Nations Unies S

Conseil de sécurité
Distr.
GÉNÉRALE
 
S/1995/864
11 octobre 1995
FRANÇAIS
ORIGINAL : ANGLAIS


NOTE AU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL
 

1. Le Secrétaire général a l'honneur de transmettre au Conseil de sécurité le rapport ci-joint, présenté par le Président exécutif de la Commission spéciale constituée conformément au paragraphe 9 b) i) de la résolution 687 (1991) du Conseil.
 

2. Le présent document contient le huitième rapport établi comme suite au paragraphe 8 de la résolution 715 (1991) du Conseil de sécurité, en date du 11 octobre 1991, dans laquelle le Conseil a prié le Secrétaire général de lui rendre compte tous les six mois de l'application du plan de la Commission spéciale relatif au contrôle et à la vérification continus de l'exécution par l'Iraq des dispositions des parties pertinentes de la section C de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité. Il met à jour les informations contenues dans les sept rapports précédents (S/23801, S/24661, S/25620, S/26684, S/1994/489, S/1994/1138 et Corr.1 et S/1995/284).
 

3. On trouvera d'autres informations sur les faits nouveaux intervenus depuis la parution du dernier rapport présenté comme suite à la résolution 715 (1991) dans le rapport présenté le 20 juin 1995 au Conseil de sécurité (S/1995/494), neuvième rapport soumis en application du paragraphe 3 de la résolution 699 (1991) du Conseil.
 
 

ANNEXE
 
Rapport du Secrétaire général sur l'état de l'application du plan
de la Commission spéciale relatif au contrôle et à la vérification
continus de l'exécution par l'Iraq des dispositions des parties
pertinentes de la section C de la résolution 687 (1991) du Conseil
de sécurité
 
TABLE DES MATIÈRES
 

                                                                                                                                        Paragraphes        Page
 

I. INTRODUCTION                                                                                                              1 - 6                 4
 

II. ÉVOLUTION DE LA SITUATION : RELATIONS AVEC L'IRAQ
ET VISITES DU PRÉSIDENT EXÉCUTIF                                                                         7 - 28                6
 

A. Résumé des visites du Président exécutif                                                                     7 - 8                 6
 

B. Coopération, ultimatum et révélations                                                                           9 - 20                6
 

C. Conséquences des récentes divulgations                                                                    21 - 28             10
 

1. Destructions unilatérales par l'Iraq                                                                                 21 - 22             10
 

2. Documentation                                                                                                                   23 - 27             10
 

3. Justification des armes biologiques et
chimiques de l'Iraq                                                                                                                      28                12
 

III. ACTIVITÉS RELATIVES AUX MISSILES                                                                    29 - 46            12
 

A. Système de surveillance                                                                                                     29 - 37           12
 

B. Destruction des articles interdits                                                                                           38              14
 

C. Programme interdit                                                                                                                 39 - 46          15
 

IV. ACTIVITÉS CHIMIQUES                                                                                                    47 - 63          17
 

A. Le système de contrôle                                                                                                          47 - 51         17
 

B. Programme interdit                                                                                                                   52 - 63         18
 

V. ACTIVITÉS BIOLOGIQUES                                                                                                    64 - 80         21
 

A. Le système de contrôle                                                                                                            64 - 67         21
 

B. Programme interdit                                                                                                                     68 - 80        22
 

VI. ACTIVITÉS NUCLÉAIRES                                                                                                     81 - 85         31
 

VII. AUTRES ACTIVITÉS                                                                                                             86 - 95         32
 

A. Mécanisme de contrôle des exportations et
des importations                                                                                                                             86 - 92         32
 

B. Mesures d'application nationales                                                                                               93             34
 

C. Surveillance aérienne                                                                                                                 94 - 95         34
 

VIII. FINANCES, ORGANISATION ET APPUI AÉRIEN                                                         96 - 105        34
 

IX. CONCLUSION                                                                                                                          106 - 116       36
 

APPENDICE. Calendrier des inspections                                                                                                         39
 

I. INTRODUCTION
 

1. Les six mois qui se sont écoulés depuis que le Conseil de sécurité a été saisi du dernier rapport présenté en application du paragraphe 8 de la résolution 715 (1991) ont compté parmi les plus fertiles en événements de l'histoire de la Commission spéciale, tant en ce qui concerne les relations avec le Gouvernement iraquien qu'à l'égard des progrès réalisés dans l'obtention d'informations sur les programmes de production d'armes de destruction massive et de missiles d'une portée supérieure à 150 kilomètres. Tout en étant soumis conformément à une résolution relative au contrôle et à la vérification continus, le présent rapport répond aussi, comme la Commission l'a souligné à maintes reprises, au besoin essentiel de connaître parfaitement, sous tous leurs aspects, les programmes iraquiens de production d'armes de destruction massive pour assurer la planification et le fonctionnement d'un système efficace de contrôle afin de faire en sorte que l'Iraq respecte l'engagement qu'il a pris de n'employer, mettre au point, fabriquer ni acquérir aucun des éléments qui lui sont interdits en vertu des paragraphes 8 et 9 de la résolution 687 (1991), à savoir "a) toutes les armes chimiques et biologiques et tous les stocks d'agents, ainsi que tous les sous-systèmes et composants et toutes les installations de recherche-développement, d'appui et de production dans ces domaines; b) tous les missiles balistiques d'une portée supérieure à 150 kilomètres ainsi que tous les principaux composants, et les installations de réparation et de production".
 

2. Le présent rapport décrit non seulement le déroulement et le renforcement des opérations de contrôle depuis le mois d'avril 1995, mais aussi les nouvelles informations obtenues au sujet des programmes interdits et leur impact probable sur le système de contrôle. Durant la période considérée, l'Iraq a pris la décision importante de révéler l'existence d'un programme de production d'armes biologiques offensives, et des documents sont actuellement obtenus dans tous les domaines concernés. Une grande partie de ces renseignements nouveaux contredit les déclarations antérieures de l'Iraq, et certaines évaluations faites par la Commission spéciale doivent maintenant être révisées. L'Iraq se doit de fournir une explication plus fiable et plus cohérente de ses activités passées dans le nouvel état définitif et complet qu'il doit présenter dans tous les domaines décrits de façon plus détaillée dans les autres parties du présent rapport.
 

3. Le rapport présenté par la Commission spéciale en avril 1995 (S/1995/284) contenait, aux paragraphes 3 et 4, une description générale du concept des opérations de son système de contrôle. Étant donné l'évolution de la situation au cours des six derniers mois, il est utile d'en rappeler les passages qui expliquent la nécessité de connaître parfaitement les programmes interdits de l'Iraq pour pouvoir assurer de manière fiable l'efficacité et l'exhaustivité du système de contrôle. À cet effet, les conditions suivantes doivent être remplies :
 

"La Commission doit disposer d'un tableau général des anciens programmes iraquiens et d'un relevé complet des installations, matériels, articles et matériaux qui leur étaient liés, ainsi que de renseignements complets sur ce qu'il advient du matériel à double usage dont l'Iraq dispose actuellement, sur les technologies que ce pays a acquises lors de l'exécution de ses anciens programmes et sur les réseaux de fournisseurs qu'il avait mis en place à cette occasion pour se doter des éléments qu'il ne pouvait pas se procurer localement. C'est à partir de ces informations de base que sont menées les opérations de contrôle et de vérification continus;
 

Pour mettre au point un système de surveillance qui tienne compte des préoccupations actuelles et soit le plus judicieux et le plus efficace possible, il est indispensable de connaître le niveau de technologie auquel l'Iraq était parvenu, les méthodes de production et d'acquisition qu'il appliquait et les matériaux et matériels qu'il avait à sa disposition. À l'intérieur de l'Iraq par exemple, la surveillance devrait porter plutôt sur les technologies et méthodes de production dont on sait que l'Iraq avait la maîtrise que sur celles dont on sait qu'il ne l'avait pas, et, à l'inverse, la surveillance des exportations et importations devrait viser en priorité les articles que l'Iraq aurait à importer s'il voulait relancer un programme d'armement interdit. Pour savoir quoi surveiller, il faut évidemment savoir ce dont l'Iraq avait réussi à se doter dans le cadre de ses anciens programmes;
 

De même, pour mettre au point un régime efficace de surveillance des exportations et importations, il est indispensable de connaître les méthodes et filières d'approvisionnement utilisées par l'Iraq dans le cadre de ses anciens programmes. Le système devrait être conçu pour faire échec aux méthodes et filières dont on sait qu'elles ont été utilisées autrefois par l'Iraq. Pour s'assurer de son efficacité dans ce domaine, il faut savoir quelles étaient ces méthodes et filières;
 

L'exhaustivité du relevé des matériaux, articles et matériels utilisés par l'Iraq dans le cadre de ses anciens programmes est directement fonction du type de biens ou d'activités auxquels le régime devrait s'appliquer. Il faut contrôler les matériaux, articles et matériels à double usage autrefois acquis par l'Iraq, comme les autres capacités à double destination dont ce pays dispose. Si la précision et l'exhaustivité de ce relevé sont douteuses, on ne pourra être sûr que le mécanisme touche effectivement tout le matériel qui devrait y être soumis." [ibid., par. 3 a)].
 

4. Aux termes des résolutions 687, 707 et 715 (1991) du Conseil de sécurité, l'Iraq est tenu de fournir les informations susmentionnées, dont la Commission vérifie ensuite l'exactitude par des travaux d'inspection, de contrôle et d'analyse. Il doit mettre à jour tous les six mois ses déclarations sur ses activités et capacités à double fin.
 

5. La description, dans le présent rapport, des nouvelles informations reçues de l'Iraq au cours de la période considérée vise à aider à évaluer la mesure dans laquelle ces informations, ainsi que les renseignements précédemment obtenus, permettent de satisfaire aux conditions énoncées plus haut. On pourra alors mieux juger de l'efficacité et de l'exhaustivité du système de contrôle, ainsi que de la mesure dans laquelle il faudra éventuellement le modifier et le renforcer pour tenir compte de l'évolution récente de la situation. Du fait que les révélations de l'Iraq sont lourdes de conséquences pour le système de contrôle, le présent rapport contient, sous les rubriques consacrées aux diverses armes, une description détaillée des opérations du système dans sa nouvelle conception.
 

6. Après avoir résumé les relations avec l'Iraq au cours de la période considérée, le présent rapport examinera les domaines de responsabilité de la Commission spéciale concernant les missiles d'une portée supérieure à 150 kilomètres et les armes chimiques et biologiques. Les autres sections porteront sur l'appui fourni à la Commission et les tâches relevant du domaine nucléaire, sur le mécanisme de contrôle des exportations et des importations, sur le financement et l'organisation des travaux de la Commission et sur le soutien aérien. On trouvera enfin les conclusions de la Commission sur les événements qui se sont produits au cours des six derniers mois.
 

II. ÉVOLUTION DE LA SITUATION : RELATIONS AVEC L'IRAQ ET VISITES
DU PRÉSIDENT EXÉCUTIF
 
A. Résumé des visites du Président exécutif
 

7. Au cours de la période considérée, le Président exécutif s'est rendu à cinq reprises à Bagdad afin de maintenir le contact avec les dirigeants iraquiens et de chercher à accélérer les travaux de la Commission spéciale, plus particulièrement en ce qui concerne les programmes interdits, en incitant le Gouvernement à faire preuve de franchise et à s'abstenir de toute rétention d'informations. Cet aspect était particulièrement important pour le programme de fabrication d'armes biologiques, qui, selon les experts de la Commission, était d'une ampleur considérable, bien que l'Iraq n'ait cessé de soutenir qu'il avait procédé uniquement à des recherches limitées.
 

8. Les visites du Président exécutif se sont déroulées aux dates suivantes : du 29 mai au 1er juin, du 30 juin au 2 juillet, du 4 au 6 août, du 17 au 20 août et du 29 septembre au 1er octobre 1995. Le Président exécutif adjoint s'est également rendu à Bagdad du 14 au 17 mai et du 17 au 20 septembre 1995 pour examiner des questions relatives aux programmes interdits. Le rapport de la Commission daté du 20 juin 1995 (S/1995/494, par. 4 à 10) contient des informations sur les visites qui ont été effectuées entre le mois d'avril et le 1er juin 1995.
 

B. Coopération, ultimatum et révélations
 

9. Les visites énumérées plus haut illustrent bien les difficultés de la coopération entre l'Iraq et la Commission spéciale durant la période considérée. Passant de l'intention à l'acte, l'Iraq a lancé, au début d'août 1995, un ultimatum aux termes duquel il mettrait fin à sa coopération si le Conseil de sécurité n'avait accompli aucun pas, avant le 31 août 1995, en vue d'atténuer ou de lever les sanctions et l'embargo pétrolier. Cet ultimatum a toutefois été retiré après que le général Hussein Kamel Hassan eut quitté Bagdad et trouvé asile en Jordanie. Entre autres responsabilités nombreuses et importantes, le général avait été chargé pendant longtemps des programmes concernant les domaines actuellement interdits. Depuis son départ, le Vice-Premier Ministre, M. Tariq Aziz, a déclaré que l'Iraq avait adopté une nouvelle politique de coopération et de transparence complète avec la Commission et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), sans aucune limite de temps.
 

10. Durant la première visite du Président exécutif, à la fin de mai 1995, le Vice-Premier Ministre iraquien a annoncé que si l'Iraq ne pouvait espérer réintégrer la communauté internationale grâce à l'atténuation ou à la levée des sanctions et de l'embargo pétrolier, il aurait beaucoup de mal à justifier les dépenses occasionnées par la coopération avec la Commission spéciale et l'AIEA et les efforts consentis à cet effet. L'Iraq demandait à la Commission de déclarer que le dossier des armes chimiques et celui des missiles étaient clos et à l'AIEA de faire de même dans le domaine nucléaire. S'il recevait de telles assurances et estimait ainsi qu'il avait de bonnes chances d'être réintégré, l'Iraq serait prêt à régler, à la fin du mois de juin, la seule question importante en suspens, celle des armes biologiques. Le Président exécutif a alors déclaré -- comme il l'a également fait par la suite dans son rapport présenté en juin 1995 au Conseil de sécurité (S/1995/494) -- que les conditions requises pour appliquer les paragraphes 8 à 10 de la résolution 687 (1991) étaient pour l'essentiel remplies en ce qui concerne les armes chimiques et les missiles. Néanmoins, en raison des déclarations incomplètes et tardives de l'Iraq, il avait fallu plus de temps que prévu pour identifier tous les aspects des programmes iraquiens. En outre, la question extrêmement importante du programme de fabrication d'armes biologiques n'avait pas été réglée. Par ailleurs, le contrôle était opérationnel dans tous les domaines. Les incertitudes qui persistaient au sujet des missiles et des armes chimiques devaient être levées et la Commission spéciale continuerait à cet effet d'appliquer ses droits en vertu des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et des lettres datées des 7 et 14 mai 1991 sur les facilités, privilèges et immunités de la Commission en Iraq.
 

11. À l'arrivée du Président exécutif à Bagdad le 30 juin 1995, le Vice-Premier Ministre, M. Tariq Aziz, a déclaré que son gouvernement avait soigneusement examiné le rapport de la Commission daté du mois de juin. Tout en constatant que le document contenait des éléments aussi bien négatifs que positifs, il avait conclu que ces derniers autorisaient maintenant l'Iraq à régler la question de son programme de fabrication d'armes biologiques. Le 1er juillet, dans le cadre d'un bref exposé oral, l'Iraq a reconnu l'existence d'un programme de fabrication d'armes biologiques offensives, y compris la production d'un certain nombre d'agents biologiques, mais a nié l'utilisation de ces agents à des fins militaires. Le Président s'est félicité de cette divulgation, mais a estimé qu'elle était incomplète, notamment en ce qui concerne l'utilisation à des fins militaires, et qu'il fallait présenter à la Commission une déclaration définitive et complète comme le Conseil de sécurité l'avait demandé dans sa résolution 707 (1991). On trouvera dans la section V du présent rapport un exposé plus complet de cette question et des révélations ultérieures concernant le programme de fabrication d'armes biologiques.
 

