ADMINISTRATION TRANSITOIRE DES NATIONS UNIES
AU TIMOR ORIENTAL (ATNUTO) : Chronologie



1999



25 octobre

Par sa résolution 1272 (1999), le Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations Unies crée l'Administration transitoire des Nations Unies au Timor oriental (ATNUTO). La mission comprend trois grandes composantes : une composante gouvernance et administration publique; une composante aide humanitaire et relèvement d'urgence et une composante militaire, comprenant jusqu'à 8 950 hommes et 200 observateurs militaires. La composante administration publique comprendra au maximum 1 640 membres de la police civile des Nations Unies.

L'INTERFET annonce la création d'un groupe pour la gestion des prisonniers qui sera chargé d'examiner le cas des détenus soupçonnés d'avoir commis des infractions graves après l'arrivée de la force multinationale au Timor oriental. D'après les estimations révisées que le Gouvernement indonésien a communiquées au HCR le 25 octobre, à Kupang, 219 000 réfugiés du Timor oriental se trouvent au Timor occidental. Le Gouvernement indonésien affirme que 60 % d'entre eux souhaitent rentrer au Timor oriental.

26 octobre

Le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, M. Ian Martin, déclare que l'aide humanitaire et le relèvement d'urgence demeurent la "principale priorité" au Timor oriental. Il affirme qu'il importe aussi de rétablir les services de base et l'ordre public, avec une force de police et un système d'administration de la justice efficaces.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) annonce le lancement d'un appel de 21,6 millions de dollars pour améliorer la distribution de denrées alimentaires de première nécessité aux personnes déplacées au Timor oriental et mettre en place des programmes "Des vivres contre du travail" dans les zones dévastées par le conflit.

27 octobre

Sous la conduite de la Banque mondiale, l'Appel interinstitutions commun des Nations Unies en faveur du Timor oriental est lancé à Genève pour recueillir 199 millions de dollars, montant nécessaire pour satisfaire les besoins humanitaires les plus urgents jusqu'en juin 2000. Le Coordonnateur des secours d'urgence, M. Sergio Vieira de Mello, signale que les organismes à vocation humanitaire travaillent de concert avec le Gouvernement indonésien pour permettre à 240 000 réfugiés au Timor occidental de décider librement et en connaissance de cause s'ils souhaitent ou non retourner au Timor oriental. Le Président indonésien, M. B. J. Habibie, donne au Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Mme Sadako Ogata, l'assurance que le Gouvernement indonésien coopérera étroitement avec elle dans la gestion du problème au Timor occidental.

28 octobre

Le rapatriement des Timorais se poursuit, la première vague de rapatriés venant d'Australie.

1 novembre

Les dernières troupes de l'armée indonésienne quittent le Timor oriental. Pour célébrer ce départ, après 24 années de présence, il est organisé une cérémonie d'adieu à laquelle ont assisté des membres de la Force opérationnelle indonésienne au Timor oriental et des Forces militaires indonésiennes, des représentants de l'Organisation des Nations Unies et le chef de la résistance timoraise et Président du CNRT, Xanana Gusmão. La mission d'évaluation interorganisations, placée sous la conduite de la Banque mondiale, arrive à Dili et rencontre M. Gusmão et le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, M. Ian Martin, au siège de l'ATNUTO.

2 novembre

Des milices cherchent à entraver les activités du HCR dans les camps de réfugiés dans la région d'Atambua, au Timor occidental. La police est obligée d'intervenir.

4 novembre

Des milices opposées au rapatriement des réfugiés est-timorais multiplient les actes d'intimidation à la frontière entre le Timor oriental et le Timor occidental. Le HCR dit qu'il craint que la situation ne dégénère encore si les responsables indonésiens n'interviennent pas pour contrôler les milices.

8 novembre

Trois rapporteurs spéciaux de l'Organisation des Nations Unies, à savoir le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, M. Asma Jahangir, le Rapporteur spécial chargé d'examiner la question de la torture, M. Nigel Rodley, et le Rapporteur spécial sur la violence contre les femmes, Mme Radhika Coomaraswamy, ouvrent des enquêtes sur les violations des droits de l'homme éventuellement commises au Timor oriental.

9 novembre

Le HCR se déclare profondément préoccupé par le harcèlement constant du personnel du HCR, du personnel chargé des opérations de secours humanitaires et des réfugiés par des miliciens au Timor occidental.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) annonce une vaste opération visant à distribuer des vivres à ceux qui rentrent de la région occidentale de l'île et aux autres personnes déplacées. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) lance un nouveau programme pour remettre en état les centrales électriques au Timor oriental.

11 novembre

Le Coordonnateur des Nations Unies pour les affaires humanitaires, M. Ross Mountain, rencontre à Jakarta le chef des Forces militaires indonésiennes, l'amiral Widodo, qui souligne que des mesures seront prises pour que les milices n'entravent pas le retour des réfugiés. Le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, M. Ian Martin, visite une nouvelle fois Ambeno pour mettre la dernière main au plan prévu pour l'arrivée des rapatriés dans l'enclave. Le HCR ouvre un second couloir terrestre reliant le Timor occidental au Timor oriental et prévoit d'en ouvrir un troisième. Le retour des personnes déplacées au Timor oriental se poursuit, par voie aérienne, maritime ou terrestre.

