Nations Unies - Bureau d'appui à la consolidation de la paix

Partenariats

Le partenariat entre les Nations Unies et la Banque mondiale

Le Secrétaire général et le président de la Banque mondiale Le Secrétaire général et le Président de la Banque mondiale signent un accord de partenariat, le 24 octobre 2008.

Photo ONU / E. Debebe

Le partenariat étroit entre la Banque mondiale et les Nations Unies remonte à un accord de 1947, dans lequel la Banque mondiale était définie comme une Agence spécialisée indépendante du système de l'ONU. Les efforts récents de partenariat dans les États sortant d'un conflit ou en situation fragile sont fondés sur le Cadre de partenariat de 2008 entre l'ONU et la Banque mondiale pour les situations de crise et d'après crise EN, qui astreint les organisations à des principes d'engagement visant à apporter aux problèmes des réponses plus efficaces et plus durables, en s'appuyant sur la complémentarité et l'interdépendance et en encourageant une approche intégrée liant entre elles les questions de politique, de sécurité et de développement.

Avec un don initial de 3 millions de dollars du gouvernement helvétique, un Fonds d'affectation spéciale pour le partenariat ONU-Banque mondiale a été créé en 2010 pour soutenir la mise en oeuvre du Cadre de partenariat, sous la supervision d'un Comité de pilotage mixte de l'ONU et de la Banque mondiale. Le Fonds permet d'effectuer entre les deux entités des échanges de Conseillers en partenariat, qui pilotent des initiatives de partenariat, avec un accent particulier sur l'encouragement d'une coopération plus étroite sur le terrain. Un programme de microfinancements permet de soutenir des projets conjoints de l'ONU et de la Banque mondiale, dans un premier temps dans quatre pays pilotes (la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée-Bissau et le Libéria). D'autres pays sont désormais admissibles à poser leur candidature pour un financement.

Sur les questions relatives à la fragilité des pays et le risque de conflit, les principaux interlocuteurs dans ce partenariat sont le Bureau d'appui à la consolidation de la paix (BACP) et le Bureau de coordination des opérations de développement (BCAD) des Nations Unies, et l'Unité des pays fragiles et touchés par un conflit (UPFAC) de la Banque mondiale. Le BACP facilite la mise en oeuvre de ce partenariat par l'intermédiaire du Groupe de haut niveau pour la consolidation de la paix, présidé par la Sous-Secrétaire générale à l'appui à la consolidation de la paix, et en co-présidant, avec le BCAD et l'UPFAC, des réunions mixtes de haut niveau entre les Nations Unies et la Banque mondiale. Le BACP travaille aussi directement avec les partenaires du système de l'ONU et avec la Banque sur des questions particulières de consolidation de la paix, comme la mise au point d'indicateurs de la consolidation de la paix et de renforcement de l'État, en coordination avec les participants au Dialogue international sur construction de la paix et le renforcement de l'État. En outre, le BACP accueille le Conseiller en partenariat détaché de la Banque mondiale pour travailler avec le système de l'ONU.

Pour obtenir davantage d'informations sur les partenariats, veuillez visiter le site internet de l'UPFAC de la Banque mondiale EN.

Pour obtenir davantage d'informations, veuillez contacter Mme Felicia Gordon, Spécialiste des questions politiques.

Autres partenariats

Le Bureau d'appui à la consolidation de la paix (BACP) collabore étroitement avec les membres du système des Nations Unies et avec d'autres pour assurer la cohérence des politiques à travers tout le système en matière de consolidation de la paix. Dans ses efforts d’accroitre son soutien à la Commission de consolidation de la paix, le BACP tente de trouver des moyens innovateurs pour rapprocher des acteurs essentiels des secteurs public et privé et de la société civile. Dans cet esprit, le BACP a établi des partenariats avec un certain nombre d'organisations, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du système des Nations Unies, pour renforcer davantage les processus de consolidation de la paix et parvenir aux meilleurs résultats possibles dans les pays inscrits à son ordre du jour. Quelques uns sont présentés ci-dessous:

Reconstruire en mieux : Une consolidation de la paix en prenant en compte l'égalité des sexes

Un programme de coopération de trois ans entre ONU-Femmes et le BACP vise à assurer que l'oeuvre de consolidation de la paix des Nations Unies tienne davantage compte des besoins et des droits des hommes ainsi que des femmes et à donner aux femmes la possibilité de s'engager réellement dans les efforts de paix et de reconstruction nationale. Ce programme apportera un soutien vigoureux aux divers acteurs de la consolidation de la paix aux niveaux national et régional, ainsi qu'au siège de l'ONU. Les objectifs consistent à donner aux organisations féminines engagées dans la consolidation de la paix la possibilité de participer plus directement à la planification nationale en vue d'une paix durable et du redressement, de faire en sorte que les besoins et les droits des femmes soient davantage pris en compte dans les programmes d'après conflit dans des domaines comme le redressement économique et l'état de droit, et d'assurer qu'au moins 15% des dépenses d'après conflit soient consacrés à subvenir aux besoins spécifiques des femmes en termes de rétablissement économique, d'égalité des sexes et d'autonomisation.

Dialogue international sur la construction de la paix et le renforcement de l'État

photo de chefs tribaux pendant une réunion Des chefs tribaux du Soudan du Sud récemment revenus dans l'État du Nord Bahr el Ghazal, Soudan du Sud.

Photo ONU / P. Banks

Le Dialogue international sur la construction de la paix et le renforcement de l'État EN offre une plate-forme aux pays fragiles et affectés par un conflit et leurs partenaires dans la communauté internationale

Le Dialogue, commencé en 2008, implique actuellement environ 40 partenaires au développement, organisations internationales et pays fragiles et affectés par un conflit. Il a débouché notamment sur la création du G7+, un forum indépendant et autonome de pays ou régions fragiles et affectés par un conflit. Parmi les étapes importantes de ce Dialogue figurent ses deux réunions internationales d'avril 2010 à Dili (Timor oriental) et de juin 2011 à Monrovia (Libéria); elles ont débouché sur d'importantes initiatives comme la Déclaration de Dili PDF et la Feuille de route de Monrovia pour la consolidation de la paix et le renforcement de l'ÉtatPDF. La Commission de consolidation de la paix et le Bureau d'appui se sont engagés dans ce Dialogue international en participant à un haut niveau à ses réunions et par la contribution active du Bureau aux divers aspects du travail suscité par le Dialogue, y compris la mise au point en cours d'indices de développement pour mesurer la réalisation des objectifs de la Feuille de route de Monrovia.

Interpeace

Interpeace EN est une organisation dédiée à renforcer la capacité des pays affectés à gérer leur conflit sans recourir à la violence ou à la force, à contribuer à augmenter la confiance au sein de la société et la confiance dans les institutions politiques. Le principal mécanisme de ce partenariat sera un projet conjoint. Un membre d'Interpeace sera détaché auprès du BACP pour mettre tout le savoir-faire d'Interpeace à la disposition des efforts de consolidation de la paix des Nations Unies, en fournissant une expérience des services déterminés par la demande, des pratiques de facilitation et de la gestion de projets. Grâce à sa présence sur le terrain, Interpeace facilitera entre autres l'engagement de toute la société dans l’exercice de priorisation des initiatives de consolidation de la paix, renforcera le développement des capacités des partenaires nationaux afin qu'ils puissent jouer un plus grand rôle dans le processus de consolidation de la paix, et faciliter l'élaboration et la dissémination de pratiques optimales et des enseignements tirés des expériences passées sur le terrain.

Le Bureau d’appui à la consolidation de la paix est membre du Réseau d'action des Nations Unies contre la violence sexuelle dans les conflits armés