Message à l’occasion de la commémoration du 23e anniversaire du génocide au Rwanda

7 avril 2017

Aujourd’hui, nous avons une pensée pour toutes les personnes qui ont péri lors du génocide au Rwanda il y a 23 ans.

Plus de 800 000 personnes ont été systématiquement assassinées dans le pays – en très grande majorité des Tutsis, mais également des Hutus modérés, des Twas et des membres d’autres ethnies.

Aujourd’hui, nous rendons également hommage aux survivants. Nous reconnaissons les souffrances qu’ils ont endurées, le courage dont ils ont fait preuve et les épreuves difficiles qu’ils continuent de traverser. Leur force morale et leur capacité de réconciliation sont une source d’inspiration pour nous tous.

La seule véritable manière d’honorer la mémoire des personnes qui sont mortes au Rwanda est de faire en sorte qu’un tel drame ne se reproduise jamais. La prévention des génocides et d’autres crimes odieux est une responsabilité partagée et un devoir essentiel du système des Nations Unies.

La communauté internationale doit toujours rester attentive aux signes avant-coureurs des génocides et agir rapidement et suffisamment tôt contre ces menaces.

L’histoire foisonne d’exemples tragiques où le cycle de la haine, de l’inaction et de l’indifférence a entraîné des violences, des emprisonnements et l’apparition de camps de la mort.

Comme on a pu le constater à de nombreuses reprises au cours du siècle dernier, le poison de l’intolérance se répand toujours dans nos sociétés.

Encore à l’heure actuelle, des minorités et d’autres groupes sont victimes d’attaques et d’exploitation en raison de leur identité.

Nous devons retenir les enseignements du Rwanda et travailler main dans la main pour bâtir un avenir où règnent la dignité, la tolérance et le respect des droits de l’homme pour tous.

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres