Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Historique

Une guerre civile a éclaté au Darfour en 2003 entre le Gouvernement du Soudan, ses milices Janjaweed alliées et d’autres groupes rebelles armés. Particulièrement pendant les deux premières années du conflit, on a compté des dizaines, si ce n'est des centaines de milliers de victimes. Les combats continuent entre le Gouvernement et des groupes rebelles maintenant éclatés. On évalue à 1,8 millions le nombre de personnes déplacées.

« La MINUAD a comme mandat principal d’assurer la protection des populations civiles. La Mission a également pour tâche de contribuer à la sécurité pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire, surveiller et vérifier la mise en oeuvre des accords de paix, appuyer un processus politique inclusif, contribuer à la promotion des droits de l’homme et de l’état de droit, et suivre la situation le long de la frontière avec le Tchad et la République centrafricaine et de faire rapport à ce sujet. »

L’ONU a tiré le signal d’alarme sur la crise du Darfour en 2003 et la recherche d’une solution durable à constitué une priorité majeure pour le Conseil de sécurité ainsi que pour deux Secrétaires généraux successifs.

Sous l’égide de l’Union africaine (UA) et avec l’appui de l’ONU et d’autres partenaires, l’Accord de paix pour le Darfour a été signé le 5 mai 2006. D’intenses efforts diplomatiques et politiques continuent avec la conférence du 27 au 31 mai 2011 à Doha en vue d’amener les parties non-signataires à joindre le processus de paix.

En 2006 l'Union africaine a déployé une mission de maintien de la paix au Soudan qui a été remplacée en 2008 par une opération de la paix hybride Union africaine/Nations Unies au Darfour (MINUAD). Cette mission est l'opération de maintien de la paix la plus large de toutes celles conduites actuellement dans le monde (voir la page sur les faits et chiffres). Le mandat de la MINUAD a été élargi à plusieurs reprises.

La MINUAD a comme mandat principal d’assurer la protection des populations civiles. La Mission a également pour tâche de contribuer à la sécurité pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire, surveiller et vérifier la mise en oeuvre des accords de paix, appuyer un processus politique inclusif, contribuer à la promotion des droits de l’homme et de l’état de droit, et suivre la situation le long de la frontière avec le Tchad et la République centrafricaine et de faire rapport à ce sujet

Le siège de la Mission se situe à El Fasher, la capitale du Nord Darfour. Elle a également des sièges sectoriels à El Fasher, El Geneina et Nyala et aura jusqu’à 55 lieux de déploiement à travers les trois États du Darfour. La Mission conduit en moyenne 200 patrouilles par jour et tente d'augmenter son impact même si elle doit faire face à des difficultés bureaucratiques et à des obstructions armées. Son but ultime est de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les populations civiles au Darfour, faciliter les opérations d'aide humanitaire d'où qu'elles viennent, et aider à mettre en place un environnement propice à l'établissement de la paix.