Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Historique

Le 27 juin 2011, le Conseil de sécurité a autorisé le déploiement d’une force de maintien de la paix dans la zone litigieuse d’Abiyé, qui est située à cheval entre le sud et le nord du Soudan et est réclamée par les deux côtés. Le Conseil a pris cette mesure en réaction au regain de violence, à l’escalade des tensions et au déplacement des populations dans la zone d’Abiyé au moment où le sud du Soudan se préparait à déclarer officiellement, le 9 juillet 2011, son indépendance du Soudan – le point culminant d’un accord de paix global de 2005. Abiyé qui possède d’abondantes ressources avait été, avant la décision du Conseil de sécurité, le théâtre d’affrontements meurtriers qui ont poussé plus de 100 000 personnes à fuir de chez elles.

Avec l’adoption unanime de la résolution 1990 (2011) PDF , le Conseil a officiellement créé, pour six mois, la Force intérimaire de sécurité des Nations pour Abiyé (FISNUA), dont l’effectif comportera un maximum de 4 200 membres du personnel militaire, 50 du personnel de la police et un appui civil approprié. En autorisant le recours à la force pour protéger les civils et les humanitaires à Abiyé, le Conseil a mis en évidence la nécessité d’un déploiement rapide de la FISNUA et exhorté le Secrétaire général Ban Ki-moon à « prendre les mesures nécessaires pour assurer une mise en œuvre rapide et efficace » de la résolution.

La nouvelle opération répondait à l’appel en faveur d’une action rapide du Conseil au lendemain de l’accord conclu le 20 juin entre le Gouvernement soudanais et le Mouvement populaire de libération du Soudan (MPLS) de retirer leurs forces respectives et de permettre la présence à Abiyé du personnel de maintien de la paix éthiopien (les « Arrangements temporaires pour l’administration et la sécurité de la zone d’Abiyé »). Conformément à cet accord négocié par l’ancien Président d’Afrique du Sud, Thabo Mbeki, les deux camps ont convenu qu’il était nécessaire qu’une tierce partie contrôle la zone de tension frontalière entre le nord et le sud.

Le 29 mai 2013, le Conseil de sécurité a décidé, par sa résolution 2104 (2013), de porter à 5 326 hommes le plafond des effectifs autorisés de la FISNUA, comme demandé par le Soudan et le Sud-Soudan le 8 mars 2013.