12 novembre

L'armée indonésienne informe le HCR qu'elle l'aidera à libérer les personnes déplacées qui sont prisonnières au camp de Noelbaki, au Timor occidental, depuis le début de la crise des réfugiés.

15 novembre

Le Conseil économique et social de l'Organisation des Nations Unies approuve l'ouverture d'une enquête internationale sur les violations des droits de l'homme qui pourraient avoir été commises au Timor oriental. Par 27 voix contre 10, avec 11 abstentions, le Conseil vote pour une résolution de la Commission des droits de l'homme de l'Organisation des Nations Unies demandant l'envoi d'experts pour recueillir des renseignements sur les violations éventuelles des droits de l'homme au Timor oriental depuis janvier 1999. La décision du Conseil économique et social prévoit une représentation adéquate d'experts asiatiques dans la commission d'enquête, qui travaillera en coopération avec la Commission nationale indonésienne des droits de l'homme et les rapporteurs thématiques de la Commission de l'Organisation des Nations Unies.

Avec l'ouverture par le HCR de nouveaux couloirs terrestres et maritimes depuis le Timor occidental, plus de 8 000 réfugiés prennent le chemin du retour pendant trois jours. Cependant, les milices continuent d'entraver les efforts faits par le HCR pour rapatrier les 7 000 réfugiés du camp de Noelbaki.

17 novembre

Le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général et Administrateur transitoire, M. Sergio Vieira de Mello, prend ses fonctions au Timor oriental. Au cours de sa première journée de travail, le Représentant spécial du Secrétaire général s'entretient avec M. Xanana Gusmão et d'autres personnalités.

Le rapatriement des Timorais se poursuit, nombre d'entre eux s'acheminant vers Suai, Maliana et l'enclave d'Ambeno.

18 novembre

Lors d'une conférence de presse organisée à l'occasion de son départ, le Représentant spécial par intérim du Secrétaire général, M. Ian Martin, annonce que l'Organisation des Nations Unies et le CNRT ont évoqué la possibilité de mettre en place des structures communes pour leur coopération future, et que ces entretiens ont permis de jeter les bases de cette collaboration entre les deux parties.

21 novembre

Les cinq membres de la Commission internationale d'enquête sur les violations des droits de l'homme au Timor oriental, dirigée par Mme Sonia Picado, arrivent à Dili.

22 novembre

Le Représentant spécial du Secrétaire général se rend au Timor occidental, où il assiste, aux côtés de l'Ambassadeur des États-Unis, S. E. M. Richard Holbrooke, à la signature par l'INTERFET et les Forces militaires indonésiennes d'un accord visant à accélérer le retour des réfugiés venant du Timor occidental.

Le HCR note que malgré le harcèlement constant des milices, plus de 90 000 personnes sont rentrées au Timor oriental.

23 novembre

Le HCR signale que des milices postées à l'ouest de la frontière continuent d'entraver les efforts de rapatriement des réfugiés. Le HCR mène une vaste campagne d'information au Timor occidental pour rassurer les réfugiés et les convaincre qu'ils peuvent rentrer en toute sécurité au Timor oriental s'ils le souhaitent.

24 novembre

Le Représentant spécial du Secrétaire général se rend pour la première fois dans l'ouest du Timor oriental, en compagnie de M. Xanana Gusmão et de membres du CNRT. M. Gusmão remercie la communauté internationale de son travail remarquable mais souligne qu'il est nécessaire que l'INTERFERT, les FALINTIL et la communauté locale collaborent plus étroitement.

27 novembre

Le Représentant spécial du Secrétaire général signe le premier d'une série d'instruments juridiques qui énoncent les dispositions régissant l'administration du territoire par l'ATNUTO. Le règlement 1999/1 définit les pouvoirs de l'Administrateur transitoire et le régime juridique du territoire.

29 novembre

L'ATNUTO signale une multiplication des actes de violence à l'encontre de ceux qui sont soupçonnés d'appartenir aux milices.

30 novembre

Le HCR annonce l'ouverture d'un quatrième couloir le long de la frontière avec le Timor occidental pour accélérer le rapatriement des réfugiés. Mille rapatriés ont emprunté cette nouvelle voie depuis le 1er décembre. L'équipe du HCR continue de devoir faire face quotidiennement aux milices.

01 décembre

Lauréat du prix Nobel, José Ramos Horta retourne au Timor oriental après 24 années d'exil. Il est accompagné du Représentant spécial du Secrétaire général.

Le chef des indépendantistes, M. Xanana Gusmão, revient au Timor oriental après son séjour à Jakarta, où il a eu des entretiens fructueux avec les autorités indonésiennes.

L'Indonésie annonce qu'elle a l'intention de rétablir les liaisons aériennes entre l'Indonésie et le Timor oriental et de libérer 18 prisonniers est-timorais.

