Tadjikistan - MONUT

Préparé par le Département de l'information des Nations Unies
Dernière mise à jour le 2 9 juillet 1997

Ce texte n'est pas un document officiel des Nations Unies

MISSION D'OBSERVATION DES NATIONS UNIES AU TADJIKISTAN


FONCTION :

Etablie pour aider la Commission mixte, composée de représentants du Gouvernement du Tadjikistan et de l'opposition tadjike, à suivre l'application de l'Accord de cessez-le-feu et de cessation temporaire des hostilités à la frontière tadjiko-afghane et à l'intérieur du pays pendant la durée des pourparlers; d'enquêter sur les violations présumées du cessez-le-feu et de faire rapport à leur sujet à l'Organisation des Nations Unies et à la Commisison mixte; d'offrir ses bons offices comme prévu dans l'Accord; de maintenir des contacts étroits avec les parties au conflit, ainsi qu'une liaison étroite avec la Mission au Tadjikistan de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (maintenant Organisation pour sécurité et la coopération en Europe), avec les forces collectives de maintien de la paix au Tadjikistan de la Communauté d'Etats indépendants et avec les forces déployées le long de la frontière; de soutenir les efforts de l'Envoyé spécial du Secrétaire général[voir ci-dessous]; et d'assurer les services de liaison et de coordination politiques qui pourraient accélérer la fourniture d'une assistance humanitaire par la communauté internationale.

HISTORIQUE :

En mai 1992, l'opposition tadjike prit le pouvoir des mains du Soviet Suprême tadjik, déclenchant une guerre civile. L'opposition fut vaincue en décembre 1992 et le gouvernement tadjik actuel prit la direction du pays. Depuis le début de 1993, l'insurrection armée des forces de l'opposition a continué à déstabiliser le pays, en particulier depuis l'autre côté de la frontière tadjiko-afghane. Outre les Forces armées tadjikes, les Forces frontalières russes sont déployées le long de la frontière, avec l'accord du Gouvernement tadjike, pour repousser les infiltrations. La Communauté d'Etats indépendants a déployé une force de maintien de la paix à l'intérieur du pays.

Le 29 octobre 1992, le Secrétaire général des Nations Unies envoya une mission de bons offices au Tadjikistan, à l'invitation du Président par intérim de la République du Tadjikistan. Elle fut suivie le 21 janvier 1993 par l'expédition d'une petite unité de spécialistes des questions politiques, militaires et humanitaires des Nations Unies, afin de surveiller la situation sur le terrain. Le 26 avril 1993, le Secrétaire général nomma un Envoyé spécial, qui présida trois séries de négociations inter-tadjikes sur la réconciliation nationale entre les mois d'avril et d'octobre 1994. Ces négociations aboutirent à la signature d'un accord de cessez-le-feu temporaire et à la création d'une Commission mixte pour vérifier son application.

Le 16 décembre 1994, le Conseil de sécurité établit la MONUT par la résolution 968 (1994), pour une première période de six mois. Il décida par la suite de proroger son mandat à la condition que les parties continuent à faire preuve de leur engagement envers un véritable cessez-le-feu, la réconciliation nationale et la promotion de la démocratie. En mai 1996, le Secrétaire général nomma un Représentant spécial et chef de mission.

La MONUT a été prorogée jusqu'au 15 mars 1997 par la résolution 1089 (1996) du Conseil de sécurité. Aux termes de cette résolution, le Conseil de sécurité exprime également sa vive préoccupation face à la poursuite de la détérioration de la situation au Tadjikistan, et souligne l'urgence de la nécessité pour le Gouvernement et la direction de l'opposition de respecter avec sincérité les engagements qu'ils ont pris afin de résoudre le conflit et parvenir à la réconciliation nationale par des moyens pacifiques sur la base de concessions et de compromis réciproques. La prorogation la plus récente de la MONUT, jusqu'au 15 juin 1997, a été décidée par la résolution 1099 (1997) du Conseil de sécurité, en date du 14 mars 1997.

EMPLACEMENT : République du Tadjikistan

QUARTIER GENERAL : Douchanbé

DUREE : Depuis décembre 1994

EFFECTIF (au 30 juin 1997) : 20 observateurs militaires, appuyés par du personnel civil recruté sur le plan international et local

REPRESENTANT SPECIAL DU SECRETAIRE GENERAL ET CHEF DE MISSION : M. Gerd Merrem (Allemagne)

CHEF DU GROUPE DES OBSERVATEURS MILITAIRES : Général de Brigade Boleslaw Izydorczyk (Pologne)

PAYS FOURNISSANT DES EFFECTIFS (au 30 juin 1997) : Autriche, Bangladesh, Bulgarie, Danemark, Jordanie, Pologne, Suisse et Uruguay


