Rio+20 L'avenir que nous voulons, Conférence des Nations Unies sur le développement durable

Jeremy Rifkin : L'avenir que nous voulons

Jeremy Rifkin est l’auteur du best seller La troisième révolution industrielle. Comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde. M. Rifkin est conseiller auprès de l’Union européenne et auprès de chefs d’Etats à travers le monde et président de la Fondation pour les tendances économiques à Washington, D.C.

La révolution industrielle fondée sur le pétrole et les autres énergies fossiles est entrée dans une dangereuse « fin de partie » : les prix énergétiques et alimentaires grimpent, le chômage reste élevé, l’endettement des consommateurs et de l’État monte en flèche, la reprise ralentit. Pire encore, le changement climatique dû à une activité industrielle basée sur les combustibles fossiles, se profile à l’horizon. Confrontée à la perspective d’un deuxième effondrement de l’économie mondiale, l’humanité a désespérément besoin d’une nouvelle vision économique et d’un plan de développement économique durable pour nous bâtir un avenir.

Aujourd’hui, la technologie d’Internet et les énergies renouvelables sont sur le point de fusionner pour créer une nouvelle infrastructure puissante pour une Troisième Révolution Industrielle (TRI) qui changera le monde au 21ème siècle.  Dans l’ère qui vient, des centaines de millions de personnes produiront leur propre énergie verte à domicile, au bureau, à l’usine, et ils la partageront entre eux sur un « Internet de l’énergie » exactement comme nous créons et partageons aujourd’hui l’information en ligne. La création d’un régime d’énergie renouvelable, chargée par les bâtiments, stockée en partie sous forme d’hydrogène, distribuée à travers un Internet de l’énergie, et connectée à des véhicules à prise à émission nulle, établit une infrastructure à cinq piliers qui engendrera des milliers d’entreprises et des millions d’emplois durables. La démocratisation de l’énergie apportera avec elle aussi une réorganisation fondamentale des rapports humains, affectant la manière dont nous dirigeons le commerce, nous gouvernons la société, nous éduquons nos enfants, et nous nous impliquons dans la vie citoyenne.

Les maisons de disque n’ont pas compris l’énergie distribuée jusqu’à ce que des millions de jeunes gens ne commencent à partager de la musique en ligne, et que leur chiffre d’affaires ne s’effondre en moins d’une décennie. L’Encyclopedia Britannica n’a pas apprécié l’énergie distribuée et collaborative qui a fait de Wikipédia la source de référence principale à travers le monde. Tout comme les journaux n’ont pas prix au sérieux l’énergie distribuée de la blogosphère; à présent, de nombreuses publications périclitent ou bien transfèrent le gros de leur activité en ligne. Les répercussions du partage de l’énergie distribuée entre les gens dans un bien commun ont encore plus de portée.

Pour évaluer à quel point la Troisième Révolution Industrielle peut perturber la façon dont nous organisons à présent la vie économique, il faut examiner les mutations profondes qui ont eu lieu au cours des vingt dernières années seulement avec l’introduction de la révolution Internet. La démocratisation de l’information et de la communication a transformé la nature même du commerce mondial et des relations sociales, de manière aussi significative que la révolution de l’imprimerie au début de l’époque moderne. Maintenant, imaginez l’impact que la démocratisation de l’énergie au sein de la société pourrait avoir en étant gérée par la technologie d’internet. La Troisième Révolution Industrielle change le concept même de relations de pouvoir dans la société. La notion traditionnelle de pouvoir centralisé vertical, s’efface devant un pouvoir latéral, avec des conséquences profondes pour la société.

Le déploiement de la Troisième Révolution Industrielle est particulièrement pertinent pour les pays plus pauvres du monde en développement. Nous devons garder à l’esprit que 40% de la race humaine vit encore avec 2 dollars par jour ou moins, dans une extrême pauvreté, et la plus grande majorité n’a pas d’électricité. Sans accès à l’électricité, ils restent sans ressources, au sens propre et figuré. Le facteur le plus important permettant de sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté, est d’avoir une électricité verte fiable et bon marché. Sans cela, toute autre forme de développement économique est impossible. L’accès universel à l’électricité est le point de départ indispensable pour améliorer la vie des populations les plus pauvres du globe.

Parce que l’énergie renouvelable – solaire, éolienne, géothermique, hydraulique et biomasse – est largement distribuée, une Troisième Révolution Industrielle est susceptible de décoller rapidement dans le monde en développement. Bien que le manque d’infrastructures soit souvent considéré comme un obstacle au développement, ce que nous constatons est que comme de nombreuses nations en développement ne sont pas aux prises avec un réseau électrique vieillissant, elles ont le potentiel de passer directement à une Troisième Révolution Industrielle. En d’autres termes, en construisant un nouveau système distribué d’électricité à partir de rien, plutôt qu’en rapiéçant un vieux réseau usé, les pays en développement réduisent de façon significative le temps et l’argent dans leur transition vers une nouvelle ère énergétique. De plus, en raison de la nature distribuée de l’infrastructure de la Troisième Révolution Industrielle, le risque peut être diffus, avec des localités et des régions mettant en commun des ressources pour établir des réseaux d’électricité locaux, et en se connectant ensuite avec d’autres nœuds à travers les régions. C’est l’essence même du pouvoir latéral.

La Troisième Révolution Industrielle nous offre l’espoir d’atteindre une ère post-carbone au milieu du siècle. Nous avons la science, la technologie, et le plan d’attaque pour y arriver. Maintenant, il s’agit de voir si nous reconnaîtrons les possibilités économiques qui s’offrent à nous et si nous mobiliserons la volonté pour y parvenir à temps.

* * *

Retour Points de vue