2 décembre

Le Représentant spécial du Secrétaire général signe le règlement 1999/2 relatif à la création d'un Conseil consultatif national, organe mixte de 15 membres composé à la fois de Timorais et de membres de l'ATNUTO, grâce auquel les représentants de la population du Timor oriental peuvent participer activement à la prise de décisions durant la période de transition.

Le HCR s'inquiète de la dégradation des conditions de vie dans les camps de réfugiés au Timor occidental, notamment des actes de harcèlement et d'intimidation auxquels les milices ne cessent de soumettre les réfugiés, et de la situation sanitaire qui est très préoccupante.

3 décembre

En vertu du règlement 1999/3, l'ATNUTO crée une Commission judiciaire transitoire, composée de cinq membres, dont trois sont originaires du Timor oriental et deux sont des experts internationaux.

7 décembre

Le HCR annonce qu'un accord a été conclu avec les autorités militaires indonésiennes locales en vue de séparer les membres des milices et leur famille des réfugiés au Timor occidental.

10 décembre

Le Timor oriental célèbre la Journée des droits de l'homme. Au stade de Dili, le Représentant spécial du Secrétaire général, les lauréats du prix Nobel José Ramos Horta et l'évêque Carlos Filipe Ximenes Bello, font des discours devant 4 000 jeunes et demandent tous la création d'un tribunal international des crimes de guerre au Timor oriental.

13 décembre

Le Représentant spécial du Secrétaire général tient des réunions à Jakarta avec des responsables indonésiens de haut rang, dont le Président Abdurrahman Wahid, le Ministre des affaires étrangères, le Ministre de la défense et le Ministre chargé du Timor oriental. Ces réunions ont été essentiellement consacrées aux relations futures du Timor oriental avec l'Indonésie.

15 décembre

Deux hommes soupçonnés d'être des miliciens sont remis à la police civile par les FALINTIL après une fusillade dans le village d'Aileu.

17 décembre

Une conférence de donateurs de l'Organisation des Nations Unies tenue à Tokyo permet de recueillir plus de 500 millions de dollars de contributions pour la reconstruction du Timor oriental. Le HCR déclare que, après un fort ralentissement au début du mois, plus de 1 000 personnes quittent de nouveau chaque jour le Timor occidental pour retourner au Timor oriental.

20 décembre

Les observateurs militaires des Nations Unies découvrent un charnier dans l'enclave d'Oecussi, au Timor oriental. Ils trouvent 18 fosses, dont certaines contiennent plusieurs corps.

22 décembre

Quarante-cinq journalistes timorais créent une association professionnelle rejetant toutes formes de censure.


2000



3 janvier

L'ATNUTO prend officiellement le contrôle de l'aéroport de Dili. À partir du 18 janvier, une compagnie australienne assurera trois vols par semaine à destination de Darwin.

Le HCR signale que, alors qu'un peu plus de 126 000 réfugiés du Timor oriental sont rentrés chez eux, les opérations de rapatriement à partir du Timor occidental continuent d'être entravées par les milices.

4 janvier

La police civile des Nations Unies signale une recrudescence de la criminalité à Dili et demande du matériel de protection supplémentaire.

L'ATNUTO annonce l'arrivée prochaine de son premier expert légiste sur le charnier d'Ambeno (Oecussi).

12 janvier

L'ATNUTO, l'INTERFET et les autorités militaires indonésiennes signent un mémorandum d'accord afin d'améliorer la coopération à la frontière entre le Timor oriental et le Timor occidental.

Le Représentant spécial du Secrétaire général nomme 10 juges pour les juridictions civiles.

14 janvier

Le Représentant spécial du Secrétaire général signe le règlement 2000/1 portant création de l'Autorité budgétaire centrale du Timor oriental et le règlement 2000/2 sur l'utilisation des monnaies pendant la période de transition au Timor oriental.

Le Conseil consultatif national décide d'un commun accord que, pour favoriser la création d'une fonction publique permanente, l'ATNUTO devrait verser une allocation aux fonctionnaires recrutés, tout en menant une étude sur le coût de la vie qui permettrait d'établir un barème des salaires pour le long terme.

15 janvier

Des incidents violents éclatent dans une foule de 7 000 personnes qui attendaient de passer des entretiens en vue d'un emploi auprès de l'ATNUTO. Il y a eu plusieurs blessés.

19 janvier

L'INTERFET fait état d'accrochages avec des milices armées qui entrent dans l'enclave d'Oecussi à partir du Timor occidental.

21 janvier

L'ATNUTO crée le Service des douanes du Timor oriental.

22 janvier

L'ATNUTO promulgue le règlement 2000/7 proclamant le dollar des États-Unis monnaie officielle temporaire du Timor oriental.

28 janvier

La police civile des Nations Unies signale qu'à la suite d'incidents violents survenus récemment, l'ATNUTO, qui travaille à la création d'une nouvelle force de police timoraise, a renforcé sa présence dans des régions stratégiques au Timor oriental.