12. La décision de l'Iraq de dévoiler son programme de fabrication d'armes biologiques offensives semblait indiquer qu'il renonçait à son attitude de non-coopération, comme M. Tariq Aziz en avait exprimé l'intention durant la visite précédente du Président exécutif à Bagdad. Toutefois, l'Iraq a effectué une volte-face subite en juillet. Dans un discours prononcé à Bagdad, le 17 juillet, le Président Saddam Hussein a déclaré que son gouvernement cesserait de coopérer avec le Conseil de sécurité si aucun progrès n'était accompli vers la levée des sanctions et de l'embargo pétrolier. Aucun délai n'était indiqué à cet égard. Cependant, dans un discours prononcé quelques jours plus tard au Caire, le Ministre iraquien des affaires étrangères, M. Mohammed Saeed Al-Sahaf, a spécifié que la date limite était fixée au 31 août.
 

13. Le Président exécutif est arrivé à Bagdad le 4 août pour y effectuer sa troisième visite durant la période considérée. L'Iraq lui a remis ce qu'il a déclaré constituer un état définitif et complet de son programme de fabrication d'armes biologiques, tout en soutenant qu'aucun des agents produits n'avait été utilisé à des fins militaires. Le 5 août, lors d'un entretien avec le Vice-Premier Ministre, M. Tariq Aziz, celui-ci a souligné que l'Iraq cesserait de coopérer avec le Conseil de sécurité et la Commission spéciale si aucun progrès n'était enregistré d'ici au 31 août vers la levée des sanctions et de l'embargo pétrolier. M. Tariq Aziz a demandé au Président exécutif de communiquer cette information au Conseil de sécurité lorsqu'il regagnerait le Siège de l'ONU. Dès son retour à New York le 7 août, le Président exécutif a reçu de M. Tariq Aziz, par l'intermédiaire du Représentant permanent de l'Iraq auprès de l'Organisation, un message dans lequel il était déclaré que le délai serait rigoureusement appliqué et que le Président devrait en informer le Conseil de sécurité -- ce qu'il a fait oralement le 10 août.
 

14. Trois jours auparavant, le 7 août, le général Hussein Kamel Hassan avait quitté Bagdad et était arrivé le lendemain à Amman. Le 13 août, le Président exécutif a reçu une lettre du général Amer Rashid al-Ubeidi, Ministre du pétrole et ancien Directeur de la Société iraquienne des industries militaires, qui l'invitait à se rendre de nouveau à Bagdad. Il était déclaré dans cette lettre que le Gouvernement avait établi que le général Hussein Kamel Hassan avait dissimulé à la Commission et à l'AIEA d'importantes informations sur les programmes interdits en ordonnant au personnel technique iraquien de ne pas divulguer ces informations et de ne pas faire connaître à M. Tariq Aziz ou au général Amer les instructions qu'il avait données. Une lettre identique a été envoyée au Directeur général de l'AIEA. Dans un message adressé au Président exécutif le 14 août, M. Tariq Aziz a déclaré que l'ultimatum était annulé.
 

15. Répondant à l'invitation de l'Iraq, le Président exécutif et le chef du Groupe d'action de l'AIEA sont arrivés à Bagdad le 17 août. Une réunion plénière s'est tenue dans la soirée avec une délégation iraquienne dirigée par le Vice-Premier Ministre et comprenant le Ministre des affaires étrangères, M. Al-Sahaf, le Ministre du pétrole, le général Amer, le Sous-Secrétaire du Ministère des affaires étrangères, M. Riyad Al-Qaysi, et d'autres hauts responsables. M. Tariq Aziz a déclaré d'emblée que le général Hussein Kamel Hassan, à l'insu des hauts dirigeants iraquiens, avait dissimulé des informations sur les programmes interdits et que l'Iraq allait maintenant les divulguer à la Commission et à l'AIEA. L'Iraq avait décidé d'adopter une attitude de coopération et de transparence complète avec la Commission et l'AIEA, sans aucune limite de temps, ainsi qu'une politique de coopération et de bon voisinage avec les États de la région et d'ailleurs et une politique de développement économique en Iraq même. Lors d'une réunion faisant suite à la plénière et consacrée au programme de fabrication d'armes biologiques, l'Iraq a reconnu pour la première fois l'existence d'un programme beaucoup plus important que celui qui était indiqué dans son état définitif et complet présenté au début du mois d'août 1995, en admettant l'utilisation d'agents biologiques à des fins militaires immédiatement avant le début de la guerre du Golfe, y compris le remplissage de 166 bombes et de 25 ogives de missile Al Hussein avec des agents de guerre biologique.
 

16. Durant les deux jours qui ont suivi, l'Iraq a divulgué de nouvelles informations sur les autres programmes interdits, y compris la production locale et l'essai de moteurs de missile de type Scud, qui avaient été fabriqués avec des pièces importées et produites localement. On expliquera aux paragraphes 21, 22 et 44 du présent rapport l'importance de cet aveu et ses conséquences pour les déclarations antérieures de l'Iraq concernant la destruction unilatérale d'articles interdits.
 

17. Le 20 août, à la fin de la visite du Président exécutif, un nombre considérable de documents et d'autres matériaux ont été trouvés dans une cache et la Commission spéciale en a pris possession, ainsi qu'il est décrit aux paragraphes 24 à 27 du présent rapport.
 

18. Sur le chemin du retour, le Président exécutif s'est arrêté en Jordanie et a pu s'entretenir avec le général Hussein Kamel Hassan au sujet des programmes iraquiens interdits. Des informations utiles ont été obtenues.
 

19. Des experts dans tous les domaines de compétence de la Commission spéciale se sont entretenus avec leurs homologues iraquiens durant et après la visite du Président exécutif. Les équipes chargées des missiles et des armes biologiques ont obtenu un grand nombre d'informations précieuses montrant que les programmes avaient été à tous égards plus importants ou plus avancés qu'il n'avait été précédemment déclaré. Dans le domaine chimique, devant les preuves trouvées par l'équipe compétente dans les nouveaux documents, l'Iraq a admis l'existence d'un programme beaucoup plus important et plus avancé pour la production et le stockage de l'agent de guerre chimique VX. À ce sujet, le Président exécutif adjoint s'est rendu à Bagdad du 17 au 20 septembre et a souligné aux hauts responsables iraquiens la gravité de la dissimulation à laquelle l'Iraq s'était manifestement livré dans les déclarations faites à la Commission durant le printemps 1995, notamment en ce qui concerne l'agent neurotoxique VX. Le Conseil de sécurité en avait été informé en juin 1995 et cet acte d'omission volontaire serait souligné dans le présent rapport.
 

20. Le 29 septembre, le Président exécutif est arrivé à Bagdad pour y effectuer sa dernière visite durant la période considérée, afin d'évaluer avec les autorités iraquiennes la situation découlant des récentes révélations faites à la suite du départ du général Hussein Kamel Hassan. Durant ses divers entretiens, le Président a estimé qu'il était dans l'intérêt de l'Iraq de s'abstenir désormais de toute rétention d'informations et de ne pas chercher de nouveaux atermoiements qui seraient de plus en plus préjudiciables. L'Iraq s'est engagé à faire de son mieux et le Vice-Premier Ministre, M. Tariq Aziz, a promis que son gouvernement coopérerait, avec toute la franchise voulue, à l'application de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité.
 

C. Conséquences des récentes divulgations
 
1. Destructions unilatérales par l'Iraq
 

21. La décision qu'a prise l'Iraq en 1991 de procéder unilatéralement -- en violation donc de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité -- à la destruction de divers éléments de ses programmes interdits a eu les conséquences les plus graves en ce qu'elle a empêché la Commission de conclure plus tôt et beaucoup plus facilement qu'elle avait une image complète de ces programmes et qu'elle en avait comptabilisé tous les éléments importants. Aux dires de l'Iraq, ce démantèlement touchait les trois domaines des programmes interdits : missiles, armes chimiques et armes biologiques. La destruction unilatérale des armes, du matériel et des matériaux -- agents et précurseurs compris -- a rendu les vérifications difficultueuses surtout sur le plan quantitatif. La Commission a donc insisté auprès de l'Iraq pour que celui-ci lui fournisse tous documents concernant ces destructions qui seraient en sa possession, y compris les ordres d'exécution et les rapports d'opération sur la manière dont ces ordres avaient été suivis.
 

22. Le tableau se complique encore du fait de certaines découvertes récentes, qui attestent que l'Iraq s'est servi de prétendues destructions unilatérales pour dissimuler certains éléments de programmes interdits qu'il tenait à garder secrets. L'exemple le plus important révélé à ce jour est peut-être celui des missiles. L'Iraq a déclaré en 1992 qu'il avait détruit unilatéralement 89 missiles Scud/Al Hussein. Selon les analyses récentes des spécialistes de la Commission, et selon ce que l'Iraq a reconnu lui-même, 83 missiles seulement auraient été détruits en 1991. Le chiffre de 89, gonflé par l'Iraq, visait à cacher une production locale de propulseurs de missiles Scud, comme il est dit aux paragraphes 43 et 44 du présent rapport. Cela étant, la Commission ne peut que considérer d'un autre oeil tout ce que dit l'Iraq des démantèlements unilatéraux et qu'insister pour qu'on lui fournisse des documents à l'appui ou d'autres moyens de vérification.
 

2. Documentation
 

23. Chaque fois que l'occasion lui en a été offerte, la Commission a représenté à l'Iraq que la production des dossiers des programmes interdits était la façon la plus rapide et la plus efficace de vérifier les déclarations qu'il faisait à propos des programmes en question. L'Iraq n'en a pas moins voulu faire accroire qu'il avait donné l'ordre dans le courant de 1991 de détruire toute cette documentation. Les efforts qu'a faits la Commission pour obtenir les preuves qu'un tel ordre avait été donné et savoir exactement quand il avait été donné sont restés vains. Elle doutait donc que cette destruction générale eût jamais eu lieu, ce qu'elle a fait valoir à maintes occasions devant l'Iraq. Il était impensable que l'on ait fait disparaître toute trace de travaux techniques et de recherches scientifiques d'une telle ampleur et d'un tel coût, représentant des millions de dollars d'investissements et d'innombrables heures de travail.
 

24. Le 20 août 1995, à la fin du séjour du Président exécutif à Bagdad (17-20 août), le Président s'est plaint publiquement que la Commission n'avait pas reçu une seule pièce qui lui eût permis de vérifier l'affirmation iraquienne, même si elle avait obtenu des renseignements nouveaux très intéressants. Peu après la publication de cette déclaration, et alors que l'équipe du Président se préparait à partir pour l'aérodrome d'Habbaniyah, le général Amer Rashid al-Ubeidi s'est mis en rapport avec le Président et l'a invité à se rendre, sur le chemin de l'aérodrome, à une exploitation agricole qui appartenait selon lui au général Hussein Kamel Hassan et où la Commission trouverait des choses qui l'intéresseraient beaucoup. À leur arrivée dans cette ferme, le Président et son équipe ont trouvé non seulement un certain nombre d'emballages renfermant diverses pièces de matériel, mais aussi, dans un poulailler fermé à clef, une grande quantité de boîtes de bois et de métal pleines de documents, de microfiches, de disquettes d'ordinateur, de bandes vidéo, de photographies et d'articles interdits. Des ordres ont immédiatement été donnés au personnel de la Commission qui était venu sur les lieux pour qu'il saisisse tous ces objets et les apporte au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad.
 

25. Après leur ouverture au Centre, les boîtes ont révélé plus de 500 000 pages de documents. Ces documents portaient essentiellement sur les questions nucléaires, mais une bonne partie concernait les armes chimiques, les armes biologiques et les missiles. On procède actuellement à l'inventaire de cette documentation et à sa mise en ordre pour pouvoir l'examiner en priorité quand elle aura été numérisée. Selon les premières évaluations de la Commission, la plupart des documents relatifs aux missiles et aux armes chimiques et biologiques proviennent d'un certain nombre de sites où l'Iraq procédait à la réalisation des programmes interdits. Le volume de la documentation varie d'un domaine à l'autre et le contenu en est plus complet pour certains que pour d'autres. Mais on n'y trouve rien qui concerne le quartier général de la Commission des industries militaires ni les archives correspondantes du Ministère de la défense. Selon les déclarations faites récemment par de hauts fonctionnaires iraquiens, les dossiers du Ministère seraient encore intacts, avec leur contenu détaillé.
 

26. Depuis la découverte de ces documents, l'Iraq a reconnu devant le personnel de la Commission qu'à l'été de 1991, une "autorité supérieure" avait donné aux directeurs des sites où étaient réalisés les programmes interdits l'ordre de mettre à l'abri "les documents importants" -- censément ceux qui concernaient les techniques de production -- en les emballant à la hâte et en les remettant sur demande aux représentants des organismes spéciaux de sécurité. La livraison aurait eu lieu sans ordre écrit, et sans que les représentants des organismes en question signent de reçu au moment de l'enlèvement des colis. La déclaration faite à l'origine par l'Iraq, selon laquelle toute la documentation avait été détruite, est donc manifestement fausse.
 

27. La Commission doute que la documentation récupérée représente l'ensemble des dossiers réunis en 1991 lorsque ordre avait été donné de les mettre à l'abri. Il existe encore beaucoup d'autres documents, portant notamment sur certaines grandes questions comme celles de la production, des filières d'approvisionnement de l'Iraq et de ses fournisseurs. Manquent également la documentation correspondante du quartier général de la Commission des industries militaires et les archives du Ministère de la défense. Il s'agit là de pièces que la Commission doit obtenir pour être en mesure de vérifier rapidement et complètement les déclarations faites par l'Iraq quant à ses programmes interdits. Cela dit, la Commission voit dans la récupération de la documentation et dans le fait que l'Iraq a admis que tout n'avait pas été détruit l'une des avancées les plus importantes de ses quatre années de travail en Iraq et une source très précieuse de moyens de vérification. L'évolution déjà engagée doit être suivie par la remise des pièces manquantes dont il a été question.
 

3. Justification des armes biologiques et chimiques de l'Iraq
 

28. Les intentions que nourrissait l'Iraq quant à l'emploi opérationnel de ses armes biologiques et chimiques ont fait l'objet d'explications contradictoires de la part des autorités iraquiennes elles-mêmes pendant la période considérée ici. Elles ont d'un côté expliqué que l'Iraq voyait dans cet armement un bon moyen de faire pièce à des forces supérieurs en nombre, mais l'ont présenté d'un autre côté comme un ultime moyen de rétorsion en cas d'attaque nucléaire sur Bagdad. Certains documents attestent que l'Iraq procédait activement à la préparation de son armement chimique, qu'il avait effectivement déployé selon un schéma qui correspond à un emploi stratégique et offensif dans le cadre d'attaques surprises lancées contre des objectifs tenus pour ennemis. Le plan de mise en place des missiles à longue portée (Al Hussein) que l'on connaît corrobore aussi cette idée. Au cours des séjours du Président et du Président adjoint, l'Iraq a déclaré qu'il y avait eu délégation de pouvoirs préalable pour le lancement des ogives biologiques et chimiques au cas où Bagdad aurait été frappée par des armes nucléaires pendant la guerre du Golfe. Cette délégation de pouvoir n'exclut pas que les moyens en question auraient pu être déclenchés par ailleurs, et ne prouve donc pas qu'il était seulement question d'un emploi en second. Il est évident que la Commission doit comprendre à fond à quoi correspondent toutes les phases d'élaboration de tous les systèmes d'armes interdits ainsi que les mises en place prévues ou effectivement réalisées.
 

