Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Historique de la Mission

Le 1er février 1995, le Secrétaire général recommanda au Conseil de sécurité qu'UNAVEM III succède à UNAVEM II afin d'aider les parties à rétablir la paix et à réaliser la réconciliation nationale. Le 8 février, le Conseil de sécurité autorisa la création d'UNAVEM III avec un effectif maximum de 7000 militaires et personnel d'appui, 350 observateurs militaires, 260 observateurs de police ainsi qu'environ 420 civils recrutés sur le plan international, 300 personnes recrutées localement et 75 Volontaires des Nations Unies. Février 1997 fut la date prévue par le Conseil pour l'achèvement du mandat d'UNAVEM III.

En dépit de nombreux développements positifs, le processus de mise en oeuvre prit un retard substantiel, et le manque de confiance réciproque entre le Gouvernement et l'UNITA mit en péril la réalisation d'une paix durable. Par sa résolution 1075 du 11 octobre 1996, le Conseil de sécurité souligna que les retards continuels et les promesses non suivies d'effet dans la mise en oeuvre des calendriers successifs pour la résolution de problèmes militaires et politiques essentiels, en particulier de la part de l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA), n'étaient plus acceptables.

Après la présentation par l'UNITA d'une liste de tâches à effectuer avant le 15 novembre 1996 (retardé plus tard au 20 novembre), UNAVEM III prépara un calendrier global de mise en oeuvre, comprenant toutes les activités en cours dans le domaine militaire, politique et de police, devant être accomplies par les deux parties. Dans son rapport au Conseil le 19 novembre 1996, le Secrétaire général déclara que l'accord sur un calendrier consolidé pour la réalisation des tâches pressantes avait mis en évidence les questions les plus urgentes. Certains progrès avaient été effectués, mais la mise en oeuvre du calendrier avait toujours du retard.

Pendant ce temps, considérant la date prévue de fin de mission, des plans pour la réduction méthodique et progressive d'UNAVEM III furent mis au point. Ces plans comprennent le retrait à la fin de décembre 1996 de quatre unités d'infanterie et de soutien des Nations Unies, portant l'effectif total à un chiffre compris entre 600 et 700 personnes. Le 30 juin, le Conseil de sécurité décidait d'établir, à partir du 1er juillet, la Mission d'observation des Nations Unies en Angola (MONUA). La nouvelle mission remplacerait UNAVEM III. Par une résolution votée à l'unanimité, le Conseil a également décidé que le mandat initial de la nouvelle mission se terminerait le 31 octobre 1997. Le Conseil a demandé très instamment au Gouvernement angolais et, en particulier à l'UNITA, de parachever les derniers éléments politiques du processus de paix, y compris la normalisation de l'administration de l'Etat sur l'ensemble du territoire national, la transformation de la station de radio de l'UNITA en une radio non partisane et celle de l'UNITA elle-même en un parti politique. Conjurant chacune des deux parties de s'abstenir de tout recours à la force pouvant faire obstacle à la mise en oeuvre intégrale du processus de paix, le Conseil a « demandé très instamment aux parties de parachever l'enregistrement et la démobilisation de tous les militaires non encore dissous, l'élimination de tous les obstacles à la libre circulation des personnes et des biens, et le désarmement de la population civile ».