Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Le rôle de l'Assemblée générale

L'Assemblée générale joue un rôle clé dans le financement des opérations de maintien de la paix. La soixante-huitième session a débuté le 17 septembre 2013.

La salle de l'Assemblée générale, devant laquelle le Secrétaire général Ban Ki-moon ouvre le débat général à la soixante-troisième session de l'Assemblée.

Photo ONU/Paulo Filgueiras

Le Secrétaire général Ban Ki-moon à l'ouverture du débat général

L'Assemblée générale est le principal organe délibérant, décisionnaire et représentatif des Nations Unies. Composée des 193 États Membres de l'Organisation, elle constitue une instance unique de discussion multilatérale pour les problèmes internationaux, y compris les questions liées au maintien de la paix et de la sécurité internationales.

Soixante-huitième session de l'Assemblée générale

Le débat général annuel EN, au cours duquel l’assemblée mondiale entend les déclarations des chefs d’État et des ministres, débutera le 24 septembre. Cette année, il s’articulera autour du thème «  Le programme de développement pour l'après-2015 : préparons le terrain! ».

Contributions mondiales pour la paix mondiale

Durant le débat général de cette année, l’accent sera mis sur l’amélioration du quotidien de nombreuses personnes partout dans le monde, laquelle a été rendue possible grâce aux contributions diverses fournies par les États Membres, notamment en termes de troupes, de force de police, d'équipement, de formations, etc.

Vous pouvez également consulter notre page sur les contributions mondiales avec une carte et des graphiques interactifs.

Questions de financement

Bien qu'elle n'ait généralement pas de part directe dans les décisions politiques de créer des opérations de maintien de la paix ou d'y mettre fin, l'Assemblée générale n'en joue pas moins un rôle clé dans leur financement.

Comme tous les États Membres de l'Organisation partagent les coûts des activités de maintien de la paix, l'Assemblée répartit ces dépenses sur la base d'un barème de quotes-parts spécifique, en fonction de la richesse économique relative des États Membres. Les membres permanents du Conseil de sécurité doivent prendre à leur charge une plus large part de ce financement en raison de la responsabilité spéciale qui leur incombe en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales.

L'Assemblée générale, par l'entremise de sa Cinquième Commission (Questions administratives et budgétaires), approuve le budget des opérations de maintien de la paix et supervise son exécution, notamment pour ce qui est de la façon dont les différentes opérations sur le terrain sont financées et équipées, sur la base de demandes de crédit détaillées qui lui sont soumises par le Secrétaire général de l'ONU.

Comité spécial des opérations de maintien de la paix

L'Assemblée générale suit l'exécution des activités de maintien de la paix par l'entremise de son Comité spécial des opérations de maintien de la paix EN, créé en 1965, pour mener la mise en œuvre approfondie de toutes les questions concernant ces opérations. Le Comité rend compte de ses travaux à l'Assemblée générale auprès de sa Quatrième Commission (Affaires politiques spéciales et décolonisation).

Résolution « L'union pour le maintien de la paix »

En vertu de la Charte des Nations Unies, cependant, l'Assemblée générale ne peut délibérer et formuler des recommandations sur les questions de paix et de sécurité lorsqu'elles sont traitées par le Conseil de sécurité.

En dépit de la disposition de la Charte des Nations Unies qui limite les pouvoirs de l'Assemblée générale en matière de paix et de sécurité, il peut se présenter des situations dans lesquelles l'Assemblée peut agir.

Conformément à la résolution 377 (V): « L'union pour le maintien de la paix » PDF adoptée par l'Assemblée générale en novembre 1950, l'Assemblée générale peut agir si le Conseil de sécurité s'abstient de le faire par suite du vote négatif d'un de ses membres permanents. Tel pourrait être le cas s'il existe une menace contre la paix, une rupture de la paix ou un acte d'agression. L'Assemblée générale pourrait examiner la question en vue de formuler des recommandations aux États Membres pour qu'ils adoptent des mesures collectives en vue de maintenir ou de rétablir la paix et la sécurité internationales.

Cette résolution n'a été invoquée qu'une seule fois dans l'histoire des activités de maintien de la paix de l'ONU, en 1956, lorsque l'Assemblée générale a créé la première Force d'urgence des Nations Unies (FUNU I) au Moyen-Orient.