Secrétaire général, Ban Ki-moon

Rapport du Secrétaire général sur l’activité de l’Organisation

H. Contrôle des drogues, prévention du crime et lutte contre le terrorisme international sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations

Ces dernières années, la communauté internationale a pris conscience de ceci que la criminalité organisée et le trafic de stupéfiants menacent de plus en plus sérieusement la paix et la sécurité. Pour faire face à cette menace, j’ai créé en 2011, une équipe spéciale des Nations Unies sur la criminalité transnationale organisée et le trafic de drogues EN chargée d’arrêter des mesures globales et efficaces à mettre en oeuvre et de mobiliser les uns et les autres à cette fin. Entre autres initiatives majeures, l’Équipe spéciale a entrepris de dégager des évaluations des menaces dans les différentes régions, qui serviront de base à une programmation du développement attentive à la criminalité dans les régions concernées. Ensemble, l’ONU et INTERPOL aident des pays d’Afrique d l’Ouest (Côte d’Ivoire, Guinée- Bissau, Libéria et Sierra Leone) à se doter de cellules de lutte contre la criminalité transnationale, qui auront vocation à aider la CEDEAO à lutter contre le trafic de stupéfiants et la criminalité organisée dans la sous-région.

Pendant l’année écoulée, l’Organisation et ses États Membres ont beaucoup fait pour renforcer l’action des Nations Unies face à la menace terroriste. Ils ont crée le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme qui viendra épauler l’Équipe spéciale de lutte contre le terrorisme et aider les États Membres à mettre en oeuvre la Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies. Le Colloque sur la coopération internationale en matière de lutte antiterroriste que j’ai organisé en septembre 2011 a été l’occasion de dire toute l’importance que revêtent la Stratégie et les diverses initiatives et activités tendant à renforcer la coopération internationale entre les États, y compris les résolutions du Conseil de sécurité. À l’issue du troisième examen biennal de la Stratégie en juin 2012, il s’est dégagé un accord tendant à voir élaborer des plans d’application de la stratégie aux niveaux national et régional, promouvoir le renforcement des capacités, y compris l’Initiative d’assistance intégrée pour la lutte antiterroriste (initiative I-ACT)  EN mise en oeuvre par l’Équipe spéciale, encourager la coopération internationale et renforcer l’appui aux victimes du terrorisme.

Plate-forme de coordination des activités de l’ONU en matière de renforcement des capacités, l’initiative I-ACT a redoublé d’efforts pour prêter à l’État du Nigéria un concours face à la multiplication des attentats terroristes dans le pays. En Asie centrale, l’Équipe spéciale de lutte contre le terrorisme a aidé cinq États de la région à se donner un plan d’action régional de mise en oeuvre de la Stratégie, qui se veut un cadre global de renforcement de l’action antiterroriste dans la région.