UN logo  Bureau chargé du Programme Iraq
« pétrole contre nourriture »

Anglais   arabic


box Page d'accueil

Au sujet du Programme

Renseignements destinés aux entreprises et aux missions permanentes

Point hebdomadaire

Centre de nouvelles ONU


  

Programme « pétrole contre nourriture »
Le programme dans les faits

 

Stocks du programme

 

Le programme « pétrole contre nourriture » dispose actuellement, en Iraq, d'un stock de 586 000 tonnes de rations alimentaires d'une valeur de 1,3 milliard de dollars. D'autres vivres d'une valeur de 2,5 milliards de dollars (6,4 millions de tonnes) sont en cours d'acheminement.

 

Panier alimentaire (rations)

 

Le panier alimentaire mensuel comprend les produits suivants : blé, farine, sucre, riz, lait en poudre, thé, sel, détergents, savon, haricots secs, lentilles et huile alimentaire. Le panier est censé apporter 2 470 calories par jour, mais il ne comprend ni fruits, ni légumes, ni viande. Pour les familles avec nourrissons et jeunes enfants, il comprend en outre des préparations pour nourrisson et des céréales de sevrage, ainsi que des doses supplémentaires de détergent et de savon pour la toilette.

 

Distribution humanitaire (mode de fonctionnement)

 

Au début de chaque nouvelle phase du programme « pétrole contre nourriture », le Gouvernement présente au Secrétaire général son plan de distribution, pour approbation. Le plan actuel (phase XIII) porte sur l'achat de fournitures humanitaires ou autres d'une valeur de 5 milliards de dollars. Il comprend 1 milliard 270 millions de dollars de vivres. Le plan de distribution est établi sur la base d'une population évaluée par le Gouvernement à 27 millions d'habitants, dont plus de la moitié est âgée de moins de 15 ans. Chaque homme, femme ou enfant résidant en Iraq reçoit chaque mois une ration alimentaire grâce au programme et 60 % de la population est complètement tributaire de cette aide.  À l'aide du produit de la vente de pétrole dans le cadre du programme « pétrole    contre nourriture », le Gouvernement achète en gros, pour l'ensemble du pays, les produits qui composent les rations. Il distribue chaque mois 450 000 tonnes de vivres dans les 15 gouvernorats du centre et du sud, ainsi que dans les entrepôts des trois gouvernorats du nord où l'ONU en assure la distribution pour son compte. La distribution des vivres est effectuée grâce à un réseau national extrêmement efficace composé de plus de 44 226 magasins qui relèvent du secteur privé, dont 33 627 se situent dans les 15 gouvernorats du centre et du sud et 10 599 dans les trois gouvernorats du nord.

 

Distribution anticipée

 

Le Gouvernement a certes distribué la ration alimentaire mensuelle jusqu'à trois mois à l'avance, mais, lors des trois derniers cycles de distribution, les quantités d'huile alimentaire faisant partie du panier n'atteignaient pas le niveau habituel (83 % de la ration); les légumes secs (haricots, riches en protéines) étaient également en quantité insuffisante lors des deux derniers cycles de distribution (33 % et 16 % du quota, respectivement). Si l'on prend en compte ces pénuries et la pratique répandue chez un grand nombre de familles pauvres, qui consiste à vendre une partie des rations pour acheter d'autres produits dont elles ont besoin, chaque ration de 30 jours ne dure vraisemblablement que moins de 20 jours.

 

Progrès accomplis sur le plan nutritionnel avec le programme « pétrole contre nourriture »

 

L'apport alimentaire du panier de vivres mensuel distribué dans tout le pays a pratiquement doublé depuis 1996, passant d'environ 1 200 à quelque 2 200 kilocalories par personne et par jour. Depuis lors, des vivres d'une valeur excédant 10,6 milliards de dollars (au 30 novembre 2002) sont entrés en Iraq dans le cadre du programme « pétrole contre nourriture ».

 

En 2002, le taux de malnutrition des enfants de moins de 5 ans a diminué de moitié par rapport à 1996, dans les 15 gouvernorats du centre et du sud. Les premières conclusions font état d'une diminution du nombre d'enfants souffrant d'insuffisance pondérale (taux passé de 23 % en 1996 à 10 % en 2002), ainsi que d'une baisse du taux de malnutrition chronique (passé de 32 % en 1996 à 24 % en 2002) et du taux de malnutrition aiguë (passé de 11 % en 1996 à 5,4 % en 2002). Au cours de la même période, on a enregistré dans les trois gouvernorats du nord une baisse de 20 % du taux de malnutrition aiguë, de 56 % du taux de malnutrition chronique et de 44 % de la proportion d'enfants de moins de 5 ans souffrant d'insuffisance pondérale.

 

Mise à jour : 26 février 2003

 

  

Programme humanitaire

Nourriture
Transport et manutention des vivre
 Agriculture
 Nutrition
 Santé
Éducation
Eau et assainissement
Personnes à déplacer et remise en état des camps
Logements
Action antimines
Télécommunications
Électricité
 Cliquer ici pour agrandir l'image