31 janvier

La Commission internationale d'enquête sur le Timor oriental, après avoir trouvé des preuves de "violations graves" des droits de l'homme, recommande la mise en place d'un organe d'enquête et de poursuite et d'un tribunal international pour les droits de l'homme, composé de juges indonésiens et timorais, pour recevoir les plaintes, mener les procès et condamner les coupables.

Le Secrétaire général soumet son premier rapport sur les activités de l'ATNUTO. Il déclare que la catastrophe humanitaire provoquée par la violence qui a explosé après la consultation populaire a été la crise la plus grave qu'a dû gérer l'ATNUTO.

1 février

L'INTERFET prend les premières dispositions en vue de la passation de ses pouvoirs militaires à l'ATNUTO.

3 février

Le Représentant spécial du Secrétaire général informe le Conseil de sécurité qu'il faut débloquer immédiatement des fonds si l'on veut éviter des troubles sociaux et mettre en oeuvre les projets de reconstruction dont le pays a cruellement besoin. Il annonce aussi qu'au cours des six prochains mois l'ATNUTO s'emploiera essentiellement à garantir la sécurité physique de tous les Timorais, à faire en sorte qu'ils aient accès à un système judiciaire juste, à aider le HCR à rapatrier les réfugiés, à créer des structures administratives et à rétablir les services de base.

8 février

Le HCR demande aux autorités indonésiennes de prendre immédiatement des mesures pour mettre un terme à la recrudescence de la violence contre les réfugiés et les agents chargés de l'aide humanitaire au Timor occidental.

15 février

Le Secrétaire général entreprend une visite officielle de deux jours à Jakarta, la première depuis son entrée en fonctions, et rencontre des responsables indonésiens. Tout en signalant que le Conseil de sécurité peut toujours envisager d'autres mesures si les initiatives du Gouvernement indonésien ne lui semblent pas convenir, le Secrétaire général déclare à la presse que le Gouvernement a montré qu'il était résolu à garantir la primauté du droit et à poursuivre ceux qui sont soupçonnés d'avoir participé aux atrocités commises au Timor oriental. Il souligne que les agents chargés de l'aide humanitaire doivent avoir librement accès aux réfugiés dans les camps.

16 février

À Jakarta, le Secrétaire général rencontre le Ministre de la défense, M. Juwono Sudarsono, pour évoquer la suite que le Gouvernement de Jakarta donnera à sa propre enquête sur la violence en Indonésie et la question des réfugiés au Timor occidental. M. Annan rencontre également le Président Abdurrahman Wahid et le Vice-Président Megawati Sukarnoputri.

17 février

Le Secrétaire général arrive au Timor oriental pour une visite de deux jours. Il rencontre à Dili le chef indépendantiste, M. Xanana Gusmão, le lauréat du prix Nobel de la paix, l'évêque Carlos Filipe Ximenes Belo, et l'évêque Basilio Nascimento..

18 février

Le Secrétaire général déclare à la population du Timor oriental que l'Organisation des Nations Unies oeuvre à la reconstruction du pays et entend y rétablir l'ordre public. "Nous sommes ici pour vous aider", déclare M. Annan devant une foule de 5 000 personnes assemblées dans la ville de Liquica.

21 février

Le Président de la Banque mondiale, M. James Wolfensohn, M. Xanana Gusmão et le Représentant spécial du Secrétaire général signent un accord prévoyant le décaissement de 21,5 millions de dollars sur une période de deux ans et demi pour le financement de projets d'autonomisation des collectivités et d'administration locale.

22 février

Le HCR signale que des miliciens ont lapidé une équipe du HCR et de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Atambua, endommageant un véhicule de l'OIM et interrompant les opérations de rapatriement de plus de 1 000 réfugiés au Timor oriental. Il n'y a pas eu de blessés.

23 février

L'INTERFET transfère officiellement le commandement militaire du territoire à l'ATNUTO. Le transfert des autres responsabilités administratives et financières doit avoir lieu le 28 février.

Le Conseil de sécurité encourage l'Indonésie à instituer une "procédure juridique rapide, complète, efficace et transparente" pour traduire en justice ceux qui sont responsables de "violations graves" du droit international humanitaire et des droits de l'homme sur le territoire. Les membres du Conseil notent également que la responsabilisation des auteurs de ces violations constituerait un "facteur essentiel pour garantir la réconciliation et la stabilité au Timor oriental".

Après la signature par l'ATNUTO, au nom du territoire, d'un mémorandum d'accord, le 19 janvier, prorogeant le Traité sur la passe du Timor oriental avec le Gouvernement australien, un projet d'exploitation de gaz de 1,4 milliard de dollars dans la zone de la passe du Timor a été approuvé.

25 février

L'Union postale universelle confirme le statut officiel de l'administration postale du Timor oriental sous l'autorité de l'ATNUTO.

28 février

L'ATNUTO et l'INTERFET règlent les derniers détails administratifs en vue du transfert des responsabilités en matière de sécurité.

