La question de Palestine

Réfugiés

Les combats qui ont accompagné la création de l’État d’Israël en 1948 ont fait près de 750 000 réfugiés palestiniens. La plupart d’entre eux se sont réfugiés en Cisjordanie, alors jordanienne, d’autres sont allés dans la bande de Gaza, tenue par l’Égypte, au Liban, en Syrie, en Jordanie et même plus loin. La guerre arabo­israélienne de 1967 a entraîné le déplacement de plus de 500 000 Palestiniens, dont près de la moitié se sont trouvés déracinés pour la deuxième fois.

En novembre 1948, l’Assemblée générale a adopté sa première résolution concernant l’aide aux réfugiés palestiniens. A la suite d’un rapport présenté par Ralph Bunche, médiateur par intérim, dans lequel il était dit que « la situation des réfugiés est actuellement critique », l’Assemblée générale a créé l’Aide des Nations Unies aux réfugiés de Palestine (ANURP). Pendant sa brève existence, l’ANURP a fourni des secours d’urgence aux réfugiés de Palestine par l’intermédiaire d’organisations bénévoles internationales.

Le 11 décembre 1948, par sa résolution 194 (III), l’Assemblée générale a décidé « qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible » et que « ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers » devaient recevoir des indemnités à titre de compensation pour la perte de leurs biens. La résolution a créé la Commission de conciliation pour la Palestine chargée notamment de faciliter le rapatriement des réfugiés, leur réinstallation, ainsi que leur réinsertion économique et sociale. Les efforts déployés par la Commission pour assurer le retour des Palestiniens ont échoué.

Création de l’UNRWA (1949)

L’espoir d’un retour immédiat des réfugiés dans leurs foyers s’estompant, l’Assemblée générale a pris des dispositions plus durables. En décembre 1949, elle a créé l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), pour succéder à l’ANURP et se charger des activités liées aux réfugiés en collaboration avec les gouvernements locaux.

Pour en savoir plus : l'UNRWA