ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Équipe spéciale de lutte contre le terrorisme

L'Equipe spéciale de lutte contre le terrorisme organise une table ronde pour les médias

Photo des participants de la table ronde

Les journalistes du monde entier et les Fonctionnaires de l’Organisation des Nations Unies lors de la Table ronde.

Photo © Don Polland

L'Equipe spéciale de lutte contre le terrorisme a organisé une Table ronde pour les médias en marge de la conférence du Secrétaire général sur la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme.

Robert Orr, Président du CTITF a expliqué que l'objectif de la conférence était de promouvoir la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme. Elle sert en effet de pilier pour mettre en place la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies.

«Sans une étroite coopération internationale, il est impossible de traiter les questions multilatérales les plus importantes telles que la coopération régionale, l'assistance juridique mutuelle et le renforcement des capacités. Nous voulions montrer l'importance du dialogue, de la compréhension et de la lutte contre l'appel au terrorisme, du renforcement des efforts en matière de maintien de l'ordre, du rôle des organisations régionales et du respect des droits de l'homme et de l'état de droit en tant que composantes clés de la lutte contre le terrorisme», a-t-il ajouté.

Le Ministre des affaires étrangères d'Indonésie, Marty Natalegawa, a appellé à la patience et à l'endurance. «C'est comme un marathon. Nous devons faire preuve de patience et de résilience pour gagner. Nous devons être certains d'être aussi agiles comme que les terroristes pour pouvoir lutter contre le terrorisme».

En réponse à une question posée sur l'utilisation de la lutte contre la terreur comme prétexte pour bafouer les droits de l'homme, le Ministre des affaires étrangères de la Norvège Jonas Gahr Støre a admis que dans certains cas, les libertés civiles ont été violées dans ce contexte. Il a toutefois ajouté : "il est sain d'être dans le champ de la liberté civile au lieu de prendre une approche trop zélée pour lutter contre le terrorisme. S'il s'agissait d'une guerre, nous pourrions aller combattre et gagner directement.»

Le Représentant permanent de l'Arabie Saoudite auprès des Nations Unies, Abdallah Y. al-Mouallimi, a fait écho aux propos du Ministre des affaires étrangères de la Norvège. «Ignorer et piétiner les droits de l'homme est un moyen de fabriquer davantage de terroristes. Nous devons investir dans la prévention en faisant des efforts économiques et éducatifs et en mettant en place des structures sociales et des réseaux sociaux pour ceux qui doivent être intégrés avant d'être recrutés».

Mike Smith, Directeur exécutif du Comité contre le terrorisme (CTED), a ajouté que «une lutte contre le terrorisme réussie ne peut pas se faire sans engager les communautés locales. Un moyen d'y parvenir est que chaque pays développer sa propre stratégie nationale antiterroriste»

.

Richard Barrett, Coordonnateur de l'équipe de surveillance des activités d'Al Qaida et des Taliban, a souligné l'approche positive prise par les Etats pour aborder le terrorisme. «Ces dernières années, nous avons pu constater le passage de de moyens purement oppressifs contre le terrorisme à une approche plus complète et équilibrée. Al Qaida est bien plus faible aujourd'hui mais son idéologie demeure. Nous devons développer des discours opposés, identifier les meilleurs messagers pour faire passer les meilleurs messages, et les meilleurs médias».

La Table ronde pour les médias a été organisée pour donner aux journalistes internationaux une opportunité d'interagir directement avec les représentants des gouvernements d'Indonésie, de Norvège et d'Arabie Saoudite ainsi que les chefs d'entités des Nations Unies qui travaillent sur ces questions de lutte antiterroriste.

Plus de 60 journalistes internationaux, représentants de gouvernement et responsables de l'ONU ont participé à l'évènement.