29 février

Le Président indonésien Abdurrahman Wahid se rend au Timor oriental. Il signe avec le Représentant spécial du Secrétaire général un accord établissant notamment un régime de franchissement des frontières pour les personnes et les biens entre le Timor oriental et l'Indonésie, une coopération dans le domaine juridique et le maintien de l'assistance accordée aux étudiants du Timor oriental qui souhaitent étudier dans les universités indonésiennes. L'accord porte également sur la liberté de circulation par un couloir spécial entre l'enclave d'Oecussi au Timor occidental et d'autres districts du Timor oriental.

1 mars

L'UNICEF lance une vaste campagne de vaccination au Timor oriental pour protéger quelque 20 000 enfants de maladies graves comme la tuberculose et la poliomyélite.

Le Représentant du Secrétaire général pour les personnes déplacées, M. Francis Deng, se rend au Timor oriental et fait observer que les personnes déplacées à l'intérieur du territoire trouvent à leur retour "la misère la plus totale", leur foyer ayant été pillé et détruit. M. Deng dit que l'ordre public et un système judiciaire efficace doivent être rétablis de toute urgence dans certaines régions afin que les gens se sentent suffisamment en sécurité pour décider d'y retourner. Il ajoute que dans certains endroits, la sécurité des réfugiés ne peut être garantie.

3 mars

À la suite d'une série d'attaques armées contre les Casques bleus de l'Organisation des Nations Unies et des Timorais, l'ATNUTO déclare que l'ouest du pays est une zone "à haut risque".

5 mars

L'ATNUTO demande à nouveau aux autorités indonésiennes de persuader les chefs du mouvement autonome de renoncer à l'antagonisme et à l'affrontement et de choisir la voie de la coopération.

7 mars

L'ATNUTO signale que les milices multiplient les actes de violence le long de la frontière entre le Timor oriental et le Timor occidental.

8 mars

Le Représentant spécial du Secrétaire général signe le Règlement 2000/12 relatif à la mise en place d'un régime fiscal et douanier provisoire au Timor oriental.

9 mars

À Jakarta, le commandant de la Force de maintien de la paix, le général de corps d'armée Jaime de los Santos, et le Directeur des affaires politiques de l'ATNUTO, M. Peter Galbraith, demandent instamment aux autorités indonésiennes de prendre diverses mesures pour mettre fin aux actes de violence le long de la frontière avec le Timor occidental, notamment de fermer la frontière et les camps d'entraînement des milices, de désarmer les milices et de faciliter le rapatriement des réfugiés au Timor oriental.

14 mars

Le HCR signale que plus de 1 000 réfugiés du Timor oriental ont quitté les trois principaux camps situés dans la zone de Kupang, au Timor occidental, pour se rendre à un centre de transit à Kupang, et que des dispositions sont prises en vue de leur destination finale. Il s'agit du départ le plus important de ces camps depuis le lancement du programme de rapatriement en octobre dernier. Sur les quelque 250 000 personnes qui s'étaient réfugiées au Timor occidental après les violences du mois de septembre dernier, plus de 150 000 sont retournées chez elles.

23 mars

L'ATNUTO annonce que 92 % des enfants du Timor oriental qui fréquentaient l'enseignement primaire en 1998-1999 sont retournés à leurs classes.

24 mars

L'ATNUTO inaugure une Commission de la fonction publique chargée de surveiller la création d'un service civil et de nommer du personnel permanent.

27 mars

Une école de formation des policiers, bénéficiant du soutien de l'ATNUTO, s'ouvre à Dili.

Des fonctionnaires de l'ATNUTO et de l'UNICEF se réunissent pour planifier une action commune visant à sensibiliser le public à la gravité de la menace posée par des engins non explosés.

29 mars

Le Représentant spécial du Secrétaire général et le Ministre de la justice de l'Indonésie, Marzuki Darusman, concluent un accord intérimaire de huit semaines concernant l'apport d'une aide mutuelle pour des questions juridiques, judiciaires et relatives aux droits de l'homme.

Le HCR met en garde l'Indonésie qui prévoit de mettre fin après le 31 mars aux secours d'urgence destinés aux Timorais de l'Est réfugiés au Timor occidental.

31 mars

Le Gouvernement indonésien reporte de trois mois la date limite fixée pour le retour des réfugiés et revient sur sa décision de cesser l'aide humanitaire aux réfugiés, en signalant qu'il demanderait par ailleurs une aide de la communauté internationale.

Le Représentant spécial du Secrétaire général demande au Ministre indonésien de la défense, l'amiral Sudarsono, de maîtriser tous les "extrémistes" et de mettre fin aux incursions dans le Timor oriental de milices basées en Indonésie. Le Ministre de la défense dit que ni l'armée ni la police indonésiennes n'apportent une aide quelconque aux groupes de milices au Timor occidental.

3 avril

L'ATNUTO, la Banque mondiale et le PNUD signent un accord de subvention de 499 000 dollars à un projet visant à créer des emplois dans les collectivités les plus pauvres de Dili.

