ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Une centenaire vote pour le référendum au Soudan -- Soudan

Script

NARRATION: 1. On peut penser qu'un convoi de 5 voitures est le privilège des rois et des présidents. (4”) 2. Mais pour cette dame qui se rendait à un bureau de vote au sud du Soudan pour voter en janvier dernier sur le référendum tant attendu pour l'indépendance, il fallait qu'elle y fasse une entrée sophistiquée. (11”) 3. L'arrière-grand-mère Rebecca Kadi n'est pas une femme ordinaire. On pense qu'elle est la personne la plus âgée à avoir voté au Soudan. (7”) 4. Personne ne connaît vraiment son âge, mais ses amis et sa famille disent qu'elle devrait avoir entre 100 et 115 ans. (8”) 5. Mais on n'est pas à quelques années près quand on est assez âgé pour avoir connu deux guerres civiles et l'indépendance de son pays. (7”) 6. Comme elle a du mal à marcher, Rebecca a été portée dans un fauteuil roulant pour pouvoir voter sans ne jamais laisser tomber son drapeau, symbole de la sécession. (9”) 7. Et son message pour Salva Kiir, le dirigeant du Sud-Soudan, était clair. (4”) REBECCA (en dinka): « Il faut que Salva Kiir dirige les gens comme Dieu l'entend, parce que Dieu sait à quel point les gens ont souffert et quels sont les problèmes que nous avons connus. » (8”) NARRATION: 8. Rebecca n'est que l'une de près de 4 millions de personnes qui ont voté pour ce référendum tant attendu sur l'indépendance soudanaise. (7”) 9. Sa petite-fille Sara Modi dit que sa grand-mère a toujours espéré voter, en lui expliquant que ... (8”) SARA (en anglais): « Si je meurs après avoir voté, je serai très, très contente parce que j'aurai fini tout ce que j'avais à faire. » (5”) NARRATION: 10. De retour chez elle dans son village à la lisière de Juba, la capitale, Rebecca se repose dans la maison qu'elle partage avec trois générations de sa famille. (9”) 11. Elle a eu 12 enfants et a beaucoup de petits-enfants. (4”) 12. Sara s'occupe d'elle et partage une chambre avec Lino, une arrière-petite-fille. (5”) 13. Lino dit que Rebecca lui a appris tout ce qu'elle sait. (3”) LINO (en anglais): « Maintenant, je connais ma culture, sa langue et sa façon de s'exprimer. Je comprends très bien la langue maintenant. » (9”) NARRATION: 14. Mais la connaissance que Rebecca a de son pays inclut aussi des mauvais souvenirs, comme ceux de la guerre civile, des communautés déplacées, de la sécheresse, de la famine, des maladies et de la violence. Elle a du mal à en parler mais peut exprimer ce qu'elle ressent de ce passé en chantant une vieille chanson. (17”) REBECCA (en dinka): « Tout rugissait comme un lion durant ce temps de guerre et tout était aussi brûlant que le feu quand nous étions la cible de nos ennemis. » (14”) NARRATION: 15. Dans ce qui pourrait bientôt devenir le plus jeune pays de notre planète, la petite-fille de Rebecca dit que sa grand-mère est tellement âgée qu'elle est le lien vital avec la culture et les traditions du passé. (10”) SARA (en anglais): « Elle est notre dictionnaire parce que, grâce à elle, j'ai pu apprendre beaucoup, beaucoup de choses. » (6”) NARRATION: 16. À la fin du jour, Rebecca est tellement fragile qu'il faut que sa petite-fille la porte jusqu'à son lit. Mais alors que le pays se prépare pour l'indépendance, sa famille pense que le succès de toute nouvelle nation dépend du respect de son passé et des leçons apprises ... une notion parfaitement résumée par cette ancêtre extraordinaire. (20”) REBECCA (en dinka): « Le référendum est la volonté de Dieu. Si on s'agenouille devant Dieu, il montrera le chemin qui mène au bonheur. » (10”) NARRATION: 17. Ce reportage a été préparé par Alexandra King et Arnold Temple pour les Nations Unies. (5”)