ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Surveiller les essais nucléaires

Script

NARRATION: 1. Bischofsreut est un coin tranquille de la Forêt bavaroise en Allemagne. (4”) 2. Cependant, ce n'est pas la po¬ésie de la nature qui a attiré l'attention sur cet endroit mais plutôt les essais nucléaires. Pour autant bizarre que ça puisse paraître, des détecteurs de bombes sont cachés et éparpillés parmi les arbres pour écouter les bruits nucléaires, et sont prêts à enregistrer le moindre son d'une explosion. (17”)

3. Ceci est l'une des 26 caves qui ont été creusées dans la forêt et utilisées durant la guerre froide pour surveiller les essais nucléaires de l'Union soviétique. (8”)

4. Aujourd'hui, elles font parties du Système de surveillance internationale du Traité qui interdit toute explosion nucléaire. (6.5”)

5. Nicolai Gestermann est un séismologue de l'Institut fédéral des sciences de la terre et des ressources naturelles en Allemagne. (6”)

NICOLAI GESTERMANN (en anglais): « Chaque séisme et chaque explosion créent des vagues qui voyagent dans la croute terrestre, et nous pouvons enregistrer ces vagues à l'aide d'un sismomètre comme celui-ci. » (12”)

NARRATION: 6. C'est un peu comme lorsqu'on lance un caillou dans l'eau. Les vagues ondulent à l'intérieur de la croute terrestre et les vibrations peuvent voyager sur des milliers de kilomètres. Les explosions nucléaires ont une ondulation distincte que le séismomètre absorbe et enregistre. Christian Boennemann dirige le Centre de recueil de données de l'Institut national. (21.5”)

CHRISTIAN BOENNEMANN (en anglais): « En 2006 et en 2009, nous avons détecté deux essais nucléaires faits par la République populaire démocratique de Corée alors que ce pays se trouve à 8.000 kilomètres d'ici. Ces appareils sont tellement sensibles que nous avons pu enregistrer d'excellents sismogrammes qui ont identifié ces essais comme étant des véritables explosions nucléaires et qui, pour nous, n'étaient clairement pas des tremblements de terre. » (21”)

NARRATION: 7. Ce qui a donné de l'importance à ces résultats allemands est que ce ne sont pas les seuls. Cette station fait partie d'un réseau de 337 installations construites de par le monde pour sonner l'alarme lorsqu'il y a une explosion nucléaire. (13”)

8. Tibor Toth est le Secrétaire exécutif de la Commission préparatoire de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, ou CTBTO. (6”)

TIBOR TOTH (en anglais): « Ceci ne vient pas d'une seule source. Ça vient de douzaines de pays. Ce genre d'information ne peut donc pas être mis en question parce que c'est une accumulation, une analyse, et une distribution complète de ces données. » (14”)

NARRATION: 9. C'est cette ‘science pure et dure' qui peut mettre le doigt sur l'emplacement et le moment où une explosion nucléaire a eu lieu. Erwin Hinz est l'ingénieur électrique de l'Institut. (9”)

ERWIN HINZ (en anglais): « Les installations d'infrasons et de séismographes recueillent les données. Elles passent par des cables optiques et sont converties ici en signaux électriques qui sont expédiés à notre ordinateur central. De là, nous envoyons ces données par satellite à Vienne et par circuit parallèle à Hannovre. » (23”)

NARRATION: 10. Tout ceci ne prend que quelques secondes. Près de 250 stations envoient leurs données à Vienne en temps presque réel. C'est là que se trouve le Quartier général de la CTBTO - l'Organisation internationale qui observe toute violation du Traité d'interdiction - où on observe le monde pour trouver les signes de toute explosion nucléaire faite par n'importe qui n'importe où au monde. (20.5”)

11. Lassina Zerbo est le directeur des Données internationales de la CTBTO. (4”)

LASSINA ZERBO (en anglais): « Cette salle est le premier point d'entrée pour tout ce qui est technique dans cette organisation. C'est donc le premier point d'appel pour les techniciens de nos installations sur tout ce qui les touche dans l'opération et la maintenance du système. C'est ici qu'ils viennent pour parler des problèmes qu'ils ont tous les jours. De plus, nous surveillons tout ce qui se passe sur le terrain depuis nos installations de surveillance. Ce centre est donc l'endroit où nous pouvons nous assurer de la bonne santé du système. » (33”)

NARRATION: 12. Les données arrivent 24 heures sur 24 depuis les installations sur le terrain qui se servent d'appareils de pointe pour mesurer les sons à basse fréquence sur la terre, dans la mer ainsi que dans les particules radioactives aériennes. C'est une combinaison puissante qui permet aux analystes de relever les empreintes digitales d'une explosion atomique. (17”)

13. Les données globales sont analysées et les informations brutes sont expédiées avec les informations traitées aux pays qui ont signé le Traité. (7”)

14. Ce réseau vaut un milliard de dollars et ce coin tranquille de l'Allemagne est une partie importante du rouage qui est prêt à sonner l'alarme en cas d'explosion nucléaire. (9.5”)

NARRATION: 15. Ce reportage a été préparé par Kirstie Hansen pour les Nations Unies. (4”)