Développement et droits de l'homme pour tous

Lettre datée du 5 mai 2008, adressée au Secrétaire général par le Représentant permanent du Mexique auprès de l’Organisation des Nations Unies [A/62/829]

À l’occasion de l’entrée en vigueur de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, j’ai l’honneur de vous faire tenir ci-joint le texte d’un communiqué conjoint signé par les États parties à cet instrument que je vous serais reconnaissant de bien vouloir faire distribuer comme document de l’Assemblée générale au titre du point 70 e) de l’ordre du jour ainsi que dans le cadre de la cérémonie commémorative qui se tiendra le 12 mai prochain.

L’Ambassadeur,
Représentant permanent du Mexique auprès de l’Organisation des Nations Unies
(Signé) Claude Heller

 

Annexe à la lettre datée du 5 mai 2008 adressée au Secrétaire général par le Représentant permanent du Mexique auprès de l’Organisation des Nations Unies

Communiqué conjoint

Le 3 mai 2008

Les Gouvernements de l’Afrique du Sud, du Bangladesh, de la Croatie, de Cuba, de l’Égypte, d’El Salvador, de l’Équateur, de l’Espagne, du Gabon, de la Guinée, du Honduras, de la Hongrie, de l’Inde, de la Jamaïque, de la Jordanie, du Mali, du Mexique, de la Namibie, du Nicaragua, du Panama, du Pérou, des Philippines, de Saint-Marin, de la Slovénie et de la Tunisie fêtent aujourd’hui l’entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et du Protocole facultatif s’y rapportant.

Nous, États parties à la Convention, sommes intimement persuadés que cet instrument marque une étape décisive pour les droits de l’homme en ce qu’il vise à promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales par les personnes handicapées, à promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque et à reconnaître la richesse de la diversité des membres de la famille humaine ainsi que l’importance pour les personnes handicapées de leur autonomie et de leur indépendance individuelles.

Nous sommes convaincus que la mise en œuvre de cette convention globale et intégrée accroîtra notre détermination à promouvoir et à protéger les droits et la dignité des personnes handicapées, qu’elle contribuera de façon significative à remédier au profond désavantage social qu’elles connaissent et qu’elle favorisera leur participation, sur la base de l’égalité des chances, à tous les domaines de la vie civile, politique, économique, sociale et culturelle. Elle constitue également un progrès dans la consolidation du développement social de nos pays.

Aussi, alors que nous célébrons cette année le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, nous nous réjouissons que de nombreux États dans le monde soient en passe de signer et de ratifier la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et nous comptons qu’elle deviendra un instrument universel.

Haut de page