ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Les héros méconnus d'Haïti

Script

YACHIM MAIGA (en français): « Au moment du tremblement de terre, toute l'équipe, on était autour de huit, chacun était dans son bureau. Certains étaient au studio. » (5.5”)

NARRATION: 1. Yachim Maiga est originaire du Mali et il est le Directeur du Bureau de la télévision de la MINUSTAH, la Mission des Nations Unies en Haïti. Il parlait au téléphone avec sa fille qui étudie au Maroc lorsque le sol a commencé à trembler soudainement à 17 heures 50. (16.4”) YACHIM MAIGA (en français): « Au début, je pensais que c'est un gros camion qui passait parce que quand les gros camions passaient devant ma fenêtre, ça faisait trembler le bâtiment. Je lui ai dit de garder le téléphone et j'étais en train de regarder par la fenêtre, je n'ai pas vu, et je lui ai dit que c'est un tremblement. » (14.15”) NARRATION: 2. L'immeuble de l'ONU situé dans l'Hôtel Christopher s'est écroulé en quelques secondes en tuant 101 employés de l'ONU et en piégeant un grand nombre d'autres sous des tas de décombres. Ce jour allait devenir le jour de la pire tragédie de l'ONU dans l'histoire de l'organisation. (15.4”)

3. Le bureau complet de production de télévision de l'ONU se trouvait à quelques mètres de l'Hôtel Christopher. (4.5”)

YACHIM MAIGA (en français): « Moi je n'ai pas pu me tenir debout donc j'ai eu le réflexe, je rampais, je suis sorti en rampant et on était à vingt mètres de la porte, notre porte était ouverte, tout était ouvert, par chance en dix secondes je crois, les dix personnes qui se trouvaient dans le bureau sont sortis. » (13.5”)

BLAGOJE GRUJIC (en anglais): « On ne pouvait voir que de la poussière, mais nous sommes allés en courant devant l'entrée principale. Nous savions que tout s'était écroulé.» (7.68”)

NARRATION: 4. Blago Grujic est originaire de Serbie et il est le cameraman de cette équipe depuis 2 ans. (4.5”)

BLAGOJE GRUJIC (en anglais): « J'ai couru jusqu'au garage pour m'assurer que la voiture de ma compagne n'y était pas car elle devait se rendre à l'Hôtel Christopher. Je voulais être sûr qu'elle n'était pas dans l'immeuble. Je suis allé ensuite à mon bureau pour prendre ma caméra et pour commencer à filmer. » (16.4”)

NARRATION: 5. Les images du désastre tournées par Blago ont fait partie des premières images vues sur les écrans de télévision du monde entier. (5.7”)

BLAGOJE GRUJIC (en anglais): « Le toit derrière le Christopher s'était complètement écroulé de travers. Nous avons donc pu monter dessus et j'ai filmé en montant. » (5.47”)

SON INTER: HAÏTI / TREMBLEMENT DE TERRE

BLAGOJE GRUJIC (en anglais): « J'ai dû m'arrêter après parce qu'il me fallait de la lumière pour communiquer avec les gens qui étaient coincés sous le ciment. J'ai donc détaché la lumière et la batterie de ma caméra pour pouvoir les leur donner. » (8.1”)

NARRATION: 6. Pendant que les sauveteurs travaillaient durant la nuit et les jours suivants en essayant de sauver les centaines de personnes que l'on pensait être piégées à l'intérieur, Blago et ses collègues ont continué de produire des sujets non seulement sur la tragédie de l'ONU, mais aussi sur le chaos désespéré de la situation dans la rue. (16.4”)

7. Leurs images ont choqué le monde. (1.6”)

8. La capitale de Port-au-Prince a été dévastée et aux environs de 300.000 personnes y ont perdu la vie dans ces 35 secondes où la terre a tremblé. Près de deux millions d'Haïtiens sont devenus sans abri et des milliers ont été piégés. Leurs cris se répétaient alors que leurs familles et voisins luttaient sans cesse pour les sortir des décombres. La destruction était telle qu'elle faisait penser à ce qui suit une explosion nucléaire. (31.9”)

9. Durant les jours et les semaines qui ont suivi, l'équipe de télévision de la MINUSTAH a aussi travaillé sans relâche pour envoyer les images de la tragédie au reste du monde. (8.1”)

YACHIM MAIGA (en français): « Le temps s'est arrêté pour nous et depuis lors s'est parti. Tous les jours sur le terrain on filme, on filme, on filme, on filme, on envoie, on filme, on envoie jusqu'à ce jour. » (8.75”)

NARRATION: 10. Et comme tant d'autres survivants du séisme, le traumatisme causé par la perte de proches et de collègues a été augmenté par la perte des domiciles. La plupart même des immeubles qui existent encore sont tellement endommagés qu'ils ont été déclarés inhabitables. Beaucoup de gens donc, y compris ceux de l'équipe de l'ONU, doivent dormir dehors. Agathe Fabien, productrice de télévision de la MINUSTAH fait partie de ces gens avec son fils Henri-Léonard qui a 12 ans. (29.6”)

AGATHE FABIEN (en français): « Tout le monde est dans la même situation sous les tentes. Moi j'ai beaucoup d'amis qui m'ont rejoint ici, et parce que quand on est en groupe, quand on est ensemble, on supporte mieux la situation. » (9.7”)

NARRATION: 11. Yachim et Blago dorment aussi dans une voiture ou dans des tentes montées devant leurs bureaux temporaires situés sur le terrain de la base provisoire de l'ONU. Blago a des remarques philosophiques sur la situation. (11.6”)

BLAGOJE GRUJIC (en anglais): « Ceci nous permet d'éviter la circulation du matin et du soir. Le soir, il y a aussi une brise agréable et il fait donc frais... ce qui est plaisant. » (8.5”)

NARRATION: 12. Les images de cette équipe ont été diffusées sur des milliers de stations de télévision et vues par des millions de téléspectateurs de par le monde. Elles ont illustré l'échelle de la catastrophe et ont ouvert le cœur et le porte-monnaie des gens qui ont pu ainsi assister à la situation désespérée des Haïtiens. (15.9”)

13. Ce reportage a été préparé par Gill Fickling pour les Nations Unies. (4”)