ONUBienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde!

Le désarmement

Parmi les principaux objectifs de l’Organisation des Nations Unies figurent l’arrêt de la prolifération des armes ainsi que la réduction et, à terme, l’élimination de toutes les armes de destruction massive.

Cadre permanent de négociations sur le désarmement, l’ONU n’a cessé de faire des recommandations et de prendre l’initiative d’études sur la question. Elle soutient les négociations multilatérales qui se déroulent dans le cadre de la Conférence du désarmement et dans d’autres organes internationaux. Ces négociations ont abouti à des accords tels le Traité sur la non-prolifération nucléaire (1968), le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (1996) et des traités portant création de zones exemptes d’armes nucléaires.

Désarmement, démobilisation et réintegration en Côte d'Ivoire

Des armes sont détruites par le feu durant la cérémonie de la « flamme de la paix », pour siginifier le début du processus de désarmement et de réconciliation du pays. Bouake, Côte d'Ivoire, juillet 2007. [Photo ONU / Basile Zoma]

D’autres traités interdisent la mise au point, la fabrication et le stockage d’armes chimiques (1992) et d’armes bactériologiques (1972); interdisent de placer des armes nucléaires sur le fond des mers et des océans (1971) et dans l’espace extra-atmosphérique (1967); et interdisent ou limitent l’emploi de certains autres types d’armement. Plus de 150 États sont devenus parties à la Convention d’Ottawa de 1997 interdisant les mines antipersonnel. L’ONU encourage toutes les nations à adhérer à cette convention et aux autres traités interdisant les armes de guerre destructrices. Elle appuie également les initiatives visant à prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères, armes de choix dans la plupart des conflits à travers le monde. Le Registre des armes classiques et le système des Nations Unies pour l’établissement de rapports normalisés sur les dépenses militaires contribuent à améliorer la transparence dans ce domaine.

Grâce à un système d’accords de garanties, l’Agence internationale de l’énergie atomique [EN], dont le siège est à Vienne, veille à ce que l’équipement et le matériel nucléaires destinés à des usages pacifiques ne soient pas détournés à des fins militaires.

À La Haye, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques recueille des informations à l’échelle mondiale sur les installations de fabrication de produits chimiques et procède à des inspections de routine pour veiller au respect de la Convention sur les armes chimiques.