Ban Ki-moon Ne restez pas silencieux. Lorsque vous êtes témoin de violence à l'égard de femme ou de fille, ne restez pas sans rien faire, agissez."
Ban Ki-moon, Secrétaire général
M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies
Les hommes doivent apprendre les uns des autres que les vrais hommes ne violentent pas ou n'oppriment pas les femmes - et que la place d'une femme n'est pas seulement à la maison ou dans les champs, mais dans les écoles, dans les bureaux et les salles de conseils d'administration.

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies

Déclaration de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l'ONU

Monsieur le Président du Conseil économique et social,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Monsieur le Président de la Commission,
Mesdames et Messieurs les représentants de la société civile,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureux et ému d′être parmi vous aujourd′hui.

M′adressant à la Commission de la condition de la femme, dont les membres ont apporté une telle contribution à la lutte pour l′égalité des sexes dans le monde, je suis à la fois dynamisé par votre engagement et inspiré par vos réalisations.

Aujourd′hui, nous sommes réunis afin de lancer une campagne mondiale pour l′élimination de la violence contre les femmes. Je compte sur vous tous, qui défendez cette cause au niveau des États, dans la société civile ou à l′ONU, pour diffuser notre message partout dans le monde.

La violence contre les femmes appelle une action immédiate. Un regard sur les statistiques suffit pour s′en convaincre: la probabilité est qu′une femme sur trois sera battue, forcée d′avoir des rapports sexuels ou maltraitée d′une façon ou d′une autre au cours de sa vie. À cause de la sélection prénatale, d′innombrables filles n′ont même pas le droit de venir au monde. Aucun pays, aucune culture, aucune femme, jeune ou vieille, n′est à l′abri de ce fléau. Et bien trop souvent, le crime reste impuni, l′auteur n′est pas inquiété.

Les guerres ont toujours été effroyables, mais à présent les femmes et les filles sont visées en tant que telles dans les zones de conflit. Les armes d′aujourd′hui comprennent le viol, la violence sexuelle et l′enlèvement d′enfants, qui sont enrôlés comme soldats ou réduits en esclavage sexuel.

Dans des régions en guerre, j′ai rencontré des femmes qui avaient enduré des violences indicibles. Leurs souffrances me hanteront toujours, mais leur courage sera toujours pour moi une source d′inspiration. Ces femmes qui sont des mères, des sœurs, des filles et des amies sont déterminées à recommencer à vivre.

Cette campagne est pour elles. Cette campagne est pour toutes les femmes et les filles, qui ont le droit de vivre à l′abri de la violence aujourd′hui et demain. Cette campagne vise à faire disparaître la violence contre les femmes, qui impose un tribut exorbitant à l′humanité tout entière.

Nous savons que l′inégalité des sexes entrave les progrès vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, qui représentent notre plan commun pour l′édification d′un monde meilleur au XXIe siècle.

Nous savons que la violence contre les femmes aggrave encore les difficultés sociales et économiques, déjà énormes, que rencontrent les familles, les collectivités et même des nations entières.

Et nous savons que lorsque nous nous employons à faire disparaître la violence contre les femmes, nous renforçons les moyens d′action de celles qui constituent notre plus grande ressource pour le développement: les femmes qui élèvent leurs enfants, les parlementaires, les chefs d′entreprise, les négociatrices, les enseignantes, les médecins, les policières, les femmes qui participent au maintien de la paix, etc.

C′est pourquoi ma campagne pour l′élimination de la violence contre les femmes se poursuivra jusqu′en 2015, date butoir pour la réalisation des objectifs du Millénaire.

Nous pouvons nous appuyer sur un solide fond de politiques générales et d′initiatives.

La Campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit réunit 12 entités des Nations Unies, du Département des opérations de maintien de la paix à l′Organisation mondiale de la Santé.

Le Groupe de travail sur la violence à l′égard des femmes ouvre la voie à une programmation commune au niveau national.

Le Fonds d′affectation spéciale pour l′élimination de la violence à l′égard des femmes, créé il y a 11 ans, soutient des partenaires dans différentes collectivités, différents pays et différentes régions du monde.

En décembre dernier, l′Assemblée générale a adopté une résolution historique sur le viol et la violence sexuelle.

Et la résolution 1325, sur les femmes, la paix et la sécurité, que le Conseil de sécurité a adoptée il y a sept ans, a donné à la question l′importance qu′elle mérite.

Aujourd′hui, je demande à nouveau au Conseil de sécurité de créer dans le cadre de la résolution 1325 un mécanisme de surveillance de la violence contre les femmes et les filles.

N′oublions pas qu′il n′y a pas de méthode générale de lutte contre la violence contre les femmes. Ce qui fonctionne dans un pays ne donnera pas nécessairement les résultats recherchés dans un autre. Chaque pays doit élaborer sa propre stratégie.

Mais il y a une vérité universelle, valable dans tous les pays, dans toutes les cultures et dans tous les groupes: la violence à l′égard des femmes n′est jamais acceptable, jamais excusable, jamais tolérable.

À l′occasion de cette campagne, je m′adresserai personnellement aux dirigeants politiques du monde entier pour les inciter à lancer des campagnes nationales.

J′engagerai vivement tous les États à passer en revue les lois applicables et à les modifier, ou à en adopter de nouvelles, pour que la violence à l′égard des femmes soit dans tous les cas incriminée. Et je demanderai à tous les États de faire appliquer leurs lois pour mettre fin à l′impunité.

J′engagerai les médias à diffuser largement notre message, et inviterai les organisations régionales à arrêter des priorités et des objectifs.

Je mobiliserai le système des Nations Unies pour qu′il apporte un soutien accru et plus efficace à toutes les parties prenantes, aux niveaux local, national, régional et mondial.

Je créerai un réseau mondial de personnalités de sexe masculin à qui je demanderai de m′aider à mobiliser les hommes et les garçons: gouvernants, artistes, sportifs, hommes d′affaires, religieux, hommes de tous les horizons qui connaissent le véritable sens du terme « leadership» .

Je travaillerai main dans la main avec des groupes de femmes du monde entier. C′est à elles que nous devons les acquis du siècle écoulé, et ce seront encore elles qui seront, demain, les championnes de la cause.

Je proposerai qu′en 2010, une manifestation de haut niveau soit organisée pour que nous puissions faire le bilan des progrès, échanger des informations sur les pratiques optimales et décider comment poursuivre l′action.

Chers amis,

Notre campagne reposera sur un partenariat profond et étendu; associant la société tout entière, elle nous conduira à l′éradication de la violence contre les femmes et les filles partout dans le monde.

Pour que nous atteignions notre but, je lance un appel à tous les jeunes du monde, ceux qui dirigeront le monde de demain.

Je lance un appel au secteur privé, que son rayon d′action rend indispensable à notre succès.

Je lance un appel aux groupes de femmes du monde entier, dont la vaillance et la hauteur de vues nous ont amenés là oè nous sommes aujourd′hui, et qui continueront à montrer la voie.

Je lance un appel aux hommes du monde entier, à qui je demande de montrer l′exemple: d′attester que la violence contre les femmes est une lâcheté et que c′est en la dénonçant que l′on défend son honneur.

Je lance un appel aux États Membres, à qui je dis: c′est avant tout à vous qu′incombe la responsabilité.

Je vous demande à tous de prendre avec moi cet engagement:

Unis, nous vaincrons.

Je vous remercie.

Haut de page