Division de la promotion de la femme Beijing + 10  / Examen et évaluation de la Déclaration et du programme d'action de Beijing et du document final de la vingt-troisième session extraordinaire de l'Assemblée Accueil ONU
INFORMATION DE FOND
6699CC.gif
49e session de la Commission de la condition de la femme
•  Nouvelles
•  Aperçu général
•  Information de fond
•  Ordre du jour provisoire
•  Membres du Bureau
•  Documentation
•  Communiqués de presse
•  Résolutions
•  Déclarations
•  Organisation des travaux
•  Manifestations parallèles
Organisations non gouvernementales
•  Participation
•  Inscription
•  Confirmation
•  Déclarations et interventions
•  Organiser une manifestation
•  Consultation annuelle
•  Calendrier des manifestations
Etats Membres
•  Questionnaire
•  Réponses
Groupes d'experts
•  Réunions
Système des Nations Unies
•  Préparatifs
Consultations régionales
•  Examen et évaluation
Foire aux questions
•  Questions courantes
Liens
•  Pour en savoir plus
•  Débat en ligne @ WomenWatch
•  Contact
   
 
* en anglais


spacer.gif


L’examen et l’évaluation auront lieu dans le contexte de la 49e session de la Commission de la condition de la femme, à New York, du 28 février au 11 mars 2005.

La Commission se penchera sur deux thèmes comme indiqué dans son programme de travail pluriannuel :

    1. Bilan de l’application du Plan d’action de Beijing et du texte adopté à l’issue
      de la vingt-troisième session extraordinaire de l’Assemblée générale intitulée
      « Les femmes en l’an 2000 : égalité entre les sexes, développement et paix
      pour le XXIe siècle »; et
    2. Objectifs actuels et stratégies prospectives d’action pour la promotion et l’autonomisation des femmes et des filles.

A sa 48e session en 2004, la Commission a décidé que l’examen et l’évaluation porteraient sur l’application au niveau national, grâce au recours généralisé au dialogue interactif et avec une participation élargie des délégations gouvernementales au plus haut niveau de responsabilité et d’expertise ainsi que de la société civile et des organismes des Nations Unies. L’accent sera mis sur l’échange de données d’expérience et les bonnes pratiques en vue de surmonter les problèmes qui continuent de se poser en matière de mise en œuvre.

La 49e session de la Commission sera une session ordinaire. Il avait été convenu à la 48e session, en mars 2004, qu’elle se tiendrait à un haut niveau. A sa session de fond, en juillet 2004, le Conseil économique et social a décidé qu’à sa 49e session, la Commission de la condition de la femme organiserait une séance plénière de haut niveau ouverte à tous les Etats Membres et Observateurs de l’Organisation des Nations Unies et portant sur l’application de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing et de la suite donnée aux documents issus de la vingt-troisième session extraordinaire de l’Assemblée générale. Il a été demandé au Président de la 49e session de la Commission de communiquer les résultats, par l’intermédiaire du Conseil économique et social, à l’Assemblée générale, à sa soixantième session, y compris à la réunion de haut niveau qu’organisera l’Assemblée générale sur l’examen de la Déclaration du Millénaire.

Le Bureau de la Commission a élaboré un projet d’organisation des travaux pour la Commission en 2005, qui a été adopté par les membres de la Commission le 14 septembre 2004, en attendant l'accord d'un des groupes de travail de haut niveau.

Il faut espérer une participation de haut niveau à l’examen et à l’évaluation qu’entreprendra la Commission de la condition de la femme, ce qui témoignerait d’un engagement renouvelé et renforcé en faveur de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. La première semaine de la session de la Commission offrira des possibilités intéressantes pour une participation à un haut niveau, dont la cérémonie d’ouverture de haut niveau; la table ronde de haut niveau sur les innovations en matière de mécanismes nationaux pour l’égalité des sexes; les autres manifestations interactives mentionnées plus haut et la célébration de la Journée internationale de la femme avec une cérémonie marquant les 30 ans d’efforts déployés par l’ONU en faveur de l’égalité des sexes. La Journée internationale de la femme sera célébrée durant la première semaine de la session de la Commission, et non le 8 mars, afin de permettre aux ministres et aux autres personnalités de haut rang de retourner chez eux afin de prendre part aux activités nationales organisées pour la commémoration de la Journée internationale de la femme.

Rapport du Secrétaire général

Le Secrétariat de l’ONU établira un rapport du Secrétaire général qui sera présenté à la 49e session de la Commission. Ce rapport sera fondé sur diverses informations et statistiques, dont les réponses au questionnaire soumis aux Etats Membres des Nations Unies, les plans d’action nationaux* élaborés en vue de l’application du Programme d’action (et présentés à la Commission de la condition de la femme en 1998 et 1999) ; les rapports présentés depuis 1995 par les Etats parties au titre de la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes*; et les données recueillies depuis 1995 pendant l’examen, par la Commission de la condition de la femme, des 12 domaines critiques* du Programme d’action, notamment dans le cadre de réunions de groupes d’experts* organisées par la Division de la promotion de la femme.

Parmi les autres sources d’information qui seront mises à profit, on peut citer les documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP), les rapports nationaux sur le développement humain et les rapports sur les objectifs du Millénaire pour le développement. Les statistiques officielles dont disposent la Division de statistique de l’ONU*, la Division de la population de l’ONU*, les commissions régionales et d’autres organismes des Nations Unies (OIT, UNESCO, OMS, etc.) seront utilisées.

La coordination a été établie avec d’autres organismes des Nations Unies chargés du suivi des autres conférences mondiales afin d’assurer un échange de données pertinentes sur les pays, en particulier avec le FNUAP s’agissant de la suite donnée à la Conférence internationale sur la population et le développement tenue au Caire en 1994 et avec le Département des affaires économiques et sociales s’agissant de la suite donnée à la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement de 1992, et de son examen en 2002, ainsi que de la suite donnée au Sommet mondial pour le développement social de 1995 et de son examen en 2005.