crise financière mondiale de 2007-2010, des crises alimentaire et pétrolière de 2007-2008 et des importantes catastrophes naturelles de 2009-2010. Ainsi, la crise alimentaire a durement frappé les pauvres dans les petits États insulaires en développement qui sont, pour la plupart, importateurs nets de produits alimentaires.

Source : Rapport du Secrétaire général [A/65/115]

Programme

  • Séance plénière d’ouverture
  • Tables rondes multipartites
  • Dialogue interactif sur les perspectives transrégionales
  • Séance plénière de clôture

Source : Résolution 64/199 de l'Assemblée générale

Ressources

Documents clés
Autres ressources