Rio+20 L'avenir que nous voulons, Conférence des Nations Unies sur le développement durable

Journée internationale de la prévention des catastrophes 2012 : Autonomiser les femmes et les filles pour des lendemains plus sûrs

13 octobre 2012 – Le monde a commémoré la Journée internationale de la prévention des catastrophes selon le thème « Les femmes et les filles : la force [in]visible de la résilience », mettant à l’honneur les millions de femmes et de filles qui agissent afin de rendre leurs communautés plus résilientes face aux risques de catastrophes et aux aléas météorologiques, et qui s’assurent qu’elles aient de meilleurs lendemains.

« Cette année, la célébration de la Journée internationale de la prévention des catastrophes vise à mettre en exergue la nécessité de placer les femmes et les filles en première ligne dans la réduction des risques et la gestion des réponses du monde face aux aléas naturels », a déclaré le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon.

Chaque année, plus de 100 millions de femmes et de filles sont touchées par des catastrophes, et elles jouent un rôle clé dans la protection et la reconstruction de leurs communautés avant et après que les catastrophes surviennent.

L’Office des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR) insiste sur l’importance des femmes et des filles en tant que puissants agents du changement. Elles sont « mises en capacité pour contribuer pleinement au développement durable à travers la réduction des risques, notamment dans les domaines de la gestion de l’environnement et des ressources naturelles, de la gouvernance, de l’urbanisme et de la gestion du territoire et de la planification sociale et économique – les facteurs clés des risques de catastrophes ».

Nombreuses sont les femmes et les filles qui travaillent déjà au renforcement de la résilience de leurs communautés face aux risques de catastrophes et aux aléas météorologiques. La vie de Hiroko Mirura a changé avec le tsunami de 2011 au Japon. Elle a perdu son époux, sa maison, son commerce. Aujourd’hui, elle mobilise 400 femmes de sa communauté, Minamisanriku, pour travailler à la transformation des algues wakame.

Les eaux ont inondé la communauté de Chaluay Kawaonag dans la province de Pathum Thani en Thaïlande. Avec l’aide de femmes venant de 28 communautés avoisinantes, elle a préparé à manger pour tous les foyers touchés. Elles travaillent également à la sensibilisation des personnes sur les mesures à prendre en vue de minimiser les risques en cas de nouvelles inondations.

Dans son message, le Secrétaire général a aussi partagé les actions d’autres femmes au Bangladesh, en Afrique du Sud, dans l’Altiplano bolivien, et au Viêt Nam. « De tels efforts permettent de mieux comprendre comment les communautés peuvent gagner à encourager les femmes à endosser des rôles de chefs de file dans la réduction des risques de catastrophes », a t-il commenté.