ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

L'ONU et les droits de l'homme

Droits des minorités

Environ un milliard de personnes dans le monde appartiennent à des groupes minoritaires, dont beaucoup sont victimes de diverses formes de discrimination, de l’exclusion et, souvent, de conflits violents.

Tenir compte des aspirations des groupes minoritaires nationaux, ethniques, religieux et linguistiques, et garantir les droits des personnes appartenant à des minorités, c’est reconnaître l’égalité de tous les individus et favoriser leur participation à la société; cela contribue également à réduire les tensions sociales.

L'ONU soutient les défenseurs des droits des minorités
tels que Danilo Lambada, au Mozambique, qui lutte
sans relâche et dans un contexte difficile pour les droits
des homosexuels, lesbiennes, bisexuels et transexuels.

Instruments juridiques

Dès sa création, l’ONU a fait figurer les droits des minorités en tête de ses préoccupations relatives aux droits de l’homme. La protection des droits fondamentaux des personnes appartenant à des minorités est garantie expressément par l’article 27 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et par les principes de non-discrimination et de participation, qui sont à la base des instruments des Nations Unies se rapportant aux droits de l’homme.

L’adoption, en 1992, de la Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques  (présentation en image au format PDF) par l’Assemblée générale a donné un nouveau souffle à l’action de l’ONU dans ce domaine. La Déclaration proclame :

  • le droit des minorités à jouir de leur propre culture;
  • de professer et de pratiquer leur propre religion;
  • d’utiliser leur propre langue;
  • et de quitter tout pays, y compris le leur, et de retourner dans leur pays.

La Déclaration invite les États à prendre des mesures afin de promouvoir le respect de ces droits.

Source : Les Nations Unies aujourd'hui

Discriminations à l'égard des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre

Dans toutes les régions du monde, des personnes subissent violences et discrimination en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Dans de nombreux cas, le seul fait qu’une personne soit perçue comme homosexuelle ou transgenre suffit à la mettre en danger. Le Secrétaire général a exprimé sa préoccupation : « En tant qu’hommes et femmes de conscience, nous rejetons la discrimination en général, et en particulier la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. » (2010)

Source : Lois et pratiques discriminatoires et actes de violence dont sont victimes des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre (2011)

>> Consultez aussi le droit des populations autochtones