5 avril

L'ATNUTO et l'Indonésie mettent définitivement au point le texte du Mémorandum d'accord concernant la coopération sur des questions juridiques, judiciaires et relatives aux droits de l'homme. Cet accord doit faciliter les efforts menés conjointement par l'ATNUTO et l'Indonésie pour rechercher et condamner les responsables des actes de violence intervenus au Timor oriental après la consultation populaire.

L'ATNUTO annonce sa décision de nommer des Timorais de l'Est à des postes administratifs élevés au sein de la nouvelle administration à Dili, notamment des administrateurs adjoints de district et des directeurs adjoints de département. Le Représentant spécial du Secrétaire général annonce la création de nouveaux "conseils consultatifs de district" qui permettront aux habitants du Timor oriental de faire entendre leurs voix sur toutes les questions fondamentales.

Le HCR précise que le nombre de réfugiés quittant le Timor occidental pour regagner le Timor oriental a sensiblement chuté au cours de la semaine malgré la "détérioration" des services de base et l'irrégularité de la distribution d'aliments dans les camps de réfugiés situés au Timor occidental, dirigés par l'Indonésie.

11 avril

Le commandant de la Force de maintien de la paix et le chef de l'armée indonésienne au Timor occidental signent un mémorandum d'accord portant sur la sécurité, les postes frontière, le passage des réfugiés et l'apport d'une aide humanitaire le long de la frontière entre les deux Timor. Ce mémorandum d'accord confirme le Mémorandum précédent du 12 janvier, stipule que personne, de quelque partie qu'il soit, n'est autorisé à traverser la frontière en portant des armes, et spécifie que les deux parties acceptent de coopérer pour signaler les incidents de frontière et mener les enquêtes correspondantes.

12 avril

L'ATNUTO emploie cette semaine 1 000 personnes dans des opérations de nettoyage financées par l'USAID. Pendant la semaine, le Département des affaires judiciaires de l'ATNUTO procède à d'autres activités de recrutement et a commencé à recruter du personnel carcéral timorais pour travailler dans trois des centres de détention du pays.

Les 10 premiers sites considérés comme faisant partie du patrimoine historique et culturel du Timor oriental sont déclarés " protégés " dans le cadre d'un projet appelé à couvrir l'ensemble du pays, mené conjointement par l'ATNUTO, le Ministère de l'agriculture et l'Agence japonaise de coopération internationale.

13 avril

Une équipe d'experts internationaux a consacré trois semaines à une évaluation qui a abouti à la mise au point définitive d'un plan de 40 millions de dollars destiné à restaurer les services sanitaires dans le territoire. Le programme, d'une durée de trois ans, sera exécuté par l'ATNUTO et visera surtout à rétablir l'accès aux services de base, à mettre au point une législation sanitaire et à instituer des systèmes de gestion.

17 avril

L'ATNUTO et la United States Development Agency (USAID) lancent un plan d'urgence concernant l'emploi pour permettre aux districts de l'ensemble du pays d'embaucher des travailleurs pour des contrats de courte durée. Le commandant de la Force de maintien de la paix et le chef de l'armée indonésienne conviennent que certains problèmes occasionnels comme les passages de la frontière par air et par terre devraient être résolus au niveau tactique. Le commandant de la Force de maintien de la paix signale à la presse qu'il est satisfait du niveau de coopération entre la Force de maintien de la paix et l'armée indonésienne.

18 avril

Trente combattants de l'armée indonésienne démobilisés ont quitté Kupang (Timor occidental) pour regagner le Timor oriental : c'est, par le nombre, le troisième groupe d'anciens militaires qui regagne le territoire depuis le mois d'octobre dernier. Au début du mois, 60 soldats démobilisés ont regagné leurs foyers au Timor oriental.

19 avril

Le Conseiller juridique adjoint auprès de l'ATNUTO, M. Hansjoerg Strohmeyer signale à la presse que 23 procureurs et juges originaires du Timor oriental exercent désormais des fonctions au niveau des tribunaux de district. Il ajoute que l'accord récemment conclu entre l'ATNUTO et l'Indonésie concernant les droits de l'homme constitue un "soutien inestimable" pour la magistrature émergente du territoire.

24 avril

Le Premier Ministre du Portugal, M. Antonio Guterres, se rend dans l'enclave d'Oecussi, accompagné par le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général chargé des questions de gouvernance et d'administration publique, M. Jean-Christian Cady.

29 avril

Le Service postal du Timor oriental est inauguré à Dili, et ses deux premières lettres sont adressées au Secrétaire général, M. Kofi Annan, et au Président du Portugal. Le Gouvernement japonais octroie des subventions pour l'acquisition de 8 500 récepteurs radio dans les zones couvertes par radio Voz de Esperanca, radio Kmanek et radio ATNUTO. Les localités de Lospalos et Maliana vont aussi recevoir des récepteurs, car elles sont les deux premières à disposer d'une station radio communautaire.

1 mai

Le premier poste frontière terrestre entre le Timor oriental et l'Indonésie est ouvert à Batugade. Selon l'ATNUTO, le poste comprend cinq fonctionnaires internationaux chargés des questions de douane et d'immigration et neuf employés timorais.

