La question de Palestine

Le Conseil de sécurité

Selon la Charte des Nations Unies, le Conseil de sécurité a la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales. Depuis 1948, le Conseil s’est de nombreuses fois penché sur  la situation au Moyen-Orient et sur la question de la Palestine. Lorsque les violences ont éclaté, le Conseil a appelé et ordonné des cessez-le-feu pour prévenir d’autres hostilités. Il a également envoyé des observateurs militaires et des déployé des forces de maintien de la paix dans la région, pour aider à réduire les tensions et séparer les forces opposées. Dans ses résolutions 242 (1967) et 338 (1973), le conseil a également présenté les principes de base d’un règlement pacifique au Moyen Orient, connus sous le nom d'échange de territoires contre la paix.

A de nombreuses occasions, le Conseil de sécurité s’est inquiété de la situation sur le terrain :

  • Il a déclaré nulles et non avenues les mesures prises par Israël pour changer le statut de Jérusalem.
  • Il a appelé à la cessation des implantations israéliennes, qu’il a déclarées sans valeur légale.
  • Il a réaffirmé l’applicabilité de la Quatrième convention de Genève aux territoires arabes et palestiniens occupés par Israël depuis 1967, Jérusalem inclue.
  • Il a appelé au retour des réfugiés palestiniens.

De façon répétée, le conseil a appelé à la reprise immédiate des négociations dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient, l’objectif étant d’aboutir sans tarder à un règlement définitif entre les parties israélienne et palestinienne, et il a apporté son concours à ces efforts.

Il a affirmé sa vision d’une région dans laquelle deux États, Israël et la Palestine,
vivent côte à côte, à l’intérieur de frontières reconnues et sûres, dans sa résolution 1397 (2002). Il a approuvé la Feuille de route dans sa résolution 1515 (2003).