III. ACTIVITÉS RELATIVES AUX MISSILES
 
A. Système de surveillance
 

29. Conformément au plan de contrôle et de vérification continus que le Conseil de sécurité a approuvé dans sa résolution 715 (1991), la Commission a établi un système de surveillance applicable aux missiles qui comporte plusieurs niveaux. Il englobe les éléments essentiels servant à la recherche-développement, à l'essai et à la fabrication de missiles d'une portée inférieure à 150 kilomètres et autres articles non interdits énumérés dans le plan. Ce système est conçu de telle sorte que les points forts de certains de ses niveaux puissent compenser les points faibles de autres. En l'état actuel des choses, le système de surveillance comporte les éléments suivants :
 

30. Inspection sur place. Basée au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad, une équipe résidente de contrôle des missiles procède à ce type d'inspection sans préavis. Ces inspections comportent notamment la vérification des déclarations faites par l'Iraq aux termes du plan, l'étude de la documentation relative aux installations concernées, l'inspection des articles produits et des techniques de production, ainsi que l'inspection de tous les sites et bâtiments de chaque installation. À l'heure actuelle, il est procédé à des inspections régulières dans plus de 30 installations, la fréquence des visites dépendant de la nature des activités menées dans chacune d'elles.
 

31. Contrôle continu par détection. Il concerne les aspects critiques des activités se rapportant aux missiles et les machines servant à fabriquer des articles à double usage. Les caméras installées sur les sites sont reliées au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad, qui peut les surveiller à distance. De plus, le personnel du Centre passe tous les 30 jours, ou plus fréquemment, selon les besoins, prendre les bandes vidéo dans les installations surveillées, aux fins d'une analyse détaillée. Des marques et des étiquettes inaltérables sont utilisées pour identifier de façon irréfutable les matériels importants dans les installations surveillées, afin d'aider à contrôler leur utilisation, leur mouvement ou leur élimination. À ce jour, la CSNU a ainsi marqué plus de 120 articles se rapportant à la fabrication des missiles. La Commission évalue régulièrement la nécessité d'améliorer ou de remplacer les détecteurs, ou d'ajouter des détecteurs supplémentaires, afin d'améliorer ses opérations de contrôle des missiles.
 

32. Inspections spéciales. Les équipes procédant à des inspections spéciales sont chargées d'étudier des questions précises; elles doivent par exemple évaluer l'état des activités de recherche-développement non interdites dans le domaine des missiles. Elles se composent d'experts hautement qualifiés dans des domaines précis, qui recommandent à la Commission les modifications à apporter au système de surveillance.
 

33. Inspections permettant de vérifier si l'Iraq respecte les résolutions en vigueur. Les équipes chargées de ces inspections doivent vérifier les informations dont la Commission dispose sur les activités de l'Iraq. Elles doivent également déterminer si le système de surveillance devrait être appliqué à d'autres installations.
 

34. Surveillance aérienne. La Commission utilise à la fois des hélicoptères et des moyens de surveillance de haute technicité pour contrôler les activités et l'infrastructure des installations pertinentes sur tout le territoire de l'Iraq.
 

35. Après avoir achevé l'inventaire initial de chaque site à contrôler, la Commission a commencé, le 17 août 1994, à mettre en oeuvre un système de contrôle et de vérification continus des installations où l'Iraq peut fabriquer des missiles et articles associés. Depuis, elle a procédé à plus de 450 inspections sur toute une série d'installations missilières et implanté plus de 40 caméras vidéo dans 16 installations dont elle se proposait de contrôler les activités se rapportant à la fabrication de missiles. L'Iraq a continué de fournir l'appui sollicité par la Commission lors de ses inspections, notamment en facilitant l'accès aux registres de production, de contrôle de la qualité et d'inventaire ainsi qu'aux bâtiments, installations ou équipements sur les sites en collaborant à l'installation de caméras et à l'apposition de marques, et en chargeant des experts de fournir aux équipes de contrôle et d'inspection tous éclaircissements nécessaires se rapportant aux dessins, aux essais et aux activités de production.
 

36. Pendant la période considérée, la Commission a procédé à la deuxième vérification annuelle des missiles opérationnels non interdits de l'Iraq au sens des résolutions 687 et 715 (1991) du Conseil de sécurité, c'est-à-dire des missiles d'une portée inférieure à 150 kilomètres qui sont conçus ou peuvent être modifiés pour être utilisés dans un mode surface-surface et ayant une portée supérieure à 50 kilomètres. La Commission a apposé des marques pour confirmer que tous ces missiles sont identifiés en Iraq et pour veiller à ce que l'Iraq ne modifie pas ses systèmes balistiques de façon à leur donner une portée interdite par le Conseil de sécurité. La Commission a fixé les modalités en vertu desquelles l'Iraq est tenu de présenter 10 % de ses missiles, trois fois par an, à la Commission, pour vérification. Celle-ci choisit les missiles que l'Iraq doit présenter et établit le calendrier des inspections pertinentes. Conformément aux procédures établies, l'Iraq a fourni le nombre de missiles qui lui était demandé aux fins de vérification par l'équipe d'inspection pendant la deuxième vérification annuelle. Aucune modification de ces missiles n'a été détectée.
 

37. La Commission a récemment obtenu des informations suivant lesquelles l'Iraq avait repris ses activités d'acquisition à l'appui de ses installations de fabrication de missiles. Ce pays a passé, directement et indirectement (par des intermédiaires et des compagnies servant de façade), un certain nombre de commandes en vue d'acquérir des matériels, des technologies, des fournitures et des matériaux servant aux activités se rapportant à la fabrication de missiles et à d'autres activités menées dans ces installations. Il a expliqué qu'une grande partie de ces activités étaient destinées à appuyer directement son programme Ababil-100 de mise au point et de fabrication locales de missiles surface-surface d'une portée comprise entre 100 et 150 kilomètres. Depuis la période couverte par le dernier rapport d'avril 1995, l'Iraq a reconnu avoir mené ces activités d'acquisition, et notamment d'avoir importé des matériels et des matériaux sans en référer au Comité des sanctions des Nations Unies créé par la résolution 661 (1990) du Conseil de sécurité. Dans la plupart des cas, l'Iraq a faussement affirmé que ces matériels et matériaux avaient été achetés en Iraq.
 

B. Destruction des articles interdits
 

38. En avril 1995, la Commission a achevé une enquête sur l'acquisition et l'utilisation par l'Iraq, avant la guerre du Golfe, de matériels servant au projet 1728 (fabrication de moteurs de fusée à propergol liquide). Le 21 avril, la Commission a adressé une lettre à l'Iraq dans laquelle elle précisait ce qu'il convenait de faire de ces matériels; elle abordait notamment la question de la destruction de cinq pièces essentielles de matériel de fabrication et d'essai achetées spécifiquement aux fins d'activités missilières interdites. L'Iraq a également été informé que toutes les activités mettant en oeuvre les matériels à détruire devaient cesser. Le personnel des installations dans lesquelles ces matériels se trouvaient n'a apparemment pas tenu compte de ces instructions et a continué de faire fonctionner les machines destinées à fabriquer les éléments devant servir aux programmes missiliers actuels. La Commission s'est rendue compte, grâce à plusieurs éléments de son système de surveillance, essentiellement les caméras, que ces matériels continuaient d'être utilisés, contrairement à ses instructions. L'Iraq a également essayé de retarder la destruction des matériels en question. Le 2 juillet 1995, le Président exécutif a porté tous ces faits à la connaissance du Conseil de sécurité. Peu de temps après, l'Iraq a accepté de donner effet à la décision de la Commission et la destruction des matériels a été achevée à la fin de juillet 1995.
 

C. Programme interdit
 

39. Au cours de la période écoulée depuis le rapport d'avril 1995, la Commission a poursuivi l'examen des anciennes activités missilières interdites de l'Iraq. Elle a concentré son attention sur les questions non résolues, liées pour l'essentiel aux activités antérieures de recherche-développement de l'Iraq. Elle a demandé à celui-ci de lui fournir données supplémentaires et explications sur les travaux réalisés en rapport avec un certain nombre de dessins ou de composants missiliers non déclarés, sur les carburants et sur les liens existant entre le programme missilier et les autres activités interdites. Ces questions ont été examinées pendant les séries de négociations de haut niveau menées entre mai et le début août 1995, ainsi que par la cent vingt-deuxième équipe d'inspection de la CSNU (la trente-troisième pour les missiles balistiques). À ce moment, l'Iraq a répondu à certaines demandes de la Commission, mais en se limitant pour l'essentiel aux cas pour lesquels celle-ci disposait d'éléments prouvant les activités de l'Iraq. Toutefois, dans la majorité des cas, l'Iraq a essayé, pendant la période précédant la mi-août 1995, d'induire la Commission en erreur en gardant par devers lui des informations ou en fournissant des informations portant sur une activité différente de celle qui motivait la demande de la Commission. Ainsi, l'Iraq a spécifiquement nié l'existence de toute ogive biologique, de toute activité d'essai d'ogives chimiques, de toute activité se rapportant à des systèmes perfectionnés de propulsion de missiles par propergol liquide, systèmes utilisant de nouveaux matériaux pour les cellules (comme l'aluminium), ainsi qu'à des carburants (comme l'UDMH). Par ailleurs, l'Iraq a continué, pendant la période indiquée, à falsifier le relevé des missiles, ogives et matériels d'appui ou auxiliaires.
 

40. Au cours de la visite que le Président exécutif a effectuée à Bagdad du 17 au 20 août 1995, à la suite des événements décrits au paragraphe 14 ci-dessus, l'Iraq a totalement changé d'attitude, pour fournir des informations nouvelles et importantes sur son programme missilier interdit. Il a reconnu pour la première fois avoir travaillé sur des moteurs de fusée perfectionnés, notamment les moteurs de plus forte poussée ou utilisant le carburant UDMH. Il a également admis avoir fabriqué des moteurs de fusée interdits à partir d'éléments de fabrication locale ou importés et sans avoir eu à démonter les moteurs Scud de fabrication soviétique, importés, pour en réutiliser les pièces. L'Iraq a également admis avoir précédemment falsifié le nombre et l'objet des essais fixes ou en vol des missiles interdits.
 

41. Comme indiqué aux paragraphes 24 à 27 ci-dessus, la Commission a obtenu des boîtes de documents et de matériaux comprenant, outre les documents écrits, des bandes vidéo, des films, des microfiches et des disquettes informatiques se rapportant aux activités missilières. Ces boîtes ont également révélé quelques articles entrant dans la fabrication de missiles interdits. Il semblerait que ces documents se soient rapportés à un moment ou à un autre à des projets entrant dans le cadre d'activités telles que le projet 144 (modification et fabrication de systèmes balistiques), le projet Karama (fabrication du système de commande et guidage des missiles), le projet 1728 (fabrication de moteurs de fusée à propergol liquide) et le BADR-2000 (missile à deux étages à propergol solide). Les représentants de l'Iraq qui avaient été associés à ces projets ont expliqué qu'ils avaient reçu l'ordre d'établir une sélection des documents les plus importants et de les remettre aux organismes spéciaux de sécurité. De l'avis de la Commission, les boîtes qu'elle a obtenues ne permettent pas de rendre compte de tous les documents se rapportant aux activités missilières interdites ni ne contiennent un jeu complet des documents que l'on pourrait s'attendre de trouver dans des installations de ce genre. La Commission se propose de tirer tout le parti possible des documents disponibles dans le cadre du processus de vérification, tout en continuant à demander que l'ensemble des documents pertinents lui soient remis.
 

42. Au cours de la visite que le Président exécutif a faite à Bagdad du 29 septembre au 1er octobre, et de la cent vingt-troisième mission d'inspection de la CSNU (la trente-quatrième pour les missiles balistiques) (27 septembre--1er octobre), les autorités iraquiennes ont fourni des informations supplémentaires sur les activités sur lesquelles elles n'avaient jusqu'alors fait aucune déclaration. Il est apparu que l'Iraq considérait qu'il s'agissait là d'informations critiques et essentielles sur ses activités interdites, et que, partant, il avait choisi de ne pas divulguer à la Commission pendant plus de quatre ans. À la fin septembre 1995, la Commission a obtenu de nouvelles informations sur les activités d'essais menées par l'Iraq, y compris les essais fixes et en vol de différents systèmes de missiles Scud; plusieurs schémas nouveaux de systèmes de missiles de portée supérieure; le développement et l'essai de nouveaux moteurs à propergol liquide; la mise au point et l'essai réussi d'un système de séparation des ogives; un schéma réalisé en Iraq d'un système de supercanon de 600 mm; et de trois essais en vol d'ogives chimiques. Certains schémas jusqu'alors non déclarés portaient sur des missiles qui pouvaient atteindre des cibles situées à plus de 3 000 kilomètres. La Commission a également obtenu des informations sur un missile spécial en cours de conception, capable de lancer une charge explosive nucléaire. Étant donné que ces déclarations et les déclarations antérieures modifient sensiblement la portée du programme missilier de l'Iraq, la Commission a demandé à l'Iraq de lui fournir un état définitif et complet de ces activités missilières interdites, ce que l'Iraq a accepté.
 

43. Les nouvelles révélations iraquiennes, portant notamment sur la fabrication locale de moteurs de fusée, amènent la Commission à modifier de fond en comble son relevé des armes et matériels interdits utilisés dans les programmes missiliers que le Conseil de sécurité a proscrit dans sa résolution 687 (1991). À ce jour, l'Iraq n'a pas fourni d'éléments concluants sur la quantité de moteurs fabriqués par lui. Aussi la Commission ne dispose-t-elle toujours pas d'éléments lui permettant d'établir une comptabilité exacte des missiles iraquiens interdits.
 

44. La révision du relevé des armes et articles interdits en Iraq est compliquée par un autre facteur important, à savoir la destruction à laquelle l'Iraq aurait procédé unilatéralement à l'été de 1991 (voir par. 21 et 22 ci-dessus). L'Iraq n'a révélé à la Commission qu'en mars 1992 avoir détruit à cette époque de grandes quantités d'articles interdits de toutes sortes. Mais la Commission a abouti à la conclusion que cette déclaration de mars et l'état définitif et complet que l'Iraq avait initialement produit en mai 1992 avaient été sciemment falsifiés pour dissimuler des activités que l'Iraq avait l'intention de ne pas révéler à la Commission à cette époque-là. Ainsi, par exemple, l'Iraq a déclaré que 89 missiles opérationnels interdits avaient été détruits à l'été 1991, alors que 83 seulement de ces missiles l'avaient véritablement été. En l'occurrence, l'Iraq semble avoir gonflé le nombre des missiles pour dissimuler des activités d'essais fixes et en vol non déclarés ainsi que les activités qu'il menait pour fabriquer ses propres missiles. Il a ultérieurement présenté un relevé incorrect des ogives de missiles -- importées ou fabriquées localement -- pour dissimuler ses projets de mise au point d'ogives non classiques et d'ogives à séparation. L'Iraq a présenté des chiffres erronés sur la quantité d'éléments de missiles et autres articles importés détruits. Il a accepté de présenter une nouvelle déclaration sur le bilan matériel des armes et autres articles interdits dans le nouvel état définitif et complet afin de corriger ce chiffre et d'autres déclarations erronées ou fallacieuses. La Commission ne pourra présenter un relevé définitif des armes (missiles, lanceurs et matériels d'appui ou auxiliaires) et des matériels et des matériaux relevant du programme missilier interdit de l'Iraq que lorsque celui-ci aura fourni une nouvelle déclaration.
 

