ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Prévenir les décès maternels au Bangladesh -- Bangladesh

Script

NARRATION: 1. La population de Dhaka, la capitale du Bangladesh, grandit plus rapidement que n'importe où ailleurs au monde, et près de 12 millions d'habitants y résident. (7.5”) 2. Cependant, près d'un tiers - donc 3 millions 400 mille - y vit dans la pauvreté abjecte des taudis urbains. (6”) 3. Ruby Akther fait partie de ce groupe et elle n'a pas accès aux soins médicaux. Elle a maintenant 20 ans et vient d'accoucher d'une fille en bonne santé. Mais ça n'a pas été facile lorsque les douleurs ont commencé. (15”) RUBY (en bangla): « Les douleurs étaient fortes mais le bébé n'était pas en bonne position. Elle ne sortait pas. Nous avons essayer d'accoucher à la maison mais rien ne se passait. Je suis alors allée au BRAC pour y trouver de l'aide. » (12”) NARRATION: 4. Situé au Bangladesh, le BRAC – ou Comité pour le développement rural du Bangladesh – est une organisation non gouvernementale. Grâce au financement de la Fondation Bill et Melinda Gates, le but du BRAC est de réduire le nombre de décès maternels. Kaosar Afsana, Directrice adjointe du bureau de la santé du BRAC. (17.5”) KAOSAR AFSANA (en anglais): « Les gens qui travaillent dans les services de la santé maternelle ne s'attendent pas à ce que les femmes puissent mourir du virus de l'hépatite E, une maladie courante dans nos taudis urbains. 15% des femmes meurent du virus de l'hépatite E – ce qui est donc très triste. » (13”) NARRATION: 5. Les femmes enceintes n'ont pas ici accès aux services de base pour rester en bonne santé. L'hygiène publique est rare ou inexistante et le manque d'eau potable les rend vulnérables au virus de l'hépatite E. Les assistants médicaux et les sage-femmes font du porte à porte à la recherche des femmes enceintes. Leur but est de les encourager à s'inscrire à ce Centre de la santé où on leur donne des informations sur l'hépatite E et autres problèmes de la grossesse. (31”) NARGIS AKTHER (en bangla): « Les sage-femmes d'ici ont été formées et elles peuvent déceler les problèmes. Les logis peuvent être surpeuplés et les conditions d'accouchement n'y sont pas sanitaires. » (12.5”) NARRATION: 6. Nargis Akther est une assistante médicale du BRAC. Elle et son équipe ont réussi à inscrire ces femmes à leur programme. Auhourd'hui, elles apprennent à s'occuper des bébés ... (11”) SON INTER DE LA SESSION NARRATION: 7. ... et à quoi s'attendre au moment de l'accouchement. (2.5”) SON INTER DU PROCESSUS NARRATION: 8. La participation de Ruby à ce programme lui a évité d'attraper l'hépatite E. Mais elle a eu un autre problème car son bébé n'était pas dans une bonne position pour la naissance. (9”) 9. Le BRAC l'a rapidement emmenée au Collège médical de Dhaka où elle a pu accoucher en toute sécurité. Après l'accouchement, les assistants médicaux suivent les nouvelles mères comme Ruby pendant 24 jours pour s'assurer que les mères et les bébés sont en bonne santé. (16.5”) 10. Le BRAC est actif dans près de 1.800 taudis urbains et s'occupe de plus de 350.000 femmes. Il faut cependant que son nombre de sage-femmes soit augmenté pour faire face au nombre croissant de patientes. Un plan est en développement pour que le FNUAP, le Fonds des Nations Unies pour la population, puisse aider à recruter plus de sage-femmes et à offrir leur savoir-faire directement à celles qui en ont le plus besoin. (24”) 11. Les décès maternels ont déjà été réduits de moitié. Le Bangladesh est sûr d'arriver à assurer l'accès universel aux soins de la santé de la reproduction d'ici 2015 – le but qui avait été fixé par les Objectifs du millénaire pour le développement. (15”) 12. Ce reportage a été préparé par Mary Ferreira pour les Nations Unies. (4”)

14 juin 2011 -

Près d'un tiers de la population florissante du Bangladesh n'a pas aux services médicaux de base. L'hygiène publique est rare ou inexistante et l'eau potable manque, ce qui rend les femmes enceintes vulnérables aux virus comme l'hépatite E. Une ONG locale aide à offrir des services de santé aux populations des bidonvilles, avec le soutien de Fonds des Nations Unies pour la population.

FacebookYoutubeTwitterRSS