L’alimentation

Photo ONU/Isaac Billy
Enfants déplacés, résidents du Centre de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (UNMISS) à Juba, font rôtir des épis de maïs.

La production alimentaire mondiale doit augmenter de 50 % pour pouvoir nourrir les 9 millions d’habitants que comptera la planète d’ici 2050. Alors que les sols, la biodiversité, les océans et les forêts s’épuisent à un rythme sans précédent, il sera indispensable de gérer autrement ces ressources naturelles et de cultiver différemment pour garantir la sécurité alimentaire à tous, et en particulier aux populations les plus pauvres. (Banque mondiale, 2016)

Au cours des décennies qui ont précédé l’An 2000, la demande mondiale de nourriture a progressivement augmenté, de même que la population mondiale, les récoltes et les salaires. Par conséquent, les prix des denrées alimentaires ont diminué. Toutefois, à partir de 2004, les prix de la plupart des céréales ont grimpé et la demande est devenue plus importante. Les stocks alimentaires se sont rapidement épuisés. 

En 2005, la production alimentaire a été touchée par des phénomènes météorologiques extrêmes survenus dans les principaux pays producteurs de denrées. Deux ans plus tard, l'augmentation rapide des prix du pétrole a augmenté les coûts d'engrais et de production.

Dès le début de l’année 2008, l’augmentation spectaculaire des prix mondiaux des denrées alimentaires a mis gravement en danger la sécurité alimentaire et la sécurité nutritionnelle dans le monde. La situation a provoqué une multitude de conséquences humanitaires, socio-économiques, environnementales, politiques et liées à la sécurité ainsi que des effets sur les droits de l’homme et le développement. 

L'Équipe spéciale de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale 

L'Équipe spéciale de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale a été mise en place en 2008. Elle est présidée par le Secrétaire général des Nations Unies et est composée de 23 membres, pour la plupart des organismes, fonds et programmes des Nations Unies, mais aussi un certain nombre d'institutions financières internationales et d'organisations internationales. Son principal objectif est de promouvoir une action globale et unifiée de la communauté internationale face au défi que représente la sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale.

Les progrès se poursuivent dans la lutte contre la faim mais force est de constater que le nombre de personnes qui sont privées de la nourriture dont elles ont besoin pour mener une vie saine et active reste inacceptable.

Faits et chiffres sur la faim

795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9, selon le rapport L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde (2015). 

Mesurer les progrès accomplis dans le monde

L’année 2015 marque la fin de la période de suivi des deux objectifs internationalement convenus concernant la réduction de la faim :

  • Le premier est l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation, qui s’est tenu à Rome en 1996 et au cours duquel les représentants de 182 gouvernements s’étaient engagés à « éradiquer la faim dans tous les pays et, dans l’immédiat, à réduire de moitié le nombre des personnes sous-alimentées d’ici à 2015 au plus tard ».
  • Le deuxième est l’objectif 1 des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD 1) qui concerne la faim. 

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement 

En 2000, 189 pays ont pris l’engagement d’affranchir leur population de multiples privations, dont la faim. Cet engagement a débouché sur la formulation de huit Objectifs du Millénaire pour le Développement (ODD). Ces OMD sont devenus opérationnels grâce à la définition de cibles et d’indicateurs qui permettent de mesurer les progrès accomplis aux niveaux national et mondial sur une période de référence de 25 ans, de 1990 à 2015.

Le premier OMD (objectif 1) comprend trois cibles différentes: réduire de moitié la pauvreté dans le monde, assurer le plein emploi et la possibilité pour chacun de trouver un travail décent et productif, et réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population qui souffre de la faim. 

Les résultats du rapport 2015 sur les OMD montrent qu’ils ont produit le mouvement anti-pauvreté sans-précédent avec plus de 200 millions de personnes qui ne souffrent plus de la faim depuis 1990. Le rapport montre que se fixer des objectifs a permis de libérer des millions de personnes de la pauvreté et de la faim avec notamment le premier OMD qui a apporté des résultats remarquables:

  • Le nombre de personnes vivant dans une extrême pauvreté a diminué de plus de moitié, passant de 1,9 milliard en 1990 à 836 millions en 2015.
  • La proportion de personnes sous-alimentées dans les régions en développement a baissé de près de moitié, passant de 23,3% en 1990-1992 à 12,9% en 2014-2016.

