Développement et droits de l'homme pour tous

Les femmes et les filles handicapées

Les deux côtés de la lorgnette – égalité des sexes et handicap

Le handicap vu à travers le prisme de l’égalité des sexes et la situation des femmes et des filles handicapées sous l’angle du handicap

Les femmes handicapées se heurtent, dans les sphères privée et publique, à des difficultés bien plus grandes que le sont les hommes, notamment à des entraves à l’accès à un logement décent, à la santé, à l’éducation, à la formation professionnelle et à l’emploi, et sont plus susceptibles que les hommes d’être placées en institution (voir note 1). Les femmes handicapées subissent également des inégalités en termes d’embauche, de taux de promotion, de rémunération pour un travail égal, d’accès à la formation, de recyclage, et d’accès au crédit et à d’autres ressources productives, et sont rarement associées à la prise des décisions économiques (voir note 2).

La promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes est indispensable à la réalisation des objectifs de développement adoptés au niveau international, notamment les objectifs du Millénaire pour le développement. Les femmes et les filles handicapées souffrent d’une double discrimination qui leur fait courir des risques plus élevés d’être victimes de violences sexistes, d’abus sexuels, de défaut de soins, de mauvais traitements et d’exploitation. Le taux d’alphabétisation mondial ne dépasse pas 1 % pour les femmes handicapées, d’après une étude du PNUD (voir note 3). La Banque mondiale estime que chaque minute, 30 femmes subissent des blessures graves ou invalidantes au cours de l’accouchement et que ces 15 à 50 millions de femmes passent inaperçues (voir note 4).

Cadre normatif international relatif aux femmes et aux filles handicapées

En définissant des règles et des normes internationales, la communauté internationale reconnaît qu’il faut tenir compte de la problématique hommes-femmes et renforcer les moyens d’action des femmes handicapées afin d’assurer l’exercice de tous les droits de l’homme dans des conditions d’égalité et le développement pour tous, y compris les personnes handicapées.
Le Programme d’action mondial concernant les personnes handicapées indique que les conséquences des déficiences et des incapacités sont particulièrement graves pour les femmes. Le plus souvent, les femmes font face à des désavantages sociaux, culturels et économiques qui réduisent leurs chances de surmonter leur handicap et font qu’il est difficile pour elles de participer à la vie sociale (voir note 5).

Les Règles pour l’égalisation des chances des handicapés rappellent les dispositions de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes visant à protéger les droits des filles et des femmes handicapées et font référence à ces dernières dans plusieurs règles, notamment la Règle 4 sur les services d’appui, la Règle 6 sur l’éducation et la Règle 9 sur la vie familiale et la plénitude de la vie personnelle.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées reconnaît que les femmes et les filles handicapées courent souvent, dans leur famille comme à l’extérieur, des risques plus élevés de violence, d’atteinte à l’intégrité physique, d’abus, de délaissement ou de défaut de soins, de maltraitance ou d’exploitation (voir note 6). La Convention s’attaque à ce problème sous deux angles, celui de la promotion de l’égalité des sexes et celui de l’autonomisation des femmes handicapées. L’un des principes de la Convention est l’égalité entre les hommes et les femmes (voir note 7) et un article est consacré aux femmes handicapées (voir note 8).

Par ailleurs, dans ses deux résolutions récentes sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement relatifs aux personnes handicapées, l’Assemblée générale a appelé de ses vœux l’intégration d’une démarche soucieuse de l’égalité des sexes. Dans sa résolution 63/150 du 18 décembre 2008, l’Assemblée exhorte les États à accorder une attention particulière aux besoins des personnes handicapées selon le sexe, notamment en prenant des mesures visant à leur assurer effectivement le plein exercice de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales (par. 8 du dispositif). Dans sa résolution 64/131 du 18 décembre 2009, l’Assemblée demande aux gouvernements de permettre aux personnes handicapées de participer en tant qu’agents et bénéficiaires du développement, en particulier à tous les efforts visant à réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement, en veillant à ce que les programmes et les politiques pertinents – à savoir ceux visant à promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et à améliorer la santé maternelle, entre autres – prennent en compte les personnes handicapées et leur soient accessibles (par. 6 du dispositif).

Le Programme d’action de Beijing PDF adopté le 15 septembre 1995 par la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, qui avait pour thème « lutte pour l’égalité, le développement et la paix; Quatrième Conférence mondiale », et le document final de la vingt-troisième session spéciale sur les nouvelles mesures et initiatives pour la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing tiennent compte du fait que les femmes handicapées font face à des obstacles supplémentaires à l’égalité avec les hommes, et lancent un appel pour que des mesures soient prises à tous les niveaux afin de répondre à leurs préoccupations (voir note 9). En outre, le document final de la vingt-troisième session reconnaît que la discrimination à l’encontre des femmes handicapées constitue un obstacle au plein exercice de leurs droits fondamentaux et à la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing (voir note 10).

La marginalisation des filles et des femmes, quels que soient leur âge et leur handicap, continue de faire obstacle à l’application complète et rapide du Programme d’action de Beijing. Il est donc nécessaire de prendre leurs préoccupations en compte et d’y remédier dans toutes les activités d’élaboration des politiques et des programmes. Il est également impératif de prendre des mesures particulières à tous les niveaux pour inscrire ces préoccupations dans le cadre général du développement (voir note 11).

Table ronde interactive sur le thème « À l’intersection de l’égalité des sexes, du handicap et du développement : vers l’égalité pour les femmes et les filles handicapées »

Siège de l’ONU, New York, 4 mars 2010. Voir le programme et les présentations EN

Ressources disponibles sur Internet concernant les femmes et les filles handicapées

Réseau international de femmes handicapées (International Network of Women with Disabilities)

L’International Network of Women with Disabilities est composé d’organisations, de groupes ou de réseaux internationaux, régionaux, nationaux ou locaux de femmes handicapées et s’adresse également aux femmes handicapées isolées et à leurs alliés. L’INWWD a pour mission de permettre aux femmes handicapées de mettre en commun nos connaissances et notre expérience, de renforcer notre capacité de défendre haut et fort nos droits, de nous donner les moyens d’amener des changements positifs au sein de nos communautés et de s’y intégrer et de promouvoir notre participation aux instances politiques pertinentes à tous les échelons, afin de créer un monde plus juste et plus équitable qui prend en compte les questions de handicap et d’égalité des sexes dans le respect de la justice et des droits de l’homme.

Les personnes intéressées à rejoindre ce réseau virtuel sont invitées à écrire à l’adresse électronique suivante : inwwd-subscribe@yahoogroups.com

Notes