45. Il découle de ce qui précède que pendant une bonne partie de la période considérée, l'Iraq a continué à garder par devers lui des informations se rapportant à son programme de missiles interdits. Pour l'essentiel, il n'a fourni de nouvelles données que lorsqu'il a eu la certitude que la Commission avait acquis les informations correspondantes auprès d'autres sources. Toutefois, après la visite que le Président exécutif a effectuée à la mi-août, l'Iraq a fourni de lui-même certaines informations nouvelles importantes et, dans plusieurs cas, a étayé ses révélations de documents supplémentaires. Cela dit, se fondant sur la totalité des informations à sa disposition, la Commission estime que l'Iraq n'a pas encore divulgué de façon complète ses activités missilières interdites. Les informations devant figurer dans le nouvel état définitif et complet seront essentielles à la Commission pour vérifier que l'Iraq respecte ses engagements. Aussi l'Iraq doit-il fournir des données exactes et étayées, y compris des documents à l'appui de ses déclarations, et faire des propositions permettant d'accélérer la procédure de vérification et de la rendre plus efficace.
 

46. La Commission envisage de poursuivre ses missions d'inspection et d'enquête approfondies en vertu de la résolution 687 (1991), notamment en introduisant de nouvelles méthodes de vérification, afin d'obtenir un tableau complet et détaillé des activités missilières interdites de l'Iraq. La coopération de celui-ci, notamment en ce qui concerne la fourniture d'informations exactes et des pièces justificatives s'y rapportant, l'accès au personnel associé aux activités en question et l'appui dont la Commission a besoin pour mener ses activités d'inspection et de contrôle, sera sollicitée en permanence afin de permettre à la Commission d'atteindre cet objectif dans les meilleures conditions de rapidité et d'efficacité.
 

IV. ACTIVITÉS CHIMIQUES
 
A. Le système de contrôle
 

47. Pendant la période à l'examen, il a été procédé à quatre inspections initiales supplémentaires dans le domaine chimique. Des protocoles de contrôle et de vérification ont été établis pour un institut de recherche et trois sites de stockage et de production de produits chimiques. Ces activités ont été menées par l'équipe de contrôle des activités chimiques stationnée au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad. La Commission a donc maintenant procédé à l'inspection initiale de 62 sites d'activités chimiques et 18 universités, collèges et instituts de recherche. Plus de 200 inspections ont été réalisées à ce jour par l'équipe de contrôle des activités chimiques. Les protocoles établis pour certains sites seront revus compte tenu du fait qu'on a découvert récemment que des sites autres que l'établissement d'État de Muthanna avaient été utilisés pour le programme d'armes chimiques, ce que l'Iraq niait encore tout récemment. Les informations figurant dans les documents obtenus le 20 août 1995 devraient conduire à l'inspection de sites nouvellement identifiés qui n'ont pas encore été visités.
 

48. Lors des inspections qu'elle a réalisées en juin et juillet 1995, l'équipe de contrôle des activités chimiques a découvert sur deux sites placés sous son contrôle, que quatre pièces importantes de matériel marqué avaient été déplacées et utilisées sans autorisation. Il a immédiatement été ordonné à l'Iraq de remettre ce matériel dans sa position initiale, ce qui a été fait. Des représentations concernant la gravité de cette activité non autorisée ont été faites à l'Iraq au plus haut niveau et l'éventualité d'une destruction de ce matériel a été abordée.
 

49. Outre les outils et modalités de contrôle décrits aux paragraphes 30 à 34 de la section du présent rapport consacrée aux missiles, la Commission utilise pour ses contrôles dans le domaine chimique 19 échantillonneurs d'air installés sur six sites de production de produits chimiques en Iraq. Du 2 au 11 juillet 1995, une équipe d'appui technique a fait une mise au point et a réexaminé leur emplacement en vue d'en tirer le meilleur parti possible. À la suite de ce réexamen, plusieurs échantillonneurs ont été déplacés et un certain nombre ont été ajoutés sur certains sites, ou au contraire enlevés. Depuis cette mise au point, les échantillonneurs sont mieux à même de supporter des conditions difficiles telles qu'un fort degré d'humidité ou une action chimique extrêmement puissante.
 

50. Dix pompes de prélèvement et du matériel d'étalonnage ont été fournis à l'équipe de contrôle des activités chimiques, ce qui lui permet de faire des prélèvements d'air n'importe où en Iraq. Des démarches ont été engagées pour l'achat d'un spectromètre à infrarouge et d'un appareil de détermination du point de fusion en vue d'élargir l'éventail des prélèvements à analyser.
 

51. La hotte de vapeur du laboratoire de chimie du Centre de contrôle et de vérification de Bagdad a été équipée d'un dispositif d'épuration de l'eau par osmose inverse et d'un dispositif de filtration totale de l'air, ce qui permettra au personnel du laboratoire de travailler dans de meilleures conditions de sécurité. Des équipements de protection, dont des dépoussiéreurs à haute efficacité, divers types de masques respiratoires et des combinaisons à air comprimé, ont également été achetés pour protéger la santé et garantir la sécurité du personnel qui procède à des contrôles sur le terrain.
 

B. Programme interdit
 

52. Les nouvelles informations obtenues par la Commission en août et en septembre 1995 montrent à l'évidence que la déclaration complète, finale et détaillée que l'Iraq a présentée le 25 mars 1995, la pièce supplémentaire présentée le 27 mars 1995, et les additifs à cette pièce reçus le 29 mai 1995, sont faux et incomplets. Les nouvelles informations ont été découvertes initialement dans des supports d'information obtenus en Iraq le 20 août 1995, et elles ont par la suite été admises par ce dernier au cours d'entretiens techniques avec l'équipe d'inspection CSNU 124/AC 25. Ces supports d'information sont des documents, des cassettes vidéo, des microfiches et microfilms et des disquettes portant sur une grande partie du programme d'armes chimiques de l'Iraq.
 

53. La Commission ayant fait savoir à l'Iraq que sa déclaration complète, finale et détaillée de mars 1995 présentait des lacunes, celui-ci lui a remis un certain nombre de chapitres révisés. Toutefois, ces chapitres ne portent que sur les points qui avaient déjà été critiqués par l'équipe CSNU 124/AC 25. Dans sa déclaration de mars 1995, l'Iraq avait omis de mentionner d'importantes capacités de fabrication d'armes chimiques, comme des types supplémentaires d'agents de guerre, des techniques de pointe pour la production, la stabilisation et le stockage d'agents et de précurseurs, de nouveaux types de munitions et d'essais ainsi que des sites dont il n'avait jamais révélé qu'ils avaient participé au programme d'armes chimiques.
 

54. Lors des entretiens techniques qui ont eu lieu à Bagdad en septembre 1995, il est apparu que l'Iraq continuait de s'abstenir de révéler des informations importantes sur l'étendue et la complexité technique de son programme d'armes chimiques. Ses représentants ont commencé par affirmer que la déclaration de mars 1995 était complète et exacte et qu'ils ne disposaient pas d'autres informations. Ce n'est que tardivement qu'ils ont admis que la dernière déclaration présentait des lacunes.
 

55. La Commission juge particulièrement préoccupantes les nouvelles révélations concernant la durée, l'étendue et le succès du programme de production de l'agent neurotoxique VX. Dans sa déclaration de mars 1995 et dans les textes révisés présentés ultérieurement, l'Iraq affirmait que le programme concernant le VX n'avait existé qu'entre avril 1987 et septembre 1988, que la production n'avait jamais dépassé le stade des essais de laboratoire et qu'elle avait été abandonnée en raison de la piètre qualité et de l'instabilité de l'agent obtenu.
 

56. Or, il apparaît maintenant que le programme concernant le VX a commencé au moins dès le début de mai 1985 et s'est poursuivi sans interruption jusqu'à décembre 1990. La Commission a conclu que du VX avait été produit à l'échelle industrielle. Les problèmes de stabilisation et de stockage des précurseurs et de l'agent avaient été résolus. En outre, dans l'un des documents de l'Iraq sur la question, daté de 1989, il était proposé de "créer des installations stratégiques d'entreposage de la substance (chlorhydrate de VX, soit le stade précédant immédiatement la transformation en VX) de façon qu'elle puisse être utilisée à n'importe quel moment si besoin était".
 

57. À cet égard, il est important de savoir que l'Iraq a admis en septembre 1995 avoir produit en 1990 65 tonnes de choline, produit chimique utilisé exclusivement pour la production de VX. Une telle quantité de choline suffirait pour produire environ 90 tonnes de VX. En outre, l'Iraq avait notamment plus de 200 tonnes de pentasulphure phosphoré et 200 tonnes de diisopropylamine. De telles quantités de précurseurs suffiraient pour produire plus de 400 tonnes de VX. Actuellement, on ne dispose d'aucune preuve concluante que l'Iraq a bien, comme il le prétend, éliminé les stocks de ces deux précurseurs et de choline.
 

58. Étant donné les déclarations récentes de l'Iraq concernant l'application militaire d'agents biologiques, le bilan actuel en ce qui concerne les munitions chimiques et les quantités d'agents chimiques pouvant être utilisés comme armes n'est plus valable. Cela tient au fait que les munitions, y compris les ogives de missile, que l'Iraq avait déclarées comme étant utilisées pour des agents biologiques, avaient auparavant été déclarées comme étant utilisées pour des armes chimiques.
 

59. L'Iraq a également admis avoir mis au point des prototypes d'obus d'artillerie remplis d'agent binaire sarin, de roquettes de 122 mm et de bombes aériennes. Toutefois, la nouvelle documentation montre que les quantités produites vont bien au-delà de ce qui était nécessaire pour des prototypes. L'Iraq a également admis avoir procédé à trois essais en vol de missiles à longue portée dotés d'ogives chimiques, dont, en avril 1990, d'un missile doté d'une ogive remplie de sarin.
 

60. L'Iraq a admis avoir reçu une aide considérable de l'étranger. Il a au minimum reçu des munitions spécifiquement conçues pour être remplies d'agents de guerre chimique, un appui technique pour la mise au point d'un procédé de fabrication d'un précurseur du VX et du personnel technique qui a travaillé directement à l'établissement d'État de Muthanna.
 

61. La documentation obtenue récemment contient des informations importantes sur le financement de cet établissement et les achats faits pour lui. Des achats représentant un montant d'au moins 100 millions de dollars n'ont toujours pas été déclarés, alors que l'Iraq prétend avoir déclaré tous les achats effectués pour l'établissement d'État de Muthanna.
 

62. Les nouvelles informations concernant le programme d'armes chimiques interdit de l'Iraq nécessiteront la prise de mesures de suivi appropriées, notamment l'analyse technique des documents et des séminaires réunissant des experts. Les documents montrent que l'Iraq s'est efforcé de produire lui-même des précurseurs clefs dans la fabrication d'armes chimiques, par exemple par la synthèse du cyclohexanol (précurseur du GF) à partir du phénol et la synthèse de la diisopropylamine (précurseur du VX) à partir de l'ammoniac et de l'acétone. Dans ces conditions, la Commission devra examiner avec le plus grand soin certaines propositions de l'Iraq concernant la construction de nouvelles installations à double usage, et le système de contrôle devra être adapté en conséquence.
 

63. Les nouvelles informations montrent que les bilans matières indiqués dans la déclaration complète, finale et détaillée de mars 1995 et dans les textes révisés fournis ultérieurement ne sont pas valables. De plus, la Commission ne peut actuellement exclure la possibilité de la présence en Iraq de stocks de VX, de ses précurseurs immédiats et de munitions non déclarées. Dans ces conditions, elle a demandé à l'Iraq de présenter une nouvelle déclaration complète, finale et détaillée qui rende compte fidèlement et de façon cohérente de son programme d'armes chimiques.
 

V. ACTIVITÉS BIOLOGIQUES
 
A. Le système de contrôle
 

64. Après une phase de contrôle intérimaire de quatre mois, les opérations de contrôle dans le domaine biologique ont véritablement commencé le 4 avril 1995. Étant donné la nature des technologies biologiques, qui se prêtent à un double usage, et la facilité avec laquelle les installations civiles peuvent être converties pour la fabrication d'armes biologiques, ces opérations doivent nécessairement avoir une portée étendue et les sites à placer sous contrôle sont nombreux. La Commission a dû procéder à des investigations plus poussées dans le domaine biologique, l'Iraq n'ayant pas complètement révélé toutes ses activités passées de préparation à la guerre biologique. Pour se faire une idée précise de ce programme, la Commission a dû compter bien plus sur ses propres investigations que sur la franchise de l'Iraq.
 

65. Actuellement, 79 sites dans tout l'Iraq sont soumis au régime de contrôle et de vérification dans le domaine biologique. Ces sites sont les suivants :
 

a) Cinq sites dont on sait actuellement qu'ils ont joué un rôle important dans le passé dans le programme d'armes biologiques de l'Iraq;
 

b) Cinq installations fabriquant des vaccins ou des produits pharmaceutiques;
 

c) Trente-cinq établissements de recherche ou établissements universitaires disposant de matériels ou de technologies importants;
 

d) Treize brasseries, distilleries et laiteries dotées de capacités à double fin;
 

e) Huit laboratoires de diagnostic;
 

f) Cinq sites d'achat et de distribution de fournitures et de matériel biologiques;
 

g) Quatre installations participant à la mise au point de matériel biologique;
 

h) Quatre établissements mettant au point des produits.
 

Neuf de ces sites appartiennent à la catégorie A (celle qui est soumise au contrôle le plus intense), 15 à la catégorie B, 10 à la catégorie C et 45 à la catégorie D.
 

66. Les divers éléments du contrôle opéré par la Commission sont les suivants : inventaire du matériel sur tous les sites dotés de matériel à double fin; notification par l'Iraq du transfert, de la modification ou de l'acquisition de ce type de matériel; mise en place de caméras sur certains sites pour observer les modifications qui pourraient intervenir dans les activités ou l'utilisation du matériel; inspections de routine sur les sites par une équipe de contrôle basée à Bagdad, essentiellement sans préavis et à intervalles variables; identification des facteurs liés aux scénarios d'"enlèvement clandestin" sur les sites et de leur rôle possible dans les activités interdites. Ces activités de contrôle menées par le Centre de contrôle et de vérification de Bagdad sont complétées par des inspections spéciales lorsqu'il est souhaitable de faire intervenir des spécialistes très expérimentés. Des aspects clefs du processus d'établissement des données de base, notamment l'identification de sites supplémentaires pouvant nécessiter un contrôle et de leur capacité, l'identification de matériel à double usage non déclaré et l'évaluation de son utilisation actuelle et future, font également partie des activités de contrôle continu.
 

67. Pendant la période considérée, c'est-à-dire depuis le 10 avril 1995, l'équipe de contrôle des activités biologiques a réalisé plus de 150 inspections ou visites de sites, dont plus de 20 inspections du site d'Al Hakam. Sur trois sites, dont Al Hakam, 22 caméras au total sont utilisées pour compléter les autres moyens de contrôle. Des images en temps réel et des cassettes vidéo enregistrées sont analysées, et l'information est incorporée au processus de contrôle.
 

B. Programme interdit
 

68. Les activités de contrôle continu sont axées essentiellement sur les capacités biologiques à double usage de l'Iraq. Toutefois, un contrôle efficace n'est possible que si l'on comprend pleinement les activités biologiques interdites. Dans le rapport qu'elle a présenté en avril dernier au Conseil de sécurité (S/1995/284), la Commission déclarait qu'elle était "parvenue à la conclusion que l'Iraq n'[avait] pas fourni d'informations complètes et détaillées sur son programme passé concernant les armes biologiques ni sur ce qui était advenu des articles et matériaux acquis aux fins de ce programme".
 

