Le VIH/sida

FNUAP/Benedicte Desrus
Arlette, étudiante âgée de 17 ans, est l’une des éducatrices de l’association Nucleo de Mavalane, au Mozambique, qui sensibilise la jeunesse au VIH/sida.

Les premières constatations cliniques de ce qui deviendra le syndrome d’immunodéficience acquise (sida) ont été décrites,  en juin 1981, aux États-Unis. Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), qui affaiblit le système immunitaire, a été identifié en 1983.

Depuis le début de l’épidémie, près de 78 millions de personnes ont été infectées par le VIH et 35 millions de personnes sont décédées des maladies liées au sida. 

Le VIH peut être transmis lors de rapports sexuels non protégés avec une personne infectée, lors de l’utilisation de seringues, d’aiguilles ou d’autres instruments pointus ou tranchants contaminés, lors d’une transfusion de sang faite avec du sang contaminé. Il peut également se transmettre par une mère infectée à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement au sein.

La thérapie antirétrovirale 

Au cours des décennies suivantes, le taux d’infection s’est accru de façon spectaculaire, de même que le nombre de décès.

En 2015, plus de 36 millions de personnes vivaient avec le VIH. Parmi celles-ci, 17 millions avaient accès à une thérapie antirétrovirale, contre 15,8 millions en juin 2015. Toutefois, le nombre de nouvelles infections annuelles et de décès liés au sida reste alarmant. Dans le monde, 2,1 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH et 1,1 million de personnes sont décédées de causes liées au sida en 2015.

Les nouvelles infections au VIH ont baissé de 6% depuis 2010 (50% parmi les enfants), tandis que les décès liés au sida ont diminué de 45% depuis le pic de 2005. 

ONUSIDA

Le système des Nations Unies a été à l’avant-garde des efforts menés contre le sida. Depuis 1996, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) coordonne l’action de 11 agences spécialisées de l’ONU, à savoir le Haut-Commissariat des  Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’Organisation pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale. 

Mettre fin à l'épidémie

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)

Le Sommet du Millénaire, qui s’est tenu du 6 au 8 septembre 2000 au Siège de l’ONU à New York, constitua le plus grand rassemblement de chefs d'État et de gouvernement de tous les temps. Il s’est conclu avec l’adoption par les 189 États Membres de la Déclaration du Millénaire, dans laquelle ont été énoncés les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). L’un d’eux, l’OMD 6, visait à combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies. 

En 2001, lors de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale sur le VIH/sida, les États Membres ont adopté la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida, qui définit un vaste programme de travail et de priorités en matière de prévention, de soins, d’appui et de traitement. 

En 2015, le monde avait enrayé et inversé la propagation du VIH. Selon ONUSIDA, l’épidémie a été contrainte de reculer.  


Les nouvelles infections au VIH et les décès liés au sida ont considérablement diminué depuis le pic de l’épidémie. À présent, l’objectif est de mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030. Il s’agit de la prochaine étape à franchir.


Les objectifs de développement durable (ODD)

La phase suivante de la riposte au sida doit prendre en compte les nouvelles réalités, opportunités et données, notamment la mise en oeuvre d'un nouveau Programme de développement durable . Le 1er janvier 2016, 17 Objectifs de développement durable (ODD) – adoptés par les dirigeants internationaux lors d’un Sommet historique des Nations Unies – sont entrés en vigueur. 

Une approche d’accélération

Pour faire avancer la riposte au sida, l’ONUSIDA a élaboré une approche d’accélération pour atteindre un ensemble de cibles assorties de délais d’ici à 2020. Les cibles sont notamment : 90% de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut VIH, 90% des personnes qui connaissent leur séropositivité au VIH ont accès au traitement, et 90% des personnes sous traitement ont une charge virale supprimée. Elles comprennent également la réduction des nouvelles infections au VIH à hauteur de 75% et la lutte contre les discriminations.

En savoir plus :

Section: 
Drupal template developed by DPI Web Services Section