ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

L'eau est l'or des femmes Wayuu en Colombie

Script

NARRATION: 1. Il est midi et la température atteint les 42 degrés centigrades. Maria Elena va chercher de l'eau une fois de plus. Dans cette communauté du nord-est de la Colombie comme c'est d'ailleurs le cas dans plusieurs autres pays du monde les femmes sont en charge d'apporter l'eau au foyer. Maria Elena fait au moins trois fois par jour le voyage d'un kilomètre à pied dans le désert brûlant pour se rendre au robinet du village. Mais l'eau qui en sort est salée. (29”) GRISELDA POLANCO (en espagnol): « Ça vient d'une source souterraine mais il y a eu une fuite et maintenant l'eau est salée. » (5”)

NARRATION: 2. Griselda Polanco est la nièce de Maria Elena et c'est aussi une des dirigeantes de la communauté. Elles font partie du groupe autochtone le plus important de la Colombie - les Wayuu - dont les terres ancestrales se trouvent en lisière du Venezuela et sont victimes des conséquences désastreuses du changement climatique . (17”)

GRISELDA POLANCO (en espagnol): « Cette terre était riche. Il pleuvait et tout était frais. Mais la sécheresse a été terrible durant les cinq dernières années. Il n'y a même pas plu une seule fois l'an dernier. » (12”)

NARRATION: 3. Le résultat fait que les réserves traditionnelles d'eau des Wayuu les Haways se déssèchent. (5.2”)

GRISELDA POLANCO (en espagnol): « Il y a des gens qui boivent cette eau verte jusqu'à la dernière goutte parce qu'il n'y a rien d'autre à boire. Mais cette eau n'est pas potable on attrape la colique et les enfants ont plein de parasites. » (12”)

NARRATION: 4. Les effets sur les enfants sont particulièrement ressentis par les femmes qui, dans la culture matrilinéaire des Wayuu, ont la responsabilité de la survie de leur peuple. Elodia, la mère de Griselda, est assise avec sa propre mère âgée: (17.9”)

ELODIA JUSAYU (en espagnol): « La mère doit trouver le moyen de s'occuper de sa famille, de travailler, de faire ce qu'il faut pour trouver de quoi nourrir ses enfants. » (8”)

NARRATION: 5. Cependant, à une courte distance de chez elles, une grande réserve d'eau potable est puisée dans leurs terres une eau que Griselda, sa famille et ses voisins du village de Pesuapa n'ont pas le droit de toucher. (13.8”)

GRISELDA POLANCO (en espagnol): « L'eau qui est puisée ici chez les autochtones est pour les gens de la ville qui ne sont pas des autochtones. » (6.7”)

NARRATION: 6. Griselda fait campagne depuis des années pour le droit de son peuple à avoir accès à cette réserve d'eau. Elle confronte une équipe d'ingénieurs qui travaillent sur le chantier et elle exige que la communauté ait accès à leur part. (12”)

GRISELDA POLANCO (en espagnol): « Je veux savoir qui est le contremaître de ce chantier et lui parler. Sinon, nous allons arrêter les travaux. » (6.5”)

UN HOMME (en espagnol): « Il n'est pas là. » (1.4”)

NARRATION: 7. La lutte pour l'accès à leurs ressources naturelles a atteint un niveau exceptionnel. En 2006, Orsinia Polanco, la sœur de Griselda, a été la première femme à être élue au Congrès colombien de Bogota. Elle s'est battue au Congrès à maintes reprises pour qu'une loi soit passée qui reconnaisse l'eau comme un droit fondamental de TOUS les Colombiens. (22”)

ORSINIA POLANCO (en espagnol): « Un de mes plus grands rêves celui pour lequel j'ai toujours milité c'est d'accorder l'eau aux Wayuu. C'est la première chose que je veux voir. » (8”)

NARRATION: 8. Mais le projet de loi qu'elle a présenté en 2009 n'est pas passé et elle pense que l'état n'a protégé ni son peuple ni son droit à utiliser ses propres ressources naturelles. (10”)

9. Margarita Bueso dirige en Colombie le projet de l'UNIFEM, le Programme de développement des Nations Unies pour les femmes, et elle pense que le droit des Wayuu aux premiers besoins de la vie doit être protégé. (12”)

MARGARITA BUESO (en espagnol): « La responsabilité de l'état est énorme dans le soutien de la préservation de la culture autochtone. Et comme le rôle de la femme est fondamental, je pense que nous devons améliorer la loi et l'accès à la justice afin de garantir leurs besoins primaires. » (17”)

GRISELDA POLANCO (en espagnol): « Si nous avions de l'eau, nous pourrions planter nos graines, et, avec ces plants, nous pourrions nous nourrir. Mais en réalité, notre avenir dépend de notre capacité à irriguer. Et si nous arrivons à le faire pour cette communauté, nous arriverons aussi à le faire pour les autres. » (17.4”)

NARRATION: 10. Ce reportage a été préparé par Gill Fickling pour les Nations Unies. (4”)