ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Nations Unies - Commission de consolidation de la paix

Questions de politique générale et évènements

Le cadre politique global d'engagement du Bureau d'appui à la consolidation de la paix (BACP) est décrit dans ses grandes lignes dans les rapports du Secrétaire général sur « La consolidation de la paix au lendemain d'un conflit » et dans le rapport intérimaire de 2010 et les rapports 2012 et 2014 sur « La consolidation de la paix au lendemain d'un conflit » . Ces rapports sont axés sur les défis auxquels les pays concernés et la communauté internationale sont confrontés immédiatement après un conflit. Ils mettent en évidence la nécessité impérative d'une appropriation nationale du processus et la spécificité des défis suscités par le contexte particulier des situations prévalant au lendemain d'un conflit. Afin d'assurer que les recommandations contenues dans les rapports se traduisent par de réels changements dans les pays en situation postconflictelle, le BACP participe activement à des discussions politiques et organise des événements thématiques sur les sujets de consolidation de la paix les plus pressants. Quelques uns de ces sujets sont exposés ci-dessous:

Examen des moyens des agences, fonds et programmes des Nations Unies pour la pérennisation de la paix

Dans son rapport intitulé « L’avenir des opérations de paix des Nations Unies : application des recommandations du Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix » (A/70/357-S/2015/682, 2 septembre 2015), le Secrétaire général a demandé au Groupe des Nations Unies pour le développement « de poursuivre l'évaluation des moyens dont disposent actuellement les organismes, fonds et programmes des Nations Unies » pour maintenir la paix. Le rapport PDF en anglais qui en résulte, intitulé « Les moyens des agences, fonds et programmes des Nations Unies pour maintenir la paix : un examen indépendant » s'appuie sur une analyse documentaire, l'étude de cas de cinq pays ainsi que des entretiens au sein et en-dehors du système des Nations Unies. Cet examen indépendant et ses conclusions ne reflètent pas nécessairement le point de vue des Nations Unies et de ses agences, fonds et programmes.

L'Assemblée générale et le Conseil de sécurité, à travers les résolutions A/RES/70/262 et S/RES/2282 (2016) sur l'examen du dispositif de consolidation de la paix de l’Organisation des Nations Unies, ont pris note de la décision du Secrétaire général de demander au Groupe des Nations Unies pour le développement d’engager un examen des capacités actuelles des organismes, fonds et programmes des Nations Unies, et attendent avec un intérêt particulier les conclusions qui en sortiront concernant le renforcement des capacités de l’Organisation des Nations Unies en matière de pérennisation de la paix.

De manière générale, le rapport souligne la nécessité :

Les absents de la paix : étude indépendante sur les jeunes et la paix et la sécurité

En décembre 2015, le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité, sous la direction de la Jordanie, une résolution [S/RES/2250(2015)] sur la jeunesse, la paix et la sécurité - première résolution entièrement consacrée au rôle important et positif que les jeunes jouent dans le maintien et la promotion de la paix et de la sécurité internationales.

La résolution 2250 demande au Secrétaire général « de réaliser une étude sur l’apport des jeunes aux processus de paix et au règlement des conflits afin de recommander des mesures d’ordre local, national, régional et international efficaces » et de présenter les résultats de l'étude au Conseil de sécurité et aux États Membres.

Le Secrétaire général a nommé en août 2016 un auteur principal indépendant chargé de rédiger l'étude, M. Graeme Simpson (Afrique du Sud) Disponible en anglais, ainsi qu'un groupe consultatif d'experts PDF en anglais comprenant 21 universitaires, praticiens et jeunes leaders. Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Bureau d'appui à la consolidation de la paix (BACP) ont assuré conjointement les fonctions de secrétariat pour l'élaboration de l'étude, travaillant en étroite collaboration avec le Bureau de l'Envoyé spécial pour la jeunesse. Un comité directeur PDF en anglais, composé de 34 partenaires du système des Nations Unies, de la société civile et d'organisations non gouvernementales et intergouvernementales, de fondations et autres organisames, a supervisé la préparation de l'étude.

L'étude est soutenue par le système des Nations Unies et ses partenaires mais reste indépendante. Elle démontre le rôle positif des jeunes dans le maintien de la paix et propose des recommandations concrètes aux entites qui s'intéressent à la paix et à la sécurité pour travailler avec les jeunes de façons nouvelles. L'étude définit les problèmes critiques et les domaines d'intervention pour le programme sur la jeunesse, la paix et la sécurité, et définit également une stratégie pour la mise en œuvre de la résolution 2250.

