Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide

Situation en Jamahiriya arabe libyenne

Déclaration des Conseillers spéciaux du Secrétaire général de l’ONU chargé de la prévention des génocides et pour la responsabilité de protéger

New York – 22 février 2011

En notre qualité de Conseillers spéciaux du Secrétaire général pour la prévention du génocide et pour la responsabilité de protéger, nous sommes très inquiets des informations provenant de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, selon lesquelles il s’y produirait des violences massives. Les attaques généralisées et systématiques perpétrées à l’encontre de populations civiles par des forces militaires et des mercenaires, et également à partir d’aéronefs, constituent des violations graves du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Si les informations concernant la nature et la portée de ces attaques sont confirmées, celles-ci pourraient bien constituer des crimes contre l’humanité, pour lesquels les autorités nationales devraient être tenues responsables.

Nous rappelons aux autorités nationales en Jamahiriya arabe libyenne, et dans les autres pays qui connaissent des mouvements de contestation populaire à grande échelle, que les chefs d’État et de gouvernement se sont engagés, lors du Sommet mondial de 2005, à prendre des mesures de prévention pour protéger les populations du génocide, des crimes de guerre, du nettoyage ethnique et des crimes contre l’humanité, et de l’incitation à commettre ces crimes.

Nous joignons notre voix à celle du Secrétaire général, Ban Ki-moon, pour exhorter toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue et à s’employer à résoudre leurs différends politiques par des moyens pacifiques.

Pour toute demande d’informations, les médias peuvent s’adresser à :
Valerie Rocher
Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide
Tél. : 1 212 963 0001
Courriel : rocher@un.org