69. Jusqu'au milieu de la période couverte par le présent rapport, l'Iraq a continué à nier avoir jamais eu un programme d'armes biologiques offensives ou des activités dans ce domaine. Il convient de rappeler que dans la déclaration "complète, finale et détaillée" qu'il a présentée officiellement en mars 1995 dans le domaine biologique, tout comme dans la première déclaration de mai 1992 et dans celle qu'il a présentée par la suite conformément à la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité, l'Iraq a toujours affirmé avoir eu seulement un petit programme de recherche biologique menée dans une optique défensive, qui n'avait occupé que 10 personnes entre 1985 et l'automne de 1990. La déclaration présentée en mars 1995 était tellement en contradiction avec les informations que la Commission avait en sa possession que celle-ci n'a même pas jugé bon de chercher à la vérifier. Et ce fut l'impasse. La Commission a continué à rassembler des informations concernant le programme d'armes biologiques de l'Iraq tout en essayant parallèlement de persuader ce dernier de présenter une déclaration rendant fidèlement compte de ses activités dans le domaine des armes biologiques.
 

70. En avril et mai 1995, l'Iraq a continué à se montrer peu coopératif. Durant le séjour du Président exécutif en Iraq (29 mai-1er juin), l'Iraq a refusé ne serait-ce que de rencontrer les experts qui l'accompagnaient. L'impasse s'est maintenue jusqu'en juin, à cela près que l'Iraq a promis de donner des informations sur son programme d'armes biologiques fin juin ou début juillet s'il voyait à ce moment-là des signes de progrès sur la voie de sa réintégration à la communauté internationale (voir le paragraphe 10 ci-dessus).
 

71. Le 1er juillet 1995, au cours de la visite du Président exécutif (voir le paragraphe 11 plus haut), l'Iraq a donné oralement une vue d'ensemble de son ancien programme, en admettant pour la première fois qu'il fabriquait effectivement des armes biologiques offensives entre avril 1986 et septembre 1990. Mais s'il reconnaissait l'existence d'un programme offensif prévoyant la production de deux agents de guerre en grandes quantités sur le site d'Al Hakam, il niait catégoriquement toute intention d'utiliser des agents de guerre biologiques -- ceux-ci ou d'autres -- en tant qu'armes. Au cours des entretiens techniques qui ont suivi cet exposé oral, les experts de la Commission ont fait observer que plusieurs questions essentielles relatives au programme d'armement biologique de l'Iraq -- les applications militaires, la date initiale de lancement du programme, l'importance du rôle joué par d'autres établissements iraquiens, le bilan des matières utilisées pour les fournitures et les agents, etc. -- n'étaient pas encore réglées et ils ont demandé instamment à l'Iraq de traiter ces questions dans la nouvelle déclaration définitive et complète qu'il s'était engagé à présenter à la Commission.
 

72. Dans la deuxième quinzaine de juillet, l'Iraq a établi un projet de déclaration définitive et complète et la 121e équipe de la Commission spéciale pour les armes biologiques a été envoyée dans le pays pour revoir le projet avec le personnel iraquien et l'aider à rédiger un document qui pourrait se prêter à une vérification rapide et effective.
 

73. Dans le projet de déclaration établi en juillet, les renseignements divulgués par l'Iraq faisaient apparaître de nombreuses discordances par rapport aux informations recueillies par la Commission, des zones d'ombre et des omissions. Ces lacunes avaient un caractère systématique : elles semblaient dénoter une volonté de dissimuler des informations qui prouveraient l'existence de projets de création d'armements ou mettraient en évidence des liens militaires avec le programme de fabrication d'armes biologiques. On pouvait aussi soupçonner fortement l'Iraq de vouloir manipuler les nouvelles informations présentées sur la production d'agents divers et l'utilisation de milieux de culture complexes pour donner une apparence de crédibilité aux explications fournies sur les milieux non localisés, comme la Commission l'avait signalé précédemment dans son rapport du mois d'avril 1995 (S/1995/284, par. 62 à 69). L'équipe a fermement conseillé à l'Iraq d'inclure tous les éléments pertinents dans sa déclaration.
 

74. Or, le 4 août 1995, l'Iraq a présenté officiellement sa déclaration définitive et complète au Président exécutif. Cette nouvelle déclaration était calquée sur l'exposé oral que ce pays avait présenté le 1er juillet et sur le projet de déclaration ultérieur et ne tenait pas compte des suggestions de la Commission. Comme le caractère offensif du programme iraquien avait été reconnu, on avait le sentiment d'être sorti de l'impasse dans laquelle la Commission et l'Iraq se trouvaient précédemment. La Commission a commencé à procéder à une vérification, en analysant certains passages de la déclaration avec le concours d'experts auxquels elle avait fait appel, en contrôlant auprès de certains États l'identité des fournisseurs, en soumettant la nouvelle déclaration à un examen critique détaillé et en établissant des recoupements avec les renseignements qui étaient déjà en sa possession.
 

75. Le 17 août 1995, après les événements décrits au paragraphe 14 du présent document, l'Iraq a informé le Président exécutif que la déclaration complète du 4 août devait être considérée comme non valable. L'Iraq a alors présenté au Président un tableau très différent de son ancien programme de fabrication d'armes biologiques qui faisait référence à des applications militaires, à des agents et à des sites supplémentaires comme partie intégrante du programme. L'Iraq s'est engagé à soumettre à la Commission un nouvel état définitif et complet. Au cours de cette visite, certains documents relatifs aux armes biologiques interdites ont été obtenus. Le 22 août 1995, une équipe d'experts en biologie (la 125e équipe de la CSNU et la 27e pour les armes biologiques) s'est rendue à Bagdad afin de recueillir des précisions et des informations détaillées sur les révélations qui avaient été faites pendant la visite du Président. Les dernières révélations concernant le programme de fabrication d'armes biologiques de l'Iraq sont récapitulées ci-après. Il convient de souligner qu'elles sont fondées exclusivement sur les déclarations faites par l'Iraq depuis la mi-août, déclarations qui restent à vérifier. En conséquence, la Commission ne peut donner pour le moment aucune garantie quant à l'exactitude et à l'exhaustivité des informations :
 

a) L'Iraq a déclaré que le Gouvernement avait commencé à acquérir systématiquement des armes biologiques en 1974. En 1975, un programme de recherche-développement sur les armes biologiques avait été mis en place sous la direction de l'Institut Al Hazen Ibn Al Haytham situé à Al Salman. La gestion était médiocre, les installations et le matériel inadéquats. De ce fait, l'Institut n'avait guère obtenu de résultats et avait cessé ses activités en 1978;
 

b) La fermeture de l'Institut Al Hazen aurait été, dit-on, très préjudiciable pour le programme et il n'y aurait eu les années suivantes aucune activité dans le domaine des armes biologiques. Peu après le déclenchement de la guerre entre l'Iran et l'Iraq (peut-être en 1982 ou 1983), un microbiologiste iraquien éminent a rédigé un rapport qui attirait l'attention sur les avancées scientifiques dans le domaine des armes biologiques et suggérait d'entreprendre des travaux sur ce sujet en Iraq. On ne sait pas encore si ce rapport a eu des suites quelconques mais en 1985, l'Établissement d'État de Muthanna, qui est le principal centre iraquien pour l'étude, la mise au point et la fabrication des armes chimiques, a recommandé le lancement d'un programme d'armements biologiques. En mai ou juin 1985, cet établissement a sollicité l'adhésion du Ministère de la défense à ce programme et l'a obtenue. Il était prévu que les travaux de recherche sur les armes biologiques seraient orientés vers la production et, de ce fait, l'Établissement de Muthanna a acheté, parallèlement à ses laboratoires, une usine pilote équipée d'un fermenteur d'une capacité de 150 litres. Dans le courant de l'année 1985, il a recruté du personnel et vers la fin de l'année, 10 personnes étaient affectées au programme de recherche sur les armes biologiques;
 

c) D'après la déclaration, les travaux à Muthanna étaient axés dans un premier temps sur l'étude de la littérature spécialisée jusqu'en avril 1986, date à laquelle des souches de bactéries ont été importées. La recherche a mis ensuite l'accent sur les caractéristiques du bacille du charbon (Bacillus anthracis) et la toxine botulique (Clostridium botulinum) pour déterminer leur pouvoir pathogène, les conditions de croissance et de sporulation et les paramètres de stockage. Le charbon est une maladie bactérienne aiguë touchant les animaux et l'homme qui peut être contractée par ingestion ou inhalation de spores bactériennes ou par des lésions de la peau. Elle cause une infection qui aboutit à la mort dans un délai de plusieurs jours à quelques semaines après l'exposition. La toxine botulique produit une paralysie musculaire aiguë dont l'issue est fatale chez l'homme ou l'animal. Aux dires de l'Iraq, l'Établissement de Muthanna ne produisait pas d'agents biologiques et les fermenteurs importés n'étaient pas utilisés. Pourtant, cet établissement envisageait une production ultérieure d'agents de guerre biologique et a adressé au Ministère de la défense un rapport dans lequel il lui recommandait de transférer l'usine de fabrication de protéines unicellulaires de Taji à Muthanna pour la production de la toxine botulique. Le Ministère de la défense a donné son accord mais, au début de 1987, le projet a été ajourné brièvement pour des raisons administratives avant d'être mis à exécution;
 

d) En mai 1987, le programme de fabrication d'armes biologiques a été transféré de Muthanna à Al Salman. Ce transfert a été expliqué par le fait que les travaux biologiques interféraient avec le programme de fabrication d'armes chimiques (probablement prioritaire) en cours d'exécution à Muthanna. À Al Salman, l'unité responsable des armes biologiques est placée sous la tutelle administrative du Département de recherche médico-légale du Centre de recherche technique de la société des industries militaires. Après des débuts assez lents, il semble que le programme d'armements biologiques ait connu un éclatant succès à Al Salman. Le matériel -- y compris les fermenteurs -- ont été transférés de Muthanna, de nouveaux équipements ont été installés et les effectifs de l'unité responsable des armes biologiques ont été renforcés, celle-ci comptant environ 18 personnes. La recherche à Al Salman a été réorientée vers des questions plus directement liées à l'utilisation des agents comme armes biologiques. Les effets sur les animaux de grande taille -- moutons, ânes, singes et chiens -- ont été étudiés en laboratoire et dans un espace confiné, ainsi qu'à l'extérieur. Les premières expériences sur le terrain ont eu lieu au début de 1988. Des études ont été entreprises sur la production de la toxine botulique et du bacille du charbon à une plus grande échelle;
 

e) Le projet d'aménagement d'un site de production d'armes biologiques qui était en suspens a été relancé et l'ancienne usine de fabrication de protéines unicellulaires de Taji reprise en main par le Centre de recherche technique vers le milieu de 1987. Selon les indications fournies, cette usine était dans un état de délabrement et elle n'est redevenue opérationnelle qu'au début de 1988. La production de la toxine botulique a commencé en février ou en mars 1988 avec un effectif de huit personnes et un fermenteur de 450 litres, et s'est poursuivie jusqu'au mois de septembre/octobre de la même année. Cette toxine a également été fabriquée à Al Salman dans des flacons ou des fermenteurs de laboratoire;
 

f) Les études initiales portant sur la fermentation réalisées à Al Salman pour la production du bacille du charbon impliquaient l'utilisation de fermenteurs de laboratoire de sept et 14 litres à la fin de 1988. Au début de 1989, on a commencé à utiliser le fermenteur de 150 litres qui avait été transféré de Muthanna pour produire le Bacillus subtilis, organisme simulant le charbon comme agent de guerre biologique. Après cinq ou six essais de fabrication portant sur le subtilis, la production du bacille du charbon a démarré vers mars 1989 à Al Salman. Environ 15 ou 16 séries ont été produites, soit 1 500 litres au total, qui ont été réduits par concentration à 150 litres. Une quantité supplémentaire a été également produite avec les fermenteurs de laboratoire;
 

g) Vers la fin de 1987, un rapport exposant les bons résultats obtenus dans les travaux de fabrication d'armes biologiques menés par le Centre de recherche technique a été présenté à la société des industries militaires. Il a donc été décidé d'enclencher la phase de production industrielle pour le programme de fabrication d'armes biologiques;
 

h) En mars 1988, un nouveau site a été sélectionné pour la fabrication d'armes biologiques dans une localité connue à présent sous le nom d'Al Hakam. Ce projet était désigné par le numéro de code "324". Le plan d'aménagement était calqué sur celui du Centre de recherche et de fabrication d'armes chimiques de Muthanna : les bâtiments devaient être bien isolés, les zones réservées à la recherche étaient séparées des zones réservées à la production et les caractéristiques architecturales des bâtiments de Muthanna étaient reproduites de manière appropriée. Le plan élaboré pour la nouvelle installation d'Al Hakam comprenait la recherche-développement, la production et le stockage d'agents de guerre biologique, mais pas le remplissage des munitions. La construction des bâtiments de production dans la zone nord du site d'Al Hakam était quasiment achevée en septembre 1988, et on a ensuite commencé à construire les laboratoires;
 

i) En 1988, on a essayé de localiser des équipements de production pour le programme de fabrication d'armes biologiques en Iraq. Deux fermenteurs d'une capacité de 1 850 litres et sept autres d'une capacité de 1 480 litres ont été transférés des laboratoires de recherche vétérinaire à Al Hakam en novembre 1988. La chaîne de fabrication qui utilisait le fermenteur de 450 litres à Taji pour la toxine botulique devait également être transférée à Al Hakam, et la relocalisation a eu lieu en octobre 1988. À partir du milieu de 1988, on a également essayé d'importer des fermenteurs de grande capacité, mais la licence d'exportation n'a pas été accordée pour un contrat rédigé par l'Iraq qui prévoyait la livraison d'un fermenteur de 5 000 litres;
 

j) À Al Hakam, la production de la toxine botulique à des fins d'armement a démarré en avril 1989 et celle du charbon en mai 1989. Initialement, les capacités de fermentation disponibles pour le charbon servaient en grande partie à produire des agents de simulation pour des essais militaires sur le terrain. La véritable production du bacille du charbon aurait commencé en 1990. Au total, quelque 6 000 litres de toxine botulique concentrée et 8 425 litres de charbon ont été produits à Al Hakam en 1990;
 

k) Après la mise en place du programme de fabrication d'armes biologiques à Al Salman, on s'est très vite intéressé à d'autres agents de guerre biologique, outre le charbon et la toxine botulique. L'expansion du programme dans ces autres domaines a fait l'objet d'une politique systématique. Ainsi, depuis la phase de conception, au cours de laquelle Al Hakam a été aménagé en centre de recherche, de production et de stockage d'armes biologiques, il existait des projets de diversification, y compris pour des installations qui devaient travailler sur des virus et des laboratoires de génie génétique;
 

l) En avril 1988, un nouvel agent, le Clostridium perfringens (gangrène gazeuse) est venu s'ajouter au bacille du charbon et à la toxine botulique dans le cadre des travaux de recherches bactériologiques à Al Salman. (Le Clostridium perfringens cause une maladie appelée gangrène gazeuse; elle est ainsi nommée parce qu'elle se caractérise par la production de gaz entraînant une mortification des tissus; elle atteint fréquemment les victimes de guerre et nécessite une amputation des membres touchés.) En août 1989, les travaux menés sur organisme ont été transférés d'Al Salman à Al Hakam;
 

m) En mai 1988, des études auraient été entreprises à Al Salman sur l'aflatoxine. (L'aflatoxine est une toxine communément associée aux céréales vivrières contaminées par des champignons et provoque des cancers du foie. Elle est généralement considérée comme non létale pour l'homme, mais son activité cancérigène la rend très dangereuse d'après les médecins. Par la suite, des recherches ont également été effectuées sur les mycotoxines trichothécènes telles que le T-2 et le DAS. (Les mycotoxines trichothécènes provoquent des nausées, des vomissements, des diarrhées, une irritation de la peau et, contrairement à la plupart des toxines microbiennes, peuvent être absorbées par la voie cutanée.) Des travaux de recherche ont été menés sur la toxicité des aflatoxines en tant qu'agents de guerre biologique et sur leurs effets, lorsqu'elles sont combinées à d'autres produits chimiques. L'aflatoxine a été obtenue en cultivant le champignon Aspergillus dans des flacons de cinq litres à Al Salman;
 

n) En 1989, il a été décidé de transporter à une installation située à Fudaliyah la production d'aflatoxine aux fins de la fabrication d'armes biologiques. Cette installation a été utilisée pour la production d'aflatoxine en bouteilles d'avril-mai 1990 à décembre 1990. Il a été déclaré que 1 850 litres de toxine en solution ont été produits au total, à Fudaliyah;
 

o) L'Iraq a également examiné, pour son potentiel dans la fabrication d'armes biologiques, un autre agent fongique, le charbon du blé (le charbon du blé produit sur le blé et d'autres céréales des excroissances noires; le grain contaminé ne peut être utilisé pour la consommation humaine). Après une première production à petite échelle à Al Salman, des opérations plus ambitieuses ont été menées près de Mossoul en 1987 et 1988 et des quantités considérables de grain contaminé ont ainsi été récoltées. Mais l'idée n'aurait pas été poursuivie, et il a fallu attendre 1990 pour que le grain contaminé soit brûlé au site de Fudaliyah;
 

p) La ricine est une autre toxine produite en vue d'une application militaire. (La ricine est une toxine protidique dérivée du ricin, et qui est extrêmement létale tant pour l'homme que pour les animaux. Par inhalation, la ricine produit une dépression diffuse grave du tissu pulmonaire entraînant une pneumonie hémorragique fatale.) Il semble que des travaux aient commencé en 1988 à Al Salman. Les premiers échantillons de ricine ont été produits par l'usine pharmaceutique de Samarra, et après de premiers essais toxicologiques menés en tandem avec l'Établissement de Muthanna, on a déterminé la quantité requise pour l'essai d'une arme. Dix litres de ricine concentrée ont été préparés. L'arme a été essayée avec l'assistance de l'Établissement de Muthanna, au moyen d'obus d'artillerie. L'essai a été considéré comme un échec et le projet aurait été abandonné peu après;
 

q) Les travaux sur l'utilisation de virus pour la production d'armes biologiques ont commencé à Al Salman en juillet 1990. Peu après, la décision a été prise d'acquérir le Centre de contrôle de la fièvre aphteuse de Daura qui, outre sa mission de production de vaccins, a été transformé en vue de la production d'armes biologiques. Il a été décidé que le Centre de Daura, dans le cadre du programme de production d'armes biologiques, comporterait des services de bactériologie, de virologie et de génie génétique. Pour le programme d'armes biologiques, trois agents viraux ont été produits en Iraq même : l'agent viral de la conjonctivite hémorragique, un rotavirus, et la variole des chameaux. (La conjonctivite hémorragique est une maladie aiguë qui cause d'extrêmes souffrances et une cécité temporaire. Le rotavirus entraîne une diarrhée aiguë qui peut mener à une déshydratation fatale. La variole des chameaux cause chez le chameau des fièvres et des éruptions cutanées mais la transmission à l'homme est rare.) Il a été déclaré que les travaux sur ces virus étaient très peu avancés et qu'aucun n'avait été produit en quantité notable;
 

r) Au début de 1988, l'Iraq s'était employé à transformer en armes des agents de guerre biologique et certains de ses meilleurs chercheurs avaient participé au programme d'armes biologiques au CRT et avaient été détachés dans des usines de munitions pour se familiariser avec la question. Au même moment environ, le CRT avait d'abord discuté avec l'Établissement d'État de Muthanna des moyens de produire des armes à l'aide d'agents biologiques et il avait été décidé que, en raison de l'expérience acquise par l'Établissement de Muthanna dans la transformation d'agents chimiques en armes, cet établissement fournirait également l'assistance nécessaire pour le choix de types d'armes de guerre biologique et la conduite d'essais sur le terrain;
 

s) Les premiers essais sur le terrain d'armes biologiques auraient été réalisés en mars 1988 au champ de tir de l'Établissement Muthanna à Muhammadiyat. Deux essais ont été réalisés le même jour, l'un utilisant Bacillus subtilis qui simule l'anthrax et l'autre à l'aide de toxine botulique. Lors de ces essais, les munitions choisies étaient des bombes d'aviation placées sur des socles adjacents. Les effets ont été observés sur des animaux (pour la toxine botulique) ou dans des boîtes de Petri (pour B. subtilis). Les premiers essais réalisés sur ces deux agents ont été des échecs complets. En effet, ils ne se sont pas répandus à une distance suffisante. Plus tard dans le courant de mars 1988, un second essai sur le terrain aurait été réalisé avec le même système d'armes et aurait été considéré comme un succès;
 

t) Pendant les 18 mois suivants, aucun nouvel essai sur le terrain n'aurait été réalisé. En novembre 1989, toujours à Muhammadiyat, et en utilisant cette fois-ci des roquettes de 122 mm, de nouveaux essais ont été réalisés à l'aide d'aflatoxine, de toxine botulique et de B. subtilis (pour l'anthrax) pour déterminer si ces agents pouvaient être utilisés comme armes biologiques. Des tirs réels de roquettes de 122 mm remplies de ces mêmes agents ont été effectués en mai 1990. Les essais au moyen de bombes R400 chargées de Bacillus subtilis ont d'abord eu lieu à la mi-août 1990. Les essais finals utilisant, avec les mêmes bombes, B. subtilis, la toxine botulique et l'aflatoxine ont bientôt suivi, à la fin d'août 1990;
 

u) Après le 2 août 1990, date de l'invasion du Koweït par l'Iraq, le programme de fabrication d'armes biologiques iraquien a été considérablement intensifié; on est passé en effet à la production puis à la transformation en armes des différents agents de guerre biologique produits. Le Centre de contrôle de la fièvre aphteuse de Daura a été converti en usine de production d'armes biologiques. Les six fermenteurs de vaccin installés dans ce centre avec leurs équipements auxiliaires ont été utilisés pour la production de toxine botulique de novembre 1990 au 15 janvier 1991, date à laquelle 5 400 litres environ de toxines concentrées avaient été produits. Il a été décidé qu'il fallait augmenter la production de la bactérie de l'anthrax, et les fermenteurs d'Al Hakam qui avaient jusqu'alors été utilisés pour la production de toxine botulique, ont été modifiés dans ce sens. La production de Cl. perfringens pour la fabrication d'armes biologiques a également commencé à Al Hakam en août 1990 à l'aide d'un fermenteur de 150 litres qui avait été transporté depuis Al Salman. Au total 340 litres de Cl. perfringens concentré ont été produits;
 

v) Un programme ayant pour but de développer un vecteur supplémentaire, un réservoir pour la pulvérisation d'armes biologiques, à partir d'un réservoir largable modifié a commencé en décembre 1990. De tels réservoirs seraient adaptés à un avion de chasse avec pilote ou à un avion télécommandé, afin de pulvériser jusqu'à 2 000 litres d'agent renfermant B. anthracis au-dessus d'une cible. Les essais sur le terrain du réservoir de pulvérisation et du véhicule télécommandé ont été réalisés en janvier 1991. L'essai a été un échec et aucun effort pour poursuivre le développement de cette idée n'aurait eu lieu. Néanmoins, trois réservoirs largables additionnels ont été modifiés et conservés prêts à l'usage. Ils auraient été détruits en juillet 1991. Le prototype de réservoir de pulvérisation utilisé pour les essais aurait été détruit durant les bombardements de la guerre du Golfe;
 

w) La transformation en armes des agents de guerre biologiques a commencé à grande échelle à Muthanna en décembre 1990. Comme il a été déclaré, les bombes R400 ont été choisies comme la munition de choix pour le largage aérien et 100 de ces bombes ont été remplies de toxine botulique, 50 de toxine anthracique et 16 d'aflatoxine. En outre, 25 ogives de missile Al Hussein qui ont été produites dans une série spéciale, depuis août 1990, ont été remplies de toxine botulique (13), de toxine anthracique (10) et d'aflatoxine (2). Ces armes ont alors été déployées au début de janvier 1991 dans quatre emplacements où elles sont restées pendant toute la guerre;
 

x) Pour résumer, l'Iraq a déclaré qu'il avait produit au moins 19 000 litres de toxine botulique concentrée (près de 10 000 litres ont été chargés dans des munitions), 8 500 litres de toxine anthracique concentrée (dont 6 500 litres environ ont été chargés dans des munitions), et 2 200 litres d'aflatoxine concentrée (1 580 litres chargés dans des munitions);
 

y) L'Iraq a déclaré qu'il avait décidé de détruire après la guerre du Golfe ses munitions biologiques et le reste de ses agents de guerre biologiques en vrac. Mais l'ordre de destruction aurait été donné oralement et aucun représentant iraquien ne semble pouvoir en préciser la date, non plus que les dates des opérations de destruction de ces armes. L'ordre aurait été donné en mai ou juin 1991. Toutes les bombes remplies d'armes biologiques ont été regroupées dans un aérodrome et des agents chimiques de désactivation ont été ajoutés dans la proportion voulue. Les bombes ont alors été détruites et brûlées par explosion et les restes ont été enfouis. Une technique similaire de destruction a été utilisée pour les ogives de missile dans un lieu distinct. À la fin d'août 1995, les représentants iraquiens ont montré à une équipe de la Commission spéciale des Nations Unies un emplacement qui, selon leurs dires, était un site de destruction des ogives. Cependant, par la suite, les représentants iraquiens ont modifié leur position et n'ont pu identifier avec une quelconque certitude l'endroit exact des opérations de destruction des ogives de missile;
 

z) Les représentants iraquiens ont déclaré qu'une procédure similaire de neutralisation avait été suivie pour l'agent bactérien conservé en vrac à Al Hakam (Iraq). Le liquide détoxifié avait été versé dans une fosse septique de l'installation et ultérieurement abandonné sur place. Environ 8 000 litres de toxine botulique concentrée, plus de 2 000 litres de toxine anthracique concentrée, 340 litres de Cl. perfringens concentré, et une quantité non précisée d'aflatoxine selon la déclaration iraquienne aurait été détruit à Al Hakam.
 

76. Le programme iraquien de fabrication d'armes biologiques tel qu'il a été décrit à la Commission englobait un large éventail d'agents et de munitions. Les agents que cherchait à produire l'Iraq pour son programme d'armes biologiques comprenaient des agents létaux tels que la toxine anthracique, la toxine botulique et la ricine, ainsi que des agents inhibiteurs tels que l'aflatoxine, les mycotoxines, le virus de la conjonctivite hémorragique et le rotavirus. Ainsi, l'Iraq a travaillé sur des agents de guerre biologique qui, par leur diversité, en faisaient à la fois des armes antipersonnels et des armes de destruction des plantes. Le programme couvrait un large ensemble de vecteurs d'armes biologiques, armes tactiques (roquettes de 122 mm et obus d'artillerie, par exemple), et armes stratégiques (bombes d'aviation et ogives de missile Al Hussein remplies de toxine anthracique, de toxine botulique et d'aflatoxine) ainsi que des armes "économiques", comme le charbon du blé. Si l'Iraq prétend que cinq années seulement se sont écoulées depuis la date déclarée de mise en route de ce programme en 1985, les résultats obtenus par ce programme d'armes biologiques sont remarquables.
 

77. Les réalisations incluaient la production et la transformation effective en armes de grandes quantités d'agents bactériens et d'aflatoxine, ainsi que des recherches sur divers autres agents biologiques. Al Hakam, centre spécialisé dans la recherche-développement sur les armes biologiques ainsi que pour la production massive, était en construction au moment de la guerre du Golfe, et les principaux éléments étaient achevés et les équipements de production et de stockage fonctionnaient. Un certain nombre d'autres installations et d'établissements en Iraq ont activement concouru au programme d'armes biologiques. Ce programme semble avoir une cohérence qui atteste un haut niveau de conception et de gestion attaché à inclure tous les aspects d'un programme d'armes biologiques, depuis la recherche depuis les agents biologiques jusqu'à leur utilisation comme armes. Il est également justifié de supposer que, étant donné que les armes biologiques étaient considérées comme des armes stratégiques et ont effectivement été déployées, une analyse détaillée a dû être effectuée de la doctrine de l'utilisation opérationnelle de ces armes de destruction massive.
 

78. Il semble que jusqu'en août 1990 le programme d'armes biologiques se soit développé à un rythme régulier, continuant à s'étendre et à se diversifier. En août 1990, un programme accéléré a été lancé et les impératifs de la production et de la transformation des agents biologiques en armes l'ont emporté.
 

79. Les documents obtenus par la Commission en août 1995 sur le programme d'armes biologiques de l'Iraq ne semble représenter qu'une fraction de l'ensemble des documents engendrés par ce programme. Par exemple, des représentants iraquiens ont décrit oralement aux membres de la Commission les études qui existaient mais qui n'avaient pas été incluses dans la documentation. Certaines de ces études, mentionnées dans ces documents, diffèrent notablement de celles dont la description a été communiquée à la Commission. L'information que celle-ci a recueillie auprès d'autres sources ne semble pas correspondre, sur plusieurs aspects importants, à l'information fournie par l'Iraq.
 

80. En dépit des révélations nouvelles et importantes faites par l'Iraq depuis la mi-août, la Commission n'est pas convaincue que l'Iraq ait rendu compte pleinement et de façon correcte de son programme d'armes biologiques. La Commission entend donc continuer ses travaux détaillés d'inspection, de vérification et d'analyse dans le but de présenter au Conseil de sécurité, dès que possible, son évaluation de la façon dont l'Iraq se conforme aux dispositions de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité relatives aux armes biologiques. Le succès dépendra de la coopération de l'Iraq à ces efforts et d'une franchise complète, y compris par la fourniture à la Commission de tous les documents et de divulguer de façon vraiment complète, définitive et exhaustive le programme iraquien interdit de fabrication d'armes biologiques.
 

VI. ACTIVITÉS NUCLÉAIRES
 

81. Le Directeur général de l'AIEA rend compte de son côté des activités du Groupe d'action de l'AIEA chargé de surveiller l'application des paragraphes 12 et 13 de la résolution 687 (1991) et du plan de l'AIEA pour le contrôle et la vérification continus, approuvé en vertu de la résolution 715 (1991) (S/22872/Rev.1 et Corr.1).
 

82. Conformément au paragraphe 9 b) iii) de la résolution 687 (1991) et au paragraphe 4 b) de la résolution 715 (1991), la Commission continue à aider le Groupe d'action de l'AIEA en lui fournissant des informations, un soutien logistique et opérationnel, afin qu'il puisse mener à bien ses activités de contrôle et de vérification continus. Conformément au paragraphe 9 b) i) de la même résolution et au paragraphe 4 a) de la résolution 715 (1991), elle désigne les sites qui doivent être inspectés. Conformément au paragraphe 3 iii) de la résolution 707 (1991), elle prend une décision sur les demandes émanant de l'Iraq tendant à déplacer ou à détruire tout matériel ou équipement lié à son programme d'armes nucléaires ou autres activités nucléaires. En outre, elle continue, conformément au paragraphe 4 c) de la résolution 715 (1991), à remplir d'autres fonctions de cette nature en coopération dans le domaine nucléaire avec le Directeur général de l'AIEA, de façon à coordonner les activités menées dans le cadre des plans de contrôle et de vérification continus, y compris en faisant usage de services et d'informations couramment disponibles de la façon la plus complète possible, afin d'atteindre l'efficacité maximum et d'utiliser au mieux les ressources.
 