L'étude a été élaborée grâce à un processus de recherche exclusivement participatif, comprenant des discussions en face à face (groupes de discussion, consultations nationales et régionales) auprès de 4230 jeunes, des enquêtes menées à travers 27 pays, des sondages, ainsi que des états des lieux.

Un débat public du Conseil de sécurité sur la jeunesse, la paix et la sécurité sera organisé sous la présidence du Pérou le 23 avril 2018, la veille de la Réunion de haut niveau sur la consolidation de la paix et le maintien de la paix, mise en place par le Président de l'Assemblée générale (24-25 avril 2018). Le Conseil de sécurité présentera sa version de l'étude lors de ce débat.

La « promesse de paix » : Une aide humanitaire plus rapide, plus appropriée dans des situations complexes

La promesse de paix est un ensemble d'engagements communs ayant pour objectifs d'assurer des synergies entre les différents acteurs (maintien de la paix, humanitaire, développement) et de s'attaquer aux causes des conflits violents. Trente entités des Nations Unies et organisations de la société civile se sont déclarées résolues à s’attaquer aux causes des conflits et à la vulnérabilité, afin de réduire les besoins humanitaires qui en découlent. La « promesse de paix », coordonnée par le Bureau d'appui à la consolidation de la paix des Nations Unies (PBSO), a été lancée par M. Jan Eliasson, Secrétaire général adjoint, lors d'un événement parallèle au Sommet humanitaire mondial qui s'est tenu à Istanbul, le 23 mai 2016.

Note de pratique sur la participation des jeunes à la consolidation de la paix

Le Groupe de travail sur la jeunesse et la consolidation de la paix, co-présidé par le Bureau d'appui à la consolidation de la paix, l'organisation « Search for Common Ground » et UNOY, ont développé une Note de pratique sur la participation des jeunes à la consolidation de la paix, publié en janvier 2016. L'objectif principal de cette Note de pratique est d'informer les décideurs et les donateurs des considérations stratégiques et des programmes pour soutenir la participation des jeunes à la consolidation de la paix. Plus précisément, la présente note a été développé pour :

La Note examine les pratiques prometteuses et fournit des recommandations générales pour les donateurs, les décideurs et les planificateurs.

Forum mondial de la Jeunesse, de la paix et de la sécurité

Le Forum mondial de la Jeunesse, de la paix et de la sécurité, qui s’est tenu à Amman, en Jordanie les 21 et 22 août 2015, a rassemblé des centaines de participants. États Membres, Nations Unies, société civile, organisations de jeunes et universitaires se sont réunis afin de discuter du rôle primordial des jeunes dans la consolidation de la paix. La Déclaration d’Amman sur la jeunesse a été adoptée à l’occasion de ce Forum. Elle appelle le Conseil de sécurité à adopter une résolution sur la jeunesse, la paix et la sécurité, et souligne 4 secteurs clés sur lesquels la communauté internationale doit s’associer avec les jeunes :

La déclaration a été rédigée au cours d’un processus consultatif impliquant plus de 10 000 jeunes à travers le monde, et a été adoptée par plus de 200 jeunes artisans de la paix provenant de plus d’une centaine de pays.

Ce Forum mondial a été accueilli par le Royaume hachémite de Jordanie sous le patronage de son Altesse Royale le Prince Al Hussein bin Abdullah II, co-organisé par les Nations Unies représentées, au nom du Réseau interinstitutions des Nations Unies pour l'épanouissement des jeunes, par le Bureau de l’Envoyé du Secrétaire général pour la jeunesse, le Bureau d'appui à la consolidation de la paix, le PNUD et l’UNFPA, en partenariat avec Search for Common Ground et le Réseau uni des jeunes bâtisseurs de la paix.

Le texte intégral de la Déclaration est disponible sur le Forum : www.youth4peace.info

Principes directeurs sur la participation des jeunes à la consolidation de la paix

Le Bureau d'appui à la consolidation de la paix et l'organisation Search for a Common Ground lien externe en anglais ont officiellement présenté le rapport « Principes directeurs sur la participation des jeunes à la consolidation de la paix », le 24 avril 2014 à l'Institut international pour la paix à New York.

Ce document reflète les efforts concertés des Nations Unies et des organisations non gouvernementales pour promouvoir l'implication active des jeunes en tant que parties prenantes, décideurs et partenaires au processus de paix.

Bulletin d'information - numéro spécial : Ressources naturelles et consolidation de la paix

Le Bureau d’appui à la consolidation de la paix des Nations Unies (BACP), en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a publié un bulletin d'information consacré aux ressources naturelles et à la consolidation de la paix PDF en anglais.

Dans de nombreux pays en situation d’après-conflit et dans des contextes fragiles, les ressources naturelles sont la pierre angulaire de la consolidation de la paix et du développement. Le défi consiste à convertir durablement les atouts naturels d’un pays en emplois, moyens de subsistance, revenus, infrastructures et services publics sans que cela n’engendre de nouvelles sources de conflits ou ne produise des dégâts environnementaux majeurs.

Ce numéro analyse les derniers développements sur la question des ressources naturelles et de la consolidation de la paix, que cela soit sur le terrain ou au niveau des politiques mises en place par le système des Nations Unies. Il vise à mettre en avant et à partager les expériences des décideurs politiques et urbanistes dans le but de faire émerger une communauté de pratiques dans ce domaine.

Les femmes et la consolidation de la paix

Renforcer la participation des femmes dans la consolidation de la paix est une des priorités du BACP. Comme l'a souligné le Secrétaire général dans son rapport sur « la participation des femmes dans la consolidation de la paix », les femmes sont des partenaires essentielles quand il s'agit d'étayer trois piliers d'une paix durable: la reprise économique, la cohésion sociale et la légitimité politique. Le BACP, en coordination avec ONU-Femmes, soutient la mise en oeuvre d'un Plan d'action en sept points, qui reflète l'engagement des Nations Unies en faveur de l'amélioration de la situation des femmes dans les pays sortant d'un conflit.

Le 29 avril 2011, le BACP a organisé, conjointement avec ONU-Femmes, un atelier sur les moyens d'intégrer une perspective sur l'égalité des sexes dans les Evaluations des besoins dans les situations postconflictuelles ou après une catastrophe. En 2011, le Fonds pour la consolidation de la paix a en outre lancé un appel d'offres pour des projets de consolidation de la paix les plus innovants et tenant compte de la dimension sexospécifique. Sept projets au total ont été sélectionnés et seront financés à hauteur de 5 millions de dollars.

Planification stratégique et consolidation de la paix

Une série d'instruments de planification est utilisée pour orienter les activités de consolidation de la paix dans les pays sortant d'un conflit. Parmi eux figurent les Cadres stratégiques pour la consolidation de la paix de la CCP, les plans-cadres des Nations Unies pour l'aide au développement (PNUAD), les Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) et les Cadres stratégiques intégrés (CSI). Un consensus se dégage de plus en plus sur la nécessité d'une cohérence entre ces différents instruments. Le BACP s'est efforcé de faire avancer cet objectif en soutenant le Processus de préparation des missions intégrées et en développant un nouveau modèle pour les Plans prioritaires du Fonds pour la consolidation de la paix qui puisse être utilisé également par les autres fonds et donateurs.

Le BACP, l'International Peace Institute et le Journal of Peacebuilding and Development ont organisé conjointement un atelier ayant pour thème « La Commission de consolidation de la paix et les Cadres stratégiques nationaux: Nouvelles directions et leçons à retenir ». Cet atelier a réuni les membres de la Commission de Consolidation de la Paix, des spécialistes de la planification stratégique et des experts des Nations Unies et de la Banque mondiale. Les participants ont réfléchi sur la manière de faire en sorte qu'un seul instrument global de planification nationale puisse couvrir tout l'éventail des priorités de consolidation de la paix sur lesquelles l'avis de la Commission a été sollicité et constituer une bonne plateforme pour identifier et remplir des engagements mutuels.

Leçons apprises et bonnes pratiques

En 2012, le Bureau d'appui, conjointement avec le Centre norvégien de ressources sur la consolidation de la paix (NOREF) a organisé un évènement sur ​​la réconciliation, explorant les processus dans les sociétés post-conflit et examinant les rôles et les responsabilités des principaux intervenants. Une autre question importante explorée par le Bureau d'appui est la gestion des ressources naturelles et la consolidation de la paix, sujet particulièrement pertinent pour tous les pays à l'ordre du jour PBC.

Le concept d'appropriation nationale est au coeur de la consolidation de la paix. Toutefois, la manière idéale de le mettre en pratique reste à être définie clairement. La difficulté de mise en œuvre opérationnelle de ce concept est aggravée par le débat continu sur la signification du terme et par la controverse en cours sur le contenu normatif et empirique de l'appropriation nationale.