Le défi Faim Zéro

Le Défi Faim Zéro est une initiative mondiale qui vise à rassembler des soutiens autour d’un même objectif : éliminer la faim. Il a été lancé par le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, en 2012, et demande à tout le monde - les gouvernements, le secteur privé, les ONG, le public – de contribuer à sa réussite. Il repose sur la conviction partagée que notre génération peut construire un monde où la faim n’existe pas. 

Le Défi Faim Zéro, qu’est-ce que c’est ?

Il repose sur 5 objectifs essentiels :

  • Aucun enfant de moins de 2 ans souffrant d’un retard de croissance
  • 100% d’accès à une alimentation adéquate toute l’année
  • Tous les systèmes agroalimentaires sont durables
  • 100% d’augmentation de la productivité des revenus des petits exploitants 
  • Zéro perte ou zéro gaspillage de produits alimentaires

Les objectifs de développement durable (ODD)

Le 1er janvier 2016, les 17 Objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030 –adopté par les dirigeants du monde en septembre 2015 lors d’un Sommet historique des Nations Unies – sont entrés en vigueur. 

Le premier de ces 17 objectifs consiste à éliminer la faim, à assurer la sécurité alimentaire, à améliorer la nutrition et à promouvoir l’agriculture durable. Les cibles visées par cet objectifs sont, notamment : 

  • Éliminer la faim et faire en sorte que chacun ait accès tout au long de l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante
  • Mettre fin à toutes les formes de malnutrition
  • Doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires
  • Assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire
  • Accroître l’investissement en faveur de l’infrastructure rurale
  • Corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur les marchés agricoles mondiaux
  • Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaire

Le Programme alimentaire mondial (PAM)

Le Programme alimentaire mondial (PAM) est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelques 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

En tant qu’agence des Nations Unies en première ligne dans la lutte contre la faim, le PAM répond constamment aux urgences. Nous sauvons des vies en apportant rapidement de la nourriture aux plus démunis et sous-alimentés. Le PAM œuvre également pour améliorer la sécurité alimentaire à plus long terme. Pour ce faire, nous mettons au point des programmes qui utilisent la nourriture comme vecteur pour créer des biens productifs, transmettre les connaissances et redynamiser les commerces.

La Banque mondiale 

L’investissement dans l’agriculture et le développement rural, afin de soutenir la production alimentaire et la nutrition, fait partie des priorités du Groupe de la Banque mondiale. L’institution collabore avec ses partenaires pour améliorer la sécurité alimentaire et bâtir un système capable de nourrir tous les habitants du monde, où qu’ils vivent et tous les jours. Ses activités portent notamment sur la promotion de techniques agricoles climato-intelligentes et d’actions de restauration des terres agricoles dégradées, le développement de cultures plus résilientes et nutritives et sur l’amélioration du stockage et du transport des aliments pour réduire les pertes.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

Atteindre la sécurité alimentaire pour tous est au cœur des efforts de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) – en veillant à ce que les êtres humains aient un accès régulier à une nourriture de bonne qualité qui leur permette de mener une vie saine et active. Ses trois principaux objectifs sont les suivants: contribuer à éradiquer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition; éliminer la pauvreté et favoriser le progrès social et économique pour tous; et gérer et utiliser de manière durable les ressources naturelles, y compris la terre, l’eau, l’air, le climat et les ressources génétiques, au profit des générations présentes et futures. La FAO joue également un rôle déterminant dans la compilation, le traitement et la diffusion mondiale des statistiques concernant l’alimentation et l’agriculture, et aide les États membres à développer leurs capacités statistiques.

Le Fonds international de développement agricole (FIDA)

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) veille à ce que les populations rurales pauvres acquièrent les compétences et s'organisent pour profiter et avoir un meilleur accès aux ressources naturelles, aux technologies agricoles et à des opportunités pour le développement rural. Il travaille avec les populations rurales pauvres, les gouvernements, les donateurs, les organisations non gouvernementales et de nombreux autres partenaires, en mettant l'accent sur des solutions spécifiques à chaque pays.

En savoir plus : 

Section: 
Drupal template developed by DPI Web Services Section