Secrétaire général, Ban Ki-moon

Rapport du Sécretaire général sur l'activité de l'Organisation

C. Développement de l’Afrique

children walking rice fields in Vietnam

L’Afrique est restée au centre des préoccupations de l’Organisation durant l’année écoulée. Bien que le continent africain ait à son actif une vigoureuse croissance économique et que le nombre de ses habitants vivant dans le dénuement semble en diminution, les progrès ne sont pas uniformément partagés. Les taux de chômage demeurent élevés et, dans des régions clefs, la persistance de conflits armés compromet les perspectives de développement.

En étroite collaboration avec l’Union africaine et son programme de mise en oeuvre du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique, ainsi qu’avec le Groupe de pilotage pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement en Afrique, l’Organisation aide les pays africains à réaliser leurs objectifs prioritaires de développement. Elle a conclu des partenariats avec les gouvernements intéressés portant sur la réalisation de projets de nature à maximiser l’utilité du financement du développement, entrepris dans des domaines tels que la gestion écoviable des forêts, et sur la promotion et le renforcement de la participation des citoyens à la gouvernance et à l’administration des affaires publiques.

L’ Afrique compte de nombreux pays qui ont des besoins particuliers, dont des pays classés parmi les moins avancés et des pays en développement sans littoral. Plus de la moitié des habitants des pays les moins avancés ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté. La participation des pays en développement sans littoral au commerce international reste marginale, et leur croissance économique continue d’être freinée principalement par leur défaut d’accès à la mer, leur éloignement des principaux marchés, l’insuffisance des facilités de transport en transit, la lourdeur des formalités douanières et frontalières et l’insuffisance de l’infrastructure des transports. De plus, les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les pays insulaires en développement éprouvent des difficultés imputables au changement climatique, à la désertification et à l’appauvrissement de la biodiversité. Pendant l’année écoulée, l’Organisation s’est employée à répondre aux besoins particuliers de ces pays, notamment en prenant des mesures d’application du Programme d’action d’Istanbul PDF en anglais, du Programme d’action d’Almaty PDF et de la Stratégie de Maurice PDF.