Le 14 mars 2011, le Bureau d'appui à la consolidation de la paix a organisé un atelier dans le but de faire avancer le débat sur la signification et la mise en application de l'appropriation nationale, dans le contexte de la consolidation de la paix après un conflit. Cet atelier, organisé conjointement par le BACP, l'Université Wilfrid Laurier et l'Institut d'études internationales Ralph Bunche de la City University de New York (CUNY), a réuni des spécialistes du système des Nations Unies, des représentants des États Membres, ainsi que des universitaires et des représentants de la société civile. Les participants sont convenus qu'avant toute chose, les discussions sur l'appropriation nationale devaient commencer avec une réponse claire à la question de savoir « qui s'approprie quoi? » Ils ont également souligné qu'il importait de ne pas confondre appropriation par l'élite et appropriation nationale et qu'une consolidation de la paix réussie exigeait l'engagement et la participation active des acteurs locaux à tous les niveaux de la société. En outre, les stratégies visant à créer cette appropriation nationale doivent inclure des activités de recherche de consensus.

Moyens civils

En mai 2008, le Conseil de sécurité a demandé l’avis du Secrétaire général sur la manière dont les Nations Unies pourraient soutenir plus efficacement les efforts nationaux pour assurer une paix durable plus rapidement et plus efficacement, y compris dans les domaines de la coordination, du déploiement des civils et de leur financement. Dans son rapport de 2009 intitulé « La consolidation de la paix au lendemain d'un conflit », le Secrétaire général a proposé d'examiner comment les Nations Unies et la communauté internationale peuvent contribuer à élargir et approfondir le réservoir d'experts civils qui seraient appelés à soutenir les pays sortant d'un conflit à subvenir à leurs besoins immédiats en matière de renforcement de leurs capacités. Un Groupe consultatif indépendant de haut niveau a été mis en place par le Secrétaire général pour entreprendre cet examen. Le Bureau d'appui à la consolidation de la paix a accueilli une petite équipe de recherche qui a apporté son concours au Groupe consultatif. La mise en oeuvre des recommandations contenues dans le rapport est maintenant pilotée par le Département de l'appui aux missions (DAM).

Comment évaluer la consolidation de la paix

L'idée de mesurer les progrès en matière de consolidation de la paix a fini par englober une grande variété de contextes et d'activités. Les critères établis par le Conseil de sécurité servent désormais de feuille de route pour les périodes de transition dans les processus de paix de 10 des 27 pays ou régions où sont déployées sur le terrain des opérations de maintien de la paix ou des missions politiques de l'ONU. Des efforts pour mesurer la consolidation de la paix peuvent aussi s'avérer nécessaires dans des pays qui ont connu un conflit armé mais ne sont pas inscrits à l'ordre du jour du Conseil, ou pour évaluer les progrès vers la réalisation d'objectifs qu'un pays s'est fixés en coordination avec la Commission de consolidation de la paix. En même temps, certaines initiatives ont été prises au sein de la communauté des partenaires au développement pour définir des objectifs et des indicateurs de progrès concernant la consolidation de la paix et le renforcement de l'État dans des pays fragiles et affectés par un conflit.

La publication Monitoring Peace Consolidation: United Nations Practitioners Guide to Benchmarking  (« Observation de la consolidation de la paix : Guide pratique des Nations Unies pour l'établissement de critères de mesure ») constitue la première tentative de fournir une source de référence commune aux fonctionnaires du système des Nations Unies impliqués dans les activités de consolidation de la paix. Ce manuel, dont l’élaboration a été facilitée par le BACP , identifie les principes et méthodologies qui peuvent être utilisés pour établir des systèmes de critères adaptés à leurs contextes spécifiques. Le BACP a également soutenu des efforts dans ce domaine en organisant avec l'International Peace Institute et le Centre norvégien de consolidation de la paix un atelier sur « L'établissement de critères pour mesurer la consolidation de la paix ». Les participants ont discuté des tendances et des difficultés rencontrées dans l'exercice consistant à mesurer la consolidation de la paix et ont examiné comment tirer profit des leçons apprises dans cet exercice. Ils ont aussi discuté des moyens d'améliorer les processus d’identification des critères, leur suivi et les comptes-rendus qui y sont liés.

Section du site Internet de l'ONU, Département de l'information © ONU