2 mai

L'ATNUTO ordonne l'arrestation de toute personne portant des machettes à Dili, après que cinq personnes ont été blessées à la suite de violences pendant le week-end.

Le HCR signale que le nombre de rapatriés qui quittent le Timor occidental a spectaculairement diminué la semaine dernière en raison de l'augmentation des cas de vexations dont auraient été victimes quelques réfugiés revenus au Timor oriental.

5 mai

Au Timor occidental, des Timorais de l'Est qui s'opposaient au rapatriement vers le Timor oriental ont lancé des pierres contre une équipe du HCR venue prendre une centaine de réfugiés au camp de Kupang, et ont endommagé son véhicule. Toutefois, un ancien chef de milice de AITARAK ("Épine"), Eurico Guterres, s'est présenté devant une foule de réfugiés et leur a dit qu'ils étaient libres de retourner chez eux. C'est la première fois, selon le HCR, qu'un chef de milice a publiquement engagé des réfugiés à retourner au Timor oriental.

Un nouveau campus consacré à la fonction publique est ouvert au Timor oriental. Ce campus abrite la Commission du service public, le Bureau central de recrutement de l'administration du Timor oriental et l'École de la fonction publique.

9 mai

Deux cents réfugiés originaires du Timor oriental quittent les camps du Timor occidental contrôlés par des éléments pro-indonésiens pour regagner leur territoire d'origine.

11 mai

Le tribunal de district de Dili ouvre sa première audience publique. Les débats commencent le lendemain de la signature par le Représentant spécial du Secrétaire général d'un règlement stipulant que la détention préventive ne sera ordonnée que pour des délits passibles de plus d'un an d'emprisonnement au titre de la loi. Dans les circonstances ordinaires, un suspect peut être détenu, pour interrogatoire, pendant une période initiale de 48 heures maximum, après laquelle il doit être déféré en justice ou relâché.

15 mai

Lors de l'ouverture de la Conférence sur la reconstruction du Timor oriental, le Directeur du Bureau des affaires politiques de l'ATNUTO, M. Peter Galbraith, propose une période de coadministration par l'ATNUTO et des représentants du Timor oriental avant le transfert total des pouvoirs.

16 mai

L'ATNUTO émet son premier programme télévisé à Dili. La nouvelle station de télévision des Nations Unies, "Televisão UNTAET", propose un magazine télévisé d'une heure avec films, entrevues, informations, attractions et annonces de service public.

18 mai

De violentes inondations au Timor occidental entraînent la mort d'au moins 61 personnes. La catastrophe a été produite par des débordements de cours d'eau dans le district de Belu, au sud-est du Timor occidental, et les crues éclair ont emporté tout sur leur passage. Les inondations ont touché quelque 100 000 personnes et déplacé près de 35 000. Le PAM commence à distribuer des rations alimentaires, tandis que des troupes de l'ATNUTO s'efforcent de réparer la route reliant la ville de Suai à un port proche.

19 mai

On confirme la mort de plus de 80 personnes, pour la plupart des réfugiés du Timor oriental, à la suite des fortes inondations qui continuent à ravager le Timor occidental. Selon les estimations, quelque 21 000 personnes auraient été déplacées, dont 16 000 proviennent des 21 camps de réfugiés destinés aux Timorais dans le district de Belu, au sud-est du Timor occidental.

22 mai

Les Nations Unies poursuivent leur action humanitaire en faveur des victimes des inondations et approvisionnent les collectivités les plus durement touchées.

24 mai

L'ATNUTO et d'autres organisations intensifient leurs efforts pour avoir accès aux zones affectées, alors que la liste des victimes des inondations au Timor occidental continue de s'allonger et atteint le chiffre de 126 morts confirmées.

26 mai

Le Représentant spécial du Secrétaire général rappelle l'engagement pris par l'ATNUTO de protéger les minorités ethniques de toute persécution au Timor oriental et se réfère à la loi en vigueur sur le territoire, qui stipule que toute personne née au Timor oriental, ou qui y résidait avant le 25 octobre 1999 et y réside encore, a le droit d'y rester.

7 juin

L'ATNUTO et la Banque mondiale signent une subvention de 12,7 millions de dollars pour contribuer à la remise en état du secteur sanitaire du pays.

Une équipe de l'ATNUTO, comprenant quatre personnes spécialistes des droits de l'homme et autres questions juridiques, quitte le Timor oriental et se rend à Jakarta pour y tenir des réunions avec le Cabinet du Ministre de la justice de l'Indonésie, qui enquête sur cinq affaires pénales prioritaires dont le Timor oriental a été le théâtre entre avril et septembre 1999.

