Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

La situation actuelle

En mai 2010, les effectifs des opérations de maintien de la paix de l'ONU comprenaient plus de 124 000 militaires, policiers et membres du personnel civil.

Un Casque bleu de la MINUSTAH sert à manger dans le cadre de la campagne menée pour éliminer les jouets ressemblant à des armes.

Photo ONU/Logan Abassi

Un Casque bleu de la MINUSTAH sert à manger dans le cadre de la campagne menée pour éliminer les jouets ressemblant à des armes.

Depuis lors, ces opérations ont abordé une phase de consolidation. Pour la première fois en dix ans, leur nombre a commencé à diminuer légèrement avec la réduction des effectifs de la MONUSCO et le retrait de la MINURCAT à la fin de 2010.

Toutefois, cela ne signifie pas que les défis auxquels est confrontée l'Organisation sont moindres. Bien que les effectifs des Casques bleus soient en baisse, tout porte à croire que la demande des missions sur le terrain demeurera élevée et que le maintien de la paix continuera d'être l'une des tâches opérationnelles les plus complexes de l'ONU.

De plus, la complexité politique du contexte dans lequel opèrent les missions de maintien de la paix et l'envergure de leur mandat, y compris pour ce qui est des activités de caractère civil, restent considérables. Il y a tout lieu de penser que certains moyens spécialisés – y compris la police – seront particulièrement sollicités au cours des années à venir.

Les opérations polyvalentes de maintien de la paix qui sont menées actuellement continueront de faciliter les processus politiques, de protéger les civils, d'aider au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration des anciens combattants, de faciliter l'organisation des élections, de promouvoir et de protéger les droits de l'homme et d'aider à rétablir l'État de droit.

Lire aussi la déclaration de Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix PDF en anglais, sur le contexte des missions actuelles, les besoins critiques et les défis changeants auxquels sont confrontées les opérations de maintien de la paix, aujourd'hui et dans un futur proche, 24 février 2014.