Tadjikistan - MONUT

Préparé par le Département de l'information des Nations Unies
Dernière mise à jour le 2 9 juillet 1997

Ce texte n'est pas un document officiel des Nations Unies

MISSION D'OBSERVATION DES NATIONS UNIES AU TADJIKISTAN


FONCTION :

Etablie pour aider la Commission mixte, composée de représentants du Gouvernement du Tadjikistan et de l'opposition tadjike, à suivre l'application de l'Accord de cessez-le-feu et de cessation temporaire des hostilités à la frontière tadjiko-afghane et à l'intérieur du pays pendant la durée des pourparlers; d'enquêter sur les violations présumées du cessez-le-feu et de faire rapport à leur sujet à l'Organisation des Nations Unies et à la Commisison mixte; d'offrir ses bons offices comme prévu dans l'Accord; de maintenir des contacts étroits avec les parties au conflit, ainsi qu'une liaison étroite avec la Mission au Tadjikistan de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (maintenant Organisation pour sécurité et la coopération en Europe), avec les forces collectives de maintien de la paix au Tadjikistan de la Communauté d'Etats indépendants et avec les forces déployées le long de la frontière; de soutenir les efforts de l'Envoyé spécial du Secrétaire général[voir ci-dessous]; et d'assurer les services de liaison et de coordination politiques qui pourraient accélérer la fourniture d'une assistance humanitaire par la communauté internationale.

HISTORIQUE :

En mai 1992, l'opposition tadjike prit le pouvoir des mains du Soviet Suprême tadjik, déclenchant une guerre civile. L'opposition fut vaincue en décembre 1992 et le gouvernement tadjik actuel prit la direction du pays. Depuis le début de 1993, l'insurrection armée des forces de l'opposition a continué à déstabiliser le pays, en particulier depuis l'autre côté de la frontière tadjiko-afghane. Outre les Forces armées tadjikes, les Forces frontalières russes sont déployées le long de la frontière, avec l'accord du Gouvernement tadjike, pour repousser les infiltrations. La Communauté d'Etats indépendants a déployé une force de maintien de la paix à l'intérieur du pays.

Le 29 octobre 1992, le Secrétaire général des Nations Unies envoya une mission de bons offices au Tadjikistan, à l'invitation du Président par intérim de la République du Tadjikistan. Elle fut suivie le 21 janvier 1993 par l'expédition d'une petite unité de spécialistes des questions politiques, militaires et humanitaires des Nations Unies, afin de surveiller la situation sur le terrain. Le 26 avril 1993, le Secrétaire général nomma un Envoyé spécial, qui présida trois séries de négociations inter-tadjikes sur la réconciliation nationale entre les mois d'avril et d'octobre 1994. Ces négociations aboutirent à la signature d'un accord de cessez-le-feu temporaire et à la création d'une Commission mixte pour vérifier son application.

Le 16 décembre 1994, le Conseil de sécurité établit la MONUT par la résolution 968 (1994), pour une première période de six mois. Il décida par la suite de proroger son mandat à la condition que les parties continuent à faire preuve de leur engagement envers un véritable cessez-le-feu, la réconciliation nationale et la promotion de la démocratie. En mai 1996, le Secrétaire général nomma un Représentant spécial et chef de mission.

La MONUT a été prorogée jusqu'au 15 mars 1997 par la résolution 1089 (1996) du Conseil de sécurité. Aux termes de cette résolution, le Conseil de sécurité exprime également sa vive préoccupation face à la poursuite de la détérioration de la situation au Tadjikistan, et souligne l'urgence de la nécessité pour le Gouvernement et la direction de l'opposition de respecter avec sincérité les engagements qu'ils ont pris afin de résoudre le conflit et parvenir à la réconciliation nationale par des moyens pacifiques sur la base de concessions et de compromis réciproques. La prorogation la plus récente de la MONUT, jusqu'au 15 juin 1997, a été décidée par la résolution 1099 (1997) du Conseil de sécurité, en date du 14 mars 1997.

EMPLACEMENT : République du Tadjikistan

QUARTIER GENERAL : Douchanbé

DUREE : Depuis décembre 1994

EFFECTIF (au 30 juin 1997) : 20 observateurs militaires, appuyés par du personnel civil recruté sur le plan international et local

REPRESENTANT SPECIAL DU SECRETAIRE GENERAL ET CHEF DE MISSION : M. Gerd Merrem (Allemagne)

CHEF DU GROUPE DES OBSERVATEURS MILITAIRES : Général de Brigade Boleslaw Izydorczyk (Pologne)

PAYS FOURNISSANT DES EFFECTIFS (au 30 juin 1997) : Autriche, Bangladesh, Bulgarie, Danemark, Jordanie, Pologne, Suisse et Uruguay


Retour à la liste des opérations de maintien de la paix