8 juin

Le Représentant spécial du Secrétaire général et M. Xanana Gusmão rencontrent le Gouverneur du Timor occidental pour étudier les moyens d'accélérer le rapatriement et d'intensifier les échanges commerciaux dans l'île. À la suite de ces entretiens, le Représentant spécial du Secrétaire général déclare qu'un des moyens de faciliter le rapatriement consiste à encourager un plus large échange d'informations par l'intermédiaire des médias, en permettant à des journalistes de se rendre au Timor occidental pour informer la population des réfugiés sur les conditions de vie au Timor oriental. En ce qui concerne les échanges commerciaux, les parties conviennent qu'une délégation restreinte du Timor oriental devrait rencontrer, au Timor occidental, des spécialistes provenant du Gouvernement indonésien et du secteur privé pour discuter des moyens d'accroître les échanges commerciaux et les investissements entre les deux parties de l'île.

14 juin

Plus de 500 femmes venant de toutes les parties du Timor oriental se rassemblent à Dili pour lancer le premier congrès national consacré aux problèmes des femmes, qui vise à promouvoir un développement équitable sur le plan de la reconstruction nationale.

20 juin

Le HCR et d'autres organisations humanitaires suspendent leurs activités dans trois camps du Timor occidental, situés à proximité de Kupang, après avoir signalé plusieurs incidents graves sur le plan de la sécurité, sous forme de menaces et d'actes d'intimidation à l'encontre de leur personnel. Le HCR fait savoir au Gouvernement indonésien qu'il ne reprendra pas ses activités dans les camps, lesquels regroupent au total plus de 24 000 réfugiés, tant que la sécurité n'y sera pas garantie.

21 juin

L'ATNUTO et le CNRT conviennent de la composition et de la structure nouvelles du Comité consultatif national (CCN). Le nouveau CCN élargi comptera 33 membres, dont 13 représentants des districts, sept représentants du CNRT et trois représentants d'autres partis politiques. Les autres membres représenteront des associations de jeunes, de femmes et d'ONG, ainsi que les communautés catholique, protestante et musulmane, des associations de professions libérales et d'exploitants agricoles, le mouvement ouvrier et le monde des affaires. Tous les membres, y compris le Président du CCN, sont originaires du Timor oriental.

Un poste d'infanterie de l'ATNUTO, situé à Aidabasalala, à 30 kilomètres de la frontière avec le Timor occidental, a été attaqué par un petit groupe armé : il y a des dégâts matériels mais pas de dommages corporels.

22 juin

À l'ouverture de la Conférence des donateurs tenue pendant deux jours à Lisbonne, le Représentant spécial du Secrétaire général demande instamment à la communauté des donateurs de continuer à financer les activités des Nations Unies au Timor oriental, en soulignant la nécessité d'une aide soutenue pendant la période de transition de l'étape de l'aide à l'étape du développement.

23 juin

À Lisbonne, la communauté des donateurs s'engage à maintenir son soutien à la reconstruction du Timor oriental et à sa nouvelle administration et approuve un programme de travail visant le développement du territoire jusqu'à décembre 2000. Les donateurs font savoir qu'ils sont prêts à combler le déficit financier de 16 millions de dollars pour le prochain exercice budgétaire.

27 juin

Le Représentant spécial du Secrétaire général informe le Conseil de sécurité de la situation au Timor oriental. Il prévoit que le territoire sera prêt à tenir des élections, et peut-être à devenir indépendant, au cours des quatre derniers mois de 2001. Son exposé est suivi par un débat étoffé auquel participent des représentants de plus de 20 États Membres.

12 juillet

Le CCN adopte un règlement portant création d'un cabinet de transition comprenant quatre originaires du Timor oriental et quatre représentants de l'ATNUTO. Le Secrétaire général nomme le général de corps d'armée Boonsrang Niumpradit, thaïlandais, commandant de la composante militaire de l'ATNUTO, à compter du 19 juillet 2000.

Les 50 premiers diplômés de l'École de formation des policiers du Timor oriental prennent officiellement leurs fonctions d'officiers de police.

17 juillet

Le Cabinet de transition tient sa première réunion à Dili.

24 juillet

Un soldat du contingent néo-zélandais de l'ATNUTO est tué après un échange de coups de feu avec un groupe armé à proximité de la frontière du Timor occidental. C'est le premier cas de mort au combat d'un soldat de la paix des Nations Unies au Timor oriental.

27 juillet

À l'occasion d'une réunion entre le Représentant spécial du Secrétaire général, le commandant de la Force de l'ATNUTO et le commandant des forces du Timor occidental, le général de corps d'armée Kiki Syahnakri, tenue en Indonésie, il est convenu que soit créé un comité ad hoc, composé paritairement de représentants de l'armée indonésienne et des forces de maintien de la paix des Nations Unies, chargé d'enquêter sur la mort du soldat de l'ATNUTO le 24 juillet.

31 juillet

L'ATNUTO inaugure le premier programme de formation à la carrière diplomatique du Timor oriental à Dili.

 


 

Page principale Page d'acceul de l'ONU Ceci n´est pas un document officiel des Nations Unies. Préparé pour Internet par la Section de la paix et de la sécurité du Département de l´information en collaboration avec le Département des opérations de maintien de la paix . (c) Nations Unies 2001