Rio+20 L'avenir que nous voulons, Conférence des Nations Unies sur le développement durable

John Dahlsen: L'avenir que nous voulons

John Dahlsen est un artiste environnemental australien primé pour son œuvre. Il a été nommé « Ambassadeur culturel » pour les Amis des Nations Unies  lors de la Journée mondiale de l’environnement, le 6 juin 2011.

Notre avenir immédiat et à long terme porte la promesse d’un âge d’or pour l’humanité. Nous voici au bord d’un précipice, à un carrefour de notre histoire, où pour la première fois l’humanité partage une vision collective éclairée. La science et la religion sont quasiment inséparables grâce à leur compréhension du sens de l’Unité, qui relie tout du plus petit organisme aux vastes étendues de l’univers – et peut-être, au-delà. Dans le passé, cette compréhension et ces incursions dans de telles réalités élargies étaient réservées à quelques membres d’une élite. Jusqu’à présent, nous avons pu compter les quelques visionnaires qui se sont démarqués et les sages éclairés qui ont guidé, prédit, et façonné notre avenir. Il y en a maintenant de nombreux en vie aujourd’hui, qui existent avec cette conscience accrue, si nombreux que nous sommes tous touchés par cela. Sans égard à nos situations propres, nous prenons tous part à cette action ; nous devenons tous une partie de cette conscience éclairée mondiale qui nous précipite vers un glorieux futur positif. Le futur que nous voulons. Le futur que nous devons avoir est fondamentalement un futur de coopération, et non pas de concurrence.

Ce nouveau futur dépend des communautés avançant ensemble pour créer des modes de vie équilibrés. C’est déjà le cas au niveau local parmi les communautés les plus avancées à travers le monde, où les gens commencent à cultiver et à partager leurs produits fraîchement récoltés, qu’il s’agisse de légumes ou de pain frais et d’œufs. Les gens se rendent compte que la façon dont nous avons traité cette planète n’est pas durable. Il n’est pas non plus durable pour nous de traiter nos corps avec négligence en mangeant de la nourriture excessivement transformée. Nous n’avons pas besoin de retourner à l’âge des cavernes, cependant, nous avons vraiment besoin de sauver notre avenir en prévoyant de devenir plus naturels, à tous les égards possibles.

Les modes de vie non durables ont été au mieux une conception erronée, en acceptant cette réalité aussi longtemps, et au pire le signe d’une avidité démesurée de la part des grandes entreprises, et de nous-mêmes. Le futur que nous voulons apportera une fin naturelle à ces modes de vie dépassés.

L’avenir aura l’amour et la sensibilisation à une conscience supérieure comme fondements de notre interconnexion. Ce sera le futur que nous voulons, un monde où le commerce développe des garanties pour les consommateurs, assurant des produits qui ont une conscience élargie au cœur de leur création.

Dans les endroits où il existe une grande concentration de la population, par exemple, le futur que nous voulons permettra de recueillir l’eau fraîche à la surface de chaque bâtiment ; les besoins énergétiques seront couverts uniquement à partir de sources renouvelables, y compris l’énergie solaire et éolienne. Nos modes de transport futurs seront bien sûr transformés, du fait de la fin des modes de transport émetteurs de carbone. Les pistes cyclables et les trottoirs seront dominants et plus populaires car les gens souhaitent rester en bonne santé et en forme grâce à des exercices quotidiens réguliers.

Dans l’avenir, il n’y aura pas de pauvreté et toutes les nations s’uniront en une réalité mondiale, sans frontières, faisant en sorte que chacun sur terre ait une alimentation appropriée et un style de vie équilibré et prospère.

Toute forme de pollution visuelle et atmosphérique sera inexistante de manière à ce que l’on puisse de nouveau visiter nos villes et s’y promener en appréciant les paysages urbains et leurs beaux jardins et terraces agrémentés d’art, d’architecture et de design contemporains, qui seront tous conçus dans un soucis écologique.

En vue d’accomplir ces besoins futurs, nous devons tenir compte d’organisations telles que ‘Transition Towns,’ par exemple, un réseau local de communautés dédié à renforcer la résilience en réponse au pic pétrolier, à la destruction du climat et à l’instabilité économique. Nous tirerons tous profit à observer ce modèle, où les innovateurs utilisent à tous les niveaux  des adaptations créatives de production d’énergie, de santé, d’éducation, d’économie et d’agriculture comme feuilles de route vers un avenir durable.

Nous entrons dans un âge d’or où les croyances et les structures dépassées ne pourront plus exister. Le futur que nous voulons à travers notre planète sera un reflet de ces idées et tout ce qui existera dans le futur ne pourra exister que parce que l’humanité a embrassé cette nouvelle voie. Toutes les structures qui traînent derrière cette approche éclairée, seront simplement réduites à néant. Elles cesseront d’opérer comme entités fonctionnelles et les milieux de vie associés ne seront plus habitables pour les humains. Cela ne peut être perçu que comme une direction positive pour le genre humain, car tout ce que nous aimons nous est rendu.

C’est une évolution naturelle que notre futur prenne ce chemin. Il sera adéquat que le meilleur que nous puissions offrir en termes de conscience collective crée le type même d’âge d’or futur que nous voulons. Comme l’humanité s’engage dans la voie de l’âge d’or, avec la nécessité d’être intelligents et éclairés dans nos cœurs, tout le reste suivra. Nous verrons le futur que nous voulons se développer, grandir et s’épanouir, un futur qui nourrira et soutiendra toute vie sur cette planète.

* * *

Retour Points de vue