83. Durant la période qui s'est écoulée depuis la publication du dernier rapport, la Commission a examiné et approuvé plusieurs évaluations, faites par l'AIEA, des demandes dans lesquelles l'Iraq sollicitait l'autorisation de déplacer à l'intérieur du pays certains équipements et matériels, a participé avec le Groupe d'action de l'AIEA à des inspections de routine, et a fourni, par l'intermédiaire du Gouvernement allemand, des avions C-160 et des hélicoptères CH-53G afin d'acheminer les inspecteurs de l'AIEA de Bahreïn en Iraq ainsi qu'à l'intérieur du pays; la Commission a fourni au Groupe d'action de l'AIEA chargé de surveiller l'application de la résolution 987 (1991) des locaux et des installations d'appui au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad.
 

84. L'AIEA et la Commission coordonnent étroitement la gestion et le contrôle des mouvements de machines-outils dans le pays, et une meilleure intégration des systèmes d'enquête de l'AIEA et de la Commission spéciale a été réalisée, s'agissant par exemple des machines installées au Nassr State Establishment, qu'il faut contrôler à la fois dans l'optique des missiles et du nucléaire. Des inspections multidisciplinaires sont devenues plus fréquentes dans un souci de meilleure information et de synergie entre les équipes spécialisées. L'AIEA et la Commission ont également coopéré à une évaluation initiale des documents obtenus en Iraq le 20 août 1995.
 

85. Les experts nucléaires de la Commission participeront à certaines inspections que le Groupe d'action a décidé de réaliser durant les mois qui viennent. Des réunions régulières sont également prévues, alternativement à New York et à Vienne, pour mettre en commun l'information provenant de toutes les sources et pour organiser des inspections multidisciplinaires. Les experts de la Commission se rendent régulièrement à Vienne pour mettre à jour la photothèque de l'AIEA. Les experts de la Commission continuent à participer aux négociations que l'AIEA mène avec la Fédération de Russie, s'agissant de la vente des matières nucléaires enlevées en Iraq et retraitées en Russie.
 

VII. AUTRES ACTIVITÉS
 
A. Mécanisme de contrôle des exportations et des importations
 

86. Ainsi qu'il est indiqué dans le rapport d'avril 1995, la proposition élaborée conjointement par la Commission spéciale et l'AIEA pour la création du mécanisme de contrôle des exportations et des importations prévu au paragraphe 7 de la résolution 715 (1991) du Conseil de sécurité, a été présentée au Comité des sanctions en février 1995. Dès que celui-ci lui aura donné son assentiment, elle sera transmise au Conseil pour approbation.
 

87. Lorsque le Comité des sanctions a examiné la proposition, certaines délégations ont demandé comment la Commission spéciale et l'AIEA envisageaient la mise en oeuvre du mécanisme proposé en Iraq. Le Président exécutif de la Commission leur a répondu dans une lettre datée du 17 juillet 1995, adressée au Président du Comité des sanctions. Il y rappelait que le Conseil de sécurité avait, à plusieurs reprises, confirmé que la Commission et l'AIEA étaient seules responsables de l'exécution des mandats relatifs à l'Iraq et que ces deux organes n'en avaient pas moins tenu le Conseil pleinement informé de leurs activités et de leur manière d'opérer. Fidèle à cette ligne de conduite, le Président exécutif se proposait de décrire les principes généraux auxquels obéirait la mise en place du mécanisme de contrôle en Iraq.
 

88. Le Président exécutif a expliqué dans sa lettre qu'un bureau des spécialistes des exportations et des importations serait créé au Centre de contrôle et de vérification de Bagdad afin d'y centraliser le traitement administratif des communications émanant de l'Iraq et concernant les formulaires de notification que ce pays aurait à remplir. Pour s'assurer de l'efficacité du mécanisme, le bureau et le Centre procéderaient à des inspections en Iraq, en faisant preuve de la fermeté requise pour empêcher toute violation du régime de contrôle des exportations et des importations. La Commission et l'AIEA ont l'intention pour cela de se prévaloir pleinement des droits qui seront les leurs en vertu des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité [notamment les résolutions 687 (1991), 707 (1991) et 715 (1991)], des plans de vérification et de contrôle continus (S/22871/Rev.1 et S/22872/Rev.1 et Corr.1), des privilèges et immunités énoncés dans les lettres des 6 et 17 mai 1991 échangées entre l'ONU et l'Iraq, et de la décision par laquelle le Conseil de sécurité aura approuvé la création du mécanisme.
 

89. Le Président a également indiqué dans sa lettre que les inspections auraient lieu non seulement sur les sites de destination finale déclarés, où les articles ayant fait l'objet de notifications seraient dûment marqués et enregistrés dans les protocoles relatifs aux sites, mais sur tout autre site en Iraq -- notamment aux points d'entrée -- où l'on pourrait trouver des articles ayant fait l'objet de notifications ou des articles à double usage soumis à notification. Autrement dit, le contrôle se ferait sur les sites de destination finale, aux points de passage des frontières, ou en tout autre lieu, selon ce qui semblerait le moyen le plus efficace de contraindre l'Iraq à respecter ses obligations.
 

90. Le Président exécutif a suggéré que la lettre dans laquelle il exposait les grandes lignes des modalités d'application du mécanisme envisagé soit jointe, pour information, à la proposition tripartite que le Comité des sanctions transmettrait au Conseil de sécurité le moment venu, en application du paragraphe 7 de la résolution 715 (1991).
 

91. Le 20 juillet 1995, le Comité des sanctions a repris l'examen de la proposition conjointe de la Commission spéciale et de l'AIEA, et de la lettre du Président exécutif datée du 17 juillet. Il a approuvé la proposition, ainsi que la suggestion du Président exécutif tendant à la transmettre au Conseil de sécurité accompagnée de sa lettre. À la suite d'une demande particulière, ces documents n'ont pas encore été officiellement communiqués au Conseil, mais ils devraient l'être prochainement, dès que tous les membres auront indiqué avoir reçu l'accord de leur gouvernement.
 

92. Dans l'intervalle, la Commission spéciale a continué de préparer la mise en oeuvre du mécanisme pour qu'une fois approuvé par le Conseil de sécurité, il commence à fonctionner dès la date fixée par celui-ci.
 

B. Mesures d'application nationales
 

93. En ce qui concerne les mesures d'application que l'Iraq est tenu de prendre en vertu des plans de contrôle et de vérification continus, aucun fait nouveau n'est intervenu depuis la rédaction des rapports que la Commission a présentés en avril et juin 1995. La Commission a continué à suivre cette affaire et à demander avec insistance l'adoption de la législation requise. À chaque fois que la question a été abordée, les représentants de l'Iraq ont déclaré que les textes se trouvaient au secrétariat de la présidence et devraient être adoptés sans problèmes, dans un délai de quelques jours ou quelques semaines. Il n'en a rien été et la Commission juge très inquiétant que les dispositions voulues n'aient toujours pas été prises près de quatre ans après l'adoption de la résolution 715 (1991) approuvant les plans de contrôle et de vérification continus. La mise en place de la législation prévue, qui interdirait notamment aux citoyens iraquiens de mener des activités prohibées par la résolution 687 (1991), serait considérée comme un signe que l'Iraq est résolu à respecter pleinement les obligations énoncées dans cette résolution.
 

C. Surveillance aérienne
 

94. Les moyens d'inspection aérienne dont dispose la Commission, à savoir l'avion de surveillance à haute altitude (U-2) et l'équipe d'inspection établie à Bagdad, continuent à jouer un rôle capital dans l'application du régime de contrôle et l'inspection de nouveaux sites. À ce jour, l'équipe d'inspection aérienne a plus de 600 missions à son actif et l'avion U-2 a effectué 269 sorties.
 

95. Grâce au laboratoire photographique installé au Centre de contrôle de Bagdad, il est possible de traiter et d'analyser rapidement les photographies aériennes. La possibilité de développer des photos au Centre s'est aussi révélée très utile pour les équipes d'inspection au sol.
 

VIII. FINANCES, ORGANISATION ET APPUI AÉRIEN
 

96. La situation financière de la Commission spéciale est plus précaire que jamais. Le compte-séquestre ouvert en application de la résolution 778 (1992) du Conseil de sécurité n'est que faiblement alimenté, et de façon très irrégulière, par des avoirs iraquiens bloqués ou les contributions faites à la Commission. Le financement des opérations est assuré jusqu'à la fin de 1995 mais pas en 1996. Depuis la création de la Commission, en mai 1991, jusqu'au 31 décembre 1995, les dépenses de fonctionnement auront atteint 100 millions de dollars. Compte tenu du niveau actuel d'activité, le budget de fonctionnement devrait s'élever à 20 millions de dollars environ en 1996.
 

97. Les chiffres ci-dessus ne concernent que le budget de fonctionnement de la Commission; ils ne tiennent pas compte des importantes contributions en services, personnel et matériel faites directement par certains gouvernements. Néanmoins, ceux-ci pourraient demander à être remboursés lorsque l'Iraq, qui doit assumer toutes les dépenses encourues en vertu de la section C de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité, aura fourni les fonds nécessaires.
 

98. Pour faire face à l'accroissement du volume de travail, la Commission spéciale a renforcé l'effectif de ses experts à New York au cours des derniers mois. Tous les nouveaux experts ont été mis à sa disposition par des États Membres, aux frais de ceux-ci.
 

99. Afin d'améliorer son système de communications entre New York et Bagdad, la Commission est en train de faire l'acquisition d'un nouveau système de liaison par téléphone et télécopie qui lui permettra de transmettre des données en toute sécurité.
 

100. La Commission est de plus en plus à l'étroit dans ses bureaux à New York. Les locaux actuels étant saturés, des locaux supplémentaires ont été demandés pour pouvoir mettre en sûreté les documents obtenus en août, qui arrivent en ce moment à New York.
 

101. Dans ses précédents rapports (S/1994/1138 et S/1995/284), la Commission a inclus des renseignements sur la création, la mise en place et les ressources du Centre de contrôle et de vérification de Bagdad. Le Canal Hotel, où le Centre devait s'installer, a été rénové avec des apports iraquiens en main-d'oeuvre et en matériaux. Les travaux, qui ont duré une grande partie de l'année écoulée, n'auraient pu être menés à bien sans la générosité des États qui ont fourni du personnel, des machines et des matériaux.
 

102. Le bureau de Bahreïn continue d'appuyer les opérations de la Commission et les activités du Centre de contrôle et de vérification de Bagdad. La Commission tient à remercier le Gouvernement de Bahreïn, dont la grande générosité et le soutien indéfectible lui ont permis d'établir et de maintenir ce bureau. Cette contribution, l'une des plus importantes que la Commission ait reçue, a considérablement facilité sa tâche.
 

103. Le Secrétaire général a récemment rappelé que le Gouvernement allemand fournissait à la Commission spéciale et à l'AIEA des moyens d'appui aérien considérables en Iraq (A/50/1, par. 701). Il est certain que sans l'avion de transport C-160 et les hélicoptères CH-53G mis à sa disposition par le Gouvernement, la Commission n'aurait pu s'acquitter de sa mission de contrôle et de vérification continus ni des autres tâches que le Conseil de sécurité lui a confiées en Iraq.
 

104. La qualité de l'appui aérien fourni par l'Allemagne est remarquable. L'unité d'hélicoptères a maintenant à son palmarès 3 000 heures de vol en Iraq, et n'a jamais eu d'accident en dépit de la difficulté et de la complexité des conditions de vol. Quant au Transall C-160, il a transporté plus de 10 000 passagers à destination ou au départ de l'Iraq. Tout aussi impressionnant est le soutien logistique que le Gouvernement allemand a fourni à ses unités avancées déployées au Bahreïn et en Iraq. Les opérations de la Commission et de l'AIEA en Iraq resteront fortement tributaires de l'appui aérien.
 

105. La Commission et l'AIEA continueront d'avoir le plus grand besoin de l'appui d'hélicoptères pour pouvoir agir en toute indépendance. En fait, ces appareils leur seront encore plus nécessaires après la levée des sanctions et la reprise des échanges internationaux. Ils serviront à transporter rapidement les équipes d'inspection jusqu'aux points de passage des frontières et aux points d'entrée. Ils seront aussi utilisés, comme aujourd'hui, pour prendre des photographies aériennes à faible altitude aux fins de l'inspection, évacuer les malades, assurer le déplacement rapide et sans avertissement des équipes d'inspection et transporter des véhicules. Les appareils de type CH-53G rendent actuellement tous ces services et, parmi le matériel existant actuellement, semblent les mieux adaptés aux besoins. La Commission est profondément reconnaissante au Gouvernement allemand de la contribution particulièrement précieuse qu'il lui apporte dans l'exécution de sa mission en Iraq, telle que le Conseil de sécurité l'a définie à la section C de sa résolution 687 (1991).
 

IX. CONCLUSION
 

106. Pendant la période considérée ici il y a eu des événements très importants dans tous les domaines depuis le rapport de juin 1995 de la Commission spéciale, et la Commission a eu accès à un volume considérable d'informations sur les programmes iraquiens interdits. Les premières analyses auxquelles elle a procédé révèlent que l'Iraq dissimulait des activités interdites et qu'elle doit en conséquence réviser certaines des évaluations qu'elle a présentées dans ses rapports antérieurs.
 

107. L'Iraq a induit la Commission en erreur en s'abstenant de lui dire qu'il avait produit secrètement, avant la guerre du Golfe, des lanceurs de missiles de type Scud et procédé à des activités de recherche-développement sur divers projets de missiles dont la portée est supérieure à la portée autorisée. De surcroît, dans son effort de dissimulation de son programme de fabrication d'armes biologiques, de ses lancements expérimentaux de vecteurs d'ogives chimiques et de ses travaux de mise au point d'un missile porteur d'engins nucléaires, l'Iraq a été amené à donner des renseignements inexacts sur certaines de ses activités dans le domaine des missiles. Les nouvelles révélations amènent à douter de la véracité des déclarations qu'il a précédemment présentées sur ce dernier domaine, notamment pour ce qui concerne les quantités de matières à usage militaire et les pièces de matériel interdites. L'Iraq a donc consenti à faire une nouvelle déclaration dressant un état complet, final et détaillé de ses activités dans le domaine des missiles.
 

108. Pour ce qui est des armes chimiques, les recherches de la Commission spéciale lui ont fait découvrir des activités qui devraient doter l'Iraq d'une capacité considérable de production d'agent neurotoxique VX. On n'a pu établir clairement si l'Iraq détenait encore en stock des précurseurs prêts à servir immédiatement à la production de VX. Les divulgations ont également jeté un jour nouveau sur la portée et les ambitions du programme d'armes chimiques de l'Iraq. La Commission doit modifier l'orientation de certaines de ses activités de surveillance, notamment pour empêcher l'Iraq d'utiliser les composés et le matériel chimique dont il dispose et d'orienter ses activités dans ce domaine à l'effet de se doter secrètement d'un armement chimique. Il faut envisager que l'Iraq démantèle encore certaines de ses capacités dans le domaine chimique. La Commission lui a demandé un nouvel état complet, final et détaillé de ses capacités en matière de chimie militaire.
 

109. La Commission spéciale a mis au jour et identifié un programme de production d'armes biologiques offensives jusque-là secret, comprenant la production à grande échelle d'agents de guerre biologique, le chargement et le déploiement d'ogives, de missiles et de bombes aériennes porteuses d'agents, et des activités de recherche-développement très vastes et très approfondies en matière d'armement biologique. À la fin du mois d'août 1995, l'Iraq a présenté à la Commission un état officiel mais essentiellement fallacieux de ses activités dans le domaine de l'armement biologique. La Commission a donc réclamé une nouvelle fois, et l'Iraq a consenti à fournir dans une déclaration nouvelle un état complet, final et détaillé de son programme de fabrication d'armes biologiques. Il reste beaucoup de choses à vérifier à propos de cet armement, notamment la destruction des munitions et des substances chimiques en vrac.
 

110. Au vu des nouvelles révélations, la Commission spéciale est obligée de considérer, au regard du paragraphe 8 de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité, que les installations et les articles qui ont servi à produire des armes biologiques ont pu être détruits.
 

