Rio+20 L'avenir que nous voulons, Conférence des Nations Unies sur le développement durable

Kinda Hibrawi : L'avenir que nous voulons

Le travail artistique de Kinda Hibrawi est un voyage passionnant au cœur de la féminité, la spiritualité et de la convergence culturelle. D’origine syrienne, elle a grandi entre l’Arabie saoudite, la Syrie, le Liban et les États-Unis.

J’entends par « développement durable » « la satisfaction des besoins actuels » sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire les leurs. Mais comment assurer un meilleur avenir sans négliger les problèmes sociaux actuels qui sévissent dans le monde? Les ressources naturelles sont pillées au détriment de notre plus grand trésor : le capital humain. Les problèmes environnementaux, économiques, sociopolitiques et la dégradation culturelle ont entraîné une insensibilité fondamentale à tout ce qui est d’ordre humain. Au cœur de ce profond problème se trouve le manque de compassion, de tolérance, de commisération. Malheureusement, notre compassion est compromise au fur et à mesure que nous érigeons  des défenses par peur d’une souffrance intolérable. Donc, nous ne pouvons commencer à créer un environnement durable pour le futur sans résoudre les problèmes actuels.

Ce n’est qu’en nous focalisant de toutes nos forces sur la préservation des ressources humaines que nous pourrons mettre en place un futur durable. Cela nécessite de commencer par construire le sentiment de responsabilité collective chez chacun. Un tel processus de précieuses valeurs de compréhension et de tolérance commence dans nos foyers, nos salles de classe et sur nos lieux de travail. Dès lors, nous pouvons prendre conscience à quel point nous sommes effectivement connectés les uns aux autres en dépit de nos différence d’ethnie, de race, de religion, de lieu de résidence ou d’économie : nous sommes vraiment des citoyens du monde.

Ce sont nos relations, nos mots et nos actions qui peuvent combler le vide existant dans un effort pour nous rapprocher. Par solidarité, nous pouvons nous protéger les uns les autres de la souffrance et préserver notre humanité collective. Nous avons besoin de ressentir un sentiment de parenté avec des personnes de tous horizons. C’est uniquement à travers cet effort concerté que nous pouvons « satisfaire les besoins actuels » de façon à construire un futur sain et plus sûr pour nos enfants. C’est ce que je voudrais voir et dont je voudrais  faire l’expérience dans vingt ans.

* * *

Retour Points de vue