ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

L'art haïtien est enterré mais il n'est pas mort

Script

NARRATION: 1. En Haïti, l'une des nations les plus pauvres de l'hémisphère nord, l'art et la culture ont toujours été considérés comme des symboles d'espoir et ces œuvres d'art qui expriment la joie et la vitalité ont aussi été l'une des plus grandes sources de devises étrangères pour ce pays. Cependant, le tremblement de terre massif qui a dévasté Haïti en janvier 2010 en détruisant l'île et la vie de sa population a eu aussi un impact énorme sur les artistes haïtiens car, en effet, leur vie n'était plus reconnaissable. (35”) 2. Le peintre Prince Luc en fait partie. (2.5”)

PRINCE LUC (en créole): « Après le séisme, je ne savais plus qui j'étais. » (3.5”)

NARRATION: 3. Prince Luc et Samara, sa fille de deux ans, ont survécu le séisme mais ont perdu presque tous leurs biens. Ses tableaux ont aussi été détruits. Mais il pense qu'il est un de ceux qui ont de la chance. (16”)

4. Près de 300.000 personnes ont perdu la vie durant ces moments catastrophiques en Haïti, et des millions sont maintenant sans abri. Ce désastre est l'un des plus grands désastres humanitaires que le monde ait jamais connu. Prince Luc et Samara ont donc eu de la chance. (18.5”)

5. Mais bien que leurs vies aient été épargnées, l'avenir de l'art haïtien reste incertain. Une grande quantité d'œuvres d'art précieuses symboles de la culture haïtienne et de l'identité de ce peuple - a disparu en 35 secondes. (13”)

6. Le réputé sculpteur Patrick Vilaire et le marchand d'art Axelle Liautaud passent au crible les décombres du Musée d'Art haïtien du Collège Saint Pierre. (9.5”)

PATRICK VILAIRE (en créole): « Cette collection réunissait toutes les œuvres d'art des maîtres de la peinture haïtienne naïve ce grand mouvement artistique né en 1945. » (7.5”)

NARRATION: 7. Le musée abritait autrefois l'une des plus importantes collections d'art haïtien de ce pays. La plupart des immeubles d'importance culturelle ont été eux-aussi irréparablement endommagés et beaucoup d'œuvres d'art et de peintures murales ont été détruites. Certains de ces immeubles les plus importants sont des églises. (16”)

TEELUCK BHUWANEE (en anglais): « Elles ont une très grande importance symbolique et une valeur culturelle pour la population. Elles permettent aux gens de se rencontrer et de se regrouper pour chanter ce qui est une identité nationale de base. » (11.5”)

NARRATION: 8. Teeluck Bhuwanee est le Représentant de l'UNESCO, l'agence culturelle de l'ONU, en Haïti . (5.5”) TEELUCK BHUWANEE (en anglais): « D'un point de vue économique, la culture peut sauver le pays parce qu'on y trouve une quantité énorme de talent. » (5”)

NARRATION: 9. Et Prince Luc croit qu'il est essentiel pour l'avenir d'entretenir les jeunes talents en Haïti car ils sont un élément important du processus de guérison. Il offre ses services bénévoles au Centre de la création artistique pour les enfants à Jacmel, une ville du sud où il habite. Ce centre offre un foyer ainsi qu'une diversion aux enfants pauvres qui ont été traumatisés par le séisme (23.5”)

PRINCE LUC (en créole): « Nous devrions montrer ce que nous avons ressenti, et c'est pour ça qu'ils travaillent sur les murs avec leurs impressions, leurs sentiments, et leurs craintes. Quand vous entrez dans cet immeuble, vous pouvez constater qu'ils ont commencé à être inspirés. » (12.5”)

NARRATION: 10. Prince Luc cherche lui aussi à exprimer dans son art les effets de la catastrophe et il travaille sur un nouveau style. (6”)

PRINCE LUC (en créole): « Avant, je préférais les couleurs qui exprimaient la vie, qui sont plus complexes, qui transmettent la joie parce que j'adore la gaieté. Mais il y a trop de mort, trop de ravages, trop de choses qui se sont passées devant moi. Je suis retourné plus intensément à cette obscurité. Il reste un petit peu de couleur parce que je pense que la vie est toujours là et qu'il y a de l'espoir. » (27.5”)

NARRATION: 11. Ce reportage a été préparé par Gill Fickling pour les Nations Unies. (4.5”)