Développement et droits de l'homme pour tous

Relations entre développement et droits de l’homme

La Convention est un instrument des droits de l’homme doté d’une composante sociale explicite. Elle réaffirme que toutes les personnes atteintes d’une forme quelconque d’incapacité doivent bénéficier de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales sur la base de l’égalité avec les autres. Elle apporte clarifications et précisions sur la manière dont tous les types de droits s’appliquent aux personnes handicapées et identifie les domaines où des aménagements sont nécessaires pour permettre aux handicapés d’exercer leurs droits, où leurs droits ont été violés, et où la protection de ces droits a besoin d'être renforcée.

On compte aujourd’hui dans le monde environ 650 millions de personnes souffrant d’une incapacité. Si l’on inclut les membres de leur famille, il y a approximativement 2 milliards de personnes directement touchées par le handicap, ce qui représente presque un tiers de la population mondiale. De ce fait, les personnes handicapées constituent un défi immense et ignoré en matière de développement, et le fait d’assurer à ces personnes l’égalité des droits et d’accès aura un énorme impact sur la situation sociale et économique des pays dans le monde.

La Convention comme outil de développement

L’article 32 de la Convention qui porte sur la coopération internationale souligne les mesures pragmatiques et volontaristes que doivent prendre les Etats Parties pour s’engager fermement sur la voie d’un développement ouvert à tous.

L’article 32 indique également que les programmes de développement devraient prendre en compte les personnes handicapées et leur être accessibles _ ceci représente une mutation au sein du monde du développement, puisque qu’il considère le handicap comme une question ordinaire à aborder dans tous les programmes, plutôt qu’une question thématique isolée.

Lorsqu’un pays ratifiera la Convention, cela devra transparaître dans son plan national de développement, par exemple dans le bilan commun de pays (BCP), le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD), et le Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP). C’est par ce genre d’ambitieuses stratégies de développement que la Convention deviendra réalité sur le terrain et dans la vie quotidienne des individus.

Protection et promotion des droits de l’homme avec des ressources modestes

Compte tenu des ressources limitées dont disposent de nombreux gouvernements pour appliquer la législation relative aux droits de l’homme, la mise en œuvre de la Convention se fera progressivement en ce qui concerne plusieurs de ses aspects. Ceci étant, la restriction des ressources ne doit pas servir d’excuse pour reporter l’application de la Convention et justifier une réduction du nombre de bénéficiaires ou de la portée des clauses de la Convention. Toutes les incapacités doivent être prises en considération lors de la mise en œuvre. La coopération internationale sera précieuse pour accompagner le processus, et il faudra hiérarchiser les ressources en fonction de critères raisonnables et objectifs.

Plus d'information : Intégration de la question des personnes handicapées à l’ordre du jour du développement [E/CN.5/2008/6 - Word]

Haut de page