UN logo  Bureau chargé du Programme Iraq
« Pétrole contre nourriture »
Anglais      arabic


box Page d'accueil

Au sujet du Programme

Renseignements destinés aux entreprises et aux missions permanentes

Point hebdomadaire

Centre de nouvelles ONU


  

Programme « pétrole contre nourriture »
Document d'information sur la nourriture

 

Document d'information sur la nourriture

 

Le programme « pétrole contre nourriture » a été établi en avril 1995 en guise de mesure temporaire pour pallier les effets non voulus des sanctions de l'ONU sur la population civile iraquienne. Les premières quantités de pétrole vendues au titre du programme pour financier les fournitures humanitaires ont été exportées en décembre 1996 et les premières livraisons de vivres sont arrivées en mars 1997. Aujourd'hui, le programme couvre 24 secteurs où il y a des besoins. Il a permis d'éviter que les services publics et les infrastructures ne se dégradent davantage et d'améliorer sensiblement la situation humanitaire sur l'ensemble du territoire.

 

Tous les ressortissants iraquiens et les étrangers résidant en Iraq ont droit à un panier de produits alimentaires par mois, dont dépendent entièrement 60 % de la population, selon les estimations. La valeur nutritionnelle du panier est passée depuis 1996 de 1 200 à 2 200 kilocalories par personne et par jour.

 

L'offre de denrées alimentaires a généralement suivi la demande nationale et contribué sensiblement à stabiliser les prix sur les marchés. La tendance à la baisse du prix du panier de produits d'alimentation est reflétée dans le graphique ci-dessous. Pour en savoir plus sur les paniers de produits...

 

Programme humanitaire
Nourriture
Transport et manutention des vivres
Agriculture
Nutrition
Santé
Éducation
Eau et assainissement
Personnes à déplacer et remise en état des camps
Logements
Action antimines
Télécommunications
Électricité
Le Gouvernement iraquien achète les denrées alimentaires et les fournitures médicales de base en gros et les distribue dans les 15 gouvernorats du centre et du sud et aux entrepôts des Nations Unies dans les villes de Kirkouk et Mossoul situées au nord. Le Programme alimentaire mondial (PAM) est chargé d'assurer la distribution des vivres pour le compte du Gouvernement iraquien dans les trois gouvernorats du nord par l'intermédiaire d'un réseau de distribution constitué de quelque 11 000 agents (boutiques de quartier). La distribution de vivres par le Ministère du commerce au centre et dans le sud du pays est assurée par quelque 44 358 agents de distribution (boutiques de quartier).

Les infrastructures du secteur alimentaire ont été améliorées, notamment grâce à l'installation de matériel de nettoyage, de manutention et de fumigation dans les silos à grains pour réduire les pertes liées au stockage et à la manutention. L'entretien et la réparation des moulins et l'installation de groupes électrogènes ont rendu les opérations plus fiables, ce qui a permis de d'améliorer la capacité de production et la qualité de la farine provenant de plus de 140 moulins et entrant dans la composition du panier.

 

Les trois gouvernorats du nord

 

La taille du panier de produits d'alimentation s'est accrue au fil des phases successives du programme « pétrole contre nourriture » durant ces six dernières années, en même temps qu'a augmenté sa teneur calorique et protéique. En septembre 1998, on était parvenu à l'objectif visé de 2 200 kilocalories par personne et par jour et, en mai 2002, le programme a atteint 91 % de l'objectif fixé, soit 2 475 kilocalories.

 

En janvier 2002, le PAM s'est lancé dans une vaste campagne de recensement de la population dans les trois gouvernorats du nord afin de rendre la distribution plus équitable et plus fiable.

 

Un projet d'alimentation complémentaire aide les couches les plus vulnérables de la population en leur donnant chaque mois un panier d'aliments qui correspond aux besoins précis des enfants mal nourris, des femmes enceintes et allaitantes, des malades dans les hôpitaux, des résidents des centres sociaux et des enfants dans les crèches. Il s'agit des groupes qui ne bénéficient normalement pas des rations alimentaires généralement prévues par la résolution 986 (1995) du Conseil de sécurité.

 

D'autres projets ont trait à la sécurité alimentaire dans les ménages. Une dizaine de milliers de personnes, pour l'essentiel des femmes chefs de famille, reçoivent du petit bétail. Un projet d'apiculture cible 150 autres personnes. Ces projets permettent en outre de démarginaliser les femmes en les alphabétisant, en les dotant de compétences techniques et en leur procurant des sources de revenu stables.

 

Le programme a permis à 10 200 femmes chefs de famille monoparentale d'acquérir diverses compétences. Deux mille femmes ont bénéficié d'un projet de perfectionnement.