ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Soudan du Sud : les sages-femmes sauvent des vies -- Soudan du Sud

Script

NARRATION: 1. Les vies d'Esther Kojo et de son bébé ont été sauvées de justesse. L'accouchement a commencé à la maison sans aide médicale mais il s'est rapidement compliqué. (11”) 2. En plein travail, Esther s'est rendue le plus vite possible en moto-taxi à l'hôpital le plus proche à deux heures de route et, là, elle a pu avoir une césarienne. (9”) ESTHER KOJO (en kuku): « C'est mon 9ème enfant. Des autres huit autres, 4 sont morts et 4 sont encore vivants. J'ai accouché des huit chez moi avec l'aide de mes voisins. » (13”) NARRATION: 3. 1.000 femmes meurent de leur grossesse ou en accouchant chaque jour dans le monde, souvent parce qu'elles accouchent chez elles sans l'aide de personnel médical qualifié. D'après les autorités, 80% des femmes du Sud-Soudan accouchent chez elles sans l'aide de sages-femmes – et la région souffre de l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde. (23”) 4. Luka Tombekana Monoja est le Ministre de la santé au Sud-Soudan. (4”) LUKA TOMBEKANA MONOJA: (en anglais): « Il y a moins de 10 sages-femmes pour 10 millions d'habitants. » (2.5”) NARRATION: 5. Mais le changement arrive. Le premier collège pour sages-femmes professionnelles a ouvert à Juba en mai 2010. 18 étudiantes sont inscrites au programme de 3 ans qui leur donnera un diplôme. (12.5”) 6. Une formation accélérée de 18 mois pour sages-femmes communautaires a aussi été lancée en août 2008. (5”) 7. Janet Michael, directrice du programme des infirmières et sages-femmes: (3.5”) JANET MICHAEL (en anglais): « En ce moment, nous avons près de 110 diplômées sorties de cette école. Bien sûr, nous savons que leur nombre n'est pas suffisant et que leurs qualifications ne peuvent pas couvrir tous les services qu'on devrait pouvoir attendre des sages-femmes. » (17”) NARRATION: 8. Le gouvernement a investi de l'argent dans plusieurs hôpitaux d'enseignement au Sud-Soudan afin d'améliorer la présence des sages-femmes communautaires. (8”) 9. Le FNUAP, le Fonds des Nations Unies pour la population, offre son aide au programme d'enseignement et envoie des instructeurs pour sages-femmes. (6.5”) 10. La raison principale pour laquelle ces femmes veulent devenir des sages-femmes est parce qu'elles veulent améliorer l'état de la santé dans leurs communautés et sauver les vies des femmes et de leurs bébés. (9”) 11. Florence Adom est une sage-femme du petit village de Maguwi. (4”) FLORENCE ADOM: (en anglais): « Les femmes souffrent beaucoup dans mon village. Il n'y a pas de sage-femme à Maguwi et j'ai donc décidé d'en devenir une afin de les aider. La plupart des femmes doivent accoucher chez elles et il y a beaucoup de complications. Les femmes meurent d'anémie, d'avortements, et aussi d'infections causées par les avortements. » (19.5”) NARRATION: 12. Il y a très peu de routes et le transport est compliqué au Sud-Soudan. Les trois quarts de la population n'ont accès à aucune forme d'assistance médicale et il leur faut aller loin pour en trouver une. (13”) 13. 70% des femmes n'ont pas accès aux soins médicaux. (3.5”) LUKA TOMBEKANA MONOJA: (en anglais): « Il n'est pas facile de faire accoucher une femme sous un arbre, et il n'est pas facile de former une sage-femme dans ces conditions, mais c'est le défi que nous devons relever. » (7.5”) NARRATION: 14. Le Ministère de la santé du Sud-Soudan veut ouvrir au moins deux - si possible cinq - collèges de sages-femmes. (7”) 15. Les autorités espèrent que les partenaires internationaux les aideront à atteindre cet objectif ambitieux pour sauver des vies. (6”) JANET MICHAEL: (en anglais): « Nos sœurs sont en train de mourir. Ce sont des personnes. Elles ont des noms. Il nous faut donc plus de sages-femmes si on veut réduire le nombre de ces décès. » (10.5”) NARRATION: 16. Il faut 350.000 sages-femmes dans le monde pour répondre aux attentes internationales qui visent à assurer une maternité en toute sûreté. Il en faut 3.000 au Sud-Soudan. (10.5”) 17. Le progrès achevé jusqu'ici est un exemple de ce que ces objectifs pourraient accomplir avec la bonne volonté politique et les investissements nécessaires. (7.5”) 18. Il n'y a pas assez de sages-femmes en ce moment mais il y en aura bien plus d'ici peu. (5”) 19. Ce reportage a été préparé par Sonia Ristic pour les Nations Unies. (5”)

26 octobre 2011 -

Le Soudan du Sud souffre de l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde. Les mères accouchent généralement chez elles sans l'aide de personnel médical qualifié. Le FNUAP, le Fonds des Nations Unies pour la population, aide à la formation de sages-femmes communautaires afin d'apporter aux femmes une aide adaptée à leurs besoins et à leurs conditions de vie.

FacebookYoutubeTwitterRSS