111. Pour accomplir sa tâche, la Commission spéciale doit comprendre parfaitement à quoi correspondent toutes les phases de l'élaboration de toutes les armes proscrites. À cet égard, elle s'inquiète particulièrement du déploiement par l'Iraq, pour un emploi stratégique et offensif, de missiles interdits dotés d'ogives non classiques.
 

112. Le surcroît de données disponibles, qui proviennent soit des nouveaux aveux de l'Iraq, soit de documents ou autres sources nouvellement utilisables, offre de nouvelles possibilités d'établir un relevé sérieux et sûr des armes proscrites et des capacités d'armement. Ce nouvel état de choses améliore les chances de mettre pleinement en application la section relative aux armements de la résolution 687 (1991) du Conseil de sécurité.
 

113. Il faut procéder à des recherches et investigations nouvelles pour vérifier que les dernières déclarations iraquiennes sur tous les domaines d'armement réclamées par la Commission correspondent vraiment à la réalité. L'abondante documentation récupérée sera utile à cet égard. La Commission spéciale consacrera l'essentiel de ses ressources en personnel et de ses moyens techniques à l'établissement dans les plus brefs délais d'un inventaire complet et digne de foi.
 

114. Le système de vérification et de contrôle continus, maintenant en place, fait ses preuves depuis un certain temps. L'Iraq a tout autant intérêt que la Commission à ce qu'il fonctionne sans défaillance. Même si les nouvelles révélations ont amené à aménager, réorienter ou renforcer les activités, le système a déjà prouvé qu'il était solide et fondamentalement bien conçu. D'ailleurs, c'est pendant sa mise en place que les analystes et les scientifiques de la Commission ont pu déceler le programme de fabrication d'armes biologiques que l'Iraq tenait jusque-là secret. Comme on l'a vu plus haut, on a pu également s'apercevoir avant qu'ils aient eu aucune conséquence grave des efforts que faisait l'Iraq pour circonvenir les contrôles dans le domaine des armes chimiques et des missiles. La Commission a pu également déceler les tentatives que faisait clandestinement l'Iraq pour créer un réseau de fournisseurs non déclarés pour alimenter les activités soumises à un contrôle.
 

115. Le rapport qui précède met en avant les questions qui inquiètent la Commission dans tous les domaines relevant de ses compétences. On peut encore s'interroger sur les intentions que nourrit l'Iraq quant à ce qui reste peut-être de ses programmes interdits. Dans les mois qui viennent, le Gouvernement iraquien doit faire trois nouvelles déclarations dressant un état complet, final et détaillé de toutes ses capacités dans les domaines interdits. Il doit en même temps fournir toute la documentation sur les armements qu'il possède encore. L'accès aux preuves documentaires et le contrôle de celles-ci sont indispensables pour que la Commission puisse vérifier rapidement et efficacement les états iraquiens et avérer que les capacités militaires interdites ont bien été neutralisées. Si les états et les mesures que l'on réclame de l'Iraq répondent aux exigences du Conseil de sécurité, on disposera d'une base solide pour l'application intégrale de toutes les dispositions de la section C de la résolution 687 (1991). Avec un appareil efficace et éprouvé de vérification et de contrôle déjà en place, la Commission devrait être en mesure de confirmer que l'Iraq ne disposera pas des moyens de brandir contre ses voisins une arme interdite quelconque.
 

116. La résolution générale de la situation a pour préalable que l'Iraq fasse la preuve d'un esprit d'ouverture sans arrière-pensée et d'une volonté manifeste de coopérer dans toutes ses relations avec la Commission spéciale. Le fait qu'il se soit déclaré disposé à agir ainsi est de bon augure. La véritable nature des intentions politiques qu'il a exprimées sera bientôt révélée par les inspections et les travaux d'analyse de la Commission. Si l'Iraq traduit réellement en actes ce qu'il annonce en paroles, on peut raisonnablement espérer que la Commission spéciale achèvera dans des délais raisonnables la tâche qui lui a été confiée.
 

APPENDICE
 
Calendrier des inspections
 
(dates de séjour en Iraq)
 
Armes nucléaires
15-21 mai 1991 IAEA 1/UNSCOM 1
22 juin-3 juillet 1991 IAEA 2/UNSCOM 4
7-18 juillet 1991 IAEA 3/UNSCOM 5
27 juillet-10 août 1991 IAEA 4/UNSCOM 6
14-20 septembre 1991 IAEA 5/UNSCOM 14
21-30 septembre 1991 IAEA 6/UNSCOM 16
11-22 octobre 1991 IAEA 7/UNSCOM 19
11-18 novembre 1991 IAEA 8/UNSCOM 22
11-14 janvier 1992 IAEA 9/UNSCOM 25
5-13 février 1992 IAEA 10/UNSCOM 27
7-15 avril 1992 IAEA 11/UNSCOM 33
26 mai-4 juin 1992 IAEA 12/UNSCOM 37
14-21 juillet 1992 IAEA 13/UNSCOM 41
31 août-7 septembre 1992 IAEA 14/UNSCOM 43
8-19 novembre 1992 IAEA 15/UNSCOM 46
6-14 décembre 1992 IAEA 16/UNSCOM 47
22-27 janvier 1993 IAEA 17/UNSCOM 49
3-11 mars 1993 IAEA 18/UNSCOM 52
30 avril-7 mai 1993 IAEA 19/UNSCOM 56
25-30 juin 1993 IAEA 20/UNSCOM 55
23-25 juillet 1993 IAEA 21/UNSCOM 61
1er-9 novembre 1993 IAEA 22/UNSCOM 64
4-11 février 1994 IAEA 23/UNSCOM 65
11-22 avril 1994 IAEA 24/UNSCOM 73
21 juin-1er juillet 1994 IAEA 25/UNSCOM 53
22 août-2 septembre 1994 IAEA 26/UNSCOM 90
7-29 septembre 1994 NMG 94-01
14-21 octobre 1994 IAEA 27/UNSCOM 93
29 septembre-21 octobre 1994 NMG 94-02
21 octobre-9 novembre 1994 NMG 94-03
8-29 novembre 1994 NMG 94-04
29 novembre-16 décembre 1994 NMG 94-05
16 décembre 1994-13 janvier 1995 NMG 94-06
12 janvier-2 février 1995 NMG 95-01
2-28 février 1995 NMG 95-02
28 février-16 mars 1995 NMG 95-03
16 mars-6 avril 1995 NMG 95-04
6-26 avril 1995 NMG 95-05
27 avril-10 mai 1995 NMG 95-06
11-30 mai 1995 NMG 95-07
31 mai-20 juin 1995 NMG 95-08
21 juin-9 juillet 1995 NMG 95-09
10-30 juillet 1995 NMG 95-10
31 juillet-10 août 1995 NMG 95-11
11-29 août 1995 NMG 95-12
30 août-11 septembre 1995 NMG 95-13
9-19 septembre 1995 AIEA 28/UNSCOM 131
12 septembre-3 octobre 1995 NMG 95-14
4 octobre 1995-... NMG 95-15
Armes chimiques
9-15 juin 1991 CW 1/UNSCOM 2
15-22 août 1991 CW 2/UNSCOM 9
31 août-8 septembre 1991 CW 3/UNSCOM 11
31 août-5 septembre 1991 CW 4/UNSCOM 12
6 octobre-9 novembre 1991 CW 5/UNSCOM 17
22 octobre-2 novembre 1991 CW 6/UNSCOM 20
18 novembre-1er décembre 1991 CBW 1/UNSCOM 21
27 janvier-5 février 1992 CW 7/UNSCOM 26
21 février-24 mars 1992 CD 1/UNSCOM 29
5-13 avril 1992 CD 2/UNSCOM 32
15-29 avril 1992 CW 8/UNSCOM 35
18 juin 1992-14 juin 1994 CDG/UNSCOM 38
26 juin-10 juillet 1992 CBW 2/UNSCOM 39
21-29 septembre 1992 CW 9/UNSCOM 44
6-14 décembre 1992 CBW 3/UNSCOM 47
6-18 avril 1993 CW 10/UNSCOM 55
27-30 juin 1993 CW 11/UNSCOM 59
19-22 novembre 1993 CW 12/UNSCOM 65
1er-14 février 1994 CW 13/UNSCOM 67
20-26 mars 1994 CW 14/UNSCOM 70
18-22 avril 1994 CW 15/UNSCOM 74
25 mai-5 juin 1994 CW 16/UNSCOM 75
31 mai-12 juin 1994 CW 17/UNSCOM 76
8-14 juin 1994 CW 18/UNSCOM 77
10-23 août 1994 CW 19/UNSCOM 89
13-24 septembre 1994 CW 20/UNSCOM 91
2 octobre 1994-14 janvier 1995 CG 1
23-27 octobre 1994 CW 21/UNSCOM 95
11-21 janvier 1995 CW 23/UNSCOM 108
16-22 janvier 1995 CW 22/UNSCOM 107
14 janvier-15 avril 1995 CG 2
16 avril-26 septembre 1995 CG 3
16-20 septembre 1995 CW 25/UNSCOM 124
27 septembre 1995-... CG 4
Armes biologiques
2-8 août 1991 BW 1/UNSCOM 7
20 septembre-3 octobre 1991 BW 2/UNSCOM 15
11-18 mars 1993 BW 3/UNSCOM 53
8-26 avril 1994 BW 4/UNSCOM 72
28 mai-7 juin 1994 BW 5/UNSCOM 78
24 juin-5 juillet 1994 BW 6/UNSCOM 84
5-8 juin 1994 BW 7/UNSCOM 86
25 juillet-7 septembre 1994 BW 8/UNSCOM 87
20-25 août 1994 BW 9/UNSCOM 88
29 août-3 septembre 1994 BW 10/UNSCOM 92
29 septembre-14 octobre 1994 BW 11/UNSCOM 94
23-26 septembre 1994 BW 12/UNSCOM 96
15-22 novembre 1994 BW 15/UNSCOM 104
2-10 décembre 1994 BW 16/UNSCOM 105 

(IMT)

2-13 décembre 1994 BW 13/UNSCOM 99

(IMT)

9-18 décembre 1994 BW 17/UNSCOM 106

(IMT)

28 décembre 1994-31 janvier 1995 IBG 1
10-22 janvier 1995 BW 18/UNSCOM 109
20 janvier-6 février 1995 BW 19/UNSCOM 110
23 janvier-3 février 1995 BW 22/UNSCOM 113
3-17 février 1995 BW 20/UNSCOM 111
3-17 février 1995 BW 21/UNSCOM 112
12-18 mars 1995 BW 23/UNSCOM 115
24 mars-6 avril 1995 BW 24/UNSCOM 116
1er février-3 avril 1995 IBG 2
4 avril-7 août 1995 BG 1
27 avril-16 mai 1995 BW 25/UNSCOM 118
15-26 juillet 1995 BW 26/UNSCOM 121
19 août-3 septembre 1995 BW 27/UNSCOM 125
27 septembre-11 octobre 1995 BW 28/UNSCOM 126
8 août 1995-... BG 2
Missiles balistiques
30 juin-7 juillet 1991 BM 1/UNSCOM 3
18-20 juillet 1991 BM 2/UNSCOM 10
8-15 août 1991 BM 3/UNSCOM 8
6-13 septembre 1991 BM 4/UNSCOM 13
1er-9 octobre 1991 BM 5/UNSCOM 18
1er-9 décembre 1991 BM 6/UNSCOM 23
9-17 décembre 1991 BM 7/UNSCOM 24
21-29 février 1992 BM 8/UNSCOM 28
21-29 mars 1992 BM 9/UNSCOM 31
13-21 avril 1992 BM 10/UNSCOM 34
14-22 mai 1992 BM 11/UNSCOM 36
11-29 juillet 1992 BM 12/UNSCOM 40A+B
7-18 août 1992 BM 13/UNSCOM 42
16-30 octobre 1992 BM 14/UNSCOM 45
25 janvier-23 mars 1993 IMT 1a/UNSCOM 48
12-21 février 1993 BM 15/UNSCOM 50
22-23 février 1993 BM 16/UNSCOM 51
27 mars-17 mai 1993 IMT 1b/UNSCOM 54
5-28 juin 1993 IMT 1c/UNSCOM 57
10-11 juillet 1993 BM 17/UNSCOM 60
24 août-15 septembre 1993 BM 18/UNSCOM 62
28 septembre-1er novembre 1993 BM 19/UNSCOM 63
21-29 janvier 1994 BM 20/UNSCOM 66
17-25 février 1994 BM 21/UNSCOM 69
30 mars-20 mai 1994 BM 22/UNSCOM 71
20 mai-8 juin 1994 BM 23/UNSCOM 79
10-24 juin 1994 BM 24/UNSCOM 80
14-22 juin 1994 BM 25/UNSCOM 81
3-28 juillet 1994 BM 26/UNSCOM 82
15-24 juillet 1994 MB 27/UNSCOM 85
17 août-9 octobre 1994 MG 1
2-6 octobre 1994 BM 28/UNSCOM 98

A

23-28 octobre 1994 BM 28/UNSCOM 98

B

14 octobre 1994-21 février 1995 MG 2
19-22 octobre 1994 MG 2A
2-6 décembre 1994 MG 2B
9-14 décembre 1994 BM 29/UNSCOM 101
9-16 décembre 1994 BM 30/UNSCOM 102
27-31 janvier 1995 MG 2C
22 février-30 mai 1995 MG 3
6-14 mars 1995 BM 31/UNSCOM 103
25 mai-1er juin 1995 BM 32/UNSCOM 100
30 mai-27 août 1995 MG 4
25-30 juillet 1995 BM 33/UNSCOM 122
20-24 août 1995 MG 4A
27 août 1995-... MG 5
27 septembre-1er octobre 1995 BM 34/UNSCOM 123
Recherche informatique
12 février 1992 UNSCOM 30
Mission export/import
22 avril-6 mai 1995 UNSCOM 119
Mission spéciales
30 juin-3 juillet 1991
11-14 août 1991
4-6 octobre 1991
11-15 novembre 1991
27-30 janvier 1992
21-24 février 1992
17-19 juillet 1992
28-29 juillet 1992
6-12 septembre 1992
4-9 novembre 1992
4-8 novembre 1992
12-18 mars 1993
14-20 mars 1993
19-24 avril 1993
4 juin-5 juillet 1993
15-19 juillet 1993
25 juillet-5 août 1993
9-12 août 1993
10-24 septembre 1993
27 septembre-1er octobre 1993
1er-8 octobre 1993
5 octobre 1993-15 février 1994
2-10 décembre 1993
2-16 décembre 1993
21-27 janvier 1994
2-6 février 1994
10-14 avril 1994
24-26 avril 1994
28-29 mai 1994
4-6 juillet 1994
8-16 août 1994
15-19 septembre 1994
21-25 septembre 1994
23-26 septembre 1994
3-6 octobre 1994
4-20 novembre 1994
7-12 novembre 1994
14-17 novembre 1994
4-18 décembre 1994
14-20 décembre 1994
7-31 janvier 1995
7-21 janvier 1995
13-26 janvier 1995
13 janvier-16 mars 1995
12-28 janvier 1995
23 janvier-14 février 1995
25 janvier-4 février 1995
19-23 février 1995
22-28 février 1995
28 février-18 mars 1995
16-29 mars 1995
24-27 mars 1995
4-23 mai 1995
14-17 mai 1995
29 mai-1er juin 1995
19-22 juin 1995
22 juin-2 juillet 1995
30 juin-2 juillet 1995
2-10 juillet 1995
4-6 août 1995
7-12 août 1995
17-20 août 1995
24 août-2 septembre 1995
24 août-18 septembre 1995
5-14 septembre 1995
17-20 septembre 1995
29 septembre-1er octobre 1995
 
-----