ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Tchad : au secours des enfants malnutris -- Tchad

Script

NARRATION: 1. Le voyage dans le désert pour se rendre au marché le plus proche est long et chaud pour les villageois de la région de Kanem au nord-ouest du Tchad. Les changements climatiques ont créé ici des sécheresses draconiennes qui ont ruiné l'agriculture locale et décimé le bétail. (14”) 2. Une récolte récente a été un vrai désastre car elle n'a pu alimenter la région que pendant deux semaines. Des pénuries alimentaires graves augmentées de mauvais régimes et de carences en soins médicaux pour les enfants ont conduit à des taux de malnutrition en plein essor au Kanem. (15”) 3. Adam Abdulai n'a qu'un peu plus d'un an et il se trouvait dans une condition grave lorsqu'il a été ammené à ce centre d'alimentation thérapeutique qui bénéficie du soutien de l'UNICEF dans l'hôpital de la région de Mao. Il reçoit ici des soins d'urgence et on lui donne du lait toutes les trois heures. Une semaine après son arrivée au centre, la santé d'Adam s'améliore petit à petit. (21”) 4. Sa mère a dit qu'elle ne mangeait que du porridge de millet tous les jours de sa grossesse et qu'elle était trop faible pour s'occuper correctement de son fils. (7.5”) 5. La mère et la grand-mère d'Adam restent avec lui jour et nuit au centre alimentaire. Hawa Abdulai, grand-mère d'Adam: (8”) HAWA ABDULAI (en kanembou): « Notre dur travail dans les champs n'a rien produit ces dix dernières années parce qu'il n'est tombé que très peu de pluie. » (5.5”) NARRATION: 6. Plus d'une douzaine d'enfants sont admis dans ce centre tous les jours – comme l'explique le Dr. Mekonyo Kolmain Gedeon, le directeur des Services de soins de la région de Mao. (9.5”) LE Dr. GEDEON (en dialecte francophone): « Les enfants gravement malnutris qui ont des complications sont envoyés à ce centre. Ceux qui ne répondent pas aux traitements sont également envoyés à ce centre. Si ce centre n'existait pas, la situation serait catastrophique pour la santé de la région de Mao. » (12.5”) NARRATION: 7. Une réponse rapide est la clé nécessaire pour combattre la malnutrition. Le Dr. Marzio Babille représente l'UNICEF au Tchad. (7”) LE Dr. MARZIO BABILLE (en anglais): « Nous avons en ce moment 2.800 enfants qui profitent de ce programme. Et la mortalité est très faible car, comme je l'ai déjà dit, même si la malnutrition sévère et aiguë est une urgence médicale, la prise de contrôle rapide de ces problèmes peut sauver des vies si on se sert correctement de la bonne technologie et des soins médicaux. » (17.5”) NARRATION: 8. L'apport de l'aide aux régions isolées est critique dans le village de Barrach à 20 kilomètres de Mao. Une clinique qui bénéficie du soutien de l'UNICEF offre des services de surveillance et de traitement aux enfants sévèrement malnutris. (12”) 9. Zara Hassan vient ici toutes les semaines avec son enfant malnutri âgé de deux ans pour recevoir des rations de noix charnues ainsi qu'une pâte de cacahouète riche en protéine et en énergie renforcée en vitamines et minéraux. L'enfant a un poids encore insuffisant de trois kilos mais son état est très prometteur. (17”) 10. Pour l'instant, comme l'explique Zara, l'aide alimentaire d'urgence est tout ce qui peut sauver la vie de son enfant . (5”) ZARA HASSAN (en gourane): « Rien ne pousse ici. Le sable a tout englouti et il ne reste rien. Le sol est disparu et la terre est désormais couverte de sable. Le sol est devenu mauvais. » (9”) NARRATION: 11. Le seul bout de terrain qui reste à cultiver est l'Oasis. La plupart des aliments sont transportés à Mao en créant d'énormes augmentations de prix – et en laissant des milliers de gens dans l'impossibilité de nourrir leurs familles. Si la nourriture n'arrive pas en temps voulu, de nombreux enfants vont courir le risque de devenir sévèrement malnutris. (20.5”) NARRATION: 12. Ce reportage a été préparé par Ash Sweeting et Salma Zulfigar pour les Nations Unies. (5”)